Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôtel de voyageurs dit Grand-Hôtel, puis hôpital marin dit hôpital Cazin-Perrochaud
    hôtel de voyageurs dit Grand-Hôtel, puis hôpital marin dit hôpital Cazin-Perrochaud Berck - Berck-Plage - rue du Grand-Hôtel - en écart - Cadastre : 2006 CN1 350
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    pas à quitter cette pension de famille pour aller s’installer dès 1893 ou 1894 dans l'édifice occupé La création de cet établissement est en relation directe avec l’expulsion des religieuses cadre plus général de la laïcisation des hôpitaux dépendants de l’administration de l’Assistance publique de Paris. Ces religieuses, alors au nombre de 75, demeurèrent à Berck et emménagèrent, en un premier temps, dans une ancienne pension de famille, prise en location, sise rue de l’Impératrice où elles ouvrirent incontinent un établissement de soin pour enfants. Vu l’exigüité des locaux, elles ne tardèrent précédemment par le Grand-Hôtel, sis en bordure de plage immédiatement au nord de l’hôpital Rothschild flanc sud de l'ancien Grand-Hôtel une chapelle et, en 1899, à l’angle sud-ouest, un corps de bâtiment pour y loger leur communauté. Dès 1892, lors de leur emménagement rue de l’Impératrice, elles avaient -Hôtel était semble-t-il, déjà pourvue de balcons en bois à tous les niveaux, mais ces balcons
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    et du Pas-de-Calais, 1983, n°16, p. 7-15. Le Tout-Berck. Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les . Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les renseignements utiles aux Historique des hôpitaux de Berck. Institut Cazin-Perrochaud. GIRET Joseph. Historique des hôpitaux de Berck. Institut Cazin-Perrochaud. In : Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord baigneurs, touristes, propriétaires et commerçants. Berck-sur-Mer : imprimerie du « Journal de Berck », 1904
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier tournant à retours sans jour en charpente suspendu
    Murs :
    bois pan de bois essentage de planches (?)
    Description :
    L'édifice se composait de deux parties d'époque et de construction bien distinctes : d'une part l'ancien Grand-hôtel, construit vraisemblablement en pans de bois avec essentage de planches, d'autre part les bâtiments édifiés après le rachat de cet hôtel par les religieuses qui étaient en maçonnerie de brique. Les terrasses de cure d'air ajoutées en 1924 sur toute la longueur de la façade donnant sur la mer, étaient faites en béton armé et reposaient sur une structure de poteaux constituée du même matériau. Un escalier de distribution extérieure suspendu en charpente, lequel jouait très vraisemblablement le rôle d'escalier de secours, était accolé à la façade postérieure - celle donnant sur la cour - du bâtiment de l'ancien Grand-Hôtel. Jusqu'à son agrandissement sur son flanc sud en vue de
    Titre courant :
    hôtel de voyageurs dit Grand-Hôtel, puis hôpital marin dit hôpital Cazin-Perrochaud
    Illustration :
    Elévation antérieure donnant sur la plage de l'ancien Grand Hôtel, état avant la construction du bâtiment de la communauté religieuse sur son flanc sud, vue de trois-quarts droit. IVR31_20126200325NUC Elévation antérieure de l'ancien Grand Hôtel, état au moment du début de la construction, sur le flanc droit, du bâtiment de la communauté religieuse, vue générale prise de trois-quarts droit de l'ancien Grand-hôtel, vue de trois-quarts gauche. IVR31_20066200173NUC Elévation antérieure, état après la suppression des balcons et terrasses en charpente autour de 1920, vue de trois-quarts droit. IVR31_20066200123NUC Elévation postérieure du corps de logis principal, et aile sud formée par le retour du bâtiment de la communauté prolongé par la chapelle, vue de trois-quarts droit montrant, au premier plan, les petits pensionnaires alignés devant le mur de clôture de la cour intérieure. IVR31_20066200124NUC
  • hôpital marin dit villa de la Santé et hôtel de voyageurs dit hôtel Régina
    hôpital marin dit villa de la Santé et hôtel de voyageurs dit hôtel Régina Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - rue de Lhomel 46 rue Eugène-Trigoulet - en écart - Cadastre : 2006 BR1 35
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    traitement médical, des mineurs du Nord-Pas-de-Calais accompagnés de leur famille. La compagnie des édification date vraisemblablement de la fin du 19e siècle ou du tout début du 20e siècle. Pareille fonction sanitaire était déjà bien attestée en 19o4 et l'établissement connu sous l'intitulé de villa de la Santé , informations confirmées en 1912 dans un article publié dans une revue de médecine. Y étaient reçus, contre construit en 1911 dans le prolongement de la villa de la Santé, le long de la rue Victor-Ménard actuelle d'un vaste corps de logis de plan en L, implanté de part et d’autre de l’angle des rues de Lhomel et Eugène-Trigoulet : ce corps de logis reçut une appellation distincte, celle d'hôtel Régina, quoiqu'il constituât, en terme d'accueil, un simple prolongement de la villa de la Santé. Comme dans la plupart des soigneusement exclus de leur intitulé en raison d'une connotation devenue péjorative. Selon un rapport de l'époque émanant du Comité national de défense contre la tuberculose, les deux entités, significativement
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    La partie de l'édifice correspondant à la villa de la santé comporte un rez-de-chaussée surélevé au un rez-de-chaussée surélevé au-dessus d'un sous-sol, deux étages carrés et un étage de comble . L'édifice, composé de plusieurs corps de bâtiment, s'articule autour d'un pavillon en rotonde dessinant l'angle de la rue Trigoulet et de la rue de Lhomel. Ce pavillon abritait, avant la guerre, l'entrée d'apparat de l'hôtel (qui a été depuis remaniée) à laquelle on accédait par un perron et une porte en plein -cintre. Les ailes adjacentes sont ponctuées d'oriels reposant sur des consoles renflées ornées de motifs , présentent des ouvertures en plein-cintre. C'est sur le corps de bâtiment donnant sur la rue de Lhomel , correspondant à l'édifice primitif de la villa de la santé, que s'ouvre actuellement l'entrée principale de
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - rue de Lhomel 46 rue Eugène-Trigoulet - en écart
    Titre courant :
    hôpital marin dit villa de la Santé et hôtel de voyageurs dit hôtel Régina
    Illustration :
    Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avant adjonction d'un nouveau corps de logis destiné à abriter l'hôtel Régina, vue générale prise de trois-quarts droit. IVR31_20146202317NUC Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avant adjonction d'un nouveau corps de logis destiné à abriter l'hôtel Régina, vue générale prise de trois-quarts gauche. IVR31_20166200002NUC Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avec le nouveau bâtiment ajouté dans le prolongement du premier sur son flanc gauche, vue générale prise de trois-quarts droit. IVR31_20066200346NUC Corps de logis le plus ancien correspondant à celui de la villa de la Santé, élévation sur la rue de Lhomel, vue de trois-quarts droit. IVR31_20096200048XE Elévation sur la rue de Lhomel, vue prise en enfilade en regardant vers l'est. IVR31_20096200047XE Elévations sur les rues de Lhomel et Eugène-Trigoulet, vue angulaire montrant l'enfilade des
  • hôtel de voyageurs dit grand hôtel Métropole, puis hôtel du Centre, enfin hôpital marin dit institut Notre-Dame-des-Sables
    hôtel de voyageurs dit grand hôtel Métropole, puis hôtel du Centre, enfin hôpital marin dit institut Notre-Dame-des-Sables Berck - Berck-Plage - avenue Francis-Tattegrain - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    années de l'Occupation, ce qui mit un terme définitif à son activité, car il ne fut pas rouvert au Vers la fin du 19e siècle fut bâti, sur le flanc nord de l'Entonnoir, un hôtel de voyageurs, appelé 1912. Ce fut à la suite de ce changement d'affectation que la terrasse s'étendant au-devant du rez-de toiture à longs pans brisés, ce qui permettait l'aménagement du niveau de comble en étage habitable. Cet établissement recevait des malades tant enfants qu'adolescents et adultes jeunes, mais uniquement de sexe structure en béton armé de manière à ménager au-devant d'elle des galeries de cure superposées sur trois lit que l'on faisait rouler, furent disposées pour moitié en encorbellement en raison de l'insuffisance de largeur de la terrasse du rez-de-chaussée au-dessus de laquelle se dressait la dite structure . Dans les années 1930, l'établissement était en capacité d'accueillir 130 malades. A l'instar de tous lendemain de la guerre.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Murs :
    bois pan de bois essentage de planches (?)
    Description :
    L'édifice correspondant à l'ancien hôtel était construit en maçonnerie au niveau du rez-de-chaussée avec des parois essentées de planches au niveau des 1er et 2e étages, essentage qui était probablement appliqué sur un pan de bois. La toiture originelle était à longs pans et croupes ; elle fut remplacée par une toiture à longs pans brisés et croupe brisées. La structure des galeries de cure ajoutées après la
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Titre courant :
    hôtel de voyageurs dit grand hôtel Métropole, puis hôtel du Centre, enfin hôpital marin dit
    Illustration :
    Elévation antérieure sur l'Entonnoir avant l'ajout des galeries de cure, vue générale prise de face , l'institut Notre-Dame, élévations antérieures sur l'Entonnoir, vue d'ensemble prise de trois-quarts gauche Elévation antérieure sur l'Entonnoir avant l'ajout des galeries de cure, vue générale prise de face Elévation antérieure sur l'Entonnoir avant l'ajout des galeries de cure, vue générale prise de Vue de la partie est de l'Entonnoir en regardant en direction de la ville montrant, sur le côté Elévation antérieure sur l'Entonnoir après l'ajout des galeries de cure, vue générale prise de face Elévation antérieure qui donne sur l'Entonnoir, galerie de cure couverte, vue en enfilade montrant Elévation antérieure qui donne sur l'Entonnoir, galerie de cure découverte, vue en enfilade
  • Hôtel de voyageurs dit Hôtel Moderne
    Hôtel de voyageurs dit Hôtel Moderne Arras - 1 boulevard Faidherbe - en ville - Cadastre : 2008 AB 677
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    l'Académie d'Architecture d'Arras ; A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). Le bâtiment précédent l'hôtel actuel fut entièrement démoli au cours de la Première Guerre mondiale . Sans doute par manque de financement, l'hôtel ne fut construit qu'à la fin des années 1920 sur le même emplacement (vers 1929). Le nom qui lui fut attribué, Hôtel Moderne, est significatif de cette étape vers la modernité que constitue la période de l'après-guerre (modernité architecturale mais aussi modernité au sens de renouvellement urbain et d'amélioration du confort de vie). Il vint en remplacement d'un édifice de style classique dont la volumétrie et l'ordonnancement caractérisaient l'architecture du 18e attachement au style classique et art moderne (cf. Travaux à paraître de Marc Lanérès, architecte de
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    Cet hôtel, d'une parfaite symétrie en façade, occupe la parcelle s'étendant de part et d'autre de est constitué d'un parement de brique, le béton étant apparent aux encadrements et appuis de baie les travées. Le béton est constitué de rainures évoquant la pierre. L'ensemble des éléments de modénature est de style Art déco : les pilastres à guirlandes encadrant les baies, les consoles des balcons et de la corniche d'entablement à motifs géométriques et les bas-reliefs des frontons. Les caractéristiques de la ferronnerie Art déco.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel de voyageurs dit Hôtel Moderne
    Illustration :
    Vue de la place du Maréchal-Foch et de l'Hôtel Moderne. IVR31_20096200084XB Détail du fronton sculpté de la baie du dernier étage. IVR31_20096200164NUCA
  • Hôtels de voyageurs
    Hôtels de voyageurs Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    nom de "Grand hôtel" de la Plage, de Berck etc. Comme pour les maisons, la progression est 1925 (Guide du Baigneur). Le projet de Grand Hôtel de l'architecte Joachim Richard (archives de l'IFA 081 IFA 365) proposé en 1919 n'est pas réalisé. Aucun projet d'hôtel n'a été envisagé dans le plan de reconstruction après la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, les hôtels sont situés avenue du Général-de-Gaulle ou en périphérie, à l'extérieur du centre ville.
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    Renaissance. Le style architectural ne permet pas de préciser l'affectation des édifices de cette liste ; en A l'origine de la station balnéaire, les hôtels sont construits sur l'Esplanade (la digue) et l'Entonnoir (ancienne embouchure de l'Arche) puis gagnent le quartier de la gare (construite vers 1891), la rue Rothschild et le quartier résidentiel de Lhomel où les hôtels les plus grands et connus s'appellent "Le Cottage" (IA62001767) ou "Le Régina" (IA62000433). Avec son projet de Grand hôtel, Joachim Richard avait prévu de construire un édifice prestigieux, avec un passage couvert pour voitures, des galeries de part et d´autre d´un hall donnant accès à une bibliothèque, un salon et un restaurant situés tous trois en enfilade. Il est parfois difficile d'identifier les hôtels de voyageurs : le Guide du Baigneur de 1928 mentionne dans une même liste les maisons de santé (établissements de soins) et les effet, les maisons de santé et les pensions sont parfois établis dans de simples maisons ou chalets
    Titre courant :
    Hôtels de voyageurs
    Illustration :
    Façade antérieure de l'hôtel de Russie (disparu), carte postale ancienne, collection particulière Hôtel La terrasse à l'angle de la rue de la Gare, carte postale ancienne, vers 1910 (?), Collection Projet de Grand Hôtel (non réalisé), plan du rez-de-chaussée, Joachim Richard, 12 novembre 1919 Projet de Grand Hôtel (non réalisé), façade donnant sur le boulevard de la mer, Joachim Richard, 12 La rotonde de l'hôtel La Terrasse, face à l'ancienne gare, en 2010. IVR31_20106201709NUCA Hôtel Médicis, 27, avenue de la Gare, mentionné dans le Guide du Baigneur de 1928, carte postale Salle à manger de la pension La Renaissance, date inconnue, carte postale ancienne, Collection L'hôtel-restaurant de l'Entonnoir, 31 rue Tattegrain. IVR31_20136200109NUCA
  • Hôtel de voyageurs dit Hôtel-Astoria-Carnot
    Hôtel de voyageurs dit Hôtel-Astoria-Carnot Arras - 12 place du Maréchal Foch - en ville - Cadastre : 2008 AC 228
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Un premier hôtel (Hôtel de Voyageurs) , dont l'existence est attestée par des cartes postales au début du 20e siècle, fut endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Remis en état dès la fin de la guerre, le bâtiment abrita dès lors le café de la Gare, l'hôtel de Voyageurs et le café-restaurant Bucamp. Après 1930, il fut occupé par le café-hôtel de la Gare et devint l'hôtel Astoria-Carnot après la Seconde Guerre mondiale où il fut reconstruit en partie. Au cours de cette période, la structure de l'édifice a subit plusieurs modifications et notamment au niveau du rez-de , Yves de Coëtlogon, qui a réalisé l'ensemble des bas-reliefs qui ornent les allèges des baies, a laissé sa signature au bas de l'allège de la dernière travée située rue Gambetta. (cf. Service d'urbanisme de la mairie d'Arras, base de données extraite du logiciel CadamapX, 2008).
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    L'hôtel est positionné, avec un pan arrondi, à l'angle de la rue Gambetta et de la place du Maréchal-Foch. Son rez-de-chaussée est à usage de restaurant. Il est plaqué d'un parement de briques ; le béton est visible aux encadrements et allèges des baies. Le style est sobre et épuré, caractéristique de composition de cette façade trouve son pendant à quelques mètres de là au 8 boulevard de Strasbourg dont les représentations à l'antique qui constituent une référence de premier ordre pour l'Art déco. La cage d'escalier, à gauche, au-dessus de la porte d'entrée, est affirmée par un vitrage continu sur les 3 étages.
    Auteur :
    [sculpteur] Coëtlogon (de) Yves
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Hôtel de voyageurs dit Hôtel-Astoria-Carnot
    Illustration :
    Vue de l'Hôtel des Voyageurs au 12 place du Maréchal-Foch et sur le boulevard Carnot La place de la gare et l'Hôtel Astoria-Carnot. IVR31_20096200080XB Bas-relief représentant un homme dans un coquillage portant à la bouche une grappe de raisin Bas-relief représentant une biche et un cerf au milieu de la végétation. IVR31_20096200166NUCA
1