Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôpital marin dit villa de la Santé et hôtel de voyageurs dit hôtel Régina
    hôpital marin dit villa de la Santé et hôtel de voyageurs dit hôtel Régina Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - rue de Lhomel 46 rue Eugène-Trigoulet - en écart - Cadastre : 2006 BR1 35
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    traitement médical, des mineurs du Nord-Pas-de-Calais accompagnés de leur famille. La compagnie des édification date vraisemblablement de la fin du 19e siècle ou du tout début du 20e siècle. Pareille fonction sanitaire était déjà bien attestée en 19o4 et l'établissement connu sous l'intitulé de villa de la Santé , informations confirmées en 1912 dans un article publié dans une revue de médecine. Y étaient reçus, contre construit en 1911 dans le prolongement de la villa de la Santé, le long de la rue Victor-Ménard actuelle d'un vaste corps de logis de plan en L, implanté de part et d’autre de l’angle des rues de Lhomel et Eugène-Trigoulet : ce corps de logis reçut une appellation distincte, celle d'hôtel Régina, quoiqu'il constituât, en terme d'accueil, un simple prolongement de la villa de la Santé. Comme dans la plupart des soigneusement exclus de leur intitulé en raison d'une connotation devenue péjorative. Selon un rapport de l'époque émanant du Comité national de défense contre la tuberculose, les deux entités, significativement
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    La partie de l'édifice correspondant à la villa de la santé comporte un rez-de-chaussée surélevé au un rez-de-chaussée surélevé au-dessus d'un sous-sol, deux étages carrés et un étage de comble . L'édifice, composé de plusieurs corps de bâtiment, s'articule autour d'un pavillon en rotonde dessinant l'angle de la rue Trigoulet et de la rue de Lhomel. Ce pavillon abritait, avant la guerre, l'entrée d'apparat de l'hôtel (qui a été depuis remaniée) à laquelle on accédait par un perron et une porte en plein -cintre. Les ailes adjacentes sont ponctuées d'oriels reposant sur des consoles renflées ornées de motifs , présentent des ouvertures en plein-cintre. C'est sur le corps de bâtiment donnant sur la rue de Lhomel , correspondant à l'édifice primitif de la villa de la santé, que s'ouvre actuellement l'entrée principale de
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - rue de Lhomel 46 rue Eugène-Trigoulet - en écart
    Titre courant :
    hôpital marin dit villa de la Santé et hôtel de voyageurs dit hôtel Régina
    Illustration :
    Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avant adjonction d'un nouveau corps de logis destiné à abriter l'hôtel Régina, vue générale prise de trois-quarts droit. IVR31_20146202317NUC Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avant adjonction d'un nouveau corps de logis destiné à abriter l'hôtel Régina, vue générale prise de trois-quarts gauche. IVR31_20166200002NUC Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avec le nouveau bâtiment ajouté dans le prolongement du premier sur son flanc gauche, vue générale prise de trois-quarts droit. IVR31_20066200346NUC Corps de logis le plus ancien correspondant à celui de la villa de la Santé, élévation sur la rue de Lhomel, vue de trois-quarts droit. IVR31_20096200048XE Elévation sur la rue de Lhomel, vue prise en enfilade en regardant vers l'est. IVR31_20096200047XE Elévations sur les rues de Lhomel et Eugène-Trigoulet, vue angulaire montrant l'enfilade des
  • maison dite villa, puis hôpital marin dit villa Normande, actuellement maison de repos
    maison dite villa, puis hôpital marin dit villa Normande, actuellement maison de repos Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - 1, 3, 5 rue des Frères-Mozer 42 rue de Lhomel - en écart - Cadastre : 1969 BR 13
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    ), en « maison de famille pour hommes et jeunes gens », c'est-à-dire en hôpital marin. Elle était en dédiée à l’accueil de malades payants. Le succès rencontré par cet usage sanitaire auprès de la clientèle amena son propriétaire à réaliser une première extension au noyau primitif de l'édifice du côté sud-est , le long de la rue de Lhomel, en 1906-1907, dates portées par les deux pignons de ce nouveau corps de logis. Un certain Lasneret, donné comme architecte de la villa d'après la légende d’une carte postale du début du 20e siècle, serait très vraisemblablement le maître d’œuvre de cette première extension dont la maçonnerie de brique apparente tranche avec le style néo-normand plus pittoresque du corps de logis primitif de la villa dont les murs sont revêtus d'un faux pans de bois. En 1912, la villa Normande était toujours citée parmi les maisons de santé payantes de Berck-Plage, dans une liste publiée dans une revue de militaire temporaire numéro 45. Elle appartenait alors à monsieur Vaudry, important propriétaire de Berck
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Murs :
    faux pan de bois
    Description :
    Cet édifice offre un aspect hétéroclite car il est formé de plusieurs corps de bâtiment d'époque et de style différent. Ces corps de bâtiment sont disposés en L et élevés, selon les cas, sur 1 ou 2 étages carrés et 1 étage de comble, chacun étant individualisé par sa toiture. Le corps de bâtiment primitif placé au centre, de style néo-normand, est en maçonnerie enduite avec revêtement de faux pans de bois ; elle présente deux pignons couverts à ferme débordante. La première extension de l'édifice qui est en revanche en maçonnerie de bique apparente, est pourvue de deux pignons découverts de style néo -flamand, portant la date de leur édification (1906, 1907). L'arrière de l'édifice comportait, sur une de ses deux faces, des galeries de cure d'air et de soleil élevées sur trois niveaux, mais seules sont
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - 1, 3, 5 rue des Frères-Mozer 42 rue de Lhomel - en écart
    Titre courant :
    maison dite villa, puis hôpital marin dit villa Normande, actuellement maison de repos
    Illustration :
    Carte publicitaire énonçant les conditions de la pensions et les prestations offertes aux Elévation donnant sur la rue de Lhomel, avec l'ancienne villa, au premier plan sur la droite, et le Elévation du corps de logis ajouté en 1906-1907 le long de la rue Lhomel, vue de trois-quarts de la rue Lhomel, vue générale. IVR31_20146202320NUC Vue générale prise depuis la rue de Lhomel montrant l'état de la villa après le second Elévation donnant sur la rue de Lhomel, avec l'ancienne villa, au premier plan sur la droite, et le bâtiment ajouté en 1906-1907, au second plan sur la gauche, vue d'ensemble prise de trois-quarts droit Revers du bâtiment donnant du côté de la rue Eugène-Trigoulet, ajouté dans les années 1930 et doté d'emblée de galeries de cure, vue de face. IVR31_20146202321NUC Voitures de malades alignées sur le flanc droit du corps de logis ajouté dans les années 1930 le
  • casino dit casino des Lapins puis hôtel de voyageurs et hôpital marin dit cottage des Dunes
    casino dit casino des Lapins puis hôtel de voyageurs et hôpital marin dit cottage des Dunes Berck - quartier de Lhomel - Rond-point-du-Cottage des Dunes - en ville - Cadastre : 2006 BS 1
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La tradition orale attribue l'initiative de la construction vers 1883 du casino à Émile de Lhomel , fondateur du quartier du même nom. L'édifice ne semble pas avoir séduit les touristes et fut vendu en 1913 à 64 lits. Après la guerre, il devint une pension pour enfants handicapés et fut l'objet de nombreux que les malades, installés sur des chaises longues, pussent y faire leur cure d'air et de soleil. Ces fonction sanitaire de l'établissement semble alors avoir prévalu sur sa fonction hôtelière et, en 1934, il était ainsi en mesure d'accueillir 200 malades selon les chiffres publiés par le Comité national de changement de destination pour devenir Centre Européen d'Accueil et d'Hébergement.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    scindée en deux car elle ne court pas sur toute la largeur de la façade. En revanche au 4eme étage, la L'édifice était situé originellement au beau milieu de garennes ; aussi doit-il son nom de Casino des Lapins aux nombreux lapins peuplant ces lieux non encore urbanisés. Isolé au sud de la ville , situé à proximité de l'hôpital Maritime, son parti architectural était inspiré du casino de Vichy . L'avenue circulaire qui l'entoure constitue une sorte de "rotule" articulaire ouvrant sur les grands axes l'origine sur un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré, le casino était construit selon un plan en U . Deux pavillons hors-œuvre disposés en retour d'équerre encadraient un corps de bâtiment principal . Le pavillon formant avant-corps au centre du corps de bâtiment principal était surmonté d'un dôme terrasse. L'édifice actuel, situé en fond de jardin, conserve globalement le plan en U et les trois unités de corps de bâtiment d'origine. Il est en rez-de-chaussée surélevé surmonté de 4 étages carrés. Sa
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Berck - quartier de Lhomel - Rond-point-du-Cottage des Dunes - en ville - Cadastre : 2006 BS 1
    Titre courant :
    casino dit casino des Lapins puis hôtel de voyageurs et hôpital marin dit cottage des Dunes
    Destinations :
    hôtel de voyageurs
    Illustration :
    Vue générale de l'élévation antérieure. IVR31_20086200015XA Les galeries de l'élévation postérieure. IVR31_20086200021XA Le tryptique représentant la campagne de Jan Lavezzari dans le réfectoire. IVR31_20116200997NUCA
1