Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 8041 à 8054 sur 8054 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Dossier :
    la seconde guerre mondiale, n'ont pas encore été rebâties et la salle de spectacle endommagée n'a pas Vue aérienne prise de l'ouest montrant toute la partie nord de l'établissement avec l'ensemble des services généraux. Les ailes du bâtiment de 450 mètres de longueur dressé face à la mer, incendiées pendant été démolie. Carte postale, milieu du 20e siècle. hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
  • asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise
    asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise Saint-André-lez-Lille - 193,197 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1993 B4 146 Quoique l'établissement ait son adresse postale à la commune de Saint-André-lez-Lille, la majeure partie de son terrain d'assiette se trouve sur le territoire de Marquette-lez-Lille.
    Dossier :
    Bâtiment d'hospitalisation de plan en L pour malades chroniques ne relevant pas strictement de la de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise
  • Jardin de Alain Lefranc
    Jardin de Alain Lefranc Waziers - 169 rue Célestin Dubois - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    miroiterie. Puis il a suivi une formation pour passer un CAP de peintre en bâtiment et tapisserie. A l’âge de Monsieur Alain Lefranc est né en 1951. Il commence à travailler à l’âge de 14 ans dans une Asturienne de Mines puis Umicor) d’abord en tant que peintre puis pour travailler au laminoir de zinc, à la chaine et posté en trois huit. Il achève sa carrière comme conducteur de cabine de contrôle de la production. Il a travaillé au total pendant 41 ans. Aujourd’hui âgé de 64 ans il est retraité depuis environ 10 ans. Il a commencé la décoration de son jardin dans les années 1975 ; l’agencement des chutes de carrelage date des années 1980 et le personnage en ciment date de 1990 environ. « Mon habitude du matin : les jets d’eau qui sortaient de la gueule des lions se sont taris, le nombre de félidés s’est réduit à cause des intempéries. Des animaux tels qu’un héron et des nains de jardin ont disparus . Une des trois fontaines à vasques a été comblée, elle sert de jardinière de fleurs géante. Les portions de carrelages
    Description :
    L'œuvre principale représente un personnage portant un camion à bout de bras dans la position du Titan, décrit comme étant Arthur Bils arborant un camion de la marque Unic. Bills Deroo est une entreprise de transport située à côté de la maison de monsieur Lefranc. C'est le premier modèle de camion François le camionneur qui livrait des pommes de terre quand il était enfant. Ce camion perdait quelquefois sa marchandise et les enfants récupéraient les pommes de terre tombées par terre ; ils s'accrochaient également à celui-ci pour faire une partie du trajet pour se rendre à l'école. A propos de cette sculpture fers à bétons dépassaient et, à partir de là, j’ai fait des jambes et des pieds et j’ai construit le j’ai récupéré le buste et je l’ai posé sur une pyramide tronquée. Le camion n’en a pas l’air mais il est en briques recouvertes de ciment et pour les roues, j’ai récupéré les roues de vélos d’enfants, je les ai coupées en deux puis j’ai coulé du béton dedans, par-dessus j’ai fait l’imitation de la couleur
    Titre courant :
    Jardin de Alain Lefranc
    Illustration :
    Vue partielle de l'arrière de la maison. IVR31_20145902669NUC4A Moulin constitué de grandes cuillères. IVR31_20145902676NUC4A Girouette en forme de chat. IVR31_20145902679NUC4A
  • collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
    collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture Lille - - 43 rue de l'Hôpital-militaire 12 rue Jean-sans-Peur - en ville - Cadastre : 1993 NY 70
    Dossier :
    gauche de l'aile fermant la cour Saint-Lazare n'étant ici pas visible. collège de clercs réguliers de la Elévation sur la rue de l'Hôpital-militaire, vue générale prise de trois-quarts gauche, l'extrémité compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
  • collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
    collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture Lille - - 43 rue de l'Hôpital-militaire 12 rue Jean-sans-Peur - en ville - Cadastre : 1993 NY 70
    Dossier :
    Saint-Lazare, vue de face, la partie latérale droite de cette aile n'étant pas visible. collège de Elévation sur la rue de l'Hôpital-militaire, partie gauche correspondant à l'aile fermant la cour clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
  • Présentation du Mobilier de la prison (centre pénitentiaire)
    Présentation du Mobilier de la prison (centre pénitentiaire) Longuenesse - Prison Bruyères
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Mobilier provenant de la chapelle de l'ancienne prison de Saint-Omer ; établissement maintenant installé en périphérie (centre pénitentiaire), sur la commune de Longuenesse. Le mobilier conservé est constitué pour l'essentiel de tableaux du 17e siècle : Adoration des Mages, Déploration, Ecce Home, Jardin des oliviers, Descente de croix ; et d'un tableau du 18e siècle (la Cène) ; tous sont protégés au titre des monuments historiques. Plus un ensemble de chandeliers, un calice et deux patènes du 19e siècle. Un certain nombre d'objets signalés dans les années 1970 n'a pas été retrouvé : un tabernacle et centre pénitentiaire de Longuenesse.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Titre courant :
    Présentation du Mobilier de la prison (centre pénitentiaire)
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Dossier :
    Salle de spectacle érigée, au début des années 1930, sur l'emplacement de la celle qui avait été prévue dès l'origine, mais qui n'avait pas été réalisée, élévations ouest et sud, vue d'ensemble. Carte postale, années 1930. hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Dossier :
    qu'il avait été originellement conçu alors que, à l'achèvement des travaux de construction en 1910, la salle des fêtes n'avait pas été réalisée : elle le serait beaucoup plus tard et selon un parti architectural très différent de celui représenté ici. hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Dossier :
    qu'il avait été originellement conçu alors que, à l'achèvement des travaux de construction en 1910, la salle des fêtes n'avait pas été réalisée : elle le serait beaucoup plus tard et selon un parti architectural très différent de celui représenté ici. Carte postale, début du 20e siècle. hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital
  • Ancienne chapelle Saint-Joseph du couvent des Carmélites, actuellement Lycée professionnel Industriel et Commercial Jacques Durand.
    Ancienne chapelle Saint-Joseph du couvent des Carmélites, actuellement Lycée professionnel Industriel et Commercial Jacques Durand. Saint-Omer - rue Monsigny - en ville - Cadastre : 2012 AT 308
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Genre :
    de carmélites
    Historique :
    et un second en 1849 mais ils n'aboutissent pas. Ce n'est que le 9 octobre 1877 qu'un groupe de 6 Un premier projet d'installation de Carmélites d'Abbeville à Saint-Omer voit le jour au 17e siècle religieuses venues de Montélimar s'installent quai des tanneurs. En 1878, le couvent se déplace sur la paroisse Saint-Denis par l'achat du pensionnat Saint-Denis (hôtel Le Sergeant de Momecove) qui venait de été ouverte. En 1892, les religieuses font construire une chapelle de style néo-roman par Paul Vilain , l'architecte des bénédictines de Wisques. Elle fut consacrée le 23 juillet 1893. L'ensemble du monastère fut été repris par un centre d'apprentissage de garçons : Lycée professionnel Industriel et Commercial Jacques Durand. La chapelle devait être voûtée avec des fausses-voûtes qui ont été supprimées lors de la réfection complète de la toiture, assez récemment semble-t-il.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Observation :
    L'état de conservation est inégal selon les parties.
    Description :
    La chapelle orientée est de plan allongé et entièrement réalisée en brique rouge. La nef est à vaisseau unique et le chœur est composé d'une travée droite, sur le flanc sud de laquelle est accolée une croupe sur les deux hémicycles, en ardoise. L'entrée occidentale a été murée, de même que l'ouverture de la tribune qui la surmontait, et l'accès se pratique maintenant par une ouverture sur le mur nord de
    Illustration :
    Vue du bâtiment du lycée accolé au mur nord de la chapelle dont le choeur est visible, à gauche Vue générale de la nef, vers le chœur. IVR31_20166200290NUCA Mur sud de la nef IVR31_20126201579NUCA Vue générale de la nef, depuis le chœur. IVR31_20166200289NUCA
  • Piscine et bains publics, dite école de natation, actuellement antenne de l'Institut du Monde Arabe
    Piscine et bains publics, dite école de natation, actuellement antenne de l'Institut du Monde Arabe Tourcoing - 9,11 rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2016 ER 40
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Du programme à la construction Le projet d’un établissement de bains publics remonte à 1857, mais de satisfaire avant tout aux besoins d’hygiène des classes populaires. La création en parallèle puis l’adjonction d’un bassin de natation extérieur est un moment envisagé, avant que la décision ne soit prise de faire construire un établissement mixte, regroupant bassin de natation couvert et bains publics. Le 2 homologue les plans, les devis et le cahier des charges. En raison de la lenteur des travaux et des des bâtiments communaux. La complexité technique de l’installation nautique justifie l’association la construction de nombreuses piscines-bains publics comme à Paris rue du Chateau-Landon puis boulevard de la Gare (premiers bassins de natation parisien en 1885 et 1886, avec Paul Christmann) et dans municipalités un système de concession : elle avance les frais liés à la construction des équipements et se (combustible et eaux) et fixe les tarifs. Edmond Philippe démarche ainsi, notamment, les municipalités de Saint
    Référence documentaire :
    p. 145-162 LE BAS, Antoine. Des piscines et des villes : genèse et développement d'un équipement de p 55-58 ILE DE FRANCE. Inventaire général du patrimoine culturel. Architectures du sport, Val de Marne - Hauts de Seine. Réd. Antoine Le Bas, Françoise Hamon ; photogr. Christian Décamps. Paris , Connivences, 1991. (Cahier de l'Inventaire ; 23). p. 4 VERDURE, Marc. La Piscine municipale de Bruay-en-Artois et le socialisme municipal d'Henri Cadot. Livraisons d'histoire de l'architecture, 2007, n° 14 [en ligne]. AC Tourcoing. Série M : M1F 1 à 14. Etablissements municipaux : établissements de bains. TOURCOING. Les Bains Municipaux, carte postale (médiathèque municipale de Tourcoing). TOURCOING. Les Bains, La Façade, carte postale, Hautmont éditeur (médiathèque municipale de TOURCOING. Etablissement des Bains, carte postale (médiathèque municipale de Tourcoing).
    Représentations :
    Le blason de Tourcoing, sculpté en bas-relief, surmonte le sommet de la croisée médiane de l'avant
    Description :
    l'entreprise parisienne Emile Guesnier. L’ordonnancement de la façade sur rue, très régulière, ne laisse pas L’école de natation est située au centre-ville, rue Gabriel Péri (ancienne avenue du Printemps), à côté du bureau de Bienfaisance (1894). La parcelle rectangulaire, plus large que profonde, dispose sur l’arrière d’un étroit accès sur la rue de la Bienfaisance. Cette ancienne entrée secondaire a aujourd'hui disparu. L’édifice présente un plan rectangulaire relativement régulier, et comporte plusieurs corps de lits horizontaux de briques jaunes et quelques briques émaillées agrémentent la façade. La couverture originale de l'édifice, en zinc, a été modifiée. Les fonctions de bains publics et de natation étaient à l’origine organisées indépendamment, sans continuité de parcours. Ainsi le public pouvait venir uniquement aux bains, ou encore aller nager sans passer auparavant par les bains publics. Le bâtiment d'entrée L'accueil et la répartition du public se faisaient par le bâtiment d’entrée, qui abritait en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Piscine et bains publics, dite école de natation, actuellement antenne de l'Institut du Monde Arabe
    Appellations :
    école de natation
    Texte libre :
    En 1904 la ville de Tourcoing se dote d'une école de natation, un établissement mixte combinant architecture expriment en effet la rencontre entre deux tendances de la toute fin du XIXe siècle : la naissance de la natation sportive et le développement d’une politique municipale d’accès à l’hygiène corporelle . L’école de natation de Tourcoing est une des toutes premières piscines, c'est-à-dire un bassin public couvert et chauffé, du Nord ; elle succède à celles d'Armentières (1890), de Douai (1895) et de Dunkerque (1896). Si les nageurs s’entraînent d’abord dans les canaux, l’évolution vers un sport de compétition nécessite en effet la création de bassins couverts permettant de s’entraîner toute l’année et de mesurer les performances. Pour mémoire, les premiers championnats de natation français sont organisés en 1899. En s’impose progressivement à la fin du XIXe siècle. Il s'agit de permettre à un public désormais élargi aux classes laborieuses citadines l'accès - moyennant une somme volontairement modique - à une cabine de bain
    Illustration :
    Projet de 1899 : façade et coupe montrant les bains publics, par l'architecte Dehaene (AC Tourcoing Projet de 1899 : coupes du bassin et du bâtiment d'entrée, par l'architecte Dehaene (AC Tourcoing Projet de 1899 : plan du sous-sol, par l'architecte Dehaene (AC Tourcoing ; M1F3 Projet de 1899 : plan du rez-de-chaussée, par l'architecte Dehaene (AC Tourcoig ; M1F3 Projet de 1899 : plan du premier étage, par l'architecte Dehaene (AC Tourcoing ; M1F3 Projet de 1899 : plan du deuxième étage, par l'architecte Dehaene (AC Tourcoing ; M1F3 Croquis de répartition du personnel, témoignant de l'affectation des espaces du sous-sol au moment de l'inauguration, en 1904. On note notamment l'emplacement définitif des chaudières reliées aux Croquis similaire au précédent et décrivant le rez-de-chaussée, précieux témoin de l'affectation Affiche éditée à l'inauguration de l'école de natation, le 17 juillet 1904 (AC Toucoing ; M1F13
  • sanatorium de Felleries-Liessies, actuellement hôpital départemental de Felleries-Liessies
    sanatorium de Felleries-Liessies, actuellement hôpital départemental de Felleries-Liessies Felleries - route de Solre-le-Château - Cadastre : 2004 C10 303 à 305, 310, 311, 314 à 316, 319, 322, 331, 548, 731 à 745 et 754 à 758
    Dossier :
    et le bâtiment du personnel n'avaient pas encore été construits juste à côté), au troisième plan, au fond, le pavillon C ou bâtiment des hommes. sanatorium de Felleries-Liessies, actuellement hôpital départemental de Felleries-Liessies
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Dossier :
    mer, incendiée pendant la seconde guerre mondiale, n'a pas encore été rebâtie, mais la salle de Vue aérienne montrant la partie nord-est de l'établissement avec, au premier plan, le bâtiment des enfants invalides du groupe est. L'aile est du bâtiment de 450 mètres de longueur dressé face à la spectacle a été démolie. Carte postale, milieu du 20e siècle. hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
  • hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe
    hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe Zuydcoote - boulevard Vancauwenberghe - en écart
    Dossier :
    qu'il avait été originellement conçu alors que, à l'achèvement des travaux de construction en 1910, la salle des fêtes n'avait pas été réalisée : elle le serait beaucoup plus tard et selon un parti architectural très différent de celui représenté ici. On voit, au premier plan, le bâtiment de 450 mètres de longueur dressé face à la mer. Carte postale, début du 20e siècle. hôpital marin et colonie de vacances dit sanatorium de Zuydcoote ou sanatorium maritime Vancauwenberghe, puis hôpital maritime Vancauwenberghe