Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Eglise paroissiale Saint-Martin
    Eglise paroissiale Saint-Martin Saint-Amand-les-Eaux - rue de l'Eglise place du 11 novembre 1918 - en ville - Cadastre : 2013 BP 272
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    analysent les chroniques des moines et abbés ne s'accordent pas sur son constructeur ; il s'agirait de Saint -Amand peu de temps après son arrivée en Pévèle ou de l'abbé André, le troisième abbé successeur de saint une rénovation par André. Cette église se trouvait à la frontière entre la couronne de France et le malgré des dommages subis lors des guerres de Religion. En 1783, le prévôt envoi une copie de la requête qu'il a faite au roi pour la reconstruction de l'église à l'intendant. Il y évoque le mauvais étant de l'église ne permettant plus de tenir l'office et l'autorisation accordée par les abbés de célébrer l'office dans l'église abbatiale depuis 5 ans pour la communauté de communiants, composée d'environ 7 à 8000 contenant une maison, le terrain de l'ancienne église et de l'ancien cimetière. le chantier est mené par partie des oeuvres de l'église abbatiale détruite. Elle est restaurée à plusieurs reprises au XIXe et valenciennois Léon Raux, qui a également en charge la restauration de plusieurs édifices communaux après les
    Référence documentaire :
    Drac Nord-Pas de Calais ; Archives Monuments Historiques. LEBACQZ Raymond. L'église Saint-Martin de Saint-Amand-les-Eaux. Son histoire, ses richesses. Saint Journal de la Voix du Nord : articles datés de novembre 1981 (conservés dans les dossiers Monuments Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux : collection de cartes postales. AD Nord. Série C, pièce 14348 ; Requête au roi pour la reconstruction de l'église paroissiale en
    Description :
    L'église, orientée nord-sud, est de plan basilical à transept non saillant comprend une nef à 5 travées à grandes arcades et fenêtres hautes. Le choeur est à chevet plat. L'ensemble est couvert de en pierre bleue enduite. La tour de croisée est couverte d'une coupole à pendentifs dont la décoration peinte originelle a disparu. Les collatéraux sont éclairées par de larges baies dont les vitraux originels ont été endommagés lors de la Première Guerre mondiale. Ils ont été remplacés en 2013 par une série de vitraux contemporains représentant, depuis le porche vers de choeur dans le collatéral est puis Christ Roi, Saint Amand et l'Oméga, représenté par la tour abbatiale. Le mobilier est contemporain de la construction de l'église ; un confessionnal en chêne est installé dans chaque travée des deux collatéraux, la ouest. Le choeur conserve des stalles et un ensemble de grands tableaux consacrés à Saint-Amand ; l'Apparition de Saint-Pierre à Saint-Amand, Amand nommé évêque de Maastricht en 646, tableau signé Deconinck P
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - rue de l'Eglise place du 11 novembre 1918 - en ville - Cadastre : 2013 BP
    Illustration :
    Plan terrier de la ville de Saint-Amand-les-Eaux, 1645 - 1663, Carte D, montrant la partie entre la Porte de Valenciennes et le Pont de la Scarpe, avec l'église et le moulin de la ville (Médiathèque Saint Le plan de l'église et sa situation avec les rues adjacentes, Louis Dutouquet architecte, 1870 (AD Vue générale de l'église avant la Première Guerre mondiale, carte postale sans date (Médiathèque Vue générale de l'église après les dommages subis pendant la Première Guerre mondiale, carte Esquisse de "Jésus est cloué sur la croix" pour la station 11 du chemin de croix de l'église par Lucien Jonas, 1940 (Musée de la Tour abbatiale, Ville de saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20155908034NUCA Vue générale de face de la statue de Vierge à l'Enfant, albâtre, XVIe siècle, classée Monuments Historiques, aujourd'hui conservé au Musée de la Tour abbatiale (Ville de Saint-Amand-les-Eaux Vue générale intérieure de l'église, vers le choeur, carte postale avant 1914 (Médiathèque Saint
  • Ferme abbatiale, puis ferme mairie, actuellement maisons
    Ferme abbatiale, puis ferme mairie, actuellement maisons Beuvry-la-Forêt - place du Général-de-Gaulle - en village - Cadastre : 1817 B 422 1875 B 620 2003 B 0451
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    L'abbaye de Marchiennes fait reconstruire en 1784 les étables à vaches de sa ferme abbatiale par l'architecte Jacques-François-Joseph Lesaffre, de Lille. Devis, plan et élévation sont conservés aux AD Nord (plan Douai 224). Un "plan géométral" de la ferme est dressé en 1786 (AD Nord plan Douai 268) par J.B.J , le cimetière et le presbytère), que par son rôle dans les affaires communales. A l'instar de la ferme fait également office de mayeur (maire), la ferme de Beuvry abrite la salle de l'hôtel de ville jusqu'en 1871, date à laquelle la commune est autorisée à construire un escalier en fer contre le pignon de , une mairie est construite en 1909 d'après le projet de 1907 d'Albert Pèpe, architecte à Douai (AD Nord série O 79 /21). Toute la partie sud du corps de ferme (granges, bergeries) a été détruite durant la en série, 4 à 94 rue de l'Abbé-Bouquerel (parcelles B 1411 à 1429). Les bâtiments subsistants (dont l'hôtel de ville, le logis, les écuries à chevaux) ont été fortement remaniés entre 1990 et aujourd'hui, à
    Hydrographies :
    courant de l'Hôpital
    Description :
    un système de voûtes barlongues en pendentif. En revanche, jambes de force et tirants n'ont pas fait Le plan de 1786 indique la situation des nombreuses parties constituantes de la ferme : corps de logis, entrée (pigeonnier-porche), hôtel de ville, étables à cochons, grange au fourrage, bergeries de logis, en bordure du courant de l'Hôpital et mitoyen d'une brasserie. Au 19e siècle, la ferme réalisé n'est pas celui décrit sur la coupe du devis réalisée par l'architecte en 1784, qui avait choisi l'objet de modification. Les étables à vaches, dont 5 travées (sur les 11 construites à l'origine) situées à l'extrémité sud du corps, ont gardé leur disposition proche de celle décrite dans le devis de Lesaffre. Elles sont construites en brique sur un soubassement de grès en appareil régulier, couverte d'un encadrement harpé dans la partie basse de la porte et avec parcimonie dans l'encadrement des fenêtres. Les dispositions intérieures montrent une première salle de 3 travées puis une seconde de 2, toutes deux couvertes
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Beuvry-la-Forêt - place du Général-de-Gaulle - en village - Cadastre : 1817 B 422 1875 B 620 2003
    Illustration :
    Coupe et élévation de la ferme sur le plan géométral, 1786 (AD Nord : Plan Douai 268 Plan de situation. Extrait du cadastre de 1817, section B Village, 1ère feuille (AD Nord : Série P Plan de situation en 1823. IVR31_20055907328NUCA Extrait du cadastre de 1875, 2e feuille (AD Nord : Série P (cadastre) : P31/419 Détail des voûtes de l'étable. IVR31_20045900461X
1