Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chapelle de l'asile d'aliénés de Lommelet
    Chapelle de l'asile d'aliénés de Lommelet Saint-André-lez-Lille - 193,197 rue du Général-Leclerc - en ville
    Canton :
    Lille-Ouest
    Localisation :
    Saint-André-lez-Lille - 193,197 rue du Général-Leclerc - en ville
  • centre de loisirs dit centre social de l'asile d'aliénés de Lommelet
    centre de loisirs dit centre social de l'asile d'aliénés de Lommelet Saint-André-lez-Lille - 193, 197 rue du Général-Leclerc - en ville
    Canton :
    Lille-Ouest
    Localisation :
    Saint-André-lez-Lille - 193, 197 rue du Général-Leclerc - en ville
  • Chapelle Saint-Paul
    Chapelle Saint-Paul Saint-André-lez-Lille - avenue du Maréchal-De-Lattre-de-Tassigny - en ville - Cadastre : 2010 A1 4084
    Historique :
    Dans la ville de Saint-André-lez-Lille, en expansion, une troisième paroisse est créée dans un quartier résidentiel. Une chapelle provisoire en dur, dédiée à saint Paul, est édifiée en 1965 dans d'Architecture, groupe d'architectes travaillant pour les Chantiers du diocèse de Lille. Elle est réalisée sur le
    Canton :
    Lille-Ouest
    Localisation :
    Saint-André-lez-Lille - avenue du Maréchal-De-Lattre-de-Tassigny - en ville - Cadastre : 2010 A1
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Paul
    Vocables :
    Saint-Paul
  • hospice d'incurables, puis hôpital de convalescents, actuellement hôpital psychiatrique dit centre de soins et d'hygiène mentale Ulysse-Trélat
    hospice d'incurables, puis hôpital de convalescents, actuellement hôpital psychiatrique dit centre de soins et d'hygiène mentale Ulysse-Trélat Saint-André-lez-Lille - 76 rue de Lambersart - en ville - Cadastre : 1990 A3 243, 299 1990 A3 243, 299
    Historique :
    commune de Saint-André-lez-Lille, et dont les plans furent dressés par l'architecte Alphonse Dubuisson Alphonse Dubuisson sur le site de Saint-André-lez-Lille qui avait été maintenu. On procéda à l'adjudication l'administration des hospices civils de Lille en vertu des clauses du testament de madame Delorme-Deron qui avait de Lille contesta le bien fondé de ce surcroît de dépense et contraignit la commission des hospices à 000 francs, la municipalité de Lille, le Pari mutuel et la préfecture du département du Nord dépendant des hospices civils de Lille. Dès 1907, on ajouta à l'ensemble déjà achevé un petit bâtiment afin
    Référence documentaire :
    Hospice d'incurables à Saint-André-lès-Lille. "Hospice d'incurables à Saint-André-lès-Lille". In des hospices civils de Lille, 1902-1903. Projet de construction d'une buanderie centrale destinée à desservir tous les hôpitaux dépendant des hospices civils de Lille, par l'architecte Alphonse Dubuisson Ville de Lille. Hospice d'incurables. "Ville de Lille. Hospice d'incurables". In : L'Architecture
    Canton :
    Lille-Ouest
    Statut :
    hospices civils de Lille, avant d'être cédé au département du Nord en 1958.
    Localisation :
    Saint-André-lez-Lille - 76 rue de Lambersart - en ville - Cadastre : 1990 A3 243, 299 1990 A3 243
  • asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise
    asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise Saint-André-lez-Lille - 193,197 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1993 B4 146 Quoique l'établissement ait son adresse postale à la commune de Saint-André-lez-Lille, la majeure partie de son terrain d'assiette se trouve sur le territoire de Marquette-lez-Lille.
    Historique :
    appartenant au territoire de la commune de Marquette-lez-Lille. Au tout début du fonctionnement de la maison hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu dont leur supérieur, Paul de Magallon d'Argens (1784-1859) avait été le tous les autres établissements gérés par l'ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, l'accueil y était évacué par les frères de Saint-Jean-de-Dieu et de leurs malades. Les troupes allemandes ne se privèrent fonction de hall d'accueil. En 1971, la congrégation de Saint-Jean-de-Dieu confia la gestion de . L'établissement fût finalement racheté par le département du Nord à la Société civile de Saint-Jean-de-Dieu en mai
    Référence documentaire :
    -2013. Saint-André-lez-Lille : EPSM de l’agglomération lilloise, 2013. 69 p. : ill. Le centenaire de l'asile de l'Immaculée-Conception, dit "de Lommelet" (Marquette-lez-Lille) 1825 -Lille) 1825-1925. Lille : édition de la Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer et Cie, 1925. 81 p L'ordre hospitalier de Saint Jean-de-Dieu en France, tome II : Depuis la Révolution. CHAGNY, André -1925. LAFORGE, G. Le centenaire de l'asile de l'Immaculée-Conception, dit "de Lommelet" (Marquette-lez . L'ordre hospitalier de Saint Jean-de-Dieu en France, tome II : Depuis la Révolution. Lyon : Lescuyer, 1953 grands asiles du département du Nord. Université de Lille II, thèse pour le doctorat en médecine N°214
    Canton :
    Lille-Ouest
    Localisation :
    Saint-André-lez-Lille - 193,197 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1993 B4 146 Quoique l'établissement ait son adresse postale à la commune de Saint-André-lez-Lille, la majeure partie de son terrain d'assiette se trouve sur le territoire de Marquette-lez-Lille.
    Titre courant :
    asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier
    Appellations :
    maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu
    Illustration :
    Galerie dite de Saint-Louis qui règne le long du rez-de-chaussée du bâtiment qui ferme le fond de Galerie dite Saint- Louis en enfilade le long du bâtiment central sur la cour d'honneur : détail Chapelle funéraire des frères de Saint-Jean-de- Dieu, vue extérieure prise de trois-quarts gauche Chapelle funéraire des frères de Saint- Jean-de-Dieu, façade antérieure, vue de face
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Nativité, puis restaurant, actuellement magasin de commerce
    Chapelle Notre-Dame-de-la-Nativité, puis restaurant, actuellement magasin de commerce Armentières - avenue Léo-Lagrange - en ville - Cadastre : 2005 TA 284
    Historique :
    ) et de Saint-André-lez-Lille (voir dossier IA59002573). La chapelle peut accueillir jusqu'à 120 Le diocèse de Lille prévoit pour un quartier en expansion d'Armentières un groupe de salles de l'Atelier d'Art et d'Architecture, groupe d'architectes travaillant pour les Chantiers du diocèse de Lille
  • asile d'aliénés, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, rebaptisé dernièrement établissement public de santé mentale Val de Lys-Artois
    asile d'aliénés, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, rebaptisé dernièrement établissement public de santé mentale Val de Lys-Artois Saint-Venant - 20 rue de Busnes - en ville - Cadastre : 1964 AB 11 à 35 1964 AB 11 à 35
    Historique :
    transfèrement de tous les hommes aliénés vers l'asile privé de Lommelet, sis à Saint-André-lez-Lille dans le Un établissement conventuel fut établi en 1679 à Saint-Venant par la congrégation du tiers ordre de Saint-François d’Armentières laquelle avait fondée un premier couvent en 1615 à Armentières . L'établissement conventuel de Saint-Venant était donc une maison-fille de celui d'Armentières qui n'avait pas similaire de l'accueil se produisit presque concomitamment à la maison-fille de Saint-Venant. Si les mesures réseau d'asiles pour recevoir les malades insensés, Saint-Venant comptait-il alors, selon le témoignage département du Nord, tenu par les frères de Saint-Jean-de-Dieu. Le 20 janvier 1868, dans la perspective d'une , 84 ares, 90 centiares au prix de 37 700 francs ; la municipalité de Saint-Venant s'engageait par
    Référence documentaire :
    . Archives départementales du Nord, Lille, 15 J 119 : archives de la Commission historique du Nord asile d’aliénés de Saint-Venant, projet de construction de nouveaux bâtiments, plans sur calques d’aliénés de Saint-Venant, projet de construction de nouveaux bâtiments : 45 J 378, plans sur calques et Asile d’aliénés de Saint-Venant, projet de constructions nouvelles ou de transformation de ). Archives départementales du Pas de Calais. Série N, édifices départementaux, asile d’aliénés de Saint Saint-Venant : dimensions psychiatrique et architecturale de la construction d’un asile au 19e siècle, (1987). DURIS, Laurent. Saint-Venant : dimensions psychiatrique et architecturale de la construction d’un asile au 19e siècle. [s.l.] : [s.d.], thèse de médecine, Paris 6 Saint-Antoine, 1987.
    Description :
    nettement dans un asile hommes et femmes ; or dans l'asile de Saint-Venant, un tel parti architectural fut
    Localisation :
    Saint-Venant - 20 rue de Busnes - en ville - Cadastre : 1964 AB 11 à 35 1964 AB 11 à 35
  • Maison
    Maison Lys-lez-Lannoy - rue Chanzy - en ville - Cadastre : 2005 AS 122
    Historique :
    ouvrier de la paroisse Saint-Luc à Lys-lez-Lannoy. L'intervention demandée en 1974 par l'association La chapelle Sainte-Thérèse est une chapelle de secours aménagée dans une maison d'un quartier diocésaine de Lille à l'architecte Emile De Plasse consiste à aménager une salle située à l'arrière d'une transformations ont été exigées essentiellement pour des raisons de sécurité. La chapelle Sainte-Thérèse, devenue
    Localisation :
    Lys-lez-Lannoy - rue Chanzy - en ville - Cadastre : 2005 AS 122
  • Chapelle Saint-Pierre, actuellement logements
    Chapelle Saint-Pierre, actuellement logements Lomme - rue Danton - en ville
    Historique :
    chapelles provisoires d'Armentières (voir dossier IA59002571) et de Saint-André (voir dossier IA59002573 La chapelle Saint-Pierre est conçue comme chapelle provisoire en dur dans l'attente d'un projet d'architectes travaillant pour les Chantiers du diocèse de Lille. Elle est réalisée sur le même modèle que les
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Pierre, actuellement logements
    Vocables :
    Saint-Pierre
  • Eglise paroissiale de la Sainte-Trinité
    Eglise paroissiale de la Sainte-Trinité Loos - rue Vincent-Auriol - en ville - Cadastre : 2005 AS 122
    Historique :
    L'église de la Sainte-Trinité est construite dans un nouveau quartier où une nouvelle paroisse est créée en 1963. La construction de l'église est financée par l'association diocésaine de Lille et l'argent de diverses souscriptions. Le projet étudié par l'architecte André Lys est longtemps discuté au
    Auteur :
    [architecte] Lys André
    Titre courant :
    Eglise paroissiale de la Sainte-Trinité
    Vocables :
    de la Sainte-Trinité
  • Présentation des églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010
    Présentation des églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas de Calais 1945-2010
    Texte libre :
    Arras et Saint-Omer, et surtout la capitale régionale, Lille, future conurbation Lille-Roubaix-Tourcoing plan est adopté dans les églises du Saint-Sacrement à Lille (IA59002626), Saint-Pierre à Téteghem -Nicolas de Mardyck (IA59002597), Saint-Louis de Lille (IA59002625), Saint-Martin de Fretin (IA59002604 Wattrelos (église Saint-Pierre IA59002675), à Saint-André (Chapelle Saint-Paul IA59002573) et à Marcq-en Saint-Vincent-de-Paul dans l’ancienne usine Le Blan à Lille (IA59002627) et à l’église Notre-Dame du région comporte un exemple de ville nouvelle, Villeneuve-d’Ascq, implantée à la périphérie est de Lille , qui se trouve à Arras et à Lille pour la région. La loi du 28 octobre 1946 sur les dommages de guerre par le MRU ; il est secondé à partir de 1956 par André le Donné dans les régions du Nord de la France innovantes en matière de plan. Le plan triangulaire fait converger les lignes vers l’autel : église Saint -Pierre d’Audinghem (IA62001258), église Saint-Martin de Givenchy-lès-la-Bassée (IA62001286), église Saint
  • hôpital général, puis hospice dit hospice général, actuellement école de commerce
    hôpital général, puis hospice dit hospice général, actuellement école de commerce Lille - Vieux Lille - 104 avenue du Peuple-Belge - en ville - Cadastre : 1993 HL 102
    Historique :
    commune de Saint-André afin d'y transférer ces malades chroniques et désencombrer l'hospice général, 1400 les lettres patentes, datées du mois de juin 1738, visant à la fondation d'un hôpital général à Lille quartier créé lors de l'agrandissement de Lille en 1668, en bordure du canal de la Basse-Deûle, ce qui hospices civils de Lille, L. Duhem, et la partie droite du corps de logis principal fut terminée en 1838 1993 à une école de commerce, l'Institut d'administration d'entreprises de Lille, qui fit restaurer
    Référence documentaire :
    Pages 349-351 SAINT-LEGER, Alexandre de. Histoire de Lille des origines à 1789. Lille : éditions Lettres patentes du roy pour l'établissement d'un hôpital général en la ville de Lille, données à ville de Lille, données à Versailles au mois de juin 1738. Lille : imprimerie Craré, 1738. -corps central, dessin à l'encre sur papier, non daté, vers 1735-1740. Musée de l’hospice Comtesse, Lille de l'hospice Comtesse, Lille, ML 1274 : plan de distribution générale du rez-de-chaussée, dessin aquarellé, non daté, vers 1735-1740. Musée de l'hospice Comtesse, Lille, ML 1275 : façade antérieure de de l'Hospice Comtesse, Lille : corps de logis principal donnant sur le canal de la Basse-Deûle Centre Hospitalier Régional, direction des services techniques, Lille : élévations générales du techniques, Lille : plan de distribution générale du sous-sol par l'architecte Béchaux après destruction des Page 214 PARENT, Paul. L'architecture civile à Lille au 17e siècle. Lille : éditions Raoust, 1925.
    Canton :
    Lille-Nord
    Localisation :
    Lille - Vieux Lille - 104 avenue du Peuple-Belge - en ville - Cadastre : 1993 HL 102
  • collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
    collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture Lille - - 43 rue de l'Hôpital-militaire 12 rue Jean-sans-Peur - en ville - Cadastre : 1993 NY 70
    Historique :
    l’Esplanade et la porte Saint-André, et l’on ouvrit le chantier de construction en 1774. Toutefois, l'on eut En 1592, le Magistrat de la ville de Lille confia aux pères Jésuites la direction de son collège face à l’église paroissiale Saint-Maurice. Comme le collège s'y trouva rapidement trop à l’étroit, le avait été établi à Lille dès 1673 dans une caserne et des écuries donnant sur la rue de Paris, et il fut appelé hôpital Saint-Louis. Au début du 18e siècle, par un édit du mois de janvier 1708, fut institué un donné l'importance prise par la place forte de Lille et l'effectif croissant de sa garnison, l’hôpital militaire Saint-Louis se révéla vite insuffisant et il fut transféré en 1752 à l’hospice des Bleuets, vieil d’indemniser la ville de Lille, propriétaire des locaux, et l’indemnité à lui verser était évaluée à 157 275 hôpitaux d’instruction de Lille, Metz et Strasbourg fut prononcée par l’ordonnance du 1er janvier 1780 l’hôpital militaire de Lille parmi ceux du premier ordre. L’ordonnance du 20 juillet 1788 supprima, pour
    Référence documentaire :
    communales de Lille. Série AG (affaires générales), collège des Jésuites : AG 165, plan de distribution Lille sur le terrein du bout de l’Esplanade, signé Potain - Plan-masse, daté du 12 août 1775, de l’hôpital militaire de Lille en Flandre à établir sur le terrain du collège des Jésuites, signé Potain établir l’hôpital militaire de St Louis de Lille en Flandre sur l’emplacement du collège des Jésuites, sur : « Plan de l’hôpital militaire de St Louis de Lille en Flandre établi sur le terrein du collège des - Mémoire, daté du 10 juillet 1776, sur la construction d’un hôpital militaire à Lille. Service historique militaire à Lille en Flandre, projettée par le gouvernement », mémoire daté du 10 juillet 1776. l’établissement de l’hôpital militaire de Lille dans le collège municipal. Archives nationales, Paris. Série H1 , proposant l’établissement de l’hôpital militaire de Lille dans le collège municipal, projet présenté au militaire, 24 août 1781. Archives départementales du Nord, Lille. Série C, Intendance : C supplément 160
    Canton :
    Lille-Centre
    Description :
    d'honneur ou cour Scrive et la cour Saint-Lazare, deux à l'arrière de ces dernières, la cour des Cuisines et -militaire : une au sud donne accès à la cour Saint-Lazare et dessert donc la partie hôpital, une au nord , se trouve rue Jean-saint-Peur, à l'endroit où une entrée secondaire donnait autrefois accès probablement aménagé après le premier agrandissement de Lille dans le 1er quart 17e siècle) passe au niveau des
    Localisation :
    Lille - - 43 rue de l'Hôpital-militaire 12 rue Jean-sans-Peur - en ville - Cadastre : 1993 NY 70
    Illustration :
    Cour Saint-Lazare, vue générale en regardant vers le bâtiment fermant la cour au nord ; carte , élévation sur le parc-promenoir lequel correspondait, avant l'extension de Lille en 1858, à une section des gauche de l'aile fermant la cour Saint-Lazare n'étant ici pas visible. IVR31_19995902640V , la cour Saint-Lazare, vue de trois-quarts gauche. IVR31_20175900513NUCA , la cour Saint-Lazare, vue en enfilade prise du côté droit. IVR31_20175900511NUCA Saint-Lazare, vue de face, la partie latérale droite de cette aile n'étant pas visible , actuellement église paroissiale Saint-Étienne. IVR31_20175900512NUCA face sud de l'ancienne chapelle des Jésuites, actuellement église paroissiale Saint-Etienne, vue paroissiale Saint-Étienne anciennement chapelle des Jésuites. IVR31_19985901883V sur le parc-promenoir lequel correspondait, avant l'extension de Lille en 1858, à une section des
  • Projet d'hôpital militaire
    Projet d'hôpital militaire Lille - façade de l'Esplanade rue du Magasin rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1981 AB 14
    Historique :
    terrain situé le long de la façade de L'Esplanade, entre l'Esplanade et la porte Saint-André. En vue de la Le premier hôpital militaire de Lille fut aménagé en 1673 dans les bâtiments d'une ancienne caserne Paris, et il fut appelé hôpital Saint-Louis. Cet hôpital s'avéra vite trop exigu et ses bâtiments réalisation de ce projet, le terrain qui appartenait à l'hôpital Saint-Jean-l'Évangéliste dit hôpital Saint
    Référence documentaire :
    Projet d'hôpital militaire à établir à Lille, en bordure de la façade de l'Esplanade, plans de distribution relatifs à ce projet, datés de 1767 et de 1774 . Lille, fort du Réduit, établissement du Génie . Projet d'hôpital militaire à établir à Lille, en bordure de la façade de l'Esplanade, plans de Ministère de la Défense, Service historique de l'armée de terre, Vincennes, Xe 519. Terrain à Lille Les hôpitaux militaires de Lille avant la Révolution. Essai historique, (1925). LECLAIR, Henri. Les hôpitaux militaires de Lille avant la Révolution. Essai historique. Lille, Imprimerie H. Morel, 1925. 172 p.
    Canton :
    Lille-Ouest
    Localisation :
    Lille - façade de l'Esplanade rue du Magasin rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1981 AB 14
    Illustration :
    l'hôpital militaire, 1767 (Lille, établissement du Génie). IVR31_19995900513ZA générale du sous-sol (Lille, établissement du Génie). IVR31_19995900509ZA générale du rez-de-chaussée (Lille, établissement du Génie). IVR31_19995900510ZA générale du 1er étage (LIlle, établissement du Génie). IVR31_19995900511ZA générale du rez-de-chaussée (Lille, établissement du Génie). IVR31_19995900512ZA
  • Présentation du patrimoine de l'aire d'étude
    Présentation du patrimoine de l'aire d'étude "Campagne Habitée" du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut
    Historique :
    Saint-Amand et ses dépendances de Saméon, Lecelles, Rosult, Rumegies et Sars-et-Rosières en font partie principautés territoriales. Dès lors, la Pévèle est rattachée à la châtellenie de Lille-Douai-Orchies au sein de Tournai, de la châtellenie de Mortagne (avec Maulde-sur-Escaut) et la terre abbatiale de Saint et de la Seigneurie de Saint-Amand. En 1779, un nouveau traité rattache Mortagne et ses localités
    Description :
    , comme à Marchiennes, Flines-lez-Râches ou plus loin le massif de Raismes Saint-Amand-Wallers, marquent , Bouvignies et Flines-lez-Râches.A l’est, côté wallon de la Pévèle, les grandes cultures marquent tout en influencé l’implantation du bâti, notamment à Flines-lez-Râches, Beuvry-la-Forêt et Bouvignies, où le bois -lez-Râches présentent une organisation mixte : une partie du bâti s’organise « en pieuvre », l’autre
    Annexe :
    régional Cette aire d’étude comprend 10 communes : Beuvry-la-Forêt, Bouvignies, Flines-lez-Raches, Landas
    Texte libre :
    mairies Du fait de la proximité de Lille et Valenciennes et de leurs écoles d’art, les communes de la réalise l’année suivante l’église de Rumegies, et en 1791 celle de Saint-Amand-les-Eaux. Au XIXe siècle de Lille (1879-1887). L’architecte jouit alors d’une place privilégiée comme maître d’œuvre du Beuvry-la-Forêt, Flines-lez-Râches où une argile adaptée permet l’élaboration de matériaux de qualité
1