Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 453 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Pas de tir dit site de lancement de V1 de Fresnoy
    Pas de tir dit site de lancement de V1 de Fresnoy Fresnoy - C.V. ordinaire n°1 - isolé - Cadastre : 1950 A2 213 a
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Comité cantonal de développement du canton du Parcq
    Historique :
    Les infrastructures du site de lancement furent construites en 1943-1944, selon les témoignages locaux rapportés dans des travaux historiques : le chantier de construction travaux aurait été ouvert à la fin de 1943, utilisant comme main-d’œuvre des prisonniers de guerre (Russes selon ces mêmes beaucoup plus boisée à l'époque qu'elle ne l'est aujourd'hui, couvert végétal dont la fonction était de camoufler les installations. Le site de Fresnoy était une position de tir active (par opposition aux positions de réserve), qui effectua des lancements dès juin 1944 car elle était opérationnelle lors de son quelques centaines de mètres de la rampe. Après ces premiers ratés, la rampe fonctionna correctement. Le
    Parties constituantes non étudiées :
    rampe de lancement
    Référence documentaire :
    CHEVALIER (Hugues). Bombes et V1 sur le Pas-de-Calais 1944, 2009.
    Précision dénomination :
    site de lancement de V1 seconde génération appelé "site modifié" ou "site léger"
    Dénominations :
    pas de tir
    Description :
    Actuellement, on identifie sur le site les restes de plusieurs éléments constitutifs d'un site de lancement V1 dit "site modifié". Il rassemble la dalle de béton de la rampe, qui permettait d'acheminer servaient de support à la rampe. Fresnoy présente un cas rare de rampe située sur un terrain en pente. Les . Leur taille va en s'accroissant dans la direction du tir, afin de compenser la déclivité du terrain , les paires de plots conventionnelles sont remplacées à Fresnoy par des plots uniques qui font plus de deux fois la largeur standard. Non loin de la rampe, on relève les vestiges du bunker de tir hexagonal la route, une réserve d'eau et plus loin une dalle de béton armé qui, d’après les travaux historiques , serait la dalle amagnétique (Richtbau). A gauche de la route, on remarque de gros blocs constitués de parpaings de béton qu’on ne peut attribuer à un bâtiment en particulier.
    Titre courant :
    Pas de tir dit site de lancement de V1 de Fresnoy
    Intérêt de l'œuvre :
    vestiges de guerre
    Illustration :
    Rampe de lancement à plots réunis (Abschussrampe) d'après les exemples relevés sur les bases de Plots de la rampe de lancement. IVR31_20126201773NUCA Plots de la rampe de lancement. IVR31_20126201772NUCA Bunker de tir hexagonal. IVR31_20126201774NUCA Dalle de béton armé, dalle amagnétique. IVR31_20126201777NUCA
  • Pas de tir dit site de lancement de V1 d'Eclimeux, actuellement remises agricoles
    Pas de tir dit site de lancement de V1 d'Eclimeux, actuellement remises agricoles Éclimeux - 17 rue d' Hummeroeuille - en village - Cadastre : 1988 A 414
    Historique :
    , plus légers et plus discrets, mais avaient maintenu une activité de façade sur les sites en ski (réparation sommaires mais visibles du ciel, faux lancements) afin de détourner l’attention des Alliés des sites légers. Les sources manquent pour déterminer si le site d’Eclimeux fut l’un de ces sites leurres . On ne sait à quel stade d'avancement les travaux furent stoppés sur le site. Le bâtiment de montage préliminaire fut détruit par les bombardements. La rampe a disparu. Les murs de protection de la rampe ne furent jamais construits. Le bâtiment de stockage en forme de ski est partiellement détruit. Le site est actuel comme remise de matériel agricole. Site non accessible.
    Parties constituantes non étudiées :
    rampe de lancement
    Référence documentaire :
    CHEVALIER (Hugues). Bombes et V1 sur le Pas-de-Calais 1944, 2009.
    Dénominations :
    pas de tir
    Murs :
    parpaing de béton
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Comité cantonal de développement du canton du Parcq
    Précision dénomination :
    site de lancement de V1 première génération appelé "site en ski" ou "Bois Carré"
    Description :
    Actuellement, on identifie sur le site plusieurs bâtiments constitutifs d'un type de site de lancement V1 dit "site en ski". Il rassemble un bâtiment de montage préliminaire (Montagebau), un bâtiment chimiques servant à la propulsion initiale du V1 (Stofflager), un bâtiment de stockage en forme de ski (Geräte Lagerstellen), en parpaing de béton et couverture béton, une niche pour les détonateurs semi -enterrée en béton armé (Zünderbunker), le bunker de tir semi-enterré (Kommandostand) en béton armé, les plots de fondation en béton armé de la rampe de lancement, la plateforme de déchargement (Umsetzanlage ) en dalles de béton armé, une voie en béton armé desservant le site. Tous les bâtiments sont en rez-de -chaussée ou semi-enterrés. Les escaliers présents sur le site permettent de descendre dans les bâtiments semi-enterrés. Les bâtiments sont couverts en terrasse. Du bois de coffrage est encore présent dans le gros œuvre de certains bâtiments. Plusieurs arbres présentent sur leur tronc des graffitis anciens
    Titre courant :
    Pas de tir dit site de lancement de V1 d'Eclimeux, actuellement remises agricoles
    Intérêt de l'œuvre :
    vestiges de guerre
    Appellations :
    site de lancement de V1
    Illustration :
    Carte de localisation du patrimoine de la Seconde Guerre mondiale dans le canton du Parcq
  • Cité ouvrière dite cité du Pas de la Ville
    Cité ouvrière dite cité du Pas de la Ville Leforest - rue de Thiers rue de Royat rue de Saint-Nectaire rue de Clermont-Ferrand rue de Pontaumur - en ville - Cadastre : 1966 AH 223 à 237, 240 à 281, 283 à 291, 293 à 295, 297 à 301, 304, 305, 309 à 312, 314 à 316, 320 à 343, 349 à 352, 604, 605, 653, 698, 699, 701 à 706, 841
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    fosse 2 du Groupe de Douai des Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais (anciennement Compagnie des D'après une carte du groupe d'exploitation de Douai de 1954, la construction de la cité du Pas de la Ville, composée de maisons en série et de maisons jumelles, est envisagée à partir de 1955. Elle Mines de l'Escarpelle) située dans le département du Nord sur la commune d'Auby. La cité se trouve enclavée, au nord par la cité de Folemprise et au sud par la cité des Boussinières sise sur la commune de Raimbeaucourt (59). Elle n'est plus constituée aujourd'hui que de 110 groupes de 2 ou 4 logements en rez-de -chaussée de type C3 dont les plans datent de 1959, et de type 106. A l'origine elle était composée également de 210 petits logements de type Camus A3 (comme à la cité du Planty à Leforest), groupés par 4 ou 6 et détruits il y a quelques années ainsi que de deux autres cités (Duquesnoy et du Hallot ) constituées de 79 logements dits baraques rasés à une date inconnue. Les modèles 106 C ou D et C3 sont encore
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P cités du Planty, du Bois, Folemprise, Sapin Vert et Pas de la Ville à Leforest. Plan de situation, plans . Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe de Douai, commune de Leforest, Cité du Pas-de-la-Ville, repérage des types de Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine Centre Historique Minier de Lewarde. 32W82. Groupe de Douai, généralités 1950-1957, inventaires des logements et plan du groupe d'exploitation de Douai, situation du logement au 01/01/1955. Centre Historique Minier de Lewarde : 32W83. Groupe de Douai dont programmes de construction des 13 logements type baraques : Plan n-°120 avec indication des logements détruits et de l'emplacement
    Murs :
    pan de béton armé
    Description :
    Les logements de la cité sont disposés de part et d'autre de voies sans issue que dessert un axe principal (la rue de Clermont-Ferrand). Aucune n'a de vis-à-vis. Les logements sont groupés par 2 ou 4 pour de 75 m2 environ. Les murs sont des panneaux de béton fabriqués en usine et montés sur place (en 15 jours) enduits de ciment, couvert de toit à un pan. Le type 106 est proche des types 101, 103 ou 104 de la cité du Château-Royaux à Leforest : murs de briques avec toit à longs pans en ciment amiante. Il superficie de 50 m2 environ. En terme de décor et à la différence des modèles précédemment cités, les portes
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Leforest - rue de Thiers rue de Royat rue de Saint-Nectaire rue de Clermont-Ferrand rue de
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité du Pas de la Ville
    Appellations :
    cité du Pas de la Ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maison de pensionnés, de type 106D, 1959, 5, 7 rue d'Issoires, cité du Pas de la Ville à Leforest Logement double, de type camus bas, C3, 1959, 6, 8 rue de Thiers. IVR31_20036200109X
  • Ensemble de cinq statues : Sacré-Coeur ; sainte Thérèse de Lisieux ; saint Joseph et l'Enfant ; saint François d'Assise ; sainte Elisabeth de Hongrie
    Ensemble de cinq statues : Sacré-Coeur ; sainte Thérèse de Lisieux ; saint Joseph et l'Enfant ; saint François d'Assise ; sainte Elisabeth de Hongrie Saint-Omer - Wissocq
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Représentations :
    sainte Thérèse de Lisieux sainte Elisabeth de Hongrie Sacré-Coeur ; sainte Thérèse de Lisieux ; saint Joseph ; saint François d'Assise ; sainte Elisabeth de Hongrie
    Titre courant :
    Ensemble de cinq statues : Sacré-Coeur ; sainte Thérèse de Lisieux ; saint Joseph et l'Enfant ; saint François d'Assise ; sainte Elisabeth de Hongrie
    Déplacement :
    lieu de déplacement Nord-Pas-de-Calais,62,Saint-Omer,église Notre-Dame,anciennement collégiale puis cathédrale,bas-côté nord,2e chapelle (dite de l'Assomption)
    Illustration :
    Sainte Elisabeth de Hongrie IVR31_20106208222NA Sainte Thérèse de Lisieux IVR31_20106208224NA
  • Pas de tir dit site de lancement de V1 de Vacqueriette-Erquières, actuellement centre équestre
    Pas de tir dit site de lancement de V1 de Vacqueriette-Erquières, actuellement centre équestre Vacqueriette-Erquières - rue de Saint-Georges - en village - Cadastre : 1984 B 11, 12a, 114, 116, 117, 124, 127, 282, 318
    Historique :
    modifiés, plus légers et plus discrets, mais avaient maintenu une activité de façade sur les sites en ski (réparation sommaires mais visibles du ciel, faux lancements) afin de détourner l’attention des Alliés des sites légers. Les sources manquent pour déterminer si le site de Vacqueriette-Erquières fut l’un de ces sites leurres. On ne sait pas à quel stade d'avancement les travaux ont été stoppés sur le site. Une structure rectangulaire en béton de plusieurs mètres de large a été décelée dans le sol : il s'agit peut -être des fondations d'une structure qui n'a jamais été achevée. On ne connait pas l'ampleur des dégâts dus au bombardement. L'un des abris de stockage en forme de ski, le bâtiment amagnétique (Richthaus ) ainsi que le bâtiment de stockage d'attente sont complètement effondrés. Le site est aujourd'hui occupé par un centre équestre, qui utilise plusieurs des bâtiments dans le cadre de ses activités.
    Parties constituantes non étudiées :
    rampe de lancement
    Référence documentaire :
    CHEVALIER (Hugues). Bombes et V1 sur le Pas-de-Calais 1944, 2009.
    Dénominations :
    rampe de lancement
    Murs :
    parpaing de béton
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Comité cantonal de développement du canton du Parcq
    Précision dénomination :
    site de lancement de V1 première génération appelé "site en ski" ou "Bois Carré"
    Description :
    identifie sur le site plusieurs bâtiments constitutifs d'un type de site de lancement V1 dit "site en ski ". Il rassemble un bâtiment de stockage d'attente (Eingangslager), le bâtiment de montage (Montagebau ), trois abris de stockage en forme de ski (Geräte Lagerstellen), le bâtiment amagnétique (Richthaus ), l'emplacement de la rampe de lancement avec ses deux murs de protection, le bunker de tir (Kommandostand), une réserve d'eau, et un abri-casernement (Personnal Understand) situé de l'autre côté de la route afin de supplémentaire non identifié situé à l'arrière du second bâtiment de stockage en ski, et une structure rectangulaire en béton de plusieurs mètres de larges, dans le sol, à proximité des voies d'accès creusées dans la terre. Tous les bâtiments du site sont en rez-de-chaussée ou semi-enterrés. Les escaliers permettent de descendre dans les bâtiments semi-enterrés. Les bâtiments sont couverts en terrasse.
    Localisation :
    Vacqueriette-Erquières - rue de Saint-Georges - en village - Cadastre : 1984 B 11, 12a, 114, 116
    Titre courant :
    Pas de tir dit site de lancement de V1 de Vacqueriette-Erquières, actuellement centre équestre
    Intérêt de l'œuvre :
    vestiges de guerre
    Appellations :
    site de lancement de V1
    Illustration :
    Carte de localisation du patrimoine de la Seconde Guerre mondiale dans le canton du Parcq Bâtiment de stockage d'attente. IVR31_20126201684NUCA Bâtiment de montage. Vue générale prise depuis le sud-est. IVR31_20126201673NUCA Bâtiment de montage. Vue générale prise depuis le nord-ouest. IVR31_20126201678NUCA Vue intérieure du bâtiment de montage. IVR31_20126201675NUCA Vue d'ensemble du bâtiment de montage (à gauche) et du bâtiment de stockage des réactifs chimiques Bâtiment de stockage des réactifs chimiques. A l'arrière-plan, le bâtiment de montage Bâtiment de stockage des réactifs chimiques : détail de l'entrée semi-enterrée Bâtiment de stockage des réactifs chimiques. Angle sud-est. IVR31_20126201681NUCA Vestiges d'un abri de stockage en forme de ski. IVR31_20126201661NUCA
  • Pas de tir dit site de lancement de V1 de Maisoncelle, actuellement remise et atelier
    Pas de tir dit site de lancement de V1 de Maisoncelle, actuellement remise et atelier Maisoncelle - rue Principale - en village - Cadastre : 1988 C1 10, 15, 20, 162a, 166, 183, 211 1988 ZE 21,23 1988 ZE 21, 23
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Comité cantonal de développement du canton du Parcq
    Historique :
    travaux historiques. Le site fut bombardé à de nombreuses reprises : le 14 décembre 1943, le 24 décembre de ce dernier bombardement, d'après les travaux historiques, le site était déjà abandonné depuis , plus légers et plus discrets, mais avaient maintenu une activité de façade sur les sites en ski (réparation sommaires mais visibles du ciel, faux lancements) afin de détourner l’attention des Alliés des sites légers. Les sources manquent pour déterminer si le site de Maisoncelle fut l’un de ces sites habitants après la Libération, ce afin de remettre les terrains en culture.Le site est aujourd'hui occupé
    Parties constituantes non étudiées :
    rampe de lancement
    Référence documentaire :
    CHEVALIER (Hugues). Bombes et V1 sur le Pas-de-Calais 1944, 2009.
    Précision dénomination :
    site de lancement de V1 première génération appelé "site en ski" ou "Bois Carré"
    Dénominations :
    rampe de lancement
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    Actuellement, on identifie sur le site plusieurs bâtiments constitutifs d'un type de site de lancement V1 dit "site en ski". Il rassemble un bâtiment de stockage d'attente (Eingangslager), les fondations d'un abri de stockage en forme de ski (Geräte Lagerstellen) qui, pour compenser la déclivité du terrain, mesurent plusieurs mètres de haut à l'une de ses extrémités, les plots en béton de la rampe de lancement, une réserve d'eau, ainsi que d'autres fondations en béton d'un usage non identifié. Les tracés de bâtiments du site sont élevés en simple rez-de-chaussée et couverts en toit-terrasse.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Pas de tir dit site de lancement de V1 de Maisoncelle, actuellement remise et atelier
    Appellations :
    site de lancement de V1
    Illustration :
    Carte de localisation du patrimoine de la Seconde Guerre mondiale dans le canton du Parcq Bâtiment de stockage d'attente. Vue générale. IVR31_20126201742NUCA Bâtiment de stockage d'attente. Détail de l'élévation. IVR31_20126201743NUCA Bâtiment de stockage d'attente. Vue générale. IVR31_20126201722NUCA Bâtiment de stockage d'attente. Détail de l'élévation. IVR31_20126201745NUCA Bâtiment de stockage d'attente. Détail de la porte. IVR31_20126201744NUCA Bâtiment de stockage d'attente. Vue intérieure. IVR31_20126201746NUCA Vue du premier abri de stockage en forme de ski. IVR31_20126201749NUCA Vue de détail du premier abri de stockage en forme de ski. IVR31_20126201751NUCA Premier abri de stockage en forme de ski. Vue de détail de la porte. IVR31_20126201752NUCA
  • tableau : Bénédiction de la Mer à Equihen
    tableau : Bénédiction de la Mer à Equihen Équihen-Plage - Eglise paroissiale Saint-Pierre place de l' Eglise - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Date : 1929 ; signature : Pierre de Palézieux ; étiquette dactylographiée, au revers du chassis
    Représentations :
    bord de mer bénédiction (procession, clergé, fidèles, foule) ; bord de mer
    Auteur :
    [peintre] Palézieux Pierre de
    Localisation :
    Équihen-Plage - Eglise paroissiale Saint-Pierre place de l' Eglise - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord Pas-de-Calais, 62, Equihen Plage
    Titre courant :
    tableau : Bénédiction de la Mer à Equihen
  • tableau : Bénédiction de la Mer à Equihen
    tableau : Bénédiction de la Mer à Equihen Équihen-Plage - Eglise paroissiale Saint-Pierre place de l' Eglise - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Transcription : Pierre de Palézieux 1935. Titre gravé sur une plaque de cuivre fixée à la traverse inférieure du cadre : la bénédiction de la mer. Etiquette dactylographiée au revers du cadre
    Représentations :
    bord de mer bénédiction (procession, clergé, fidèles, foule) ; bord de mer ; Bénédiction de la mer ; immersion de la croix processionnelle devant les fidèles (communiants, hommes et femmes pour la plupart en
    Auteur :
    [peintre] Palézieux Pierre de
    Localisation :
    Équihen-Plage - Eglise paroissiale Saint-Pierre place de l' Eglise - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord Pas-de-Calais, 62, Equihen Plage
    Titre courant :
    tableau : Bénédiction de la Mer à Equihen
  • Chasuble (No 2)
    Chasuble (No 2) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Description :
    Chasuble de forme dite antique Saint-André. De couleur violette, avec motifs de couleur noire et
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Lille
  • Cloche (Romaine Marie Anne Henriette)
    Cloche (Romaine Marie Anne Henriette) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Historique :
    Cloche fondue en 1866 par P. Drouot de Douai (Nord).
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La plus grande des trois cloches de l'église du Haut-Pont.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Drouot P.
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Douai
    Catégories :
    fonderie de cloches
  • Chasuble (No 1)
    Chasuble (No 1) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Historique :
    Chasuble réalisée par l'atelier J. Vanpoulle de Cambrai datant du milieu du 20e siècle.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Représentations :
    croix, grappe, panier : pain ; Alternance de grappes, croix et paniers à pain sur les bandes.
    Description :
    Chasuble de forme dite antique Saint-André. De couleur rouge-bordeaux.
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Cambrai
  • Cloche (Joseph Léonie)
    Cloche (Joseph Léonie) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Historique :
    Cloche fondue en 1868 par P. Drouot de Douai (Nord).
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cloche de taille intermédiaire des trois cloches de l'église du Haut-Pont.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Drouot P.
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Douai
    Catégories :
    fonderie de cloches
  • Cloche (petite)
    Cloche (petite) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Inscriptions & marques :
    Transcription : 26 de mensis julii anni 1868 fui benedicta summo pontifice pio nono regnate
    Historique :
    Cloche fondue en 1868 par P. Drouot de Douai (Nord).
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La plus petite des trois cloches de l'église du Haut-Pont.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Drouot P.
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Douai
    Catégories :
    fonderie de cloches
  • Ensemble de quatre chasubles et une étole
    Ensemble de quatre chasubles et une étole Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Inscriptions & marques :
    Transcription : Société liturgique / Lille-Rome / 52 rue de la Monnaie, Lille.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Représentations :
    Alpha et Oméga, Chrisme, couronne de laurier, rayons lumineux, le Serpent d'Eden ?) étoil Alpha et Oméga, Chrisme, couronne de laurier, rayons lumineux, le Serpent d'Eden (?), étoile blanche), Alpha et Oméga avec le Chrisme entourés d'un couronne de laurier (chasuble rouge 2).
    Description :
    Chasubles de forme dite antique Saint-André. Deux chasubles rouges, une blanche et une verte. La
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Lille
    Titre courant :
    Ensemble de quatre chasubles et une étole
    Dimension :
    h = 120. Toutes de dimension identique.
    Illustration :
    Détail de la chasuble rouge 1 IVR31_20106202841NUCA Vue générale de la chasuble blanche IVR31_20106202842NUCA Vue générale de la chasuble rouge 2 IVR31_20106202844NUCA Vue générale de la chasuble verte IVR31_20106202838NUCA Détail de la chasuble verte IVR31_20106202839NUCA Détail de la chasuble blanche IVR31_20106202843NUCA Vue générale de la chasuble rouge 1 IVR31_20106202840NUCA
  • Ensemble de deux verrières figurées et verrières décoratives : Baptême du Christ ; Descente de croix (baies 20, 23)
    Ensemble de deux verrières figurées et verrières décoratives : Baptême du Christ ; Descente de croix (baies 20, 23) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Inscriptions & marques :
    de Jésus Christ dans le Jourdain par Saint Jean-Baptiste. Baie 20 : Jésus Christ descendu de la Croix
    Historique :
    Boutin. Seule la baie 23 est datée signée, mais la parenté de style évidente avec la baie 20 permet de
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Représentations :
    Baptême du Christ, Descente de Croix, ornement à forme géométrique Baptême du Christ, Descente de Croix, ornement à forme géométrique ; Baie 23 : Baptême du Christ , avec colombe du Saint-Esprit.£Baie 20 : Descente de Croix.
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Lille
    Titre courant :
    Ensemble de deux verrières figurées et verrières décoratives : Baptême du Christ ; Descente de
    États conservations :
    grillage de protection
    Illustration :
    Baie 20 : Descente de Croix (scène centrale) IVR31_20106202961NUCA Baie 23 : inscription concernant les auteurs et date au bas de la baie IVR31_20106202959NUCA
  • Bannière de procession (blé)
    Bannière de procession (blé) Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Inscriptions & marques :
    Transcription : pour Dieu, nos foyers, nos champs (J.A.C.C.) (recto) / fédération du Pas de Calais , section de Saint-Omer, Immaculée Conception (verso).
    Historique :
    Bannière pouvant dater de la fin du 19e siècle.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Dénominations :
    bannière de procession
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Localisation :
    Saint-Omer - le Haut-Pont - Église paroissiale de l'Immaculée Conception place de la Ghière - en
    Titre courant :
    Bannière de procession (blé)
  • asile d'aliénés, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, rebaptisé dernièrement établissement public de santé mentale Val de Lys-Artois
    asile d'aliénés, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, rebaptisé dernièrement établissement public de santé mentale Val de Lys-Artois Saint-Venant - 20 rue de Busnes - en ville - Cadastre : 1964 AB 11 à 35 1964 AB 11 à 35
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    en chef du département du Pas-de-Calais, en collaboration avec Paul Lenoir, architecte des bâtiments . L'établissement conventuel de Saint-Venant était donc une maison-fille de celui d'Armentières qui n'avait pas probablement l'abandon ou tout au moins le report de ce premier projet. Lorsque le conseil général du Pas-de -Calais prit, le 19 août 1875, la décision de reconstruire l'édifice sur les terrains précédemment acquis Un établissement conventuel fut établi en 1679 à Saint-Venant par la congrégation du tiers ordre de tardé à s'orienter vers l’accueil de personnes atteintes de troubles mentaux et où pareille spécialisation dans le type d'accueil semble avoir débuté à partir de la fin du XVIIe siècle. Une inflexion similaire de l'accueil se produisit presque concomitamment à la maison-fille de Saint-Venant. Si les mesures législatives de l'époque révolutionnaire entraînèrent le départ à court terme des religieux desservant l'établissement, celui-ci continua tant bien que mal à fonctionner durant les périodes les plus troublées de la
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    antérieure générale et coupes générale, 15 novembre 1868. Archives départementales du Pas de Calais, N 1295/1 et tirages (1929-1937). Archives départementales du Pas-de-Calais. Série J, fonds Paul Decaux, asile ). Archives départementales du Pas de Calais. Série N, édifices départementaux, asile d’aliénés de Saint Dossier sur la reconstruction de l’asile d’aliénés (1875-1878). Archives départementales du Pas de Calais, 1 X 1081 : dossier sur la reconstruction de l’asile d’aliénés (1875-1878). Avant-projet de construction d'un asile d'aliénés avec plans de distribution générale, élévation , avant-projet de construction d'un asile d'aliénés : plan de distribution générale du rez-de-chaussée et Projet par l’architecte Paul Lenoir, plan de distribution générale du rez-de-chaussée, 20 juillet 1876. Archives nationales, Paris. Série F15, hospices et secours. Atlas de plans des asiles d’aliénés (Ain à Yonne), F15* 55 et 56 (1875-1876) : F15* 56, projet par l’architecte Paul Lenoir, plan de
    Description :
    Juste après son transfert sur le site qu'il occupe actuellement et l'achèvement de sa construction selon le projet initial, l'asile comportait dix pavillons d'hospitalisation répartis en deux divisons de cinq pavillons chacune, disposés de part et d'autre de l'axe longitudinal de l'édifice. Toutefois, dans chacune des deux divisions de cinq pavillons, celui des malades agités était placé nettement en retrait arrière, la chapelle, le bâtiment de l'administration, la cuisine et les bains. Cet établissement qui était prévu pour abriter un total de 500 lits et était destiné à accueillir exclusivement des femmes aliénées, vit le nombre de ses patientes hospitalisées grimper jusqu'à environ 1200 dans les années 1980 architecturale, avec les pavillons de malades groupés en deux divisons et alignés de part et d'autre d'un axe central et les bâtiments des services généraux disposés le long de l'intervalle médian, était apparue à l'asile d'aliénés du Mans, édifié à partir de 1828, et celle-ci avait été qualifiée en 1853 de système
    Localisation :
    Saint-Venant - 20 rue de Busnes - en ville - Cadastre : 1964 AB 11 à 35 1964 AB 11 à 35
    Titre courant :
    dernièrement établissement public de santé mentale Val de Lys-Artois
    Appellations :
    établissement public de santé mentale Val de Lys-Artois
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Avant-projet de construction de l'asile par les architectes Gieseler et Lenoir, plan de distribution générale du rez-de-chaussée, vue générale, 15 novembre 1868. IVR31_20046200001XA Avant-projet des architectes Gieseler et Lenoir, plan de distribution générale du 1er étage, 15 Avant-projet de construction de l'asile par les architectes Gieseler et Lenoir, plan de Avant-projet de construction de l'asile par les architectes Gieseler et Lenoir, élévation Avant-projet de construction de l'asile par les architectes Gieseler et Lenoir, élévation antérieure générale, détail de la partie centrale de la composition architecturale, 15 novembre 1868 Projet de construction de l'asile par l'architecte Lenoir, élévation antérieure et coupe Projet de construction de l'asile par l'architecte Lenoir, plan-masse général, vue générale, 15 Projet de construction de l'asile par l'architecte Lenoir, reproduction manuscrite du plan original
  • Cité jardin dite Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges
    Cité jardin dite Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges Dourges - rue Roger-Salengro rue Félix-Faure - en ville - Cadastre : 1980 AI, AK 144 à 147, 151 à 163, 239
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    -jardins dans le bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais. L'église Saint-Stanislas, le presbytère et Composée de maisons en série et de maisons jumelles, et située à mi-chemin entre les puits 2 et 8 de de la Compagnie des Mines de Dourges, la cité Bruno de Boisgelin, aussi appelée cité des Polonais puisqu'elle concentrait des mineurs issus de cette communauté, est constituée d'un ensemble édifié de 1904 à 1908 : la cité Bruno Ancienne (du prénom du fils du directeur des mines de Dourges, de source orale première cité-jardin construite par la Compagnie des Mines de Dourges. Elle est mixte puisqu'une première , date de 1907-1908-1909 ; dans cette dernière, l'accent est mis sur la diversité des types de maisons , le décor architectural et les notions hygiénistes émergentes. La cité servira de modèle pour d'autres ensembles d'habitations ouvrières de la compagnie de Dourges comme Foch, Darcy ou Crombez respectivement la salle des fêtes auraient été achevés en 1927-1928 ainsi que la cité Nouvelle située de l'autre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale cités ouvrières du Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15. Conseil Régional Hauts-de-France du Pas de Calais, 3 P 1771 la compagnie des mines de Dourges, 1908-1909. Archives départementales du Pas de Calais, X 176 départementales du Pas de Calais, X 178 Société des Mines de Dourges. Habitations ouvrières, août 1909. Archives départementales du Pas de Société des Mines de Dourges, à Hénin-Liétard : Cités-jardins, Exposition internationale du Nord de la France, Roubaix, 1911, Centre Historique Minier de Lewarde, 3302. Notice sur la société des Mines de Dourges à Hénin-Liétard. Société des Mines de Dourges, 1909 . Centre de documentation, Centre historique minier de Lewarde, 2338 Calais, X 177
    Description :
    Aérée et arborée, la cité ancienne est une cité-jardin formant un ensemble cohérent de maisons de style anglo-normand semblable à celui de la cité Foch d'Hénin-Beaumont. Toutes les habitations comportent un jardin et abritent de 2 à 4 familles. Elle se compose de 12 types de logements pour un total de 68 maisons et de 172 logements : 16 maisons ouvrières de type A30 de 1904 à 4 logements, 2 type B30 de 1904 à 2 logements, 12 type C32 de 1906 à 2 logements, 2 type D34 de 1906 à 2 logements, 1 type J40 de 4 logements sans date sur le plan, 8 type G37 de 1907-1908 à 2 logements, 8 type F36 de 1907 -1908 de 2 logements, 6 types I36 de 1907-1908 à 2 logements, 4 type F35 de 1908 à 2 logements, 3 type H38 de 1907 à 2 logements, 4 type E35 de 1907 à 2 logements, 1 type G36 de 1907 à 2 logements . L'église Saint-Stanislas, le presbytère, une salle des fêtes (salle Bruno), une maison de garde, une cité Cornuault et à Oignies à la cité Declercq (type ME194). L'église de style néo byzantin, dont la
    Jardins :
    carré de jardin
    Titre courant :
    Cité jardin dite Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges
    Appellations :
    Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais
    Annexe :
    accuse pas de louanges exagérées et de dithyrambes ; nous ne pourrions plus sincèrement exprimer notre de Dourges Extrait de Art et Coopération dans les cités-jardins, 1911, p 195 - 197 ; III Les villages-jardins des mines de Dourges ; 1 Origines C'était en 1906, que je me rendis pour la première fois à Dourges, appelé en consultation comme ingénieur social. La même année, l'architecte de la Société des Mines de Dourges, M. E. Delille, devenait membre et correspondant de l'Association des Cités -Jardins de France, et était délégué à notre voyage annuel aux Cités-Jardins anglaises ; il se livrait aussi à différentes recherches sur l'esthétique de la rue, dans les vieux villages et les vieilles villes de France. De cet ensemble de consultation et d'études, de rapports présentés au Conseil d'administration, résulta la décision de construire un groupe de maisons suivant l'ordonnancement et suivant les de maisons de manière à ménager des perspectives et à donner à la ligne courbe la prédominance sur la
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maisons ouvrières, groupe de deux, type 37, 1908. IVR31_20026200118X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 35, 1907. IVR31_20026200110X Maisons ouvrières, groupe de 4 logements, type 30, 1904. IVR31_20026200116X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 32, 1906. IVR31_20026200115X Maisons ouvrières, groupe de 4 logements de 4 pièces, type 40. IVR31_20026200117X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 37, 1907. IVR31_20026200119X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 36, 1907. IVR31_20056200132X Maisons ouvrières, groupe de 2 logements, type 34, 1906. IVR31_20056200131X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 35, 1908. IVR31_20026200109X Salle de réunion dite salle Bruno. IVR31_20026200112X
  • Chapelle Sainte-Thérèse
    Chapelle Sainte-Thérèse Avion - boulevard Henri-Martel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    désaffectée en 1974. Elle est victime, comme de nombreuses églises et chapelles du Nord - Pas-de-Calais, de profit de la chapelle Saint-Nicolas alors en construction dans la ZUP de Calais (voir dossier IA62001267 La chapelle Sainte-Thérèse construite par la compagnie des Mines de Liévin pour la cité du n° 7 est l'insuffisance de moyens pour leur réparation et leur entretien au moment du transfert du patrimoine cultuel des Houillères, nationalisées, aux associations diocésaines. La cloche de l'ancienne chapelle est récupérée au
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    La chapelle Sainte-Thérèse est aménagée dans une ancienne maison d'habitation de la cité minière signaler le lieu de culte.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue de l'espace central et du choeur. IVR31_20155908191NUCA
  • Fonderie de zinc, de plomb et de métaux non ferreux de la Société anonyme des mines et usines de Malfidano, puis société minière et métallurgique de Peñarroya, puis Metaleurop Nord
    Fonderie de zinc, de plomb et de métaux non ferreux de la Société anonyme des mines et usines de Malfidano, puis société minière et métallurgique de Peñarroya, puis Metaleurop Nord Noyelles-Godault - rue Malfidano rue Victor-Hugo rue du Château - en ville - Cadastre : 1996 AB 93, 120, 121, 129, 130
    Historique :
    Un des bâtiments qui abrite l'administration porte la mention de 1894, date de l'édification d'une usine de traitement du minerai de zinc par l'entreprise française dite Société anonyme des Mines et Usines de Malfidano (Sardaigne). Détruit pendant la Première Guerre mondiale, le site est racheté par la Société minière et métallurgique de Peñarroya qui reconstruit les bâtiments d'usine à partir de 1920 et contribue à son développement. En 1921 est mis en route un atelier d'ouvrés de plomb ; deux ans plus tard les laminoirs à zinc sont inaugurés ; la tour à plomb de chasse démarre avant 1925 ainsi que la fonderie de zinc à creusets horizontaux ; plusieurs batteries de fours sont progressivement installés entre 1926 et 1928. La construction d'une nouvelle fonderie de plomb (inaugurée en 1936) débute en 1934 qui a pour objectif d'atteindre une production de 30 à 40 000 tonnes annuelles. En 1938 la fonderie produit 42 000 tonnes de plomb (plomb d'œuvre et plomb doux) et 115 tonnes d'argent. La tour à
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    , 1911. AD Pas de Calais. M4947. Usine à zinc et plomb de Noyelles-Godault, n'emploie pas de pyrites et Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional p. 246 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille . Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours Société minière et métallurgique de Penarroya in Le Pas-de-Calais, extrait de la collection Richesses de France, 1955. Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. Société minière et métallurgique de Penarroya in Le Pas-de-Calais, extrait de la documentation, DRAC Nord-Pas de Calais, Lille. Histoire d'une société : Peñarroya 1881 - 1981, imprimerie du Usine à zinc et plomb de Noyelles-Godault, n'emploie pas de pyrites et n'opère pas de grillages
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Annexe :
    (Finistère) et elle a installé en 1894 dans le département du Pas de Calais, à Noyelles-Godault, une usine Extrait d'une plaquette descriptive sur la Société anonyme des Mines de Malfidano, usine de Noyelles Godault, zinc, plomb, argent, siège social au 76 rue de la Victoire à Paris. Centre Historique Minier de Lewarde, 3322 La Société anonyme des Mines de Malfidano est une société française constituée en 1869 au capital de 125.000.000F, divisée en 25.000 actions de 500F entièrement libérée. La société est propriétaire de mines de zinc et de plomb argentifère en Sardaigne. Ces mines produisent annuellement 400.000t de minerais. Elle possède en outre en France la concession de mines de plomb de Houelgoat pour le traitement des minerais de zinc et plomb. Société anonyme des mines de Malfidano, usines de Noyelles-Godault. Usines à zinc, construite en 1894, elle comprend actuellement : Un hall de 180m de longueur renfermant 10 fours, un hall de 84m de longueur renfermant 4 fours. Ces 14 fours peuvent produire
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Hydrographies :
    canal de la Haute-Deûle
    Précision dénomination :
    fonderie de zinc fonderie de plomb fonderie de métaux non ferreux
    Description :
    Installée sur une superficie de 50 hectares terril compris, le site est desservi par un réseau de chemin de fer et par la voie d'eau du canal de la Haute-Deûle. L'ensemble est composé de 89 bâtiments dont deux châteaux d'eau en béton. Plusieurs cheminées existent dont une de 48 mètres de haut et une autre de 125 mètres. Les ateliers plomb et zinc sont constitués de bardage de tôle et de conception shed ou en terrasse, et couvert de tôle ou de métal. Les autres bâtiments liés à l'administration, à l'hygiène et aux salariés sont en brique, couverts de toit à longs pans en tuile flamande mécanique ou de terrasse pour certains. La tour à plomb de chasse, haute de 64 mètres, est constituée d'une structure métallique poteaux-poutres avec remplissage de béton bâtard à la chaux. Elle est composée de deux volumes respectivement de 7 et 12 étages et d'un niveau de sous-sol. Le parallélépipède rectangle que forme le volume le plus bas est couvert d'une terrasse en béton avec parapet surmonté à plusieurs endroits de boules
    Titre courant :
    Fonderie de zinc, de plomb et de métaux non ferreux de la Société anonyme des mines et usines de Malfidano, puis société minière et métallurgique de Peñarroya, puis Metaleurop Nord
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Appellations :
    Société anonyme des Mines et Usines de Malfidano, puis Société minière et metallurgique de
    Illustration :
    Travaux de dégagement et d'exhaussement du château de Noyelles-Godault, maison patronale de l'usine Machine ; étape de production d'une pièce en métal. IVR31_19876202111X Vue de l'atelier de fabrication. IVR31_19876202121X Vue générale de l'usine en destruction. IVR31_20056200122X Vue générale de l'usine avec la tour à plomb. IVR31_20056200123X Quai de déchargement. IVR31_20056200125X Quai de déchargement, grue et château d'eau. IVR31_20056200126X Quai de déchargement avec grue. IVR31_20056200124X Vue générale de la tour à plomb. IVR31_20056200256X Image de la destruction. IVR31_20056200308X
1 2 3 4 23 Suivant