Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 22-28 place du Théâtre - en ville - Cadastre : 2008 AC 37
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    confection durant la première moitié du 20e siècle (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de-Calais, série 2O, sous-série 390 1). L'immeuble précédant l'actuelle construction, fut détruit lors de la Première Guerre mondiale ; dénommé Au coin de rue, il était à usage de confection. Des baraquements provisoires firent office d'habitation jusqu'à sa reconstruction en 1925 sur les plans de l'architecte Georges Trassoudaine ; les travaux furent réalisés par l'entrepreneur général de béton armé Albert Deneuville et l'entrepreneur Edouard Delamotte, serrurier d'art et de bâtiment. Les travaux furent achevés en 1931, date du procès-verbal de réception définitive. Désigné sous l'appellation de Maison bleue, cet immeuble de commerce resta dévolu à la
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble, à pan coupé au rez-de-chaussée et au 1er étage, arrondi aux niveaux supérieurs, est positionné sur l'angle de la place du Théâtre et de la rue Saint-Aubert. Il est construit en béton recouvert d'une peinture blanc cassé. Les éléments de modénature sont peints dans des tons bleu et chair. Il est constitué de six travées de baies rectangulaires. Les baies du premier étage et de l'étage de comble aux menuiseries peintes en blanc sont contemporaines de la construction de l'immeuble ; au deuxième étage, elles ne sont plus d'origine. A première vue, le style sobre et l'ordonnance de cet immeuble permettent de le classer dans le registre classique caractéristique de l'architecture de la place du Théâtre . Toutefois, les éléments de modénature évoquent un Art déco géométrique qui réinterprète de façon moderne ce à motifs circulaires. Le cartouche polygonal du fronton de la lucarne d'angle est orné des motifs disparition d'éléments de décor.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction, façade place du Théâtre-angle rue Saint-Aubert, 1925. IVR31_20096200098XA Projet de reconstruction : façade rue des Rapporteurs, 1925. IVR31_20096200099XA Vue de l'angle de l'immeuble du 22-28 place du Théâtre- Magasin Au coin de rue, vers 1904-1906
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 19 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 98
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    porte de la boutique est dû à l'entrepreneur Edouard Delamotte (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Un premier immeuble fut endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale puis frappé d'alignement en 1923. L'immeuble actuel date de 1929 ; il a été construit par la Société d'Entreprises de Constructions et de Travaux publics d'Arras de laquelle dépendaient les architectes Paul Dupuis et Albert Picy en charge du suivi des travaux. Le remarquable travail de ferronnerie exécuté sur la
    Description :
    sur rue de carrelage mural recouvrant la surface du rez-de-chaussée et du premier étage. Le second étage est composé d'un parement de briques et d'un bow-window en béton constitué de trois baies. Un étage de comble avec lucarne surmonte l'ensemble. Cet immeuble est de style Art déco : sa composition corniche, et les appuis de baie géométriques du premier étage. Une gargouille en grès émaillé, servant de console au bow-window, constitue une pièce originale signalant la présence d'une poissonnerie au rez-de -chaussée lors de la construction de l'immeuble. La ferronnerie de la porte de la boutique présente des formes à spirales caractéristiques de l'Art déco.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade sur rue Saint-Aubert, 1929. IVR31_20096200097XA Projet de reconstruction : façade sur rue du Fer-à-Cheval, 1929. IVR31_20096200100XA
  • Maison
    Maison Arras - 11 rue des Portes-Cochères - en ville - Cadastre : 2008 AB 1198-1199
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    -chaussée. Cette activité n'existe plus à l'heure actuelle (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Cette maison a été fortement endommagée par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Un premier projet de reconstruction, dressé par les architectes Paul Dupuis et Albert Picy, fut déposé en 1924 auprès des services de la préfecture. Il fut rejeté. Il présentait un édifice de style s'inspire des modèles de l'architecture antique. Les travaux débutèrent vers 1926 pour s'achever en 1929 . L'ensemble du travail de ferronnerie fut réalisé par l'entrepreneur arrageois Edouard Delamotte, les travaux de maçonnerie furent entrepris par Oscar Vandecasteele. Des radiateurs, réalisés par les ingénieurs -constructeurs parisiens Olivet et Mazars, furent montés à l'intérieur de la salle à manger, du salon et du fumoir de la maison ; le modèle installé obtint le Grand Prix à l'exposition des Arts décoratifs de Paris en 1925. Cette maison a été conçue à l'époque pour accueillir une clinique dentaire au rez-de
    Description :
    son inspiration dans les modèles de l'Antiquité : son entrée, couronnée d'un fronton sans base à oculus, est ainsi marquée par des montants suggérant des colonnes engagées, surmontés de chapiteaux striés. L'emmarchement pyramidant de l'entrée évoque les temples grecs. La frise et les cartouches situés au-dessous de la corniche sont constitués de motifs de feuillages aux lignes courbes. Les garde-corps de fer forgé des deux baies latérales se composent de formes carrées qui insèrent au centre des motifs à spirales. L'architecture composite de cette façade est caractéristique des réinterprétations de
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Projet de reconstruction refusé, façade sur rue et façade latérale, 1924. IVR31_20096200123XA Projet de reconstruction refusé, façade sur rue des Portes-Cochères, 1926. IVR31_20096200125XA Projet de reconstruction : façade sur rue, 1926. IVR31_20096200124XA Vue générale de l'entrée conçue comme un temple antique. IVR31_20096200188NUCA Vue de détail de la frise aux motifs de feuillages et aux lignes courbes. IVR31_20096200187NUCA Vue de détail d'un cartouche aux motifs de feuillages et aux lignes courbes. IVR31_20096200189NUCA Entrée de la maison. IVR31_20086200178NUCA Présentation du radiateur installé dans la salle à manger, le salon et le fumoir de la maison . Grand Prix à l'exposition des Arts décoratifs de Paris en 1925. IVR31_20096200091XB
1