Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 75 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Lotissement concerté, immeubles
    Lotissement concerté, immeubles Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    réalisation d'un plan directeur de reconstruction de la ville (AD Pas-de-Calais, série W : 2406 W 26) établi composent l'îlot 3 (AD Pas-de-Calais 55 W 1) sont réalisés par les architectes Max Evrard, Jacques Moreau et L'esplanade Parmentier et les villas bordant la plage sont partiellement détruites lors de par l'urbaniste Paul Dufournet. Ce plan est examiné par le comité technique des projets de plan, les destuctions figurent en rouge et le périmètre de reconstruction en bleu (fig. 1). Sa réalisation est confiée à l'architecte Clément Tabuté. On impose aux sinistrés les impératifs de l'urbanisme qui président à la réalisation en cours. Il est évoqué "l'importance de l'identité architecturale du front de mer". La volonté est d'établir des programmes de construction "qui répondent aux besoins d'une "plage familiale" par excellence, en opposition à la tendance du morcellement par appartement de type André Arend en 1951. Ils répondent au manque de lots "pour recevoir de nombreuses familles encore
    Description :
    briquettes. Les 3 étages ne sont pas placés en retrait du rez-de-chaussée comme initialement prévu. Les 45 L'îlot forme un rectangle de 100m sur 30 m, divisé en 14 parcelles. Le grand côté donne sur la mer et les retours sur les deux petits côtés ; la cour intérieure est bordée de garages. L'exposition de descriptif du cahier des charges permet de comprendre sa réalisation. L'îlot est composé de 14 travées composé d'un coffrage raboté en béton, l'extérieur est en panneau de brique Gilson, couvert d'un ravalement uni. Le carrelage est en grés cérame vitrifié et du carreau de faënce blanc. Le sol du séjour est en parquet de pin des Flandres et la pièce est chauffée par une cheminée au manteau habillé de est en parquet de pin des Flandres et la pièce est chauffée par une cheminée au manteau habillé de briquettes. Les appartements de cet immeuble peuvent constituer un habitat saisonnier ou permanent . L'ensemble forme aujourd'hui un front de mer homogène, scandé par des alternances de hauteur, de retraits et
    Illustration :
    arrêté interministériel le 3/02/1948 (AD Pas-de-Calais, 2406W26). IVR31_20116200093NUCA Extrait du plan directeur de reconstruction, Paul Dufournet urbaniste, 1/9/1946 - appouvé par
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 2 place de la Vacquerie - en ville - Cadastre : 2008 AB 1290
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    de décor moderne qui permettent d'assigner à l'édifice un style Art déco (cf. A.D. Pas-de-Calais , dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de-Calais, série 2O, sous-série 390 1). L'immeuble précédent l'édifice actuel a été totalement anéanti lors de la Première Guerre mondiale par les bombardements continuels. Il était alors à usage de café (estaminet). Il a fait l'objet d'un projet de reconstruction (projet de remploi) dès 1920 et a été rebâti dans un style classique tout comme l'ensemble des immeubles de la place de la Vacquerie dont la mise en oeuvre devait servir de cadre à l'hôtel de ville ; telle était la préconisation énoncée dans les articles relatifs à la reconstruction
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble occupe les trois-quarts de la largeur de l'îlot. L'ensemble du rez-de-chaussée est dévolu à l'activité commerciale. Les deux étages sont rythmés par sept travées de baies rectangulaires délimitées par des pilastres à faible saillie. La façade est constituée d'un parement de brique sur les trumeaux et de béton peint en blanc pour les pilastres, le bandeau central et la corniche. Des lucarnes à frontons cintrés éclairent l'étage de comble. Cet immeuble, qui trouve son pendant sur l'autre côté de la place, est de style classique. Sa structure et ses parties constituantes (les pilastres, les bas-reliefs de ses consoles et les ferronneries des garde-corps des baies du premier étage) témoignent de ce style. Quelques éléments de style Art déco viennent orner la frise sommitale de la façade : elle du deuxième étage à motifs géométriques et à spirales et sur les frontons des lucarnes ornés de
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Arras - 2 place de la Vacquerie - en ville - Cadastre : 2008 AB 1290
    Annexe :
    pas avec les façades classées ou si elles sont de nature à en gêner les perspectives (AD Pas-de-Calais , Travaux confortatifs. Article 39 : Les façades de la rue du 29 Juillet et de la place Victor-Hugo devront être composées suivant l'ordonnance actuelle de ces places. Les façades de la place du Théâtre elles s’harmonisent avec le Théâtre. Il en est de même pour les façades de la place de la Vacquerie, de la rue de la Braderie et de la rue Jacques-Caron qui devront former un cadre à l’Hôtel de Ville et de prévues à ces emplacements. De même les propriétaires des maisons avoisinant les édifices classés devront présenter leur projet de façade au Conseil Municipal qui pourra les refuser si ces façades ne s’harmonisent , série 2 O, sous-série 390 1, Arras : projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925).
    Illustration :
    Vue des ruines de l'immeuble du 2 place de la Vacquerie. IVR31_20096200312NUCB Vue de détail des baies du second étage-Frise et appuis de baies sculptés de fleurs et de motifs
  • Immeubles à logement
    Immeubles à logement Arras
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , avec une dominante entre 1925 et 1930. Cette période correspond à la reconstruction de la ville qui s'étendit de 1919 à 1936. La grande majorité des immeubles firent l'objet de réparations dans l'immédiat après-guerre mais l'application des plans d'alignement de la ville vers 1925-1926 entraîna la démolition partielle de la plupart d'entre eux, suivie de leur reconstruction dans leur état actuel.
    Référence documentaire :
    La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre. BUSSIERE, ERIC , MARCILLOUX, Patrice, VARASCHIN, Denis. La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Pas-de-Calais, 2002, p.188-192.
    Description :
    , édifiés sur un parcellaire étroit, issu de l'ancien parcellaire médiéval. Ils sont généralement construits sur deux étages avec le rez-de-chaussée dévolu à l'activité commerciale. Les immeubles ont pignon sur rue ; ceux-ci sont traités de manière originale empruntant leurs formes et leurs décors à la fois au formes et motifs de l'architecture classique. De manière générale, décors floraux et motifs géométriques caractéristiques du style apparaissent en profusion sur des façades de tout style.
    Texte libre :
    dans le département du Pas-de-Calais. L’ensemble des architectes recensés disposait d’un cabinet à œuvré à la construction de nombreux édifices dans le Pas-de-Calais et notamment de villas au Touquet Saint-Aubert qui s’achève par des pas-de-moineaux. Entre les années 1920 et 1930, l’Art déco s’épure et -de-chaussée est dévolu à une activité commerciale. En effet, ville commerçante, Arras dispose d’une architecture répondant à la fois aux fonctions commerciales et de logement. On distingue ainsi dans les parties constituantes de ces immeubles des boutiques, qui concernent 54 de ces immeubles, des cafés et des restaurants les rues commerçantes. Ils sont tous issus de la Première Reconstruction et ont été édifiés dans un style Art déco. Les variantes de ce style sont nombreuses dans cette catégorie d’édifices ; toutefois régionalisme qui marque la période et à l’architecture classique prééminente à Arras. I. Étude et évolution de l’hypercentre arrageois : du début du 20e siècle à la période de l’entre-deux-guerres Les immeubles à logements
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 13 place du Théâtre - en ville - Cadastre : 2008 AB 2
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , succéda un commerce de chaussures, puis un salon de beauté (cf. A.D. Pas-de-Calais, série 10R9, sous-série L'immeuble précédent l'édifice actuel a été fortement endommagé au cours de la Première Guerre l'issue des travaux d'alignement des rues arrageoises vers 1925. Le rez-de-chaussée de l'immeuble était constitué d'un café, le café de la Paix, considéré par les Arrageois comme un lieu convivial et un point de rassemblement lors des festivités de la ville. Ce café fut intégré à la reconstruction dans un style classique de l'immeuble à partir de 1926 ; elle est due à l'architecte Emile Rousseau. Les travaux furent effectués par la Société d'Entreprises de Constructions et de Travaux publics d'Arras. Au café de la Paix
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble, à pan arrondi, est positionné sur l'angle de la place du Théâtre et de la rue Ernestale éléments de modénature. Cette peinture semble issue d'une récente restauration de la façade. L'immeuble est constitué de trois travées sur la façade de la place du Théâtre et de deux travées sur la façade rue croisées couvertes en anse de panier. L'ensemble de leurs menuiseries est peint en blanc. L'immeuble est de style classique, s'intégrant dans l'harmonie d'ensemble de la place. Les décors géométriques des ferronneries et la frise composée de grappes de raisins sont de style Art déco et apportent une touche de
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Annexe :
    pas avec les façades classées ou si elles sont de nature à en gêner les perspectives (AD Pas-de-Calais , Travaux confortatifs. Article 39 : Les façades de la rue du 29 Juillet et de la place Victor-Hugo devront être composées suivant l'ordonnance actuelle de ces places. Les façades de la place du Théâtre elles s’harmonisent avec le Théâtre. Il en est de même pour les façades de la place de la Vacquerie, de la rue de la Braderie et de la rue Jacques-Caron qui devront former un cadre à l’Hôtel de Ville et de prévues à ces emplacements. De même les propriétaires des maisons avoisinant les édifices classés devront présenter leur projet de façade au Conseil Municipal qui pourra les refuser si ces façades ne s’harmonisent , série 2 O, sous-série 390 1, Arras : projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925).
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade sur la place du Théâtre et sur la rue Ernestale, 1926 Vue de l'immeuble du 13 place du Théâtre. IVR31_20096200071XB Vue de l'immeuble du 13 place du Théâtre, construction avant l'alignement de la rue Le Café de la Paix, 13 place du Théâtre. IVR31_20096200076XB Frise et cartouches décoratifs constitués de grappes de raisins. IVR31_20096200218NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 1 rue Jacques-Le-Caron - en ville - Cadastre : 2008 AB 114
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    chantier fut achevé en 1933 (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de L'immeuble précédant la construction actuelle était à usage d'habitation et de café. Il fut totalement détruit par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale. Des baraquements provisoires occupèrent la parcelle durant la décennie 1920. Soumis à l'alignement de la rue Jacques-Le-Caron, sa reconstruction fut tardive et ne date que de 1931. Son style respecta les préconisations énoncées dans les articles relatifs à la reconstruction d'Arras qui prévoyaient de former un cadre à l'hôtel de ville par l'édification d'immeubles de style classique. Les travaux furent menés par l'entreprise de bâtiment de Louis Peulabeuf, sur les plans de l'architecte arrageois Julien Wirton. Les nombreuses sculptures taillées dans le -Calais, série 2O, sous-série 390 1).
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    Cet immeuble, positionné sur l'angle de la rue Jacque-Le-Caron et de la rue Désiré-Delansorne, est situé à proximité de la place de la Vacquerie. Il trouve son pendant dans l'immeuble situé au 2 place de la Vacquerie construit à l'identique. Il est en béton à minces parements de brique sur les travées latérales ; l'essentiel de la façade est en béton apparent peint en blanc. Il est rythmé par des travées de surmonté d'un étage de comble éclairé de lucarnes à frontons curvilignes. Cet édifice de style classique est orné de nombreux éléments de style Art déco : les cartouches floraux des linteaux des baies du deuxième étage sur lesquels viennent s'étendre des paniers de fruits et de fleurs, les frontons curvilignes des lucarnes, les cornes d'abondance de l'encorbellement des baies du deuxième étage et l'ensemble de leurs garde-corps constitués de spirales et de vagues.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction : plan du rez-de-chaussée, 1931. IVR31_20096200132XA Projet de reconstruction : détail façade et coupe, 1931. IVR31_20096200130XA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 22-28 place du Théâtre - en ville - Cadastre : 2008 AC 37
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    confection durant la première moitié du 20e siècle (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de-Calais, série 2O, sous-série 390 1). L'immeuble précédant l'actuelle construction, fut détruit lors de la Première Guerre mondiale ; dénommé Au coin de rue, il était à usage de confection. Des baraquements provisoires firent office d'habitation jusqu'à sa reconstruction en 1925 sur les plans de l'architecte Georges Trassoudaine ; les travaux furent réalisés par l'entrepreneur général de béton armé Albert Deneuville et l'entrepreneur Edouard Delamotte, serrurier d'art et de bâtiment. Les travaux furent achevés en 1931, date du procès-verbal de réception définitive. Désigné sous l'appellation de Maison bleue, cet immeuble de commerce resta dévolu à la
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble, à pan coupé au rez-de-chaussée et au 1er étage, arrondi aux niveaux supérieurs, est positionné sur l'angle de la place du Théâtre et de la rue Saint-Aubert. Il est construit en béton recouvert d'une peinture blanc cassé. Les éléments de modénature sont peints dans des tons bleu et chair. Il est constitué de six travées de baies rectangulaires. Les baies du premier étage et de l'étage de comble aux menuiseries peintes en blanc sont contemporaines de la construction de l'immeuble ; au deuxième étage, elles ne sont plus d'origine. A première vue, le style sobre et l'ordonnance de cet immeuble permettent de le classer dans le registre classique caractéristique de l'architecture de la place du Théâtre . Toutefois, les éléments de modénature évoquent un Art déco géométrique qui réinterprète de façon moderne ce à motifs circulaires. Le cartouche polygonal du fronton de la lucarne d'angle est orné des motifs disparition d'éléments de décor.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction, façade place du Théâtre-angle rue Saint-Aubert, 1925. IVR31_20096200098XA Projet de reconstruction : façade rue des Rapporteurs, 1925. IVR31_20096200099XA Vue de l'angle de l'immeuble du 22-28 place du Théâtre- Magasin Au coin de rue, vers 1904-1906
  • Maisons, immeubles
    Maisons, immeubles Saint-Amand-les-Eaux -
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Référence documentaire :
    AD Nord. Série P 3P / 783 : matrices cadastrales de 1921.
    Description :
    l’urbanisme de la ville. En dehors de ces plans, nous ne disposons pas de sources écrites ou figurées Les plans et vues cavalières représentant la ville de Saint-Amand-les-Eaux ont été réalisés en majeure partie pour témoigner de la magnificence de l’abbaye. L’ensemble de la ville et ses limites sont également représentés sur ces documents, la comparaison de ces sources permet de constater la stabilité de montrant les élévations des maisons de Saint-Amand. Aucun plan, ni autorisation à bâtir ou relevé ne semble être conservé permettant d’identifier des maisons anciennes. Seul le règlement sur les bâtiments de 1836 donne quelques indications sur la construction des nouveaux édifices de la seconde moitié du XIXe siècle. La compréhension de l'évolution de la ville et de son architecture, la définition des typologies a été possible par l'observation systématique de l'ensemble du bâti de la ville. L’actuel cadastre compte 7971 parcelles bâties sur l'ensemble de la commune. Le recensement INSEE de 1999 dénombre 7034
    Annexe :
    Conseil régional Nord-Pas de Calais. Le service du Patrimoine culturel apporte son expertise et de terrain de cette ville a été menée en collaboration par le chargé d’étude patrimoine bâti du Parc naturel régional et un chercheur de la Mission de l’Inventaire du Service du patrimoine culturel du général du Patrimoine Culturel. La méthodologie Le centre-ville et les faubourgs ont fait l’objet de réalisé de manière systématique, selon les critères et méthode de l’Inventaire général. Chaque parcelle bâtie et chaque maison ont été identifiées et recensées quand elles s’avéraient répondre aux critères de repérage (homogénéité, peu de remaniement en façade, construction antérieure à 1940 ou digne d’intérêt si plus récente, etc.). Les faubourgs ont été abordés différemment ; le bâti agricole a été repéré de manière systématique, les ensembles d'habitat issus de l'architecture industrielle ont été repérés selon tableau de repérage.
    Texte libre :
    rue du Bruille à la rue Davaine, l’actuelle rue de Valenciennes ne semblant pas y être lotie. La Saint-Amand-les-Eaux, une ville établie autour de l’abbatiale. Quelques vestiges de l'architecture du XVIIe siècle ? La vue cavalière de la ville parue dans l’Atlas Lepoivre (1579) permet de comprendre l’importance de l’usage défensif de la rivière, doublée de remparts, le tout protégeant la ville , centrée autour de son abbaye. Pour l’analyse du bâti, cette image est bien entendu insuffisante concentré dans les îlots situés au sud et face à l’entrée de l’abbaye, approximativement depuis l’actuelle première représentation de la ville où l'on peut appréhender l'habitat est la vue cavalière réalisée vers compagnie de dessinateurs géomètres. On y reconnait deux, voire trois des îlots existants aujourd’hui , situés entre l’actuelle rue d’Orchies et rue de la Poste ou la rue Davaine. Ils sont lotis de maisons perpendiculairement aux premiers. Les maisons y sont en rez-de-chaussée, couvertes d’une toiture en tuile (? toit
    Illustration :
    (Archives MH DRAC Nord-Pas-de-Calais). IVR31_20155908053NUC Historiques (Archives MH DRAC Nord-Pas-de-Calais). IVR31_20155908054NUC Relevé du rez-de-chaussée de la maison Flescher, C. Lassure, 1985 (Archives MH DRAC Nord-Pas-de Edifice datable du XVIIe siècle, disposé perpendiculairement à la rue de Tournai, état en 2012 Vue générale depuis la cour d'une maison rue de Tournai ; le passage couvert et l'aile disposée Détail de la corniche en bois et des fers d'ancrage d'un édifice datant du XVIIIe (?) siècle situé rue de la Poste. IVR31_20125901703NUCA Cartouche portant la date de 1661, réutilisé dans un mur de clôture. IVR31_20125901978NUCA Vue générale du mur extérieur du logis de la "ferme de l'abbaye", conservant un cartouche du XVIIe Maisons datant du XVIIIe siècle à l'angle de la Place des Armes. IVR31_20125901713NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 12 rue des Balances - en ville - Cadastre : 2008 AB 880
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruit sous la direction de l'architecte arrageois Ludovic Roussel au début des années 1920 (cf. A.D. Pas -de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). L'immeuble précédent l'actuel édifice fut détruit lors de la Première Guerre mondiale. Il fut
    Description :
    Cet immeuble est constitué de matériaux hétérogènes. Le rez-de-chaussée à usage de commerce est en béton imitant la pierre, les menuiseries de la vitrine et de la porte cochère sont en chêne ; elles semblent être contemporaines de la construction de l'immeuble. Le couronnement du magasin et de la porte cochère est surmonté d'un parement de briques dont le bon état signale une récente restauration. Les deux étages carrés se distinguent par un parement de briques différent, plus ancien que le parement qu'il matériaux nobles tels que la pierre et la structure générale de l'immeuble caractérise ce style. Toutefois , certains éléments de modénature sont de style Art déco : c'est notamment le cas des consoles et des agrafes à vagues sont également de style Art déco.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Détail d'un garde-corps constitué de motifs à spirales et de vagues. IVR31_20096200184NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 17 rue des Portes-Cochères - en ville - Cadastre : 2008 952 AB
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    dès 1920 sous la direction de l'architecte arrageois Paul Dupuis (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de L'immeuble, endommagé par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale, a été reconstruit
    Description :
    Cet immeuble est positionné sur l'angle de la rue des Portes-Cochères et de la rue Briquet -Taillandier. Il est composé de pierre et de béton. Il présente des baies à meneaux et à traverses en anse de panier qui caractérisent le style classique. La ferronnerie du balcon, positionné sur l'angle de l'édifice, est constituée de motifs à spirales insérés dans des formes carrées et circulaires qui donnent à l'édifice une nuance Art déco. Elle présente des traces de rouille qui signalent son mauvais état de
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 20 boulevard de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2008 AB 717
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    travaux des Sociétés Coopératives de reconstruction dans le Pas-de-Calais (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier La construction précédant l'actuel immeuble fut endommagée par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Les travaux de reconstruction furent menés vers 1925 par l'entreprise arrageoise de bâtiment de Louis Peulabeuf, sur les plans de l'architecte arrageois Jean Lacoste, agréé pour les de la Reconstruction non classé).
    Description :
    Cet immeuble en pierre, brique et béton, situé sur le boulevard de Strasbourg, affiche le style classique caractéristique de ce secteur : en témoigne l'encadrement à refends des pierres de l'avant-corps situé sur la partie droite de l'immeuble, les chaînages harpés de l'encadrement des baies, les baies aux ferronneries aux motifs de vagues caractéristiques de l'Art déco, qui apportent une légère touche de modernité
    Localisation :
    Arras - 20 boulevard de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2008 AB 717
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade et coupe, 1934. IVR31_20096200120XA Projet de reconstruction : façade et coupe, 1934. IVR31_20096200119XA Balcon en fer forgé aux motifs de vagues de style Art déco. IVR31_20096200172NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 4 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 39
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruction du département du Pas-de-Calais (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). Cet immeuble, à usage de commerce de chaussures dans les années 1920, a été endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Frappé d'alignement selon des plans approuvés par la sur les plans de l'architecte Léon Prévost, agréé pour les travaux des sociétés coopératives de
    Description :
    Cet immeuble mitoyen est édifié en béton dont les rainures imitent la pierre de taille, ce qui confère à la façade un style classique. Il est constitué de deux travées de baies rectangulaires. L'étage de comble comprend deux lucarnes à frontons triangulaires. L'ensemble des ornements décoratifs de la façade est de style Art déco : les fleurs en aplat des cartouches sur allèges, la corniche de denticules ainsi que les ferronneries aux paniers de fleurs géométriques.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Détail des ornements de style Art déco. IVR31_20096200222NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 72 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 78
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruction dans le Pas-de-Calais, et de Victor Girard, entrepreneur. Au regard de l'état actuel de l'immeuble . A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). Le bâtiment précédant l'actuel immeuble fut endommagé par les bombardements au cours de la Première est l'oeuvre de l'architecte Ludovic Roussel, agréé pour les travaux des Sociétés Coopératives de , le plan d'architecte accompagnant le projet de reconstruction en 1928 a été strictement respecté (cf
    Description :
    Cet immeuble, construit en béton peint et en marbre sur le rez-de-chaussée, est positionné sur l'angle de la rue Saint-Aubert et de la rue des Agaches. Il est constitué de trois travées de baie : la ensemble de trois baies ; les travées latérales sont à baies uniques. L'immeuble est de style Art déco : le traitement de son angle emprunte ses courbes au style baroque. Les allèges des baies et la partie médiane du fronton cintré sont constitués de décors sculptés mêlant fleurs en aplat, vagues et motifs zigzagants , formes géométriques et rubans. Les ferronneries des garde-corps sont composées de formes géométriques
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Décor sculpté du fronton, mêlé de fleurs en aplat, de rubans et de vagues. IVR31_20096200252NUCA Détail d'une allège sculptée de fleurs en aplat et de formes géométriques. IVR31_20096200253NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 26 boulevard de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2008 AB 714 2008 AB 714, 1020
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , agréé pour les travaux des Sociétés Coopératives de reconstruction du Pas-de-Calais. Son rez-de-chaussée était alors à usage de droguerie (cf A.D. Pas-de-Calais, série 10R9, sous-série 5017). Cet immeuble a été partiellement détruit par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale . Il fut reconstruit à partir de 1921, date à laquelle une première demande d'avance en espèces a été reconstruction de son immeuble. L'édifice a été réalisé sur les plans de l'architecte arrageois Paul Clavier
    Description :
    Cet immeuble imposant est situé sur le boulevard de Strasbourg dans le centre d'Arras. Sa façade est en béton enduit (seule la lucarne du pignon arbore un béton brut). Pour éviter la monotonie de la façade, l'accent est porté principalement sur la travée de gauche (travée de la porte cochère), surmontée d'une lucarne maçonnée, et secondairement sur la travée centrale, encadrée de pilastres analogues aux pilastres d'angle (travée de la porte piétonne). Elle est rythmée par six travées de portes-fenêtres à deux étage, des arcs cintrés au second étage et celles de l'étage d'attique des plates-bandes. Les travées des étages sont délimitées par des chaînes verticales de béton ; celles de l'étage d'attique le sont par des colonnes surmontées d'une corniche d'entablement. La structure de cet immeuble ainsi que l'ensemble de ses éléments de modénature sont de style classique. La reconstruction de cet immeuble après la Première Guerre mondiale a permis l'introduction discrète de décors de style Art déco dans les ferronneries
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Arras - 26 boulevard de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2008 AB 714 2008 AB 714, 1020
    Illustration :
    Détail d'un garde-corps au motif de panier stylisé. IVR31_20096200171NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 41 rue Désiré-Delansorne - en ville - Cadastre : 2008 AB 1012
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Desmartin, sur les plans de l'architecte arrageois André Teppe (cf. A.D. Pas-de-Calais, série 10R9, sous L'immeuble de commerce précédant l'actuel l'immeuble fut endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Soumis à l'alignement de la rue Saint-Géry, appelée aujourd'hui Désiré-Delansorne, il ne fut reconstruit que vers 1931 par l'entreprise générale de béton armé de Jean
    Description :
    Cet immeuble mitoyen est en béton à parement de briques et en béton apparent aux corniches, bandeau travée de droite, plus large, avec son oriel aux 2e et 3e étages et son fronton. La frise est constituée de cartouches de briques à dents d'engrenage saillantes. L'immeuble se distingue par un fronton
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 63 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 376
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , architecte agréé pour les travaux des Sociétés Coopératives de reconstruction dans le Pas-de-Calais. Frappé , sur les plans de l'architecte Oscar Pollet (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non L'immeuble a été endommagé par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale. Dans les de l'époque ; les travaux furent réalisés par l'entreprise générale de béton armé d'Albert Deneuville
    Description :
    Cet immeuble est positionné à l'angle de la rue Saint-Aubert et de la rue du Général-Barbot. Sa façade s'étend le long de la rue du Général Barbot. Il est constitué de logements qui se répartissent sur les deux étages carrés et l'étage de comble de l'immeuble ; son rez-de-chaussée est à usage de commerce. L'angle de l'immeuble se distingue par son élancement vertical, souligné par les colonnes sur les géométrique qui s'inscrit dans la mouvance Art déco de la fin des années 1920. Cette géométrie transparaît également à travers les pans coupés du pignon, de la lucarne de comble, des appuis de baie et de la console située sur l'angle. La frise de denticules située en haut de la façade et au bas de la console constitue un motif récurrent de l'Art déco. L'immeuble est en béton peint en blanc ; les éléments de modénature détérioration du béton en haut du pignon semble signaler l'amputation d'un élément de décor.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façades sur rue Saint-Aubert et rue du Général-Barbot
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 50 rue Désiré-Delansorne - en ville - Cadastre : 2008 AB 80
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    techniques de remploi) (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). Le bâtiment précédent l'actuel immeuble fut détruit au cours de la Première Guerre mondiale. Il fut reconstruit dans son état actuel sur les plans de l'architecte arrageois Victor Maréchal entre 1923 et 1926 , période au cours de laquelle s'effectuèrent plusieurs contrôles d'état d'avancement des travaux (contrôles
    Description :
    Cet immeuble à pan coupé est positionné sur l'angle de la rue Désiré-Delansorne et de la rue de la Caisse-d'Epargne. Le rez-de-chaussée à usage de commerce est en béton ainsi que les linteaux des baies , le béton est masqué par un parement de briques. La toiture est en béton. Sobre et épurée , l'architecture de cet immeuble est caractéristique de l'architecture moderne des années 1925-1930. Le style Art déco transparaît à travers le bas-relief du deuxième étage qui représente un panier de fleurs mais c'est essentiellement dans les motifs des ferronneries que l'Art déco réside : ils sont constitués de paniers de fruits aux formes géométriques et aux motifs en spirales ainsi que de vagues encadrant ces
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade et coupe, 1925. IVR31_20096200133XA Détail de la baie située à l'angle, composée d'un garde-corps orné d'un panier à spirales et d'un bas-relief sur allège représentant un panier de fleurs. IVR31_20096200190NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 73 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 BE 698-699
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    de l'architecte arrageois Gaston Caquant après cette date (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Un premier immeuble construit vers 1880 fut endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Soumis à l'alignement de la rue Saint-Aubert vers 1925, il fut reconstruit sur les plans
    Description :
    Cet immeuble construit en béton est constitué d'un rez-de-chaussée à usage de commerce, surmonté de deux étages carrés et d'un étage de comble. Il est composé d'une unique travée qui souligne l'étroitesse du bâtiment. La façade se structure autour de formes et de décors géométriques caractéristiques du deuxième étage à la lucarne de comble. Celle-ci est encadrée de décors à stries tubulaires que l'on retrouve sur les consoles des appuis de baie du premier étage. L'appui de baie du second étage présente des
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 21 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 97
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    permis de construire (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). L'immeuble précédent l'actuel bâtiment fut partiellement détruit par les bombardements au cours de forme actuelle par les architectes arrageois Paul Dupuis et Albert Picy vers 1925, date de délivrance du
    Description :
    Cet immeuble édifié sur une parcelle étroite présente une travée unique éclairée de baies à meneaux saillie surmontés de chapiteaux et d'un entablement géométrique ainsi que la structure des baies et la forme cintrée de la baie du deuxième étage sont caractéristiques du style classique. Des éléments d'architecture moderne ont été plaqués, notamment les bagues géométriques des colonnes ainsi que de la lucarne -corps sont de style Art déco : elles sont constituées de motifs de vagues et de paniers aux courbes et
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 25 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 95
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). l'architecte Eugène Arend, agréé pour les travaux des sociétés coopératives de reconstruction dans le Pas-de L'immeuble a été partiellement détruit lors de la Première Guerre mondiale ; les dommages subis furent essentiellement dus à l'humidité provoquée par la destruction de la couverture. Il fit l'objet d'un premier projet de reconstruction (projet de remploi) en 1923, mis en oeuvre et suivi par -Calais. Par suite des alignements des rues commerçantes d'Arras vers 1925, la partie qui avait été reconstruite rue Saint-Aubert fit l'objet d'une expropriation par la ville et fut démolie. Un second projet de reconstruction fut ainsi mis en oeuvre en 1926 par l'entrepreneur en bâtiment Victor Girard, sous la conduite de l'architecte Jean Lacoste. Ce projet donna lieu à la construction de l'immeuble tel qu'on connaît actuellement
    Description :
    éléments de modénature n'est pas contemporaine de la construction. L'entablement est coupé par la baie à par une porte-fenêtre au premier étage et une baie au second étage. Les menuiseries de ces ouvertures façade est conçue à la façon de celle d'un temple antique, constituée de pilastres latéraux cannelés à entablement aux paniers de fruits et de fleurs colorés, de caractère Art déco. La peinture recouvrant les . L'ensemble est surmonté d'un fronton géométrique dépourvu de décor. Les ferronneries des garde-corps présentent des motifs losangiques caractéristiques de l'Art déco.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade et coupe, 1926. IVR31_20096200116XA Vue sur l'entablement aux paniers de fruits et de fleurs colorés. IVR31_20096200296NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 24 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 52
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    date. Les travaux ont été réalisés sur les plans de l'architecte arrageois Julien Wirton (cf. A.D. Pas -de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). L'immeuble de commerce précédent l'actuel immeuble a été détruit à l'issue de la Première Guerre mondiale. Un projet de reconstruction fut présenté auprès du service d'architecture du ministère des régions libérées dès 1920 : une ouverture de crédit au nom de la propriétaire de l'époque atteste de cette
    Description :
    soutenu par un large bandeau mouluré. L'édifice est de style Art déco : les décors géométriques insérés dans des cartouches sur les parties latérales hautes de la façade, les moulures géométriques du linteau ainsi que les pans coupés de la baie du deuxième étage constituent le vocabulaire ornemental usuel de l'Art déco. Des ombres présentes en deux endroits signalent l'ablation d'un élément de la frise sur sa partie gauche et celle d'une enseigne en bas de la façade à droite. La peinture disparaît progressivement
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Décors géométriques de la partie haute de la façade. IVR31_20096200245NUCA
1 2 3 4 Suivant