Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôpital, hospice, puis maternité, pouponnière et crèche, actuellement centre hospitalier
    Hôpital, hospice, puis maternité, pouponnière et crèche, actuellement centre hospitalier Saint-Amand-les-Eaux - centre - rue des Anciens d'Afn - Cadastre : 2013 BV 317, 35
    Historique :
    établissements charitables de Saint-Amand. [sans date] (Archives Privées Hôpital Saint-Amand-les-Eaux) hospitaliers de Saint-Amand depuis le Moyen-Age.1 Au début du XIXe siècle un inventaire des biens aliénés des qui permet l'ouverture en 1840 du nouvel hospice. Les Soeurs de la Congrégation de sainte Thérèse Condé (parcelle 3664), appartient aux Pauvres de Saint-Amand avant de devenir la propriété de la société construction d'un établissement réunissant toutes les fonctions. L'édifice abritant le collège est propriété trouver un édifice pouvant abriter le collège afin de laisser les hospices occuper leur bien, décide les hospices à restaurer les édifices leur appartenant et à envisagera la construction d'un nouvel édifice afin d'y établir les orphelins. L'architecte Deleau propose un projet en 1825 qui n'a pas été retenu. C'est 1887 et les matrices témoignent de l'éparpillement des fonctions et des propriétés avant un démolis. L'architecte Léon Raux réalise les pavillons d'entrée abritant les bureaux et logements deux
    Référence documentaire :
    AD Nord. Série J 1438 Q9. Hospices de Saint-Amand-les-Eaux. AD Nord. Série J 1438 Q1. Hôpital de Saint-Amand-les-Eaux. Archives Hospitalières, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux. Différentes boîtes sans côte.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    par les bâtiments contemporains formant les nouveaux "pavillons" du centre hospitalier, occupant la partie sud de la propriété. Les pavillons de l'ancien hôpital des hommes et des femmes, actuellement résidence Saint-Martin, accessible par l'actuelle rue du 11 Novembre et forme la limite ouest de la parcelle.
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - centre - rue des Anciens d'Afn - Cadastre : 2013 BV 317, 35
    Illustration :
    , centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900129NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900128NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900083NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900085NUCA de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900084NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900132NUCA (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900133NUCA , centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900114NUCA édifices publics, 1925, Léon Raux architecte (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900115NUCA
  • Jardin public
    Jardin public Saint-Amand-les-Eaux - Grand'Place - en ville - Cadastre : 2013 BO 133
    Historique :
    par emprunt du terrain. L'architecte - paysagiste lillois Léopold Delannoy orchestre les travaux de terrassement, de fondations, et de plantations sur les 8727 m² du terrain. La réception définitive des travaux
    Référence documentaire :
    Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux : collection de cartes postales.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - Grand'Place - en ville - Cadastre : 2013 BO 133
    Illustration :
    Vision romantique des ruines de l'abbaye, carte postale sans date (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908039NUCA Saint-amand-les-Eaux). IVR31_20135908034NUCA -Amand-les-Eaux). IVR31_20125908040NUCA Grilles de l'accès au jardin depuis la Grand'Place, carte postale sans date (Médiathèque Saint
  • Abbaye, aujourd'hui musée de la Tour abbatiale
    Abbaye, aujourd'hui musée de la Tour abbatiale Saint-Amand-les-Eaux - Cadastre : 2013 BO 132
    Historique :
    , sous le patronat de saint Etienne. L'élévation des reliques d’Amand a conduit à mettre l'abbaye sous le Les travaux historiques relatent la construction d'une première église au 7e siècle par l’abbé Jean patronage d’Amand. Suite aux ravages (dont l'importance est inconnue) des Normands en 881, l'édifice est Guillaume de Hainaut puis en 1477. Les reconstructions semblent faites à l’identique, ou du moins sur le crypte (placée en arrière du chevet) non touchée par les dommages. Le martyria voûté sur 12 arcs était surmonté d’une chapelle dédiée à Saint-Michel et possédait une salle haute formant tour qui rappelle la crypte de Saint-Pierre-le-Vif, à Sens. La crypte était indépendante de l’église, construite à de l'abbaye entre 1628 et 1673. Les historiens ayant étudié l'abbaye constatent qu'une reconstitution de cette reconstruction de l’abbaye se heurte aux sources. En effet, parmi les plus célèbres . L'iconographie ne permet pas non plus une véritable connaissance de l'édifice au moment de son achèvement ; les
    Référence documentaire :
    Isabelle, dit Atlas Lepoivre, 1585-1622. Planche de Saint-Amand-les-Eaux, 1579. Bibliothèque Royale de Saint-Amand-les-Eaux par Sanderus en 1645. Original conservé à la Bibliothèque Royale de Belgique PLATELLE Henri. Le temporel de l'abbaye de Saint-Amand des origines à 1340.ParisBibliothèque
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    de la ville de Saint-Amand. Les descriptions de l'abbaye avant sa reconstruction par l'abbé Dubois ne manquent pas - le dessin de Lepoivre (1579), deux vues dans les Albums de Croy (début XVIIe), la vue en perspective de Deventer (1645) - mais ne se concordent pas entre elles comme le soulignent les historiens. Les l'extérieur de l'enceinte et du parvis de l’église et était encore visible sur le plan de 1808 figurant les au centre, les dépendances et ateliers, et l'aile est, transversale, formant l'entrée du quartier abbatial. La troisième cour distribuait les grands communs au nord. Les historiens successifs ont noté des certaines églises (aujourd'hui toutes détruites) de la région : Notre-Dame la Grande de Valenciennes, les
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - Cadastre : 2013 BO 132
    Illustration :
    , extrait d'Histoire des Flandres (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908051NUCA Vue en perspective de l'abbaye, gravure 1769 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Plan de l'abbaye, vers 1796, par PL Legros (Musée municipal de Saint-Amand-les-Eaux Valenciennes), gravure, 1842 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20155908056NUCA Coupe de l’aile est du cloître de l’abbaye, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Coupe de l’aile nord du cloître de l’abbaye, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Elévation nord de l'aile sud de l'abbaye, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Façade aile ouest du cloitre, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Façade sud de l'aile sud du cloître, 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Plan aile ouest du cloitre, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908057NUCA
  • Eglise paroissiale Saint-Martin
    Eglise paroissiale Saint-Martin Saint-Amand-les-Eaux - rue de l'Eglise place du 11 novembre 1918 - en ville - Cadastre : 2013 BP 272
    Historique :
    analysent les chroniques des moines et abbés ne s'accordent pas sur son constructeur ; il s'agirait de Saint -Amand peu de temps après son arrivée en Pévèle ou de l'abbé André, le troisième abbé successeur de saint Une première église est construite au VIIe siècle sur le Mont des Cornets. Les historiens qui -Amand. Une hypothèse défendue par l'historien allemand Bethmann propose la construction par Amand et Saint-Empire Germanique. Une deuxième église fut construite au XIe siècle. Elle subsista jusqu'en 1778 l'église ne permettant plus de tenir l'office et l'autorisation accordée par les abbés de célébrer l'office valenciennois Léon Raux, qui a également en charge la restauration de plusieurs édifices communaux après les ville des troupes. les archives mentionnent que pour la restauration des vitraux, toutes les entreprises de vitraux actives à cette époque sont contactées, seuls les maitres-verriers Charles les vitraux du choeur où deux panneaux entiers ont disparu. Des grisailles riches de médaillons et
    Référence documentaire :
    LEBACQZ Raymond. L'église Saint-Martin de Saint-Amand-les-Eaux. Son histoire, ses richesses. Saint Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux : collection de cartes postales. -Amand, Imprimerie Debienne, 1939 (?). Journal de la Voix du Nord : articles datés de novembre 1981 (conservés dans les dossiers Monuments
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    . J. et daté 1890, les Derniers moments de la vie de Saint-Amand, la Donation de la Charte à Saint Amand par Dagobert et Saint Amand mettant en fuite un serpent de l’Île d’Yeu. Les nombreux objets Christ Roi, Saint Amand et l'Oméga, représenté par la tour abbatiale. Le mobilier est contemporain de la ouest. Le choeur conserve des stalles et un ensemble de grands tableaux consacrés à Saint-Amand ; l'Apparition de Saint-Pierre à Saint-Amand, Amand nommé évêque de Maastricht en 646, tableau signé Deconinck P décoration peinte originelle a disparu. Les collatéraux sont éclairées par de larges baies dont les vitraux depuis le choeur jusqu'au porche dans le collatéral ouest : l'Alpha, Saint-Martin, l'Annonciation, la chaire du XVIIIe siècle est installée entre la nef et le collatéral est. Les autels latéraux conservent des tableaux, une Adoration des Mages sur l'autel du transept est, Sainte Famille sur l'autel latéral
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - rue de l'Eglise place du 11 novembre 1918 - en ville - Cadastre : 2013 BP
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Martin
    Vocables :
    Saint-Martin
    Illustration :
    Plan terrier de la ville de Saint-Amand-les-Eaux, 1645 - 1663, Carte D, montrant la partie entre la Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20155908036NUC Vue générale depuis l'abside, carte postale sans date (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux Vue générale vers le choeur, carte postale sans date (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux postale (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20155908039NUC Lucien Jonas, 1940 (Musée de la Tour abbatiale, Ville de saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20155908034NUCA Historiques, aujourd'hui conservé au Musée de la Tour abbatiale (Ville de Saint-Amand-les-Eaux -Amand-les-Eaux, fonds ancien) IVR31_20125901854NUCA -Amand-les-Eaux). IVR31_20155908050NUC Le maître-autel et le tableau les Derniers moments de la vie de Saint-Amand. IVR31_20155901418NUCA
  • Porterie de l'abbaye, échevinage, puis maison commune et bibliothèque, actuellement annexe de la mairie
    Porterie de l'abbaye, échevinage, puis maison commune et bibliothèque, actuellement annexe de la mairie Saint-Amand-les-Eaux - Grand'Place - Cadastre : 2013 BO 1
    Historique :
    essentielle dans la carrière de Louis Watteau, dont néanmoins les modalités sont inconnues, les archives de vestige de l'abbaye démolie suite à la Révolution française. Les deux éléments se retrouvent isolés , l'enceinte les reliant ayant été détruite. L'échevinage est épargné et aménagé pour servir de "maison commune complète entre 1890 et 1898 et propose de combler le passage entre les deux pavillons et l'aménagement d'un escalier d'honneur. Il réalise les plans des différents niveaux existants et projetés, qui constituent de
    Référence documentaire :
    Gaëtane Maës Les Watteau de Lille. Louis Watteau (1731- 1798). François Watteau (1758 - 1823
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Représentations :
    Dans l'ordre de lecture : un Christ en Croix, une Allégorie de la Justice qui présente les armes de l'abbé et les symboles de la justice, trois scènes représentent des scènes de jugement (La charité amandinoise, Le Christ et la femme adultère, Le jugement de Salomon), Daniel confondant les accusateurs de
    Description :
    économiques de la ville de Saint-Amand-les-Eaux, une représentation symbolique du pouvoir de l'abbé. , démolie lors de la Révolution française. Il abrite les salles où l'abbé exerçait son pouvoir temporel et rectangulaire et reliés par un passage couvert. Les pavillons sont élevés sur deux niveaux ; un étage de soubassement éclairé de simples meurtrières et un entresol percé d'ouvertures rectangulaires. Les deux niveaux l'entresol, un appareil en bossage pour les encadrements de baies, et des bandeaux décorés d'entrelacs séparant les différents niveaux. L'étage noble, évoquant la forme du tambour, est en pierre calcaire de toiture à longs pans relie les différentes toitures. Le passage couvert, au centre de ce niveau de soubassement, rappelle le châtelet ; les colonnes baguées sur gros socle à bossage et entablement évoquent les pavillon surmonté d'un lanternon évoque un beffroi. Un décor exubérant et baroque couvre les façades. Le sont encastrées dans les écoinçons de la voûte de la salle de l'étage où l'on rendait la justice. Les
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - Grand'Place - Cadastre : 2013 BO 1
    Illustration :
    (Musée Saint-amand-les-Eaux). IVR31_20155908056NUCA Pierre de façade datée 1613 sculptée aux armes de l’abbaye (Musée Saint-Amand-les-Eaux) pouvant municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908046NUCA municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908048NUCA Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908049NUCA Plan de l'abbaye (l'échevinage en A), vers 1796, par PL Legros (Musée municipal de Saint-Amand-les Abbaye de Saint-Amand, l'échevinage au centre, planche de Sanderus (1645) (original conservé à la Vue de l'abbaye de Saint-Amand, l'échevinage à gauche, d'après un tableau de Jean-François Neyts Pierre de façade sculptée aux armes de Nicolas Dubois, 76ème abbé de Saint-Amand, et traversées -Eaux). IVR31_20135908047NUCA
  • Église paroissiale Saint-Brice
    Église paroissiale Saint-Brice Rumegies - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 2003 A 1445, 1446
    Historique :
    de celle de Saint-Amand-les-Eaux, toutes les deux construites par l'architecte lillois Lesaffre. Au L'ancienne église est connue par sa représentation sur les Albums de Croÿ (1603) et par la fin du 19e siècle, les plafonds des bas-côtés sont masqués par les voûtes d'arêtes et le décor actuel
    Référence documentaire :
    PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    L'église est située au centre du village, sur l'ancienne route reliant Lille à Saint-Amand-les-Eaux grès. Deux petites ailes font la jonction entre les bas-côtés et la tour, couverte d'une flèche polygonale à égout retroussé. La nef et les bas-côtés sont couverts d'un toit à longs pans en matériau synthétique. Les bas-côtés sont éclairés par des baies simples à arc segmentaire, le choeur par deux fenêtres cul de four décorée de nervures retombant sur de gros culots et les bas-côtés de voûtes d'arêtes à pendentifs, qui cachent les plafonds originels. Les écoinçons des arcades de la nef sont décorées de
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Brice
    Vocables :
    Saint-Brice
    Illustration :
    L'autel Saint-Brice. IVR31_20095903383NUCA
  • Église paroissiale Saint-Denis
    Église paroissiale Saint-Denis Lecelles - route de Roubaix - en village - Cadastre : 1805 B 0028 1821 B 0878 1885 B 0000 2003 B 0643
    Historique :
    L'ancienne église avait été construite par les religieux de Saint-Amand au lieu-dit du Pont des l'architecte valenciennois Henri Vallez (AD Nord série O 338/ 28, 29). Les boiseries du choeur ont été
    Référence documentaire :
    PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    enclos funéraire. L'élévation reflète les deux campagnes de construction de l'édifice : le grand volume abritant la nef et les bas-côtés, précédé d'une tour-porche imposante, contraste avec celui du transept et choeur. En effet, les murs sobres des bas-côtés élevés en brique sont plus bas que ceux du choeur et du le choeur et le transept. Les bas-côtés sont éclairés par des baies simples surbaissées, alors que celles des croisillons arrondis et du choeur sont plus hautes et en plein cintre. La nef et les bas-côtés doubleaux et les bas-côtés de voûtes d'arêtes, qui ont remplacé des voûtes en demi-berceau en 1867. Des colonnes ioniques à tambours, en pierre calcaire locale appelée pierre bleue, soutiennent les arcs en plein
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Denis
    Annexe :
    AD Nord : Série C pièce 10563 lettre de M. Flescher (? prévôt de Saint-Amand-les-Eaux ?) à refluen de Mortagne à St Amand et au dela ne peut recevoir dans son lit les eaux de la rivière de l'Elnon du Hayon, 1869 * saint Amand, don des familles Cordier, 1869 * saint Louis, offert par M. Eloy réparation des chemins... de faire construire 2 ou 3 petits ponts pour écouler les eaux. mémoire concernant tranquillité... les eaux n'ont pas inondé le carreau du bâtiment de M. le curé mais les tonneaux de la cave fournil doivent servir annuellement de retraite aux poissons, D'où provient les eaux qui dégradent les recevoir dans son lit les eaux de la Scarpe en décembre, janvier et mois suivants la scarpe de nécessoité d'autres personnes m'ont assuré que les eaux d'Elnon refluent vers le village de Nivelle et de Thun et inondent considérablement les 2 communes de façon que... au mois d'avril de chaque année les eaux se ..., ces eaux ne peuvent... ? R : M. De Flescher diligente à faire relever les chemins de 2,5 pieds les
    Vocables :
    Saint-Denis
    Texte libre :
    (Belgique) (1709, 1710, 1744 et 1745) située au bord de l'Escaut, dont les eaux refluent dans la Scarpe puis ) ou non de l'église de Lecelles. L'enquête fait apparaître que les chemins permettant l'accès à
  • Eglise paroissiale Saint-Pierre
    Eglise paroissiale Saint-Pierre Maulde - en village - Cadastre : 2002 AB 0322
    Historique :
    L'archéologue Pierre Leman situe l'église primitive hors de la terre abbatiale de Saint-Amand, dans territoire de la seigneurie de Saint-Amand, en bordure de la route de Maulde à Tournai. Ces deux édifices sont représentés sur les Albums de Croÿ. En 1665 est demandé le transfert du siège de la communauté
    Référence documentaire :
    PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
     : des colonnes doriques en pierre de Soignies (Belgique) soutiennent les arcades en plein cintre couvertes de voûtes en berceau plein cintre, les bas-côtés sont couverts de voûtes sur pendentif.
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Pierre
    Vocables :
    Saint-Pierre
  • Ferme dite cense de Hongrie
    Ferme dite cense de Hongrie Rosult - Ferme de Hongrie - 698 rue du Capitaine-Deken - en écart - Cadastre : 1830 E139 à 149 1912 877 à 879, 881 à 889 2003 A 543, 544, 546, 2391, 2392
    Historique :
    travaillées) est une des quatre exploitations que possède l'abbaye de Saint-Amand sur le territoire de Rosult La cense d'Hongrie (autrefois Hungrie, Angrie dérivé du latin Agri, désignant les champs ou terres . Les cadastres successifs de 1830 et 1912 confirment cette disposition, seule une construction carrée
    Référence documentaire :
    Archives privées : Plan terrier des propriétés de l'abbaye de Saint-Amand, 1664.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    encadré par les murs-pignons du logis et du bâtiment de justice dont le soubassement en moellons et blocs équarris de grès est un vestige antérieur au 18e siècle. Les parties remontées avec cartouche sont siècle. Une épaisse corniche de brique couronne les murs gouttereaux. Au rez-de-chaussée, une porte côté bois. L'écurie, située perpendiculairement au logis, présente un important coyau côté cour. Les est percé de jours. Les abouts de poutre en mortaise et les clavettes forment des ancres en bois solidarisant murs et poutraison. Les étables, d'une longueur peu commune, en brique, conservent des moellons grange dîmière, dont la lisibilité est rendue difficile par les appentis modernes, est bâtie en brique sur un soubassement de grand appareil en grès et calcaire, dont les blocs sont calés à l'aide de entre l'anse-de-panier et le segment de cercle en appareil de type alterné tournaisien. Les jours
    Illustration :
    Vue générale de trois quarts, les étables-écuries au premier plan. IVR31_20055900487X
  • Eglise paroissiale Saint-Nicolas
    Eglise paroissiale Saint-Nicolas Rosult - place du Huit-Mai - en village
    Historique :
    les projets de l'architecte Louis Dutouquet en 1854-56 et 1886. Son projet de mobilier de 1856 n'a pas de la maçonnerie de grès. Les vitraux ont été remplacés après la Seconde Guerre mondiale. La fausse
    Référence documentaire :
    PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    , aujourd'hui en ciment, ont été construites sur les bases de l'ancien chevet. Elles précèdent le vaisseau disposée en épis pour les 3 cordons et la corniche de la tour. Le portail de la tour est couvert d'un arc matériau synthétique. Les moellons de grès de la façade nord portent des marques de tâcheron (?). Un
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Nicolas
    Vocables :
    Saint-Nicolas
1