Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Village
    Village Gommegnies - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Référence documentaire :
    Gommegnies (Nord). Intérieur de l’Église, carte postale, B.F. éditeur, Paris, vers 1900 (AD Nord, 5 Gommegnies (Nord). Place de la Gare, carte postale, B.F éditeur, Paris, vers 1900 (AD Nord, 5 Fi Gommegnies (Nord). Le bureau de la poste, carte postale, B.F. éditeur (AD Nord, 5 Fi Gommegnies, n Gommegnies (Nord). Rue de la Gare, carte postale, B.F. éditeur, Paris, vers 1900 (AD Nord, 5 Fi Gommegnies (Nord). Intérieur de l"Église, photographie (Photothèque Boutique-Grard, Douai, n° INV
    Description :
    effet, pas moins de six chemins parallèles reliaient le centre à la forêt, formant des hameaux Situé entre Bavay et Le Quesnoy, le village de Gommegnies est adossé à l'est à la forêt de Mormal . Le noyau est implanté sur le versant de l'Aunelle, ses deux rues principales, la rue du Centre et la très important, constitué d'une série de voies parallèles reliant le noyau à la forêt de Mormal. En extrêmement étirés. Comme leur nom l'indique (Sarloton, le Grand Sart, les Haies de Bailleul...), il s'agit de territoires défrichés progressivement. M. Payen a mis en évidence le formidable accroissement démographique de ces hameaux, en particulier entre 1727 et 1737 (de 25% sur la période étudiée), dû au développement de ouvriers employés à la construction du chemin de fer (la première gare de Gommegnies est ouverte en 1885 1880 que la commune connaît son taux de population la plus élevée avec 3 500 habitants, répartis en habitants (en hausse depuis le recensement de 2007 avec 2 240 habitants). Certains chemins menant à la forêt
    Aires d'études :
    Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Illustration :
    Vue intérieure de l'église (AD Nord, 5 Fi Gommegnies). IVR31_20085900094NUCB Vue de l'église de Carnoy (AD Nord, 5 Fi gommegnies, n°1). IVR31_20085900106NUCB Vue extérieure des bas côtés de la nef de l'église et du cimetière, entre 1894 et 1914 (Photothèque Vue de l'intérieur de l'église, entre 1894 et 1914 (Photothèque Boutique-Grard, Douai, n° INV 1392 Vue de la mairie (AD Nord, 5 Fi Gommegnies, n°11). IVR31_20085900095NUCB Vue de la poste (AD Nord, 5 Fi Gommegnies, n°5). IVR31_20085900100NUCB Vue de la Place de la Gare (AD Nord, 5 Fi Gommegnies, n°14). IVR31_20085900104NUCB Vue de la rue de la Gare (AD Nord, 5 Fi Gommegnies, n°22). IVR31_20085900103NUCB Vue de la rue du Centre (AD Nord, 5 Fi Gommegnies, n°21). IVR31_20085900097NUCB Vue de la place du village avec la mairie, l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption, le
  • Village
    Village Salesches - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Référence documentaire :
    Salesches (Nord). Vue générale de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographie. Salesches (Nord). Vue générale de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographie, Augustin Boutique, entre Salesches (Nord). Vue du chevet de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographie. Salesches (Nord). Vue du chevet de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographie, Augustin Boutique, entre Salesches (Nord). Vues extérieure des bas côtés de l'église paroissiale Saint-Quinibert et du cimetière. Salesches (Nord). Vues extérieure des bas côtés de l'église paroissiale Saint-Quinibert et du Salesches (Nord). Intérieur de l'église, carte postale. Salesches (Nord). Intérieur de l'église Salesches (Nord). Intérieur de l'église, carte postale. Salesches (Nord). Intérieur de l'église Salesches (Nord). Vue de l'intérieur de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographie . Salesches (Nord). Vue de l'intérieur de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographie, Augustin
    Description :
    Situé face à Neuville-en-Avesnois, Salesches est un village-carrefour, à la jonction de la D86 (route du Quesnoy) et de la Grand'Rue (prolongée par la rue Georges Caffiaux), voie parallèle au cours du cours d'eau, au sud-est du noyau. A l'est, l'ancien hameau de la gare (désaffectée) comprenait une fabrique, La Galvanisation française (tôle ondulée et articles de ménage). Le bâti se compose également de doute dû aux activités de tissage installées dans les fermes, ainsi qu'à la proximité de Poix-du-Nord et
    Aires d'études :
    Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Illustration :
    Vue générale de la place du village. Carte postale (AD Nord, 5Fi Salesches). IVR31_20085900011NUCB Vue de la place du village (actuelle place Roger-Salengro) au début du 20e siècle. Carte postale Vue de la place du village (actuelle place Roger-Salengro) en cours de pavement. Carte postale Vue générale de l'église paroissiale Saint-Quinibert au début du 20e siècle. Carte postale (coll Vue générale de l'église paroissiale Saint-Quinibert photographié par Augustin Boutique entre 1894 Vue du chevet de l'église paroissiale Saint-Quinibert photographié par Augustin Boutique entre 1894 Vues extérieure de l'église paroissiale Saint-Quinibert et du cimetière photographié par Augustin Vue de l'intérieur de l'église paroissiale Saint-Quinibert, photographié par Augustin Boutique Vue intérieure de l'église Saint-Quinibert. Carte postale (AD Nord, 5Fi Salesches Vue intérieure de l'église paroissiale Saint-Quinibert, vers le choeur, au début du 20e siècle
  • Village
    Village Beaufort - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Référence documentaire :
    Vue partielle du chevet et du cimetière de l'église paroissiale de Beaufort au début du 20e siècle Vue partielle du chevet et du cimetière de l'église paroissiale de Beaufort au début du 20e siècle Tableaux d'assemblage et plans cadastraux parcellaires de la commune de Beaufort Tableaux d'assemblage et plans cadastraux parcellaires de la commune de Beaufort de 1810 et 1845. Service du cadastre
    Description :
    Beaufort est la commune la plus peuplée de l'entité paysagère (1 012 habitants). Le village est implanté au nord de la Haie d'Avesnes. Sur la carte du diocèse de Cambrai établie en 1769, il est situé dans une bande défrichée orientée ouest-est, encadrée au nord par le bois de Beaufort et au sud par l'arc forestier formant la clairière de Dourlers. Sur la carte d'Etat-Major de 1832, le Bois de Beaufort quadrilatère ; il est séparé du noyau par un ruisseau, le Ru d'Auffignies. Le noyau du village est constitué de manière dense autour de quatre voies parallèles. Ces rues, orientées ouest-est, suivent le cours du ruisseau de la Fontaine Taviaux. Cette structure est déjà visible sur la carte d'Etat-Major de 1832. Le village est situé à peu de distance de la route reliant Maubeuge à Avesnes-sur-Helpe.
    Aires d'études :
    Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Illustration :
    Détail de la feuille cadastrale A2 de 1810 : vue rapprochée du noyau. IVR31_20045905613NUCA Détail de la feuille cadastrale A2 de 1810 : le noyau. IVR31_20045905611NUCA Détail de la feuille cadastrale A2 de 1810 : vue de la rue de l'église, actuelle rue Aristide Détail de la feuille cadastrale A2 de 1810 : vue de la rue de l'église et de la grand'rue, actuelle Vue générale de l'église paroissiale. IVR31_20045905677V Vue partielle du chevet de l'église et du cimetière au début du 20e siècle. IVR31_20035904189XB Vue d'un alignement situé chemin de Ropsies au hameau de Ropsies. IVR31_20055900594V Vue du carrefour entre le chemin de Ropsies et la rue de Damousies à Ropsies. IVR31_20055900597V Vue de la rue de Damousies à Ropsies. IVR31_20055900593V Vue de l'entrée du hameau de Ropsies. IVR31_20055900586V
  • Village
    Village Bouvignies - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , près du Pont Arnoul Madoux, sur le courant de Coutiches. Les Nédonchel fortifient le château par le creusement de fossés en 1585 puis mènent des campagnes d'agrandissements en 1743 et 1785. Il figure sur le plan des terres et de la seigneurie établi pour le marquis de Nédonchel en 1781.
    Référence documentaire :
    DUVOSQUEL, Jean-Marie (dir.). Albums de Croÿ, Tome XIII Lille-Douai-Orchies II. Bruxelles  : Crédit Communal de Belgique, 1986.
    Description :
    successifs a permis de constater que la structure du village n'a pas évolué, seule la largeur des rues et Bouvignies est située dans la basse vallée de la Scarpe. Le village est délimité au sud par le bois de Bouvignies, voisin de la commune de Flines-lès-Râches, à l'ouest par le courant de Coutiches (pont peuvent inonder le sud de la commune. La comparaison du plan du 18e siècle avec les plans cadastraux , qui figure sur le plan de 1781, était un espace clos, qui servait au jeu de paume. En 1858 des parcelles de la place sont vendues et la rue de l'Eglise est créée (AD Nord, série O / 42). Aujourd'hui , le village s'organise autour du noyau situé autour de l'église. Seuls quelques vestiges subsistent de l'ancien château : le colombier, devenu musée de la colombophilie, la porte de Douai et le logis de la ferme dépendant du château. Celle-ci abrite des services de la mairie. Un terrain de sport a été aménagé à l'emplacement de l'ancien château. La drève qui partait de la porte ouest du château porte
    Illustration :
    Plan de la propriété de l'abbaye de Marchiennes : Beuvry, Grand Bois de l'Abbaye, Sec Marais Plan de la terre et seigneurie de Bouvignies appartenant au marquis de Nédonchel, Derosier Plan de la terre et seigneurie de Bouvignies appartenant au marquis de Nédonchel, détail du château
  • Village
    Village Sars-et-Rosières - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Description :
    1854, qui indique que Sars-et-Rosières n'est pas pour autant restée à l'écart de l'essor constaté dans Sur le cadastre de 1830, on constate que le bâti s'égrène sur l'ensemble des axes de communication traversant la commune ; une seule concentration, modeste, se trouve aux alentours de la chapelle du Sars, à fermée et plusieurs fermes en U. La rue du Barrage qui la prolonge offre une succession de fermes en L occupée par des logis élémentaires et quelques fermes en U. La rue de Cantraine (actuelle rue de Bouillon ) est bordée de logis élémentaires et de fermes en L. La plupart des exploitations agricoles ont des bâtiments de taille modeste. Le cadastre de 1913 montre que l'essor de la construction entre la date des ). Néanmoins, plusieurs millésimes de construction ou de reconstruction ont été relevés, à partir de la date de les communes voisines. Au cours de la 2e moitié du 19e siècle, après la construction des édifices religieux et publics qui faisaient défaut jusqu'alors, les rues de la Place, du Pont-Noël et du Perroquet se
  • Village
    Village Flines-lez-Raches
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Description :
    Du point de vue géologique, Flines fait partie du bassin éocène d'Orchies où se rencontrent des formations de landénien (sables d'Ostricourt) et d'yprésien (argile d'Orchies) masquées par des formations sableuses (au nord, le bois de Flines) et des alluvions modernes (au sud, la vallée de la Scarpe). Les commune actuelle de Flines-lez-Raches se situe sur le territoire antique des Atrébates, à la frontière la limite des diocèses d´Arras et de Tournai, est matérialisée par le courant de Coutiches qui coule de Faumont à Marchiennes en traversant la commune de Coutiches, juste au nord de Flines. Un affluent aujourd´hui bien modeste porte d´ailleurs le nom de "Guérondelle ", très probablement dérivé du celtique "equoranda", toponyme bien connu en Gaule et systématiquement associé à des limites de cités. La "Mer de Flines" (fig. 1 et 2) est une étendue d'eau de trois hectares, d'environ 600m de périmètre, alimentée par des sources ; le trop-plein est évacué par le Manchon jusqu'au Décours, à l'entrée de Marchiennes. Le
    Annexe :
    Analyse de l'évolution du village au XIXe et XXe siècles . Le dépouillement rapide des matrices cadastrales ont permis de relater brièvement l'évolution du village aux XIXe et XXe siècles : En 1807-1808 cadastrales de 1830 indiquent un total de 686 maisons, dont la moitié se concentre sur la section appelée Mer de Flines (lieux-dits Mer de Flines, Jardins de Montreuil, au Thielloy, Saul Cordier, Bosquet du Roi , Saul du Roy). L'industrie se compose d'une forge, de trois moulins à vent à farine, de deux brasseries une inflation plus prononcée : 150 habitants et 140 maisons. Cela se traduit par des alignements de maisons, pour celles construites entre 1950 et 1970, et plus récemment, entre 1990 et aujourd'hui, par de
    Illustration :
    La Mer de Flines, début du 20e siècle. IVR31_20075900211NUCB La Mer de Flines, début du 20e siècle. IVR31_20075900210NUCB Vue générale de la rue Neuve au début du 20e siècle. IVR31_20075900214NUCB La place de la (nouvelle) mairie (au fond), début du 20e siècle (?). IVR31_20075900213NUCB La bergerie de l'abbaye. IVR31_20075900225NUCA Vue partielle de la ferme située 64, rue du Moulin. IVR31_20085900372XA Vue générale de la place. IVR31_20085900366XA Alignement de maisons sur la place et l'ancienne auberge (au fond, à gauche). IVR31_20085900863VA
  • Village
    Village Lecelles - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    A l'époque celte, la rive gauche de Lecelles était occupée par la tribu des Ménapiens (gaulois belges) sur le village de Gonsiniacas et sur la rive droite étaient installés les Atrebates (gaulois francs). Pendant la conquête romaine, un retranchement romain fut installé à côté de l'actuel lieu-dit Pont des Turcs et une villa dans le village voisin de Maulde. Un monastère fut créé au Pont des Turcs , ayant la tutelle sur le village de Gonsiniacas sauf sur les fermes de Dombrie, Choques, Wabimpré, qui dès le 10e siècle. Jusqu'au 13e siècle, Lecelles dépend de la seigneurie de Saint-Amand, au sein du Tournaisis, châtellenie flamande du comté de Flandre. En 1297, le Tournaisis est annexé par le roi Philippe le Bel (1285-1314), le traité de Pontoise (1312) établit une nouvelle unité administrative, le bailliage du Tournaisis et de Lille-Douai-Orchies, puis est créé en 1383 le bailliage du Tournaisis dépendant du comté du Hainaut. Lors du traité de Madrid (1526), la commune est rattachée au comté de
    Référence documentaire :
    DUVOSQUEL, Jean-Marie (dir.). Albums de Croÿ, Tome XI Tournai-Tournaisis. Bruxelles : Crédit Communal de Belgique, 1991.
    Description :
    L'orientation NO-SE de la rivière de l'Elnon traversant le village de Lecelles, rejoignant le Décours, a conditionné l'implantation du bâti depuis son origine le long de chemins implantés selon le composées de champs puis d'alignements de bâti (Doc. 1, 2) (Fig. 3). Quelques changements sont intervenus d'archives et de plans cadastraux, qui éclairent le développement du village depuis le milieu du 18e siècle actuel (Doc. 5). La rivière de l'Elnon coupait le village en deux. Au nord, les rues de Lasson (Doc. 6 ), des Fèves, la rue Bouchart - qui fait la liaison avec la rue de Chorette et la route de Tournai - étaient déjà composées de quelques alignements. Vers 1804, le maire demande au préfet la construction d'un sur la longueur de 5 quarts de lieu... Il n'existe qu'un pont pour les cultivateurs ; le pont de Coutan... Jusqu'à l'époque de l'invasion de l'ennemi, il a existé un autre pont en pierre dit le pont des Turcs [qui] à cause de son peu de largeur ne permettait d'autre communication d'une rive à l'autre
    Illustration :
    Cadastre de 1805, la partie méridionale (AD Nord P30/192). IVR31_20045905453NUCA Cadastre de 1805 (AD Nord P30/192). IVR31_20045905452NUCA Cadastre de 1805, le centre autour de l'église et le presbytère (AD Nord P30/192 Cadastre de 1805, la rue de Lasson (AD Nord P30/192). IVR31_20045905454NUCA Le cadastre de 1885, le quartier de la gare (AD Nord P31/598). IVR31_20045905455NUCA Alignement de fermes rue des Fèves. IVR31_20045900042X Vue générale de la salle des fêtes, de la mairie et de l'école. IVR31_20045900053X
  • Village
    Village Saméon - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Référence documentaire :
    DUVOSQUEL, Jean-Marie (dir.). Albums de Croÿ, Tome XI Tournai-Tournaisis. Bruxelles : Crédit Communal de Belgique, 1991.
    Description :
    Le village de Saméon est un village-rue. Le noyau originel était situé autour de l'ancienne église est située l'actuelle église. Le long de la rue du Vieux-Condé, le bâti est assez dense, constitué de ) présentant leur pignons sur la rue et de quelques maisons élémentaires implantées parallèlement à la rue. La rue Bias est bordée de fermes plus importantes, construites au 19e siècle. La reconstruction de , celle des écoles, l'installation de la mairie et l'implantation du bâti le long de l'actuelle rue de la Mairie, et le développement de la commune vers le sud. La rue de la Mairie est bordée de maisons à un étage d'un côté et de petites maisons en rez-de-chaussée, en série, de l'autre, vraisemblablement liées de la Quièze sont bordées de fermes plus importantes et implantées de manière assez lâche dans la rue de la Quièze. Des fermes en U avec un retrait important par rapport à la rue sont nombreuses le long de la rue Lélier et uniques sur le territoire de la Campagne Habitée. La rue de Fréchy, à l'est, en
    Texte libre :
    L'agriculture à Saméon La comparaison des statistiques agricoles du 19e et du 20e siècle permet de saisir l'évolution de l'agriculture à Saméon. Elle est basée sur la culture et l'élevage. En ce qui augmentation de 80 hectares consacrés au labour entre ces deux années, soit une augmentation de 4% environ de consacrés (une réduction de moitié) aux vergers, bois (utilisé pour le chauffage et l'industrie), culture maraîchère et surface bâtie. Ce dernier chiffre peut surprendre, y a-t-il eu beaucoup de dégâts pendant la du seigle et du colza s'amenuisent alors que la culture de la pomme de terre prend de l'ampleur et celle de la betterave apparaît. La culture du lin, peu développée connaît une apogée en 1885. L'élevage
    Illustration :
    Le centre bourg rénové en 2009 : la place de l'église. IVR31_20095901355VA
  • Village
    Village Rosult - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Référence documentaire :
    Archives privées : Plan terrier des propriétés de l'abbaye de Saint-Amand, 1664.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Vers 1600, le village est représenté dans les Albums du duc de Croÿ sous la forme d'un paysage composé de hameaux dispersés aux maisons de torchis et toits de chaume, ainsi que d'une modeste église les parties "du Villaige et Srie du Rosu appertenant à Messieurs les Abbé Religieux et Convent de l'Abbaye de Saint-Amand" réalisé sous Nicolas Dubois, abbé de Saint-Amand et exécuté en 1664 par Joannes Bayart, échevin de Saint-Amand. Il montre une organisation du territoire déjà très proche de sa configuration actuelle, c'est-à-dire un territoire traversé par de nombreux courants d'eau et un réseau sinueux de chemins reliant les nombreux hameaux et grandes exploitations agricoles. Il mentionne parmi les du grand Rosu (le Grand Rosult), la place de Vellier (rue de Veillez), le grand Riez (rue du Riez ), le pluvinaige (hameau du Pluvinage), la rue de Bertinquesne (actuelle rue du Plaquenard, hameau de Bertinquesne), la rue de Gadmont (actuelle rue Paul-Delannoy, hameau de Galmont), la Clorière (rue de la
  • Village
    Village Rumegies - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Référence documentaire :
    DUVOSQUEL, Jean-Marie (dir.). Albums de Croÿ, Tome XI Tournai-Tournaisis. Bruxelles : Crédit Communal de Belgique, 1991.
    Description :
    Le village est un village-rue dont l'évolution est compréhensible par la lecture du plan terrier de 1663 et des cadastres de 1830 et 1913. Le bâti s'organise essentiellement le long de deux axes par la rue Angèle-Lecat, noms de villageois morts pour le France pendant la seconde Guerre Mondiale , est bordée de petites exploitations et maisons ; elle rejoint le centre du village où sont regroupés l'église, l'ancien office du clergé, l'ancien presbytère, la mairie-école. C'est le long de cet axe qu'a été construit un bel alignement de maisons de bourg au début du 20e siècle. La rue de l'Eglise se prolonge vers la Belgique par la rue Molière, bordée de nombreuses petites exploitations en 1830 , aujourd'hui bordée de maisons et petites exploitations datant de la seconde moitié du 19e siècle et quelques fermée du village, transformées. Deux éléments sont adjoints au village : le hameau de Belzanois, au nord -ouest, et la rue de Prière, qui se prolonge par la rue du Four, séparé de Howarderies (dépendant
    Illustration :
    Le monument aux morts, à côté de l'église paroissiale. IVR31_20045900658X
  • Village
    Village Beuvry-la-Forêt - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Référence documentaire :
    DELSALLE, Paul. L'Ermitage de Beuvry-la-Forêt. Un petit château disparu. s.l., n.d. DUVOSQUEL, Jean-Marie (dir.). Albums de Croÿ, Tome XI Tournai-Tournaisis. Bruxelles : Crédit Communal de Belgique, 1991. -romaine et franque. Préambule à l'histoire d'une ville. Orchies des origines à nos jours (suivi de SIMON, Jules. Histoire du moulin à vent de mes aïeux. Copie de coupures de presses, sans date ni AD Nord : Plan Douai 275 (construction de l'Hermitage). AD Nord : Série des Cartes et Plans : Plan Douai 273 (cense de Court-au-bois). AD Nord : Plan Douai 273 (cense de Court-au-bois).
    Description :
    Le plan détaillé de la commune (AD Nord plan Douai 56) qui semble dater de la 1ère moitié du 18e siècle indique avec précision les parcelles et éléments bâtis. Le village se développe à la fourche de deux principaux axes de communication, aux extrémités est et ouest, et sur des voies intermédiaires se ramifiant du nord au sud. Ces chemins viennent en majorité de la ville limitrophe d'Orchies. L'axe le plus Cambrai ; il est cependant le moins densément bâti (maisons élémentaires, ferme à cour fermée (cense de la Bourgogne) et tuilerie au nord). Cette faible densité de construction peut s'expliquer par le fait qu'il s'agisse d'une voie stratégiquement et militairement importante, subissant régulièrement le passage de n'est bordé d'aucune construction, à l'exception du petit centre bourg, se greffant à la jonction de voies transversales, formé de fermes et maisons élémentaires, de censes (du Culot et "grande cense") de l'abbaye de Marchiennes, de l'église et du presbytère.
    Illustration :
    Plan de cense de Court-au-Bois à Beuvry, appartenant à l'abbaye de Marchiennes, 1678 (AD Nord Plan de la propriété de l'abbaye de Marchiennes : Beuvry, Grand Bois de l'Abbaye, Sec Marais Elévation de l'Hermitage par Gaillez, architecte, fin du 18e siècle (AD Nord : Série des Cartes et Plan et élévation du logement de concierge de l'Hermitage, par Gaillez, architecte, fin du 18e Tableau d'assemblage du cadastre de 1817 (AD Nord : Série P (cadastre) : P31/127 Extrait du cadastre de 1817, site de l'ancien hermitage de l'abbaye de Marchiennes (AD Nord : Série
  • Village
    Village Maulde - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Description :
    Le village de Maulde est situé en bordure du confluent de la Scarpe et de l'Escaut, qui fut de tout temps un enjeu territorial stratégique et économique. C'est un exemple caractéristique de village-rue prolongement de la route de Saint-Amand) se rejoignant sur la place et devenant la rue du Pont, qui mène en Belgique. Le noyau du village est situé autour de la place, où sont situées l'église paroissiale, l'ancien -ouest. Les autres constructions constituent un îlot situé à l'emplacement de l'ancien marais appelé Mortier, situé derrière l'église et un alignement discontinu le long de la rue de Chorette, à l'extrémité sud du territoire communal, qui se partage avec le village de Lecelles.
1