Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
    collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture Lille - - 43 rue de l'Hôpital-militaire 12 rue Jean-sans-Peur - en ville - Cadastre : 1993 NY 70
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus de militaires
    Historique :
    pour un hôpital de ne pas jouir d'un approvisionnement abondant en eau courante. Aussi, en 1766 En 1592, le Magistrat de la ville de Lille confia aux pères Jésuites la direction de son collège un usage d'enseignement, sur un vaste emplacement situé sur les marges de la ville, faisant partie des terrains inclus en 1603 à l’intérieur du périmètre de la nouvelle enceinte. En 1606 on posa la première pierre de la chapelle bâtie suivant les plans du frère Henri Hoeimaker, modifiés par le maître des œuvres de la ville Jean Fayet qui, en association avec Jacques Petyt, assura la direction effective des travaux. En 1611, les classes s’y installèrent et l’on inaugura la chapelle. À partir de 1634, on édifia entreprise à partir de 1743 sur les plans de l’architecte lillois Dominique Delesalle, mais avec François -Joseph Gombert comme architecte d’exécution. Le gros œuvre de la chapelle fut achevé en 1747, hormis le voûtement de son vaisseau central, et celle-ci fut consacrée en 1748. Fut aussitôt entreprise, sous la
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Gallo-Flandrici tractus describuntur. Suivi de : Annales Gallo-Flandriae (1624-1625). BUZELIN, Jean -Flandrici tractus describuntur… Suivi de : Annales Gallo-Flandriae. Douai : Marc Wyon, 1624-1625. In-fol., 2 Plan de distribution générale du rez-de-chaussée du collège des Jésuites (1765). Archives communales de Lille. Série AG (affaires générales), collège des Jésuites : AG 165, plan de distribution générale du rez-de-chaussée du collège des Jésuites (1765). pièces n°140 et n°141 Mémoire, daté du 12 août 1775, sur le projet d'établir l’hôpital militaire de Lille sur le terrein du bout de l’Esplanade, signé Potain - Plan-masse, daté du 12 août 1775, de l’hôpital militaire de Lille en Flandre à établir sur le terrain du collège des Jésuites, signé Potain . Service historique de la Défense, Archives du génie militaire, Vincennes. Série A1, direction du Génie à établir l’hôpital militaire de St Louis de Lille en Flandre sur l’emplacement du collège des Jésuites, sur
    Statut :
    propriété publique propriété actuelle de la préfecture du département du Nord
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    Le terrain d'assiette présente une superficie d'1,5 hectare. Les divers corps de logis sont disposés autour de quatre cours : deux sur l'avant, du côté de la rue de l'Hôpital-militaire, la cour d'honneur ou cour Scrive et la cour Saint-Lazare, deux à l'arrière de ces dernières, la cour des Cuisines et la cour de l'Ordinaire ou cour Gombert, tandis que s'étend, au fond du terrain d'assiette, un parc -promenoir. Existaient deux entrées principales à l'établissement, toutes deux situées rue de l'hôpital donne accès à la cour d'honneur ou cour Scrive et dessert donc les bâtiments de l'administration directement à la cour de l'Ordinaire ou cour Gombert sur laquelle s'ouvrait les locaux de l'école de chirurgie . Les quatre corps de logis disposés en croix qui abritaient les salles de malades sont élevés sur trois niveaux. Ces corps de logis sont excavés hormis celui, situé à l'est de la cour de l'Ordinaire ou cour tous les corps de logis d'origine du collège des Jésuites sont entièrement voûtés et ces voûtes
    Localisation :
    Lille - - 43 rue de l'Hôpital-militaire 12 rue Jean-sans-Peur - en ville - Cadastre : 1993 NY 70
    Titre courant :
    collège de clercs réguliers de la compagnie de Jésus dits Jésuites, puis hôpital militaire dit hôpital militaire Scrive, actuellement annexe de la préfecture
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Destinations :
    collège de Jésuites
    Illustration :
    gauche de l'aile fermant la cour Saint-Lazare n'étant ici pas visible. IVR31_19995902640V Saint-Lazare, vue de face, la partie latérale droite de cette aile n'étant pas visible Etat du collège de Jésuites tel qu'il se présentait après sa construction au début du 17e siècle , vue cavalière générale prise depuis l'est, datée de 1610. IVR31_20145906008NUCA Plan de distribution générale du rez-de-chaussée dressé peu après la dissolution de la compagnie de Jésus en France, daté de 1765. IVR31_19995901912ZA Projet de transformation du collège en hôpital militaire avec notamment ajout d'un bâtiment de plan Plan-masse du collège indiquant la fonction de chacun des corps de logis, avant son affectation Plan partiel de l'hôpital militaire dit hôpital de l'humanité portant vraisemblablement sur les bâtiments endommagés par l'incendie de janvier 1794, plan du rez-de-chaussée et coupes transversales des
  • Collège communal, actuellement maison
    Collège communal, actuellement maison Saint-Amand-les-Eaux - 43 (?) rue de Valenciennes
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Avant le 19e siècle, la ville de Saint-Amand-les-Eaux ne possédait pas d'établissement secondaire 1886. Le projet (non conservé) de Roussel ne répond pas aux besoins de développement des classes et . Le projet de nouveau collège est envisagé dès 1827 ; une maison avec dépendances est acquise à l'administration des Hospices. Son aménagement et l'ajout de salles de classes est confié à l'architecte valenciennois Vallez. Le collège est adjoint d'une école primaire en 1842, pour répondre à loi Guizot de 1833 imposant la création d'une école primaire dans les villes de plus de 6000 habitants. Un étage est ajouté , géomètre conducteur de travaux. Suite à la création d'un enseignement secondaire ouvrant les carrières de
    Référence documentaire :
    Centre de documentation, DRAC Nord-Pas de Calais, Lille : Dossier MH Saint-Amand-les-Eaux : Article AD Nord, série 2O525/138 : Projet de dortoir au collège communal, 1878 . AD Nord, série 2O525/138 : Projet de dortoir au collège communal, 1878 .
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - 43 (?) rue de Valenciennes
    Illustration :
    Projet de collège, coupe de l'ancienne maison, façades de la cuisine et des salles de classe Projet de collège, plan de l'édifice existant, des démolitions et ajouts à réaliser, Vallez Projet de dortoir au collège communal, façade de l'édifice à agrandir, Auguste Lesage conducteur de Vue de la cour du collège, carte postale sans date (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux Vue générale de l'aile aménagée en 1878. IVR31_20125901977NUCA
  • Collège nationalisé Jehan Bodel
    Collège nationalisé Jehan Bodel Arras - 3 bis rue Aristide-Briand - en ville - Cadastre : 2008 BD 60
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    1780 avant de devenir une prison révolutionnaire de 1794 à 1796. En 1805, le département du Pas-de Construit en 1754 pour le marquis Charles-Louis-Alexandre de Beauffort, mayeur d'Arras de 1764 à transformé en logement abbatial pour l'abbé commendataire, le cardinal Louis René de Rohan, dans les années -Calais acquiert l'édifice. En 1820, il est racheté par la ville d'Arras qui le transforme en collège (collège Jehan Bodel). Une extension de l'édifice est alors construite. Endommagé lors de la Première Guerre mondiale, il fut reconstruit à l'identique avec cependant l'ajout d'éléments de décor modernes dans la ferronnerie des grilles d'entrée (cf. NOLIBOS Alain, L'hôtel de Beauffort : pièce maîtresse de
    Observation :
    Une procédure de classement de l'édifice est actuellement en cours.
    Référence documentaire :
    L'Hôtel de Beaufort : pièce maîtresse de l'urbanisme des Lumières dans la Basse-Ville d'Arras . NOLIBOS, Alain. L'Hôtel de Beaufort : pièce maîtresse de l'urbanisme des Lumières dans la Basse-Ville
    Description :
    Le collège occupe quasiment l'ensemble d'un îlot situé autour de la place Victor-Hugo ; une des façades du collège vient épouser la forme de celle-ci. L'édifice est constitué d'un ensemble de bâtiments situés sur le pourtour de l'ilôt. En son sein, l'édifice comprend trois cours en enfilade accessibles par deux portes cochères depuis la rue Aristide-Briand et la rue de Beauffort. Sur cet édifice de style classique, seule la ferronnerie de la porte cochère de la rue Aristide-Briand présente les caractéristiques du style Art déco avec son décor constitué de l'alternance de petites et de grandes spirales.
    Étages :
    étage de comble
    Auteur :
    [commanditaire] Charles-Louis-Alexandre de Beauffort
    Illustration :
    Vue de la porte cochère fermée par une grille de style Art déco. IVR31_20086200142NUCA Vue de détail du couronnement de la porte cochère constitué de motifs en spirales
  • Institution, Collège et Ecole de mécanique Agricole Notre Dame des Anges actuellement école maternelle, collège et lycée Notre-Dame des Anges
    Institution, Collège et Ecole de mécanique Agricole Notre Dame des Anges actuellement école maternelle, collège et lycée Notre-Dame des Anges Saint-Amand-les-Eaux - 4 rue du Bruille - en ville - Cadastre : 2013 BM 157
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Aucune source n'a été retrouvée pour documenter l'histoire de l'institution Notre Dame des Anges , aujourd'hui composée de l'établissement situé rue du Bruille et de l'ancien pensionnat Jeanne d'Arc (voir dossier IA59004999) situé rue des Fèves. Le cadastre de 1821 permet de constater qu'un édifice existe déjà, partiellement au moins, dans une emprise au sol proche de celle d'aujourd'hui, rue du Bruille de mécanique. L'analyse stylistique de l'établissement laisse à penser que de l'édifice a vraisemblablement été construit pendant la seconde moitié, voire le troisième quart du XIXe siècle. Les vitraux de la chapelle sont signés de l'atelier Latteux-Bazin et datés de 1886. Une aile, située
    Titre courant :
    Institution, Collège et Ecole de mécanique Agricole Notre Dame des Anges actuellement école
    Illustration :
    Vue générale de l'institution Notre Dame des Anges, carte postale sans date (Médiathèque Saint Vue générale de l'institution Notre-Dame des Anges, carte postale sans date (Médiathèque Saint Vue générale de la façade sur rue. IVR31_20155901398NUCA Etage de combles ayant abrité les dortoirs, le voûtement en béton. IVR31_20135900150NUCA Vue générale intérieure vers le choeur de la chapelle du collège Notre Dame des Anges, rue du
  • Collège, actuellement lycée Ernest Couteaux
    Collège, actuellement lycée Ernest Couteaux Saint-Amand-les-Eaux - 37 avenue du Collège - Cadastre : 2013 AI (à vérifier) 22
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    permis la construction de l'établissement), a été le premier "collège polyvalent de France", construit établissement remplace l'ancien collège situé rue de Valenciennes. La vitrerie est réalisée par "l'union des peintres de Roubaix" en 1923. L'ensemble a été agrandi de bâtiments de classes, d'ateliers et d'un externat en 1968 par l'architecte Pierre Neveux afin de permettre l'accueil de 2000 élèves.
    Description :
    Le collège-lycée est situé sur l'avenue du Collège - née du développement de la ville vers l'est au début du 20e siècle - et se développe aujourd'hui jusqu'au bord de la Scarpe et vers le nord de sa située au centre de la parcelle initiale, a conditionné l'implantation des bâtiments construits pendant l'Entre-Deux-Guerres. Ceux-ci sont situés de part en d'autre de cette maison, formant un U interrompu , afin de laisser la apparaître la maison depuis la rue. Cette maison de plan massé, en brique enduite et toit brisé couvert d'ardoise abritait le logement du proviseur. Les bâtiments datant de l'Entre-Deux -Guerres sont en brique et couvertes de toitures complexes en matériau synthétique pour certains, en tuilepour d'autres. Ils abritent sur trois niveaux les salles de classes et dortoirs. Les bâtiments construits lors de l'extension de 1968 sont implantés derrière le premier ensemble. Ils sont en béton, à sheds pour les ateliers et en toiture terrasse pour l'externat et les salles de classes. Deux sculptures
    Illustration :
    L'entrée du collège, carte postale, premier quart du XXe siècle (Médiathèque de Saint-Amand-les Vue générale du collège, carte postale, premier quart du XXe siècle (Médiathèque de Saint-Amand-les Vue générale de l'entrée du lycée, l'ancienne maison et les pavillons construits en 1928 L'ancienne maison ayant abrité le logement du proviseur, vue de face. IVR31_20125901896NUCA L'ancienne maison ayant abrité le logement du proviseur ; vue générale de trois quarts de Une des deux ailes abritant des salles de classe construites pendant l'Entre-Deux-Guerres ; l'aile Plaque commémorative à Ernest Couteaux (1881 - 1947), maire de la ville et fondateur du collège Un des globes terrestre qui couronnait le faîtage de la toiture, actuellement dans le jardin du
  • Ecole et collège Saint-Bertin
    Ecole et collège Saint-Bertin Saint-Omer - Saint-Bertin - en ville
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Fondé en 1561 par le prélat Gérard d'Harméricourt, le collège de Saint-Bertin passa sous la direction des jésuites en 1572. La municipalité reprit la charge de l'enseignement après 1761, transfert qui se fit au détriment de la gratuité des études. Le site fut occupé par le couvent des récollets bâtiments ; laquelle dut passer par l'acquisition des maisons attenantes, opération aboutie en 1845. A partir de 1850 la totalité de l'enseignement était dispensé à Saint-Bertin, classes supérieures comprises de grands travaux de construction, confiés à un architecte de la Compagnie du Chemin de Fer du Nord trouvent) date de cette époque ; il a été élevé entre 1856 et 1858. La chapelle fut construite peu de temps après entre 1863 et 1868 ; les sculptures sont dues à M. Buisine de Lille, et les vitraux à la maison Antoine Lusson de Paris (1863-1865). En 1919 l'établissement reçut le maréchal Pétain, le vainqueur de Verdun, ancien élève du collège. Après guerre il est nécessaire de construire un nouveau bâtiment
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Longuenesse. Les façades s'animent de pilastres, arcatures lombardes et galeries, et n'est pas sans rappeler L'ensemble est constitué essentiellement de brique rouge foncé, matériau local tempéré par l'utilisation de pierre calcaire (la pierre blanche, pierre friable), sans doute extraite à Esquerdes ou le style néo-gothique anglo-saxon de l'époque. Le pavillon central, de 3 étages d'élévation, est couronné de mâchicoulis. Il accueille un escalier monumental en bois. La chapelle comporte un seul vaisseau est d'un style très différent : d'un seul étage, il est construit en pierre de taille et est couronné d'un toit à pavillon dans lequel s'ouvrent 2 niveaux de mansardes. Le rez-de-chaussée surélevé repose sur un niveau de sous-sol partiellement enterré.
    Étages :
    2 étages de comble rez-de-chaussée surélevé
1