Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Fonderie de zinc, de plomb et de métaux non ferreux de la Société anonyme des mines et usines de Malfidano, puis société minière et métallurgique de Peñarroya, puis Metaleurop Nord
    Fonderie de zinc, de plomb et de métaux non ferreux de la Société anonyme des mines et usines de Malfidano, puis société minière et métallurgique de Peñarroya, puis Metaleurop Nord Noyelles-Godault - rue Malfidano rue Victor-Hugo rue du Château - en ville - Cadastre : 1996 AB 93, 120, 121, 129, 130
    Historique :
    Un des bâtiments qui abrite l'administration porte la mention de 1894, date de l'édification d'une usine de traitement du minerai de zinc par l'entreprise française dite Société anonyme des Mines et Usines de Malfidano (Sardaigne). Détruit pendant la Première Guerre mondiale, le site est racheté par la Société minière et métallurgique de Peñarroya qui reconstruit les bâtiments d'usine à partir de 1920 et contribue à son développement. En 1921 est mis en route un atelier d'ouvrés de plomb ; deux ans plus tard les laminoirs à zinc sont inaugurés ; la tour à plomb de chasse démarre avant 1925 ainsi que la fonderie de zinc à creusets horizontaux ; plusieurs batteries de fours sont progressivement installés entre 1926 et 1928. La construction d'une nouvelle fonderie de plomb (inaugurée en 1936) débute en 1934 qui a pour objectif d'atteindre une production de 30 à 40 000 tonnes annuelles. En 1938 la fonderie produit 42 000 tonnes de plomb (plomb d'œuvre et plomb doux) et 115 tonnes d'argent. La tour à
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    , 1911. AD Pas de Calais. M4947. Usine à zinc et plomb de Noyelles-Godault, n'emploie pas de pyrites et Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional p. 246 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille . Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours Société minière et métallurgique de Penarroya in Le Pas-de-Calais, extrait de la collection Richesses de France, 1955. Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. Société minière et métallurgique de Penarroya in Le Pas-de-Calais, extrait de la documentation, DRAC Nord-Pas de Calais, Lille. Histoire d'une société : Peñarroya 1881 - 1981, imprimerie du Usine à zinc et plomb de Noyelles-Godault, n'emploie pas de pyrites et n'opère pas de grillages
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Annexe :
    (Finistère) et elle a installé en 1894 dans le département du Pas de Calais, à Noyelles-Godault, une usine Extrait d'une plaquette descriptive sur la Société anonyme des Mines de Malfidano, usine de Noyelles Godault, zinc, plomb, argent, siège social au 76 rue de la Victoire à Paris. Centre Historique Minier de Lewarde, 3322 La Société anonyme des Mines de Malfidano est une société française constituée en 1869 au capital de 125.000.000F, divisée en 25.000 actions de 500F entièrement libérée. La société est propriétaire de mines de zinc et de plomb argentifère en Sardaigne. Ces mines produisent annuellement 400.000t de minerais. Elle possède en outre en France la concession de mines de plomb de Houelgoat pour le traitement des minerais de zinc et plomb. Société anonyme des mines de Malfidano, usines de Noyelles-Godault. Usines à zinc, construite en 1894, elle comprend actuellement : Un hall de 180m de longueur renfermant 10 fours, un hall de 84m de longueur renfermant 4 fours. Ces 14 fours peuvent produire
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Hydrographies :
    canal de la Haute-Deûle
    Précision dénomination :
    fonderie de zinc fonderie de plomb fonderie de métaux non ferreux
    Description :
    Installée sur une superficie de 50 hectares terril compris, le site est desservi par un réseau de chemin de fer et par la voie d'eau du canal de la Haute-Deûle. L'ensemble est composé de 89 bâtiments dont deux châteaux d'eau en béton. Plusieurs cheminées existent dont une de 48 mètres de haut et une autre de 125 mètres. Les ateliers plomb et zinc sont constitués de bardage de tôle et de conception shed ou en terrasse, et couvert de tôle ou de métal. Les autres bâtiments liés à l'administration, à l'hygiène et aux salariés sont en brique, couverts de toit à longs pans en tuile flamande mécanique ou de terrasse pour certains. La tour à plomb de chasse, haute de 64 mètres, est constituée d'une structure métallique poteaux-poutres avec remplissage de béton bâtard à la chaux. Elle est composée de deux volumes respectivement de 7 et 12 étages et d'un niveau de sous-sol. Le parallélépipède rectangle que forme le volume le plus bas est couvert d'une terrasse en béton avec parapet surmonté à plusieurs endroits de boules
    Titre courant :
    Fonderie de zinc, de plomb et de métaux non ferreux de la Société anonyme des mines et usines de Malfidano, puis société minière et métallurgique de Peñarroya, puis Metaleurop Nord
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Appellations :
    Société anonyme des Mines et Usines de Malfidano, puis Société minière et metallurgique de
    Illustration :
    Travaux de dégagement et d'exhaussement du château de Noyelles-Godault, maison patronale de l'usine Machine ; étape de production d'une pièce en métal. IVR31_19876202111X Vue de l'atelier de fabrication. IVR31_19876202121X Vue générale de l'usine en destruction. IVR31_20056200122X Vue générale de l'usine avec la tour à plomb. IVR31_20056200123X Quai de déchargement. IVR31_20056200125X Quai de déchargement, grue et château d'eau. IVR31_20056200126X Quai de déchargement avec grue. IVR31_20056200124X Vue générale de la tour à plomb. IVR31_20056200256X Image de la destruction. IVR31_20056200308X
  • Mine de houille dite fosses 4 et 4 bis, puis usine de construction mécanique
    Mine de houille dite fosses 4 et 4 bis, puis usine de construction mécanique Noyelles-Godault - 129 rue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 1980 AK1 527
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    De source orale, le puits 4 originel a été foncé et mis en service dans la seconde moitié du 19ème siècle par la Compagnie des Mines de Dourges. Une nouvelle installation en béton est construite après la d'extraction, est occupé par une usine de construction mécanique et d'usinage. Les chevalements en béton ont
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°16. Conseil Régional Hauts-de-France p. 87 Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais (de 1946 à 1992). Album souvenir, tome 1 . Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. DUBOIS, Guy , MINOT, Jean-Marie. Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais (de 1946 à 1992). Album souvenir p. 98 Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais (de 1946 à 1992). Album souvenir, tome 2 . Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. DUBOIS, Guy , MINOT, Jean-Marie. Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais (de 1946 à 1992). Album souvenir p. 244 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille . Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours
    Précision dénomination :
    mine de houille
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    Les anciens bâtiments d'extraction sont composés de deux corps de bâtiment construits en parpaings de béton et béton armé. Percés de baies rectangulaires, ils sont couverts d'une voûte en plein cintre
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Mine de houille dite fosses 4 et 4 bis, puis usine de construction mécanique
    Appellations :
    entreprise de mécanique MMD
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Mine de houille : fosse 14 dite Boudenoot
    Mine de houille : fosse 14 dite Boudenoot Carvin - rue de l' Industrie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    En 1857, la Société de recherche de houille dénommée la Basséenne engage des travaux de creusement au nord des concessions de Lens et de Courrières. Cette société prend le nom de Société houillère de Carvin suite à la découverte de houille sur ce territoire. En 1914 -1918 l'ensemble est détruit. La compagnie des Mines de Carvin est rattachée à celle d'Ostricourt pour ensuite former celle d'Oignies après 1945. Le bâtiment des douches est le seul vestige encore visible de la fosse 4 des mines de Carvin et
    Référence documentaire :
    p. 236-238 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et nos jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du
    Description :
    façades longitudinales. Deux tours à base circulaire, en brique, coiffées d'un toit conique recouvert de tuile bois, flanquent le bâtiment recouvert de matériau synthétique.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Carvin - rue de l' Industrie - en ville
    Titre courant :
    Mine de houille : fosse 14 dite Boudenoot
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale du bâtiments des bains-douches, seuls subsistant de la fosse. IVR31_20056200310X
  • Minoterie Benoit, puis Louis Capelle, puis Capelle, puis Capelle-Dubois
    Minoterie Benoit, puis Louis Capelle, puis Capelle, puis Capelle-Dubois Leforest - 117 rue Lazare-Carnot - en ville - Cadastre : 1966 AH 509, 510
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    De source orale, un magasin à grains est créé par un dénommé Benoit à la fin du 19e siècle. En 1907 former une S.A. au nom de Capelle-Dubois. Les équipements techniques du moulin sont modernisés en 1979 et emploie une vingtaine de personnes. Elle produit de la farine pour des boulangeries situées à Lille, Roubaix, Tourcoing, Calais, dans la Somme et dans l'Aisne. Le logement patronal abritait une
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine
    Description :
    . L'atelier de fabrication à trois étages et élévation à travées est en brique ; il est couvert d'un toit à cour face à l'usine, est constitué d'un sous-sol, de deux étages et d'un comble et recouvert d'un toit
    Annexe :
    Chronique d'Alexandre Libert, extrait du journal de Leforest (?) sur la minoterie de Leforest  : 1894 : le 8 juin, M.Benoit négociant en grains, son, tourteaux édifie sur un terrain loué à la Cie de Chemin de Fer du Nord, un premier magasin, puis un second en 1898. 1907 : le 20 juin, M. Jean BaptisteBenoit Renault, fils du précédent, demande l'autorisation à la Cie du Chemin de Fer du Nord d'installer un moulin à proximité de ses magasins ; bail du 27 août 1907. 1928 : le 15 septembre, M. Benoit vend son moulin à M. Louis Capelle originaire de Wavrin. M. Louis Capelle démolit les premiers magasins Benoit et dès 1932 il porte la capacité du moulin à 200 quintaux par jour.L'approvisionnelment en blé de la minoterie s'effectuait alors de gré à gré entre le meunier et les agriculteurs. 1936 : le Front . Capelle doit s'équiper d'un quai de déchargement dessservi par une courte voie ferrée se raccrochant à la voie des Mines de l'Escarpelle. Les wagons de blé en sacs arrivant en gare de Leforest, sont mis en
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Atelier de fabrication, élévation sur cour. IVR31_20026200022X
  • Fonderie de fer, de métaux non ferreux et d'aluminium dite Société anonyme des aiguillages de Dourges, puis Etablissement Flinois
    Fonderie de fer, de métaux non ferreux et d'aluminium dite Société anonyme des aiguillages de Dourges, puis Etablissement Flinois Dourges - 23 rue La Fontaine - en ville - Cadastre : 1980 AL 398
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La fonderie des aiguillages de Dourges a été créée dans les années 1920, de source orale. En 1927 la société anonyme d'aiguillages et supports de voies d'Anzin et Dourges déclare la construction d'un hangar. Elle fabrique à l'origine les voies ferrées de 600 mm, utilisées au fond de la mine pour le . Elle travaille essentiellement l'acier, l'aluminium, l'inox et emploie une vingtaine de personnes.
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15. Conseil Régional Hauts-de-France foncière, 1924 à 1928. Archives départementales du Pas de Calais, 3 P 1771. Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du , Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine, Lille Déclarations de constructions nouvelles effectuées par la société anonyme d'aiguillages et supports de voies d'Anzin et Dourges pour faire-valoir la loi du 8 août 1890 concernant la contribution
    Précision dénomination :
    fonderie de métaux non ferreux fonderie de fer
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    grands hangars en brique couverts de tuile et tôle ondulée, dont l'un est presque entièrement détruit un petit bâtiment en béton à usage de bureaux. L'atelier de fabrication, à deux vaisseaux, est en
    Titre courant :
    Fonderie de fer, de métaux non ferreux et d'aluminium dite Société anonyme des aiguillages de
    Appellations :
    Société anonyme d'aiguillages et supports de voies d'Anzin et Dourges, puis Etablissement Flinois
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Mine de houille dite fosses 7 et 7bis, actuellement usine de serrurerie et usine de menuiserie
    Mine de houille dite fosses 7 et 7bis, actuellement usine de serrurerie et usine de menuiserie Courcelles-lès-Lens - 83 rue des Fusillés - en ville - Cadastre : 2002 AI 236, 237, 451
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La commune de Courcelles se trouvait partagée entre les concessions de la Compagnie des Mines de Dourges et de la Compagnie des Mines de l´Escarpelle jusqu'en 1946. De source orale, l'activité minière aurait débuté en 1861 avec le fonçage du puits n°1 de Courcelles qui prend la dénomination de puits n°7 de la Compagnie d'Aniche appelée aussi Compagnie Houillère du Couchant d'Aniche. La Compagnie de de menuiserie et les anciens bains douches des années 1920 par une usine de serrurerie ; un autre bâtiment, désaffecté, appartient à la société Altamare à Libercourt. La cité de Courcelles, appelée aussi cité de la Fosse 7, et la cité Nationale qui comprend la cité des Employés, ont été bâties à proximité immédiate de la fosse.
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°16. Conseil Régional Hauts-de-France p. 246 -248 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à p. 75 Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais (de 1946 à 1992). Album souvenir, tome 1 . Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. DUBOIS, Guy , MINOT, Jean-Marie. Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais (de 1946 à 1992). Album souvenir Dubernard Pierre, Histoire des Mines de l'Escarpelle, sans date. Centre de documentation, Centre historique minier de Lewarde, 9490. H. B. N. P. C. DIMO Service Constructions. Compagnie des Mines de l'Escarpelle : état des logements , plans de cités de la compagnie des Mines de l'Escarpelle, à Courcelles-Lez-Lens et Leforest, 1921-1939 . Plans de maisons de type Mine de Courrières, 1907 à 1928, 1977. Centre de documentation, Centre
    Précision dénomination :
    mine de houillle
    Description :
    destruction) est en brique et percé de grandes ouvertures à linteaux droits, à élévation à travées ; il est recouvert d'un toit à longs pans en tôle nervurée. Les vestiaires et les bains douches sont en rez-de -chaussée et couverts de toit à longs pans en tuile flamande mécanique.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Mine de houille dite fosses 7 et 7bis, actuellement usine de serrurerie et usine de menuiserie
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Destinations :
    usine de serrurerie usine de menuiserie
  • Moulin à vent
    Moulin à vent Courcelles-lès-Lens - rue des Fusillés sentier du Moulin - en ville - Cadastre : 2002 AM 466
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    De source orale, ce moulin à vent, qui servait à broyer le grain pour la farine et l'huile , daterait de 1634. Il apparaît sur la carte de Cassini de 1772. Il a perdu ses ailes et sa toiture ; la maçonnerie a été restaurée dans les années 1990. Il est l'unique exemple de cette activité dans l'arrondissement de Lens, avec les moulins à vent restaurés et transformés en logements de Dourges et de Carvin. Il
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°16. Conseil Régional Hauts-de-France Carte de Cassini, plan et carte figurative du terroir de Courcelles dressé l'an mil sept cent soixante douze. Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du , Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine, Lille
    Description :
    Moulin de forme tronconique en brique, percé de baies en plein cintre.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Séchoir à chicorée, râperie
    Séchoir à chicorée, râperie Carvin - rue du Vieux château - en ville - Cadastre : 2010 AE 616
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    De source orale ce séchoir à chicorée est installé à côté d'un corps de ferme à la fin du 19ème séchoir était exploité pendant 2 à 3 mois en automne au moment de la récolte des chicorées qui étaient transformées en cossettes et séchées avant d'être expédiées dans les usines de traitement.
    Description :
    Le bâtiment abritant la bascule, construit en brique et enduit, est en rez-de-chaussée couvert d'un
    Appellations :
    râperie de chicorée Lallez
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
1