Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 101 à 120 sur 8040 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Champignons en plâtre
    Champignons en plâtre Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Référence documentaire :
    lycées impériaux de Périgueux et d'Angoulême. Niort, ASEISTE, 2013.
    Canton :
    Tourcoing-Nord
    Dénominations :
    objet de représentation d'un organisme vivant
    Description :
    ! Description des modèles de la photographie 1 (de gauche à droite, rang arrière puis rang avant) : - amanite - russule émétique - vénéneux - chanterelle ou girolle - comestible Description des modèles de la photographie 2 (de gauche à droite, rang arrière puis rang avant) : - langue de bœuf - comestible - amanite des modèles de la photographie 3 (de gauche à droite) : - clavaire jaune - pézize orangée Description du modèle de la photographie 4 : - mousseron
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Planche pédagogique : anthère et pollen
    Planche pédagogique : anthère et pollen Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La planche ne porte ni date ni numéro, mais le croisement de différents repères chronologiques (appellation "Hachette et Cie", qui co-édite la planche, usitée de 1846 à 1919, période d'activité de Georges Masson et des deux dessinateurs), permet de dire que la planche a été éditée entre 1865 et 1896.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Canton :
    Tourcoing-Nord
    Dénominations :
    objet de représentation d'un organisme vivant
    Description :
    muséum d'histoire naturelle de Paris Co-éditée par G(eorges) Masson et Hachette et Cie, et imprimée par d'une part de suspendre le panneau, et d'autre part de faire un poids qui le tende lorsqu'il est
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Modèle anatomique de rein
    Modèle anatomique de rein Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    L'attribution à Auzoux n'est pas certaine car la pièce ne porte pas de signature et Auzoux n'a utilisé le plâtre seul que pour de petits modèles, ce qui n'est pas le cas de ce rein. S'il s'agit bien d'une production des ateliers d'Auzoux, celle-ci est sans doute postérieure à sa mort. Le modèle de rein produit de son vivant est en effet en partie démontable.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Référence documentaire :
    lycées impériaux de Périgueux et d'Angoulême. Niort, ASEISTE, 2013. AUZOUX, Louis, Thomas, Jérôme. Notice sur les préparations artificielles de M. Auzoux, docteur en AUZOUX, Louis, Thomas, Jérôme. Leçons élémentaires d'anatomie et de physiologie humaine et comparée RUIZ, Guillaume. Les modèles en papier mâché du docteur Auzoux au musée de l’École Vétérinaire d'Alfort. Thèse pour le doctorat vétérinaire, soutenue devant la Faculté de médecine de Créteil, 2010 CHANAL, Nicolas. L'anatomie clastique de Louis Auzoux, une entreprise au XIXème siècle. Thèse pour le doctorat vétérinaire, soutenue devant la faculté de médecine de Créteil, 2014. theses.vet Auzoux au musée de l'Ecole Vétérinaire d'Alfort RUIZ, Guillaume, DEGUEURCE, Christophe. Les modèles d'anatomie clastique du docteur Auzoux au musée de l’École Vétérinaire d'Alfort. Bulletin de la société française d'histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 2009, n°9.
    Canton :
    Tourcoing-Nord
    Dénominations :
    objet de représentation d'un organisme vivant
    Titre courant :
    Modèle anatomique de rein
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    beaucoup moins couteux et beaucoup plus solides que les modèles en cire, qui de plus ne sont pas démontables et ne permettent pas de voir comment les différents pièces anatomiques s'articulent ente elles. Le mâché peint, ne nécessitent plus de restes humains. Ils peuvent être produits en série et sont donc produire ces pièces, selon la même technique et dans les mêmes moules jusqu'en 2002. Le lycée Gambetta de
    Illustration :
    Modèle de rein en plâtre - vue intérieure IVR31_20145900256NUC4A Modèle de rein en plâtre - vue extérieure IVR31_20145900257NUC4A
  • Collection Muret
    Collection Muret Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    marque de marchand Le cachet de forme ovale, en métal, est apposé sous chaque volume. Il porte le texte suivant
    Historique :
    permet pas d'exposer de manière dogmatique. Enfin, qui ne sait que le langage ordinaire est presque L'éditeur scolaire Delagrave a édité, entre 1850 et 1914 environ, un ensemble de solides géométriques, dont certains accompagnés d'un support de projection, créés par Charles Muret, dessinateur , cartographe, mathématicien et géomètre de la ville de Paris. Entre 1850 et 1875, ce dernier a complété et d'artillerie et des cours industriels de Metz, à l’École Polytechnique, ancien directeur des études à l’École Centrale. Ces solides doivent aider les élèves à saisir les subtilités de la géométrie par le toucher et formes et aux appellations de la géométrie (...). La combinaison de ces formes entre elles serait alors qu'il y a de l'instruction dans la variété. On arriverait à donner promptement, et pourtant avec une toujours insuffisant dans les questions où il s'agit de formes ? (...) Objecterait-on que cet appel aux sens, que cette manière de parler aux yeux peut rendre l'esprit paresseux, nuire au travail de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Référence documentaire :
    MURET, Charles : Choix de modèles en plâtre et en fils, destinés à l’enseignement de la géométrie élémentaire et de la géométrie supérieure, de la géométrie descriptive et de ses applications aux ombres, à la , Charles. Choix de modèles en plâtre et en fils, destinés à l’enseignement de la géométrie élémentaire et de la géométrie supérieure, de la géométrie descriptive et de ses applications aux ombres, à la . Bardin, ancien professeur des Écoles d'artillerie et des cours industriels de Metz, à l’École élève, géomètre de la ville de Paris - Collections stéréotomiques de C. Muret, successeur de L.L. Bardin , adoptées par le Ministère de l'Instruction Publique, pour l'usage des écoles normales, des écoles spéciales , des écoles de dessin, de l'enseignement secondaire spécial et par la ville de Paris pour ses écoles de MURET, Charles. Collections stéréotomiques de Ch. Muret. Données numériques et dessins perspectifs d'une nouvelle collection de modèles en plâtre à l'usage des classes de mathématiques spéciales, mise en
    Dénominations :
    instrument de dessin
    Description :
    par Muret au lycée fin 1887. Les autres n'ont pas de socle, mais leur base porte en son centre un s'imbriquent les unes dans les autres. Leur taille n'excède pas 20 cm de hauteur, avec des diamètres variant de 22 planches de projection, sur les 24 achetées, qui ne disposent malheureusement pas toutes du plâtre La quinzaine de modèles encore possédés par le lycée fait partie des formes simples de la collection Muret. Deux modèles, de 26 cm de haut chacun, possèdent un socle plan débordant et portent des lignes gravées indiquant les axes de projections. Ils appartiennent sans doute à la série des "13 solides en plâtre avec socle en bois" pour l'enseignement de la géométrie identifiés dans la facture adressée petit bouton en relief qui vient s'emboiter dans le trou présent sur les planches de projection, ce qui . Les planches de projection, appelées "épures" par Muret, comprennent plusieurs feuillets en carton fort reliés par de la toile. Chaque partie d'une planche mesure environ 25 x 35 cm. Le lycée conserve
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    d'autres planches de projection (22 au total) pour lesquelles le plâtre correspondant n'a pas été retrouvé La collection Muret : L'éditeur scolaire Delagrave a édité un ensemble de solides géométriques , dont certains accompagnés d'un support de projection, crée par Charles Muret, dessinateur, cartographe mathématique entre 1850 et 1875, afin "d'aider les élèves à saisir les subtilités de la géométrie par le ou moins complexes. Ses modèles les plus complexes ont été acquis par de nombreuses universités (La Sorbonne, Göttingen en Allemagne...), et ont inspiré d'autres fabricants qui proposent de nouveaux modèles la première guerre mondiale. La quinzaine de modèles encore possédés par le lycée fait partie des
    Illustration :
    Volumes en plâtre de la collection Muret IVR31_20145900083NUC4A Volumes avec insertions de la collection Muret IVR31_20145900064NUC4A Volume conique en plâtre avec sa planche de projection de la collection Muret Volume tronconique avec insertion et sa planche de projection de la collection Muret Planches de projection de la collection Muret IVR31_20145902310NUC4A Facture de la maison Muret IVR31_20165900633NUC4 Cachet de l'éditeur scolaire IVR31_20155901974NUC4A
  • Lycée Gambetta à Tourcoing
    Lycée Gambetta à Tourcoing Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre : 2014 000 HZ 01 2 1885 D8 4094, 4095, 4096
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    compétence des lycées aux Régions, le Conseil Régional Nord Pas de Calais décide de restructurer de manière société. La France n'est pas seulement peuplée de lettrés et d'ouvriers. Les études classiques ne sont que L'écho de Tourcoing. Pour eux, l'objectif du lycée n'est pas, contrairement à ce qui est déclaré, de par classe ne doit pas dépasser 40. En dehors des salles de classe pour les matières classiques, le dans les journaux ne brillent pas par leur impartialité... La presse républicaine parle de liesse Publique, est annulée à cause de la proximité des élections. Ceci n'empêche pas les 130 premiers élèves du , dans un contexte marqué par les vifs débats suscités par les lois de Jules Ferry sur la laïcité de pour les garçons et les filles de 6 à 13 ans et interdisent aux ministres du culte de surveiller , d'inspecter et de diriger des écoles... Elles sont étendues à l'enseignement secondaire en 1886. Le Ministère de l'Instruction Publique, désireux de voir s'installer des établissements qui vont soustraire les
    Référence documentaire :
    : Institut National de recherche Pédagogique, 2005 p. 85 - 109 LE COEUR, Marc. La chaire et les gradins : de la salle de classe à la salle de cours dans les lycées au XIXème siècle. Histoire de l'éducation, 2011, n°130 p. 1-19 SPIVAK, Marcel. Quelques aperçus de la recherche en histoire de l'éducation physique et des sports en France. Histoire de l'éducation, 1981, n°10. France (1818-1872). Histoire de l'éducation, mai 2004, n° 102. Indications des locaux nécessaires pour l'établissement d'un collège royal, 1843 Conseil royal de dans le Bulletin Officiel de 1843, pages 132 - 138. Ministère de l'Instruction Publique. Lycées impériaux, programme pour les bâtiments, Projet [1861 Ministère de l'Instruction Publique et des Cultes. Note relative aux conditions d'installation des
    Canton :
    Tourcoing-Nord
    Représentations :
    les visages des personnages soient très différenciés les uns des autres, il ne s'agit pas de portraits phrygien, entourée de feuilles de laurier (à gauche) et de chêne (à droite). Enfin, le foyer n'est pas scène de genre Plusieurs types de décors sont visibles sur la façade du lycée : des symboles républicains, des portraits, des allégories et des ornements figuratifs et non figuratifs. Leur choix a fait l'objet de longs échanges entre la ville, le sculpteur et le Ministère de l'Instruction Publique, aux vues duquel il a bien fallu se conformer... - les symboles républicains et les armes de la ville : réalisés en pierre et situés sur la partie centrale de la façade, aux angles de chaque avant-corps, ainsi qu'aux angles du bâtiment. Les symboles de la République sont positionnés au troisième niveau. Ils portent les lettres RF les verges liées, ainsi que des guirlandes de laurier. Ceux portant les armes de Tourcoing sont
    Description :
    principale. La partie triangulaire, au nord de la parcelle, est en revanche plus atypique car elle accueille présente sur cour 3 étages carrés mais pas de combles), couverts par une toiture en pavillons avec brisis n'a pas fourni de modèle de gymnases malgré plusieurs tentatives (projets de Laisné en 1854 et de B pour le bâtiment du milieu C pour le bâtiment en fond de parcelle le long du AD pour celui au bout des salles de science jusqu'au A Chapelle Infirmerie Gymnases ______________________________ Le lycée s'inscrit dans une parcelle en forme de trapèze rectangle, la partie rectangulaire étant bordée sur ses longs côtés par le canal et le boulevard Gambetta. La forme de la parcelle a contraint élévations différentes (deux étages carrés et un niveau de combles pour le bâtiment A, un étage carré pour aux salles de sciences bordent strictement la partie triangulaire du terrain et font la jonction entre à un niveau (AB1, AB2 et AB3), des préaux (AD, BC3) ou des galeries de circulations couvertes (BC1
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    En 2009, "Gambetta" doit faire l'objet d'un important programme de travaux de restructuration porté par la Région. Il devient donc urgent d’engager un travail de recensement et de documentation du patrimoine architectural de ce lycée construit en 1885 et à peine modifié jusqu'à aujourd'hui, ainsi que de conservés aux archives municipales de la ville ainsi qu'au lycée. Elle a mis en évidence un bâtiment typique de l'architecture rationaliste du XIXème siècle, organisé à l'image des grands établissements spécifiquement dédiés à l'enseignement des sciences ou la présence d'une chapelle. Elle a également permis de redécouvrir une très riche collection d'instruments de physique, et un exceptionnel ensemble de modèles en
    Illustration :
    Cour du petit quartier : vue cavalière de la partie nord de la cour - état 2012 Cour du moyen quartier (partie nord) et bâtiment séparant cette cour de celle de l'infirmerie Couloir desservant l'aile nord du bâtiment de façade depuis le hall d’honneur Dessin de l'élévation de la partie nord de la façade avant du bâtiment principal précisant les Décret de création du lycée Gambetta, 27 mai 1882 IVR31_20145902369NUC4A Courrier du Ministère de l'Instruction publique autorisant la ville à emprunter pour la Liste des insertions presse pour les travaux de construction du lycée IVR31_20145902402NUC4A Extrait du cadastre napoléonien de 1885 IVR31_20155900611NUC4A Plan de la répartition des fonctions du 1er étage, laissant appraitre l'emplacement initial de l'entrée monumentale, de la chapelle et des pavillons d'habitation, dessin aquarellé, novembre 1881
  • Maisons, immeubles, chalets et villas
    Maisons, immeubles, chalets et villas Berck - Cadastre : CN 3 0
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    atteindre 96 chalets et 22 « villas ». Le plan d'aménagement de 1928 (AD Pas-de-Calais 2O755/2) mentionne sorte de damier. Toutes ces rues sont bordées de chalets, le plus grand nombre isolés, n´offrant pas de La station est née de la vente des lais de mer en 1863 à différents propriétaires qui les ont organisés en lotissements formant le quartier de « La plage » et de « Lhomel », séparés par la rue de Impératrice. Ils sont tous de plan orthogonal où, à l´origine, le bâti est sur des parcelles en lanières étroites, mitoyennes, alignées sur la rue et lotis de nombreux chalets en bois jusque dans les années 1920 , comme en témoigne les toiles de Jan Lavezzari (la rue de Lhomel, fig. 1), le cadastre et le plan des chalets de 1912. L´évolution du nombre d´édifices bâtis, constitués essentiellement de chalets jusqu´à la première guerre mondiale, est mesurable par la comparaison des indications données dans les guides de pilotis et agrémentés de tourelles, illustrent cette dénomination et sont certainement issus du mode de
    Référence documentaire :
    A. Raguenet. Monographie de bâtiments modernes. n°s 197, 218 (A.D. Pas de Calais, D 723). Le Tout Berck, guide de voyage, 1904-1905 (BM Berck). Passé et de la Bibliothèque de Berck-sur-Mer et environs (A.M.P.B.B.E.), 2006.
    Description :
    les stations balnéaire d´ajouter un balcon ou un bow-window sur une maison en direction (ou pas) de la mer pour la regarder (ou pas). Parmi les exemples choisis, deux fleurons de la station : les deux Essai de typologie Il est difficile d'établir clairement des distinctions et des typologies des , s'apparentent à des maisons, ou des chalets, (en bois ou/puis en brique) ont accueilli des maisons de santé, des (fig. 3) ou pas, mais pourraient l'être (le chalet Rothschild appelé Les Oyats s'apparente à une villa d´1/5 du corpus est constitué de maisons en série (de 2 à 7 maisons) (fig.5), avec une prédominance de la série de 2 et de 4 maisons. Le reste du corpus des maisons est hétéroclite : les maisons dites « de ville », des villas et des maisons appelées « chalets ». Les maisons à l´architecture d´influence laniérées sont qualifiées de « maisons de ville » (fig. 6, 7). Le volume et le décor différencient les maisons les unes par rapport aux autres, contribuant ainsi à l´impression d´hétérogénéité de la station
    Annexe :
    ). Au Touquet-Paris-Plage il réalise la villa Le Castel. Un guide de voyage mentionne qu'il est établi en 1904 à Berck où il réalise 11 maisons (identifiées par le repérage) de styles différents pour chacune d´entre elle, répondant ainsi aux desiderata du commanditaire. Le n° 197 de la "Monographie de bâtiments modernes" (fig. 47) de Raguenet témoigne du projet de villas jumelles, détruites aujourd'hui. A plusieurs reprises il semble rhabiller un édifice existant : le chalet de la rue Rothschild (fig. 46) est flanqué de deux tourelles et adjoint d´un rez-de-chaussée commercial de style néo-gothique. Deux autres niveaux et possèdent un bow-window tripartite sur l´étage couronné par une accolade au niveau de la corniche ; le mouvement de l´enduit est ondulant et elles portent les noms de Chiffon (fig.48) et Le
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Texte libre :
    La difficulté de cette étude thématique sur le patrimoine balnéaire fut de circonscrire les limites séparant la « station balnéaire » et la « ville » de Berck en vue du repérage systématique et exhaustif quartiers de la station, avec la voie de chemin de fer comme limite orientale de la station. Ainsi, le les édifices repérés du quartier de Lhomel ont fait l´objet d´un dossier individuel architectural Mérimée, soit 144 dossiers, parmi lesquels figurent 70 "chalets", une typologie spécifique à la station de Berck. Les dossiers individuels étudiés et versés dans la base de données Mérimée en 1996 sont intégrés dans ce dossier de synthèse « collectif maisons ». Des notices supplémentaires ont été rédigées sur des édifices bien documentés. Le propos de cette synthèse et de proposer des typologies des différents habitats existants encore aujourd´hui en lien avec l´histoire de la station balnéaire. Le repérage a permis de mettre en évidence un type architectural propre à la ville de Berck. Présentant une morphologie
    Illustration :
    Les chalets isolés de la rue de Lhomel, Jan Lavezzari peintre. IVR31_20146200012NUCA Un exemple de chalet appelé villa. IVR31_20116201510NUCA Alignement de maisons en série de style néo-flamand, rue du Calvaire. IVR31_20116200183NUCA Maison de ville, 41 rue Rotschild, construite en tant que petit hôtel par l'architecte M. Montarnal Maison de ville, ancienne maison de santé, 32 rue Victor-Ménard. IVR31_20076200045XA Balcons rue de la Mer ; Henri Valette et Gaston Bellêtre architectes. IVR31_20106200688NUCA Dessin d'une villa jumelle, par H. Valette architecte, extrait de Monographies de bâtiments Alignement de chalets appelés villas. IVR31_20066200457NUCB Une carte postale ancienne avec la mention Groupe de Villas. IVR31_20116201516NUCAB Vestige du groupe de villas, appelé la Pergola, angle rue Grosjean et d'Avesnes, signée de
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , dite ferme Nord, fut très vraisemblablement bâtie en même temps que le sanatorium. Par la production de de la composition architecturale, et elle se situait donc entre d'une part au nord le pavillon médico administratifs au sud et services généraux au nord, les deux ailes du grand corps de logis dressé en front de mer tournant le dos à la mer - , des galeries de cure d'air qui n'existaient pas à l'origine. C'était en effet mer, juste à l'arrière de la plage, et donc au nord, afin de pouvoir aisément y rouler les lits des médicatrice de la phtisie ou tuberculose infantile, qui s'étendait ici au nord, mais vers le sud et donc en -, ce qui n'avait pas tardé à faire décroître rapidement l'incidence de la tuberculose en France, tout En 1888 le maire de Saint-Pol-sur-Mer, Georges Vancauwenberghe, fonda sur le territoire de sa commune, un hôpital marin, c'est-à-dire un établissement hospitalier implanté en front de littoral et voué l'appellation de sanatorium d'après la dénomination des établissements de cure pour adultes phtisiques. Il se
    Référence documentaire :
    Transfert du sanatorium de Saint-Pol-sur-Mer à Zuydcoote (Nord), (1904). VANCAUWENBERGHE, Georges . "Transfert du sanatorium de Saint-Pol-sur-Mer à Zuydcoote (Nord)". In : Mémoires de la société dunkerquoise Le sanatorium maritime de Zuydcoote (Nord), (1914). VALLET, Alphonse. Le sanatorium maritime de illustré de la région du nord de la France, 4e année (1922), N°42 (15 octobre), pages 657-659. Projet de construction d'une salle des fêtes dressé par l'architecte Alexandre Maistrasse, 20 mars : projet de construction d'une salle des fêtes, dressé par l'architecte Alexandre Maistrasse, plans, coupes Zuydcoote (Nord). Lille : Ed. Cayez, [1914]. 72 p. : ill. Au sanatorium de Zuydcoote, (1922). "Au sanatorium de Zuydcoote". In : Le Grand Hebdomadaire Projet de construction d'une salle des fêtes dressé par par l'architecte Roger Poulain, 29 décembre : projet de construction d'une salle des fêtes, dressé par par l'architecte Roger Poulain, daté du 29
    Dénominations :
    colonie de vacances
    Murs :
    calcaire pierre de taille fer pan de fer
    Description :
    , disposés de part et d'autre de l'axe longitudinal de direction nord-sud. Sur ces huit bâtiments s'élevait à l'extérieur et au sud de l'enclos, mais très vraisemblablement au nord par rapport aux deux autres, d'où son appellation de ferme nord. Les enfants, au nombre de 800 environ, accueillis en colonies L'édifice est constitué d'une part d'un corps de logis principal d'un seul tenant de plus de 400 mètres de long, dressé en front de mer, élevé d'un étage hormis son pavillon central qui possède deux étages carrés et un étage de comble, d'autre part d'un ensemble de bâtiments, en simple rez-de-chaussée construction de plan en quadrilatère enserrant trois cours, élevée d'un étage carré, abritant services administratifs, cuisines et réfectoires. Sur la face sud du corps de logis principal, se greffent dix bâtiments en simple rez-de-chaussée, disposées en dents de peigne, contenant les dortoirs des enfants invalides chacun de cinq pavillons. Par ailleurs huit bâtiments indépendants du corps de logis principal
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime
    Appellations :
    sanatorium de Zuydcoote
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue cavalière générale prise de l'angle sud-est en regardant vers le nord-est montrant, au premier Bâtiment de 450 mètres de longueur dressé face à la mer, façade nord, vue générale prise de trois Bâtiment de 450 mètres de longueur dressé face à la mer, façade nord, partie gauche, vue de trois sanatorium dite ferme Nord, plan de distribution du rez-de-chaussée, projet lié à la restauration suite aux Vue aérienne prise de l'ouest montrant toute la partie nord de l'établissement avec l'ensemble des la seconde guerre mondiale, n'ont pas encore été rebâties et la salle de spectacle endommagée n'a pas Vue aérienne montrant la partie nord-est de l'établissement avec, au premier plan, le bâtiment mer, incendiée pendant la seconde guerre mondiale, n'a pas encore été rebâtie, mais la salle de Bâtiment de 450 mètres de longueur dressé face à la mer, façade nord, vue générale prise de trois après la reconstruction de ses deux ailes au début des années 1960, façade nord, vue générale prise de
    Couvertures :
    extrados de voûte
  • Tableau : Sainte Famille
    Tableau : Sainte Famille Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 17 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Description :
    l'Enfant, il n'existe pas de lien entre lui et le groupe formé par la Vierge et le Christ. Ce tableau est copies dans les Flandres belges et dans le nord de la France.£La composition était autrefois cintrée dans proche de plusieurs compositions sur le thème de Bartholomeo Cavarozzi dont on trouve un grand nombre de sa partie supérieure. Une bande de toile de quatre cm a été rajoutée à gauche. La toile été rentoilée
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 17 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    tribune de la chapelle
    États conservations :
    En raison d'un nettoyage irrégulier et trop profond de la couche picturale, la peinture a perdu une grande partie de son modelé, visible sur une photographie réalisée avant restauration. Malgré le
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Tableau : Le Miracle de la jambe coupée ou Saint Antoine de Padoue guérissant un jeune homme qui s'était amputé le pied pour se punir d'avoir frappé sa mère
    Tableau : Le Miracle de la jambe coupée ou Saint Antoine de Padoue guérissant un jeune homme qui s'était amputé le pied pour se punir d'avoir frappé sa mère Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Ce tableau pourrait être un ex-voto offert par un malade guéri par saint Antoine de Padoue. Par son style, il peut être daté de la première moitié du 19e siècle.
    Représentations :
    scène saint Antoine de Padoue guérison miraculeuse
    Description :
    droite, dans l'ombre. La scène est éclairée par une lumière latérale. En présence de quatre personnes , saint Antoine de Padoue remet en place le pied qu'un jeune homme s'était coupé par repentir d'avoir position complètement irréaliste du jeune homme.£Le tableau est dépourvu de cadre et très empoussiéré. Le
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Titre courant :
    Tableau : Le Miracle de la jambe coupée ou Saint Antoine de Padoue guérissant un jeune homme qui
    États conservations :
    La toile est légèrement déchirée au niveau de la hache.
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Chasuble, étole
    Chasuble, étole Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    FQE d'ornements d'églises Trioullier fres Mon fondée en 15 (?) 80 A. Montagnier Sr 24 rue de
    Historique :
    Le décor permet de dater cette chape du 1er quart du 20e siècle.
    Description :
    Soie blanche moirée avec motifs de griffes, croix et décor floral. La doublure est bleu turquoise forme de Y et une barre centrale prolongée, sont décorés de motifs de palmettes et enroulements. Une étiquette de la maison Trioullier est cousue sur le col.
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Dimension :
    Dimensions de la chasuble : h = 114 ; la = 135. Dimensions de l'étole : l = 113. Dimensions de
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • le mobilier de la sacristie de la chapelle de l'hôpital général (liste supplémentaire)
    le mobilier de la sacristie de la chapelle de l'hôpital général (liste supplémentaire) Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Parties constituantes non étudiées :
    croix de procession couronne de statue
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Titre courant :
    le mobilier de la sacristie de la chapelle de l'hôpital général (liste supplémentaire)
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue d'une couronne de statue conservée dans la sacristie. IVR31_20065900232ZA Vue d'une couronne de statue conservée dans la sacristie. IVR31_20065900231ZA
  • Tableau : L'Adoration des Mages
    Tableau : L'Adoration des Mages Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 13 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    des Mages de Karel van Mander mai 1606.
    Historique :
    Anciennement attribué à Karel van Mander. Le tableau est signalé en 1856 dans la sacristie de la chapelle. Il est cité en 1898 dans les registres de la commission du musée de Valenciennes parmi ceux qui appartiennent à l'administration des hospices : il était alors placé face à l'autel de la chapelle, dans la tribune de gauche.£Il pourrait être l'oeuvre d'un élève des Francken.£Il porte la date du 9 mai 1606 et un
    Description :
    Un des rois est représenté au centre agenouillé devant la Vierge à l'Enfant. De part et d'autre se agrandi sur la droite par l'ajout d'un page, ce qui rompt la symétrie de la composition prévue à l'origine dans sa partie droite par une bande de 18, 5 cm.
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 13 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    tribune de la chapelle
    États conservations :
    centrale (tête du roi mage et de l'Enfant). Le vernis est usé, en particulier au niveau de la robe de la
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Détail de l'inscription. IVR31_20065900191ZA Détail de l'inscription. IVR31_20065900192ZA Détail de l'inscription. IVR31_20065900193ZA
  • Tableau : Portrait d'un supérieur général des Lazaristes
    Tableau : Portrait d'un supérieur général des Lazaristes Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 15 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription peinte sur la tranche d'un livre à droite, donnant son titre : conférences de s . Vincent de Paul. Inscription peinte sur le livre ouvert devant le religieux, donnant le titre du chapitre : Esprit primitif de notre companie. Au revers, papier collant apposé sur le cadre avec l'inscription : conférence de saint Vincent de Paul.
    Description :
    Ce portrait représente un supérieur de la Congrégation des Prêtres de la Mission ou Lazaristes , compagnie fondée par Vincent de Paul (1581-1660). Il appartient à une série d'oeuvres, peintures et sculptures, en relation avec cette congrégation qui s'occupait des pensionnaires de l'hôpital de Valenciennes . Les ouvrages figurant sur le tableau évoquent saint Vincent de Paul, dont les textes ont été réédités à de très nombeuses reprises au 19e siècle.£L'oeuvre a été rentoilée. Elle comporte une traverse horizontale. Le cadre ancien est plaqué de bois clair.
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 15 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    tribune de la chapelle
    États conservations :
    De nombreuses écailles sont visibles, notamment dans le fond à gauche, sur le vêtement et le livre
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Tableau : Le Repas chez Simon
    Tableau : Le Repas chez Simon Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 1 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    revendique pas la propriété de cette oeuvre, secondaire.£Il a été proposé pour une inscription au titre des Ce tableau est une copie ancienne d'un tableau de Rubens, le Repas chez Simon, dont deux versions sont connues. L'une est conservée à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne : elle serait le modèle de la seconde, réalisée avec la participation de l'atelier et conservée au musée de l'Ermitage, à Saint Michael Natalis et Willem Panneels. La copie de Valenciennes est dans le même sens que les tableaux. Elle est plus proche du tableau définitif de Saint-Pétersbourg, hormis quelques variantes : suppression traitement de la Madeleine, au premier plan.£En 1856, une Cène d'après Jordaens est signalée dans la chapelle ; il pourrait s'agir, avec une grossière erreur iconographique, de ce Repas chez Simon.£De même, une catalogue du musée de Valenciennes, évoque une cène, saisie révolutionnaire, présentée au musée de Valenciennes, puis conservée dans un grenier de l'hôpital général et qui devait être remise aux marguilliers de
    Statut :
    propriété de l'Etat (?)
    Description :
    Ce tableau représente la scène du Repas chez Simon, durant lequel la Madeleine oint de parfums
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 1 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    tribune de la chapelle
    Dimension :
    Dimensions de la toile : h = 108,5 ; la = 182. Dimensions avec le cadre : h = 128, la = 201.
    États conservations :
    Tableau déverni de manière agressive au 2/3 sur la partie droite (sauf quelques éléments comme la
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Ostensoir-soleil
    Ostensoir-soleil Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Description :
    L'ostensoir en bronze est conservé dans une boîte à charnières, recouverte de cuir.
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Fonts baptismaux
    Fonts baptismaux Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 39 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Ces fonts baptismaux sont très proches stylistiquement de ceux conservés dans l'église paroissiale Saint-Martin de Cousolre, dans l'Avesnois, et datés 1525.
    Description :
    de trois éléments moulurés, le pied, le fût et la cuve, surmontés d'un couvercle. Celui-ci est contitué de huit plaques principales, en étain, soudées. Il est orné d'une simple croix, qui se démonte cuve est de plan hexagonal. Le seul décor est formé par le bouchardage de zones du fût, entre des séries de moulurations.£Oeuvre déplacée en 2005 à l'ancien hôtel-Dieu, école Saint-Vincent, avenue de
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 39 place de l' Hôpital général - en ville
    Catégories :
    taille de pierre
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Harmonium
    Harmonium Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Plaque de cuivre fixée à l'avant avec une inscription concernant le propriétaire : Aux soeurs : Manufacture d'harmoniums Médaille d'or Les petits fils de M. Kasriel 6, rue Tolain, 6 Paris. Inscription technique, concernant les jeux sur les tirants en porcelaine (de gauche à droite), au-dessus du clavier : O
    Historique :
    Cet harmonium, réalisé dans la première moitié du 20e siècle par la maison les petits-fils de Maurice Kasriel à Paris, pourrait être la propriété de la congrégation des Filles de la Charité qui
    Description :
    tirants de registres situés au-dessus du clavier portent les noms des jeux sur des boutons en porcelaine
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Catégories :
    facture d'instruments de musique
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Tableau : Sainte Famille avec la Madeleine
    Tableau : Sainte Famille avec la Madeleine Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 3 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 3 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    tribune de la chapelle
    États conservations :
    Petit trou au-dessus des cheveux de la Vierge qui a été renforcé à l'arrière et des traces
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Prie-Dieu
    Prie-Dieu Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Ensemble de deux bancs de fidèles
    Ensemble de deux bancs de fidèles Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Par analyse stylistique, ces bancs peuvent être datés de la 1ère moitié du 19e siècle.
    Dénominations :
    banc de fidèles
    Description :
    Les bancs sont placés au fond de la nef, symétriquement de part et d'autre de la porte centrale . Chaque banc est fermé par 5 panneaux de bois et 2 battants latéraux situés de part et d'autre des panneaux ; l'ensemble est de structure horizontale et peint faux bois. Chaque panneau comporte un décor en un enroulement de part et d'autre dans la partie supérieure. Les panneaux sont séparés par une
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    entrée de la nef de la chapelle
    Titre courant :
    Ensemble de deux bancs de fidèles
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale du banc placé au nord. IVR31_20065900142ZA Vue générale du banc placé au nord. IVR31_20055908086NUCA