Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 196 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chasuble, deux étoles
    Chasuble, deux étoles Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Le décor permet de dater cette chape du 3e quart du 20e siècle.
    Description :
    Le tissu violet zébré décoré de motifs en tire-bouchon a un décor en Y vert surmonté d'une broderie doublée violet avec un décor de cartel en vert, avec une croix verte au sommet. Une étiquette de la maison
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Cambrai
    Dimension :
    Dimensions de la chasuble : h = 122,5 ; la = 171 ; h = 110 ; la = 140; h = 110 ; la = 140 . Dimensions de l'étole : l = 120. Dimensions de l'étole avec pampilles : l =126. Dimensions de la 2e étole : l = 117. Dimensions de la 2e étole avec pompons : l = 126.
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Chasuble
    Chasuble Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Le décor permet de dater cette chasuble du 3e quart du 20e siècle.
    Description :
    Le tissu violet est décoré de bandes vertes en velours (élimé au col). L'inscription PAX est en s'ouvre par une fermeture éclair au niveau du col. Une étiquette de la maison Vanpoulle est cousue sur le
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Nord-Pas-de-Calais, 59, Cambrai
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Orgue de l'auditorium
    Orgue de l'auditorium Saint-Omer - Place Saint-Jean - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    ville de Saint-Omer et installé a son emplacement actuel en 1972.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orgues du Pas-de-Calais
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    disposés de part et d'autre de la mitre centrale sont en cuivre ; les autres tuyaux de façade sont en étain . La voûte de l'auditorium sert de plafond à l'instrument, encastré dans une loggia derrière la scène . Les boîtes expressives, en bois exotique, avec panneaux en bois de particules, sont situées dans le
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution 62,Saint-Omer Nord-Pas-de-Calais
    Emplacement dans l'édifice :
    auditorium, au fond de la scène
    Titre courant :
    Orgue de l'auditorium
    Dimension :
    Dimensions de l'orgue : h = 350 ; la = 460.
    États conservations :
    en état de marche L'instrument était dans un état de conservation moyen en 1995.£A été trouvé en très bon état en
    Illustration :
    Vue générale de face IVR31_20106202422NUCA Vue générale de trois-quarts IVR31_20106202421NUCA
  • asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise
    asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise Saint-André-lez-Lille - 193,197 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1993 B4 146 Quoique l'établissement ait son adresse postale à la commune de Saint-André-lez-Lille, la majeure partie de son terrain d'assiette se trouve sur le territoire de Marquette-lez-Lille.
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    départements du Pas-de-Calais, de la Somme, de l'Aisne et même de l'Oise, et ce avant la construction d'un dans le département du Nord, il était destiné en fait à l'accueil de patients en provenance des pas, lors de leur retraite en octobre 1818, de récupérer et d'emmener avec eux tout ce que contenait . L'établissement fût finalement racheté par le département du Nord à la Société civile de Saint-Jean-de-Dieu en mai Cette maison de santé destinée à l'accueil d'aliénés fut fondée par huit frères de l'ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu dont leur supérieur, Paul de Magallon d'Argens (1784-1859) avait été le restaurateur de cet ordre religieux en France. Dénommé en religion père Jean de Dieu, Paul de Magallon avait notaire, une propriété d'un hectare sur laquelle s'élevait un château, située sur le hameau de Lommelet et appartenant au territoire de la commune de Marquette-lez-Lille. Au tout début du fonctionnement de la maison de santé en 1828, sa capacité d'accueil était de 24 malades desservis par huit religieux, mais elle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    grands asiles du département du Nord. Université de Lille II, thèse pour le doctorat en médecine N°214 , relatifs à un projet d'agrandissement avec plan-masse général et plans de distribution générale respectifs du rez-de-chaussée, du 1er étage et du 2e étage. Le centenaire de l'asile de l'Immaculée-Conception, dit "de Lommelet" (Marquette-lez-Lille) 1825 -1925. LAFORGE, G. Le centenaire de l'asile de l'Immaculée-Conception, dit "de Lommelet" (Marquette-lez -Lille) 1825-1925. Lille : édition de la Société Saint-Augustin, Desclée de Brouwer et Cie, 1925. 81 p L'ordre hospitalier de Saint Jean-de-Dieu en France, tome II : Depuis la Révolution. CHAGNY, André . L'ordre hospitalier de Saint Jean-de-Dieu en France, tome II : Depuis la Révolution. Lyon : Lescuyer, 1953 Un promoteur de la renaissance hospitalière et religieuse au XIXe siècle - Paul de Magallon d'Argens, capitaine de la Grande Armée (1784-1859). COUSSON, Jean-Caradec. Un promoteur de la renaissance
    Statut :
    de la loi du 30 juin 1838 et de l'ordonnance du 18 décembre 1839, fut cédé au Conseil général du département du Nord en 1974.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le bâtiments sont élevés de trois niveaux hormis celui de l'administration haut de deux niveaux seulement et celui des aliénés agités originellement en simple rez-de-chaussée. L'ensemble des bâtiments maçonnerie en brique avec chaîne d'angle en pierre de taille. Les bâtiments hospitaliers sont couverts de central donnant sur la cour d'honneur est sommé d'un fronton triangulaire. Trois galeries de circulation reposant sur des poteaux de fonte et couvertes de plaques de verre distribuent le rez-de-chaussée des bâtiments donnant sur la cour d'honneur. L'aile droite dite des frères abritait au rez-de-chaussée leur rampants couronnés à l'origine de redents. Un campanile s'élève au centre de la toiture du bâtiment central
    Typologies :
    galeries de circulation
    Localisation :
    l'établissement ait son adresse postale à la commune de Saint-André-lez-Lille, la majeure partie de son terrain d'assiette se trouve sur le territoire de Marquette-lez-Lille.
    Titre courant :
    asile d'aliénés dit maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu, dit ensuite centre hospitalier spécialisé de Lommelet, actuellement établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise
    Appellations :
    maison de santé de Saint-Jean-de-Dieu centre hospitalier spécialisé de Lommelet établissement public de santé mentale de l'agglomération lilloise
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Vocables :
    Immaculée-Conception de la Vierge Marie
    Illustration :
    Revers de l'aile droite bordant la cour d'honneur avec, sur la gauche, l'élévation nord de la Bâtiment d'hospitalisation de plan en L pour malades chroniques ne relevant pas strictement de la Projet d'agrandissement, plan de distribution générale du rez-de-chaussée par l'architecte Sauvage Projet d'agrandissement, plan de distribution générale du 1er étage par l'architecte Sauvage, daté Projet d'agrandissement, plan de distribution générale du 2e étage par l'architecte Sauvage, daté Plan de distribution générale du rez-dechaussée, 1875. Plan dessiné à l'encre sur papier Vue cavalière générale de l'établissement tel qu'il se présentait en 1925, réalisée à l'occasion de la célébration du centenaire de sa fondation, photographie aquarellée par Cayez et Franquet. Tirage Vue aérienne générale de l'établissement, carte postale, milieu du 20e siècle. IVR31_19945900923X Allée plantée d'arbres menant aux bâtiments principaux de l'établissement, vue axiale prise depuis
  • Planche pédagogique : reproduction - appareil génital de l'homme
    Planche pédagogique : reproduction - appareil génital de l'homme Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La planche est datée de 1973. Elle a été dessinée par Paul Sougy pour le compte des Établissements
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Canton :
    Tourcoing-Nord
    Dénominations :
    objet de représentation d'un organisme vivant
    Description :
    Le tableau mural représente les différents organes de la reproduction de l'homme. Le numéro de la haut et en bas. Elles permettent d'une part de suspendre le panneau, et d'autre part de faire un poids
    Titre courant :
    Planche pédagogique : reproduction - appareil génital de l'homme
    États conservations :
    altération de l'épaisseur de la matière
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Planche pédagogique : reproduction - appareil génital de l'homme IVR31_20145900263NUC4A
  • Planche pédagogique : cellules animales et végétales
    Planche pédagogique : cellules animales et végétales Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre :
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La planche est datée de 1948. Elle a été dessinée par Paul Sougy pour le compte des Établissements
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Canton :
    Tourcoing-Nord
    Dénominations :
    objet de représentation d'un organisme vivant
    Description :
    . Elles permettent d'une part de suspendre le panneau, et d'autre part de faire un poids qui le tende
    États conservations :
    altération de l'épaisseur de la matière
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Chasuble, étole, manipule
    Chasuble, étole, manipule Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Description :
    Soie unie verte avec motifs de feuilles de vigne et raisin. La doublure est rouge. La chasuble a
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Dimension :
    Dimensions de la chasuble : h = 120 ; la = 142 ; h = 110 ; la = 140; h = 110 ; la = 140. Dimensions de l'étole : l = 125. Dimensions de l'étole avec franges : l =130. Dimensions du manipule l : = 50
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • centre de loisirs dit centre social de l'asile d'aliénés de Lommelet
    centre de loisirs dit centre social de l'asile d'aliénés de Lommelet Saint-André-lez-Lille - 193, 197 rue du Général-Leclerc - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    L'administration décida de doter l'établissement d'un vaste centre de loisir alliant activités culturelles et sportives dans le but de fournir aux patients des occupations ludiques qui participeraient à l'action thérapeutique. Ce centre de loisir dit centre social ou encore centre culturel, fut bâti sur les plans de l'architecte Watel, probablement Jean Watel, et inauguré en 1969 : il comporte salle de spectacle, piscine, bibliothèque, gymnase, salon de coiffure, le tout articulé autour d'un vaste hall d'accueil central faisant aussi fonction de bar.
    Parties constituantes non étudiées :
    salle de spectacle
    Dénominations :
    centre de loisirs
    Description :
    majeure partie du niveau inférieur avec, juste au-dessus d'elle, le parterre en amphithéâtre de la salle de spectacle. Le gros œuvre comprend une structure en béton armé avec des parois extérieures en panneaux de verre au rez-de-chaussée, en brique au premier étage.
    Titre courant :
    centre de loisirs dit centre social de l'asile d'aliénés de Lommelet
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Elévation postérieure, vue générale prise depuis l'extrémité de l'aile gauche Elévation de l'extrémité de l'aile gauche à l'intérieur de laquelle se trouvent la piscine et la salle de spectacle. IVR31_20165900427NUCA Façade latérale gauche avec l'entrée donnant accès à la piscine et à la salle de spectacle Hall d'accueil renfermant aussi le bar, vue générale en regardant en direction de l'escalier menant règne en partie supérieure, en regardant en direction de l'entrée. IVR31_20165900060NUCA Salle de spectacle, vue générale prise depuis le fond de la salle. IVR31_20165900083NUCA Salle de spectacle, vue générale prise depuis la scène. IVR31_20165900082NUCA Salle de spectacle, scène et rampes d'accès pour handicapés, vue générale prise de trois-quarts Piscine, vue générale dans le sens de la longueur du grand bassin en regardant vers la partie en
  • Hôpitaux marins de Berck
    Hôpitaux marins de Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Le Tout-Berck. Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les . Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les renseignements utiles aux Du traitement et de la prophylaxie de la scrofule par les bains de mer. BERGERON, Jules. « Du traitement et de la prophylaxie de la scrofule par les bains de mer ». In : Annales d’hygiène publique et de CAZIN, Henry. De l'influence des bains de mer sur la scrofule des enfants. Paris : Asselin et baigneurs, touristes, propriétaires et commerçants. Berck-sur-Mer : imprimerie du « Journal de Berck », 1904 ). L’armement antituberculeux français. Paris : Masson et Cie, 1934. 245 p. 3e édition. Comité national de Un hôpital crée une ville. L’hôpital maritime de Berck-sur-Mer, de sa création jusqu’en 1920 . CRÉPIN, Guy, CRÉPIN, Michèle, LYS-COUSIN, Catherine. Un hôpital crée une ville. L’hôpital maritime de Berck-sur-Mer, de sa création jusqu’en 1920. Berck-sur-Mer : [s.n.] (Pierre Trollé imprimerie), 1999
    Description :
    Le corpus étudié comprend des édifices qualifiés par le Comité national de défense contre la tuberculose, de sanatoriums maritimes ou de cliniques, selon qu'ils appartenaient à la catégorie des établissements non payants ou à celle des établissements payants. A l'apogée de la station sanitaire de Berck -Plage, soit à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les édifices comptabilisés en 1934 de manière exhaustive par ce Comité national de défense contre la tuberculose, étaient au nombre de 22 dont 14 détruit, un second est de construction postérieure à 1934, le troisième semble avoir été purement oublié dans le fatras des maisons de santé non prises en compte. Sur les 21 édifices étudiés, 12 ont
    Auteur :
    [commanditaire] Rothschild James-Nathan de
    Titre courant :
    Hôpitaux marins de Berck
    Annexe :
    configuration générale à savoir : deux corps de logis ou ensembles de corps de logis - un au nord et un au sud de corps de logis nord et sud, étaient tout à fait intentionnelles ; leur but était de permettre aux Maisons de santé et maisons ou pensions de famille Le succès de la cure marine chez les enfants susmentionnées, mais n'appartenant pas à la classe des indigents. En outre, pouvaient y être reçus d'autres enfants valétudinaires ou simplement jugés de santé délicate que les parents souhaitaient envoyer en séjour à Berck-Plage pour les faire bénéficier des bienfaits de la cure marine. Ces établissements était susceptible d'accompagner l'enfant pendant son séjour en bord de mer, ce qui développa l'émergence d'une clientèle plus exigeante à la recherche d'hôtels ou de pensions pouvant offrir des conditions de l'appellation de « maisons de santé », « maisons de famille » ou de « pensions », en marge du monde strictement hospitalier, contribuant largement à affirmer et amplifier l’identité sanitaire de la ville. En 1908, la
    Texte libre :
    de la cure marine et semble avoir acquis pour ce faire, dès 1870, un vaste terrain au nord du secteur demande amena l’administration de l’Assistance publique de Paris à passer en 1879 une convention avec un 1887, tout à fait au nord de Berck-Plage, l’hôpital Malingre-Rivet qui prit peu après le nom de parisiens, à transférer à l’hôpital maritime de plus en plus d'enfants n’appartenant pas à l'une des Calot, ancien interne en chirurgie d'Henry Cazin à l’hôpital maritime, fonda au nord de l'hôpital Cazin garçons rebaptisée du nom de Bouville après ce rachat, fit bâtir à partir de 1902, immédiatement au nord le nombre d'hôpitaux marins groupés dans ce petit secteur nord de la station de Berck-Plage. Quant au 1934, tout à fait au nord de Berck-Plage, en bordure du lotissement avorté du quartier de Bellevue, le , l'apparition d'antibiotiques antituberculeux et l'amorce du déclin des établissements de soins Ce ne fut pas d’établir à leur place des défenses côtières. Au surplus, les troupes d'occupation ne se privèrent pas de
    Illustration :
    extensions de l'édifice primitif au nord et au sud, vue générale. Carte postale, 1er quart du 20e siècle Grand hôpital maritime - Bâtiment d'hospitalisation annexe ajouté en 1905-1908 au nord de l'édifice lors de l'ouverture de l'établissement en 1861, vue d'ensemble. Gravure, 1885. IVR31_20056200161X Hôpital marin dit hôpital Napoléon, puis grand hôpital maritime - Vue cavalière générale de Hôpital marin dit hôpital Nathaniel-de-Rothschild - Elévation antérieure donnant sur la mer, vue 1884 et plan de distribution générale du rez-de-chaussée. Gravure, 1884. IVR31_20056200157X Sanatorium de l'Oise et des départements - Elévation est donnant sur la rue, état avant tout agrandissement de l'édifice primitif, vue générale. Carte postale, début du 20e siècle. IVR31_20066200427NUC en charpente autour de 1920. Carte postale, années 1920. IVR31_20066200123NUC Institut orthopédique Saint-François-de-Sales, puis institut Calot - Elévation antérieure, vue
  • hôpital marin dit hôpital Pasteur ou Oeuvre des Petits allongés, puis Fondation franco-américaine, actuellement école professionnelle d'infirmières dite institut de formation en soins infirmiers
    hôpital marin dit hôpital Pasteur ou Oeuvre des Petits allongés, puis Fondation franco-américaine, actuellement école professionnelle d'infirmières dite institut de formation en soins infirmiers Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - 4 rue de l'Ancien-Calvaire - en écart - Cadastre : 1969 BR 13
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La création en 1920 de cette institution sanitaire, connue plus tard sous le nom de fondation acquéreur en 1920 d'un hôtel de voyageurs dit hôtel de Russie qui, durant la Première Guerre mondiale, avait inauguré en 1925. Le coût de sa construction et de son aménagement s'était monté à 3 500 000 francs. Dès l'origine, l'hôpital fut desservi par des religieuses de la congrégation du Coeur de Marie dont la maison mère a son siège à Baugé. Selon le Comité national de défense contre la tuberculose, cet établissement se trouvait doté d'une capacité d'accueil de 340 lits en 1934. Il recevait alors enfants de sexe féminin, adolescentes et jeunes filles entre 3 et 25 ans, enfants de sexe masculin et adolescents entre 3 et 15 ans. L'armée allemande ordonna au mois d'août 1941 l'évacuation de l'établissement qui demeura vacant durant tout le restant de la période de l'Occupation. Gravement endommagé pendant ces années d'abandon, il ne put rouvrir ses portes tout de suite après le départ des troupes allemandes ; aussi, la
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    du Nord et du Pas-de-Calais, 1984, septembre, p. 21-31. Historique des hôpitaux de Berck. La Fondation franco-américaine. GIRET Joseph. « Historique des hôpitaux de Berck. La Fondation franco-américaine ». In : Dossiers archéologiques, historiques et culturels
    Description :
    Cet édifice était séparé de la rue de l'Ancien-Calvaire sur laquelle donne l'entrée principale, par , constituerait en pareil cas un simple matériau de remplissage, sinon de parement. Le corps de logis principal présentait à l'origine, sur sa façade antérieure, un corps central de cinq travées encadré par deux gros pavillons en forte saillie, placés à chacune de ses extrémités. Une construction en béton armé, destinée à recevoir des locaux administratifs, a été ultérieurement plaquée contre la partie centrale du corps de saillie par rapport aux pavillons latéraux. Des galeries de cure en béton armée régnaient au-devant des premier et second étages de la façade postérieure donnant sur la seconde cour : elles reposaient partie sur supports faits de poteaux, partie en encorbellement sur des consoles.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Berck - quartier de Lhomel Berck-Plage - 4 rue de l'Ancien-Calvaire - en écart - Cadastre : 1969 BR
    Titre courant :
    , actuellement école professionnelle d'infirmières dite institut de formation en soins infirmiers
    Illustration :
    Elévation antérieure, vue générale prise de trois-quarts gauche. IVR31_19956200077XB Elévation antérieure, vue générale prise de trois-quarts gauche. IVR31_20066200345NUC Elévations sur la cour avec leurs galeries de cure pour les pensionnaires, vue d'ensemble
  • Hôpital marin dit institut orthopédique Saint-François-de-Sales, puis institut Calot
    Hôpital marin dit institut orthopédique Saint-François-de-Sales, puis institut Calot Berck - Berck-Plage - rue du Docteur-Calot - en écart - Cadastre : 1969 AN 20
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    hôpital maritime, fonda, tout à fait au nord de la station balnéaire de Berck-Plage, l’institut . En pendant et au nord du pavillon dit de la clinique, fut bâtie une salle de gymnastique provisoire , l'expansion de l'établissement se poursuivit au nord avec l'achat, à l'Assistance publique de Paris, de population, n'allait pas tarder à réduire inexorablement l'incidence de l'endémie tuberculeuse infantile et orthopédique Saint-François-de-Sales dont la construction s’échelonna entre 1901 et 1906 sur les plan de l'architecte Joseph-Charles de Montarnal de Guirard dans un style régionaliste s'inspirant de l'architecture de l’avant du côté sud, le pavillon dit de la clinique abritant salles d’opérations, salles de massages , stérilisation, radiographie et pharmacie. On ajouta ensuite, au nord, vers 1906 un second bâtiment d'hospitalisation, en pendant à celui déjà construit au sud, ce afin de répartir filles et garçons dans des locaux distincts, tandis que le premier de ces deux bâtiments se trouvait lui-même concomitamment agrandi au sud
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    . Institut Calot. In : Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 1984, N Le Tout-Berck. Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les . Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les renseignements utiles aux baigneurs, touristes, propriétaires et commerçants. Berck-sur-Mer : imprimerie du « Journal de Berck », 1904 Historique des hôpitaux de Berck. Institut Calot. GIRET, Joseph. Historique des hôpitaux de Berck touristes et des malades.- Saint-Josse-sur-Mer : Amis du Musée du Passé et de la Bibliothèque de Berck-sur Un hôpital crée une ville. L’hôpital maritime de Berck-sur-Mer, de sa création jusqu’en 1920 . CRÉPIN, Guy, CRÉPIN, Michèle, LYS-COUSIN, Catherine. Un hôpital crée une ville. L’hôpital maritime de Berck-sur-Mer, de sa création jusqu’en 1920. Berck-sur-Mer : [s.n.] (Pierre Trollé imprimerie), 1999 . 304 p. : ill. Cahiers du musée de Berck, série histoire N°1.
    Description :
    L'architecte Joseph-Charles de Montarnal de Guirard avait conçu le projet d'un édifice devant comporter cinq bâtiments indépendants : trois bâtiments élevés de deux étages plus un étage de comble au -dessus d'un étage de soubassement, lesquels sont alignés du côté du front de mer, et deux pavillons hauts d'un seul étage encadrant la cour d'honneur. Cette cour s'étend en avant de la face postérieure du bâtiment central de l'alignement en front de mer. Cet ensemble de bâtiments était prévu au départ comme parfaitement symétrique tant du côté de la mer que de celui de la cour d'honneur, mais les agrandissements effectués du côté sud rompirent avec la symétrie, et ce dès la première phase de travaux terminée en 1906 successifs jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Dans les bâtiments de l'édifice primitif achevé en 1906, le gros oeuvre associait maçonnerie de brique et structure en béton armé ; quant au décor une seul vaisseau couvert d'une voûte en berceau segmentaire faite d'un voile de béton armé ; ses
    Auteur :
    [architecte] Montarnal de Guirard (de) Joseph-Charles
    Titre courant :
    Hôpital marin dit institut orthopédique Saint-François-de-Sales, puis institut Calot
    Appellations :
    institut Saint-François-de-Sales
    Vocables :
    Saint-François-de-Sales
    Couvrements :
    dalle de béton en béton armé
    Illustration :
    Bâtiment d'hospitalisation ajouté dans l'entre-deux-guerres au nord de l'établissement, élévation Vue aérienne prise du sud-est en regardant vers le nord-ouest montrant au premier plan, de gauche à Bâtiment d'hospitalisation ajouté dans l'entre-deux-guerres au nord de l'établissement primitif Corps de logis principal et bâtiment méridional, état avant la construction du bâtiment Corps de logis principal et bâtiment méridional, état avant la construction du bâtiment septentrional en 1906, élévations donnant sur la cour, vue d'ensemble prise de trois-quarts gauche. Carte Corps de logis principal, élévation sur la plage, élévation sur la plage avec le bâtiment septentrional alors en cours de construction, vue d'ensemble prise de trois-quarts droit. Carte postale, début Corps de logis principal et bâtiment méridional avant son extension par une courte aile en retour d'équerre, élévation sur la plage, vue d'ensemble prise de trois-quarts droit. Carte postale, début du 20e
  • Chapelle Sainte-Thérèse
    Chapelle Sainte-Thérèse Avion - boulevard Henri-Martel - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    désaffectée en 1974. Elle est victime, comme de nombreuses églises et chapelles du Nord - Pas-de-Calais, de profit de la chapelle Saint-Nicolas alors en construction dans la ZUP de Calais (voir dossier IA62001267 La chapelle Sainte-Thérèse construite par la compagnie des Mines de Liévin pour la cité du n° 7 est l'insuffisance de moyens pour leur réparation et leur entretien au moment du transfert du patrimoine cultuel des Houillères, nationalisées, aux associations diocésaines. La cloche de l'ancienne chapelle est récupérée au
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    La chapelle Sainte-Thérèse est aménagée dans une ancienne maison d'habitation de la cité minière signaler le lieu de culte.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue de l'espace central et du choeur. IVR31_20155908191NUCA
  • Eglise paroissiale du Saint-Curé-d'Ars
    Eglise paroissiale du Saint-Curé-d'Ars Arras - rue de Provence - en ville - Cadastre : 2005 AS 64
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    souscriptions. L'église est réalisée en 1959-1960 sur les plans de l'architecte Jean Gondolo, assisté de Jacques
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Description :
    par le Père Pierre Cholewka, de l'abbaye de Wisques (Pas-de-Calais). La façade dotée d'un large auvent L'église du Saint-Curé-d'Ars est la première église de France totalement conçue en bois lamellé -collé. La charpente couverte d'ardoise descend jusqu'au sol, évoquant la tente de Dieu au milieu des hommes. Les murs gouttereaux et de façade sont formés d'une bande ininterrompue de dalles de verre conçue est ornée d'une grande verrière et d'un mât de 18 mètres de haut portant la croix.
    Localisation :
    Arras - rue de Provence - en ville - Cadastre : 2005 AS 64
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Saint-Vulgan
    Église paroissiale Saint-Vulgan Lens - route de Lille - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La chapelle Notre-Dame-des-Mines, construite par la Société des Mines de Lens en 1922, desservait , construit par l'abbé Fernand Pentel, architecte de l'évêché d'Arras, en 1961-1962.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Canton :
    Lens-Nord-Est
    Description :
    l'abbaye de Wisques (Pas-de-Calais). L'église Saint-Vulgan est un édifice cylindrique en brique couvert par une coupole en voile de béton. Elle est prolongée par un corps de bâtiment de plan rectangulaire abritant la chapelle de semaine , qui peut s'ouvrir sur l'autel, des salles de catéchisme et la sacristie. La nef est éclairée par une bande de vitraux en dalle de verre éclaté courant sous la corniche, due au Père Pierre Cholewka, de
    Localisation :
    Lens - route de Lille - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Sainte-Elisabeth
    Église paroissiale Sainte-Elisabeth Lens - route de Béthune rue du Père Joseph Puchala - en ville - Cadastre : 2013 AV 01 305
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    terrain est acheté au groupe de Lens des Houillères du Pas-de-Calais. La construction de l'église, confiée aux architectes Jacques Durand et Andrzej Kulesza, est financée par le comité paroissial de Sainte -Elisabeth. L'église, achevée en 1967, est particulièrement destinée aux immigrés polonais de la région de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Description :
    L'église, de plan rectangulaire, s'ouvre sur un vaste parvis qui l'isole de la route de Béthune. Sa structure est constituée de deux volumes triangulaires aux pointes opposées, superposés. L'un est élevé en . La couverture est en tôle d'acier galvanisé. Le revêtement intérieur des murs et de la couverture est en lame de bois. La nef peut accueillir 400 personnes.
    Localisation :
    Lens - route de Béthune rue du Père Joseph Puchala - en ville - Cadastre : 2013 AV 01 305
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Couvrements :
    lambris de couvrement
  • Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens
    Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens Blangerval-Blangermont - R.D. 109 - en ville - Cadastre : 2005 A2 64
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    . Elle est reconstruite par l'architecte d'Avion (Pas-de-Calais) Paul Pamart entre 1960 et 1964. Les L'ancienne église de Blangerval, datant de 1875, est détruite pendant la Seconde Guerre mondiale travaux sont entièrement financés par les dommages de guerre. Les communes de Blangerval et Blangermont
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    de ciment brut. Les deux pans de la couverture en tuile plate descendent très bas et se rétrécissent de la façade principale vers le chevet. Toutes les lignes de la nef, de plan triangulaire, convergent vers le chœur. Le plan et les formes de cette église, alliés au jeu des ouvertures teintées réparties sur les deux façades longitudinales, en font un lieu de culte intimiste, bien intégré dans le paysage
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Saint-Folquin
    Église paroissiale Saint-Folquin Wizernes - place de l' Eglise - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    cultuel reconstruit du Pas-de-Calais après la Seconde Guerre mondiale, en 1961-1965. L'ancienne église de Wizernes est endommagée par les bombardements de 1944 et arasée en 1951 devant relever la projection au sol de l'ancien édifice. Le conseil municipal revient sur sa première décision et propose de reconstruire l'église à un nouvel emplacement, à 200 mètres de l'ancienne église . L'église de Wizernes, conçue par l'architecte audomarois Francis Lemaire, est le dernier établissement
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église en brique et béton armé, de plan rectangulaire, est un vaste édifice en forme de tente . Les deux longs pans de sa toiture, couverts de tuile plate, sont en effet très imposants. Le fronton triangulaire en béton armé enduit et peint en blanc prend appui lourdement sur les piliers de la façade encadrant l'entrée. Un clocher construit hors œuvre jouxte l'édifice. A l'intérieur, l'espace de la nef est
    Localisation :
    Wizernes - place de l' Eglise - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Église paroissiale Saint-Paul
    Église paroissiale Saint-Paul Saint-Léonard - Pont-de-Brique - place Charles-de-Gaulle - en écart - Cadastre : 2005 AE 300
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La construction de l'église Saint-Paul est rendue nécessaire pour desservir un nouveau quartier à l'écart du centre ville et de son église, le quartier du Pont-de-Brique. Elle est implantée au sein du centre civique de ce quartier. Sa construction, financée par la paroisse et les dons, est confiée à l'architecte Yves Laloy, auteur de nombreuses églises dans le Boulonnais. Les travaux sont menés en 1972-1974.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    Cette petite église de plan rectangulaire, élevée en béton armé et parpaing creux enduit de blanc
    Localisation :
    Saint-Léonard - Pont-de-Brique - place Charles-de-Gaulle - en écart - Cadastre : 2005 AE 300
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale de l'église. IVR31_20106200731NUCA
  • Église paroissiale Sainte-Thérèse
    Église paroissiale Sainte-Thérèse Lens - rue de La Bassée - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    L'église Sainte-Thérèse est située dans une cité minière de la ville de Lens. En 1925, une chapelle avait été aménagée dans l'une des classes de l'école Sainte-Thérèse, louée à l'association diocésaine d'Arras, pour les besoins cultuels des habitants de la cité 14. Quand le bail n'a plus été renouvelé , l'association diocésaine a acquis un terrain des Houillères rue de La Bassée pour y élever un véritable lieu de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Canton :
    Lens-Nord-Est
    Description :
    L'église Sainte-Thérèse est un petit édifice en brique, couvert de tôle Fibrociment. Elle comprend
    Localisation :
    Lens - rue de La Bassée - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Eglise paroissiale Saint-Paul
    Eglise paroissiale Saint-Paul Arras - rue Paul-Claudel - en ville - Cadastre : 2005 BT 291
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    L'église Saint-Paul est élevée dans une paroisse créée en 1961 dans un quartier d'Arras en cours de peuplement. L'architecte de l'évêché Jacques Durand en conçoit les plans. L'église est élevée en 1966-1968.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Canton :
    Arras-Nord
    Description :
    L'église Saint-Paul a une structure en béton armé et une maçonnerie de briques. Elle est couverte première du diocèse d'Arras construite après le concile de Vatican II en respectant strictement les nouvelles directives concernant l'aménagement liturgique des lieux de culte catholique. La nef de plan polygonal comporte 630 places. Les bancs de l'assemblée sont disposés en rangs concentriques autour du choeur. Le mur de façade est prolongé par un clocher-signal portant la croix.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Élévation générale est et nord de l'église. IVR31_20156200219NUCA Élévation générale sud de l'église. IVR31_20156200231NUCA Élévation générale est de l'église avec son clocher. IVR31_20156200220NUCA Porche d'entrée de l'église. IVR31_20156200221NUCA Vue générale de trois quart gauche vers le choeur. IVR31_20156200222NUCA Vue générale de trois quart gauche vers l'entrée. IVR31_20156200223NUCA Vue générale de trois quart vers le côté gauche depuis le choeur. IVR31_20155908170NUCA
1 2 3 4 10 Suivant