Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 76 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cité jardin dite Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges
    Cité jardin dite Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges Dourges - rue Roger-Salengro rue Félix-Faure - en ville - Cadastre : 1980 AI, AK 144 à 147, 151 à 163, 239
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    -jardins dans le bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais. L'église Saint-Stanislas, le presbytère et Composée de maisons en série et de maisons jumelles, et située à mi-chemin entre les puits 2 et 8 de de la Compagnie des Mines de Dourges, la cité Bruno de Boisgelin, aussi appelée cité des Polonais puisqu'elle concentrait des mineurs issus de cette communauté, est constituée d'un ensemble édifié de 1904 à 1908 : la cité Bruno Ancienne (du prénom du fils du directeur des mines de Dourges, de source orale première cité-jardin construite par la Compagnie des Mines de Dourges. Elle est mixte puisqu'une première , date de 1907-1908-1909 ; dans cette dernière, l'accent est mis sur la diversité des types de maisons , le décor architectural et les notions hygiénistes émergentes. La cité servira de modèle pour d'autres ensembles d'habitations ouvrières de la compagnie de Dourges comme Foch, Darcy ou Crombez respectivement la salle des fêtes auraient été achevés en 1927-1928 ainsi que la cité Nouvelle située de l'autre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale cités ouvrières du Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15. Conseil Régional Hauts-de-France du Pas de Calais, 3 P 1771 la compagnie des mines de Dourges, 1908-1909. Archives départementales du Pas de Calais, X 176 départementales du Pas de Calais, X 178 Société des Mines de Dourges. Habitations ouvrières, août 1909. Archives départementales du Pas de Société des Mines de Dourges, à Hénin-Liétard : Cités-jardins, Exposition internationale du Nord de la France, Roubaix, 1911, Centre Historique Minier de Lewarde, 3302. Notice sur la société des Mines de Dourges à Hénin-Liétard. Société des Mines de Dourges, 1909 . Centre de documentation, Centre historique minier de Lewarde, 2338 Calais, X 177
    Description :
    Aérée et arborée, la cité ancienne est une cité-jardin formant un ensemble cohérent de maisons de style anglo-normand semblable à celui de la cité Foch d'Hénin-Beaumont. Toutes les habitations comportent un jardin et abritent de 2 à 4 familles. Elle se compose de 12 types de logements pour un total de 68 maisons et de 172 logements : 16 maisons ouvrières de type A30 de 1904 à 4 logements, 2 type B30 de 1904 à 2 logements, 12 type C32 de 1906 à 2 logements, 2 type D34 de 1906 à 2 logements, 1 type J40 de 4 logements sans date sur le plan, 8 type G37 de 1907-1908 à 2 logements, 8 type F36 de 1907 -1908 de 2 logements, 6 types I36 de 1907-1908 à 2 logements, 4 type F35 de 1908 à 2 logements, 3 type H38 de 1907 à 2 logements, 4 type E35 de 1907 à 2 logements, 1 type G36 de 1907 à 2 logements . L'église Saint-Stanislas, le presbytère, une salle des fêtes (salle Bruno), une maison de garde, une cité Cornuault et à Oignies à la cité Declercq (type ME194). L'église de style néo byzantin, dont la
    Jardins :
    carré de jardin
    Titre courant :
    Cité jardin dite Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges
    Appellations :
    Cité Bruno de Boisgelin, ou des Polonais
    Annexe :
    accuse pas de louanges exagérées et de dithyrambes ; nous ne pourrions plus sincèrement exprimer notre de Dourges Extrait de Art et Coopération dans les cités-jardins, 1911, p 195 - 197 ; III Les villages-jardins des mines de Dourges ; 1 Origines C'était en 1906, que je me rendis pour la première fois à Dourges, appelé en consultation comme ingénieur social. La même année, l'architecte de la Société des Mines de Dourges, M. E. Delille, devenait membre et correspondant de l'Association des Cités -Jardins de France, et était délégué à notre voyage annuel aux Cités-Jardins anglaises ; il se livrait aussi à différentes recherches sur l'esthétique de la rue, dans les vieux villages et les vieilles villes de France. De cet ensemble de consultation et d'études, de rapports présentés au Conseil d'administration, résulta la décision de construire un groupe de maisons suivant l'ordonnancement et suivant les de maisons de manière à ménager des perspectives et à donner à la ligne courbe la prédominance sur la
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maisons ouvrières, groupe de deux, type 37, 1908. IVR31_20026200118X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 35, 1907. IVR31_20026200110X Maisons ouvrières, groupe de 4 logements, type 30, 1904. IVR31_20026200116X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 32, 1906. IVR31_20026200115X Maisons ouvrières, groupe de 4 logements de 4 pièces, type 40. IVR31_20026200117X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 37, 1907. IVR31_20026200119X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 36, 1907. IVR31_20056200132X Maisons ouvrières, groupe de 2 logements, type 34, 1906. IVR31_20056200131X Maisons ouvrières, groupe de deux, type 35, 1908. IVR31_20026200109X Salle de réunion dite salle Bruno. IVR31_20026200112X
  • Cité jardin Bruno Nouvelle ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges
    Cité jardin Bruno Nouvelle ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges Dourges - rue du Huit-mai 1945 rue Roger-Salengro rue Felix-Faure - en ville - Cadastre : 1980 AI
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Située à mi-chemin entre les puits 2 et 8 de Dourges, la cité Bruno Nouvelle, constituée d'un ensemble composé de maisons en série, est construite en 1923. La Compagnie des Mines de Dourges, déclare la construction de 206 maisons ouvrières qu'elle prévoit d'achever en 1924. Une seconde déclaration de constructions pour 48 nouvelles maisons est faite en 1924-1925. La cité est achevée en 1926. Elle plantation d'arbres et à l'amélioration de la voirie.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale cités ouvrières du Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    départementales du Pas de Calais, X 178 du Pas de Calais, 3 P 1771 . Plans et élévations des différents types de maisons. Archives départementales du Pas de Calais, X 178 Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Compagnie des mines de Dourges, demande de certificat de salubrité, renseignements et avis de Déclarations de constructions nouvelles effectuées par la Société des mines de Dourges pour faire Compagnie des mines de Dourges, demande de certificat de salubrité, renseignements et avis de l'ingénieur des T.P.E, visite effectuée en mai 1926. Description de la cité. Plan de la cité établi en 1924 Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    La cité Bruno Nouvelle est composée de 61 groupes de maisons ouvrières abritant 262 habitations de type 1 ter et 1 bis, système Delille 1924 : 52 groupes de 4 logements et 9 groupes de 6 logements , disposés sur un axe concentrique, en sens unique, rejoignant la rue Roger-Salengro (rue principale de Dourges) construits en parpaings de schiste rose, et en béton, comme à la cité du Tiers de Carvin ; les toitures sont couvertes de tuiles mécaniques. Les logements disposent d'une superficie de 65m2 pour 3 chambres, une cuisine et des commodités côté jardin. Les pignons donnant côté rue sont agrémentés de faux
    Jardins :
    carré de jardin
    Titre courant :
    Cité jardin Bruno Nouvelle ou des Polonais de la Compagnie des mines de Dourges
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale de la cité. IVR31_20026200091X
  • Cité ouvrière dite cité de Folemprise
    Cité ouvrière dite cité de Folemprise Leforest - 44, 46, 48, 50, 52, 54, 56, 58 rue Lazare-Carnot rue de Givors rue de Lyon 1 à 8 rue de Villefranche 1 à 15 rue de Beaujeu rue Robespierre - en ville - Cadastre : 1980 AK 255, 258, 261 à 308, 391 à 395, 502, 664, 665, 697 1980 AH 18, 23 à 25, 28 à 31, 33 à 47, 588, 590, 622, 623
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Groupe de Douai des Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais en 1946. Elle est installée à proximité de la fosse 6 du Groupe de Douai et de la cité du Pas de la Ville, et présente un type de logement déjà La cité de Folemprise, composée de maisons en série et de maisons jumelles, est implantée au début du 20e siècle, pour loger les mineurs de la Compagnie des Mines de l'Escarpelle qui incorporera le réalisé à Courcelles-lès-Lens à la cité de la Fosse 7 pour les maisons d'employés datant de 1898 et à la
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P cités du Planty, du Bois, Folemprise, Sapin Vert et Pas de la Ville à Leforest. Plan de situation, plans Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine . Soginorpa : H.B.N.P.C., commune de Leforest, Cité du Sapin Vert, Cité Folemprise, Vieux Corons, repérage des types de maisons, 24 maisons en rez-de-chaussée à mansardes (Sapin Vert), 78 maisons à étage et 10 H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons : fiche descriptive avec dessins de groupe de 2 logements, à étage, de type Escarpelle 1913, 4 pièces principales dont une salle commune, une buanderie au rez-de-chaussée et trois chambres à l'étage, annexes ( WC, remise à charbon, remise, clapier et
    Description :
    Cette cité prolonge la cité du Sapin-Vert au nord ; les rues de Lyon et Givors forment une axe concentrique et sont accessibles par les rues Marceau et Lazare-Carnot. De l'autre côté de celle-ci, vers l'est et dans la continuation de la rue de Lyon, la rue de Beaujeu dessert la rue de Villefranche et Robespierre. Elle comporte 39 maisons ouvrières jumelées, à étage de type Escarpelle 1913, et 10 maisons pour employés groupées par deux de type Escarpelle 1898. La cité avoisinait la cité des Vieux Corons aujourd'hui détruite, qui se composait de 2 barres de 18 corons adossés. Les maisons pour employés sont en brique, ont un étage et sont couvertes de toits à longs pans. Elles sont composées d'une salle à manger, d'une grande cuisine, d'une buanderie et de commodités au rez-de-chaussée, et de trois chambres à l'étage. Leur surface habitable dépasse de peu les 90 m2. Les maçonneries sont agrémentées de jeux de briques bicolores . Les maisons ouvrières sont couvertes de toit à longs pans à demi-croupe et se composent de trois
    Auteur :
    [promoteur, commanditaire] Compagnie des mines de l'Escarpelle puis Groupe de Douai
    Localisation :
    Leforest - 44, 46, 48, 50, 52, 54, 56, 58 rue Lazare-Carnot rue de Givors rue de Lyon 1 à 8 rue de Villefranche 1 à 15 rue de Beaujeu rue Robespierre - en ville - Cadastre : 1980 AK 255
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de Folemprise
    Appellations :
    cité de Folemprise
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Logements pour employés de type Escarpelle 1898, par groupe de 2, 52, 54 rue Lazare Carnot Groupe de 2 logements ouvriers, type Escarpelle 1913 à étage, 6 rue de Beaujeu. IVR31_20036200070X
  • Cité jardin Crombez Jordain
    Cité jardin Crombez Jordain Noyelles-Godault - cité Crombez, 1 à 312 - en ville - Cadastre : 1980 AK2 157, 158, 183, 185 à 192, 195 à 200, 211, 213, 215 à 217, 220, 221, 227, 243 à 245, 276, 283 à 290, 297 à 302, 323 à 333, 336 à 338, 340 à 343, 376, 377, 379 à 393, 397 à 408, 411 à 417, 420, 427, 429, 432, 438, 441, 448 à 450, 453 à 457,464 à 473, 475, 480 à 482, 489 à 491, 622, 624, 648, 650, 652, 670, 689, 690, 697 à 700, 702, 703, 707 à 709, 717, 719, 721, 722, 726, 735, 739, 741, 744, 746, 748, 749, 754, 769, 773, 779, 781, 783, 784, 795 à 840, 842, 843, 845 à 847, 849 à 882, 885, 886, 888 à 890, 893 à 900, 905, 907 à 921, 923, 927, 929, 931,935, 937, 939, 943, 949, 951, 955, 957, 959, 961, 963, 965, 980 à 984, 1028
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La cité jardin Crombez Jordain a été construite en 1910 par la Société des Mines de Dourges pour loger les mineurs travaillant aux fosses 4 et 4 bis, aujourd'hui en partie détruites. L'extension de la cité se poursuit dans les années 1920. En 1923, le comité de patronage des Habitations à Bon Marché visite la cité qui comprend alors 80 maisons de types A2 (7 de 2 logements), C (10 de 3), E (4 de 4) et F (10 de 2). Quelques années plus tard, elle se compose de 129 maisons de 14 types différents, de 2, 3 , Darcy, Promper, Margodillot, Voisin à Hénin-Beaumont et à la cité Bruno de Dourges dès 1906, ces deux communes appartenant à la même concession exploitée par la Compagnie des Mines de Dourges avant la nationalisation. Cette société minière a joué un rôle de précurseur et d'innovateur dans la construction de cités jardins. Elle a édité des livrets de prescription sur les habitations ouvrières en 1909, sur les cités jardins en 1911 et sur les œuvres sociales pour une exposition organisée à Roubaix. Les mines de Blanzy
    Référence documentaire :
    AD Pas-de-Calais. Série X ; 178. Compagnie des mines de Dourges, demande de certificat de salubrité AD Pas-de-Calais. Série X ; 175. Compagnie des mines de Dourges, demande de certificat de salubrité Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional SOCIETE DES MINES DE DOURGES. Habitations ouvrières, août 1909. AD Pas de Calais. Série X ; 177 Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P
    Description :
    La cité plantée d'arbres est dessinée selon un plan aux lignes courbes et comporte 1 logement de type 35, 20 de type 36, 6 de type 37, 3 de type 38, 20 de type 39, 2 de type 42 bis, 1 de type 43, 8 de type 43 bis, 2 de type 46, 13 de type A2, 20 de type C, 3 de type D, 8 de type E, 19 de type F. Ils sont, selon les cas, en brique, enduits de ciment ou en parpaing de schiste rose ; quelques façades sont à faux colombages, de style néorégionaliste (types A2, C, D, E, F). Le logement du gardien est couvert d'un toit à longs pans. Les types 36 à étage de comble et les type 37 à un étage sont couverts de toits à croupes brisées et appentis ; les types 35 et 38 à un étage et le type 39 à un étage de comble sont couverts de toits à longs pans et appentis. Le type 42bis forme un ensemble de 4 logements constitué de 2 maisons à étage de comble et lucarnes pendantes, flanquées de 2 autres à un étage, le tout couvert de toits à longs pans et appentis. Les type 43 et 43bis sont semblables au précédent mais
    Étages :
    étage de comble
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale d'une rue de la cité. IVR31_20056200129X Maison du garde de la cité, individuelle. IVR31_20036200081X Maison jumelée de type 35. IVR31_20056200130X Maison jumelée de type 36. IVR31_20036200085X Maison jumelée de type 37. IVR31_20036200045X Maison jumelée de type 38. IVR31_20036200080X Maison jumelée de type 39. IVR31_20056200133X Maison jumelée de type 39. IVR31_20036200040X Maison jumelée de type 39. IVR31_20036200087X Groupe de 4 logements, de type 42bis. IVR31_20036200041X
  • Cité ouvrière dite cité de Godault
    Cité ouvrière dite cité de Godault Noyelles-Godault - rue de Beaumont rue de Quiéry - en ville - Cadastre : 1980 ZC 1, 99, 100, 104, 106, 131, 132, 133, 135, 171 à 190
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Située en face de la fosse 4 de Dourges, la cité était constituée à l'origine, d'après les archives de la Soginorpa, d'une rangée de 20 maisons pour employés de type coron datant de la fin du 19e siècle (1878) aujourd'hui disparues, et de groupes de maisons d'employés à étage abritant 1 à 2 familles et datant du début du 20e siècle. De ces dernières il ne subsistait lors de l'enquête que 5 groupes de 3 types différents. Les logements de type coron ont été détruits en 2004, ne subsistent que les 5 groupes situés rue de Beaumont et Quiéry.
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°16. Conseil Régional Hauts-de-France SOCIETE DES MINES DE DOURGES. Habitations ouvrières, août 1909. AD Pas de Calais. Série X ; 177 , section B n°721, règlement sanitaire communal, 1913. AD Pas-de-Calais. Série X ; 176. Demande de p. 244 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille . Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos jours plans du rez-de-chaussée et de l'étage, sans date. Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C -chaussée et de l'étage, sans date. Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation de l'étage, sans date. Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    Les 20 logements accolés (détruits), constitués de 5 pièces, étaient construits en brique, avec un flamande mécanique. Deux groupes de logements pour employés subsistent rue de Beaumont et de Quiéry : en brique, à un étage et étage de comble percé d'œils de bœuf, ils sont couverts de toits à longs pans (cf . cité des Croix à Hénin-Beaumont). Quatre autres groupes de 2 logements sont encore visibles de la route nationale : 3 de type porion ME 77 (cf. logements d'instituteurs à la cité Bruno Ancienne à Dourges et à la cité Cornuault à Evin-Malmaison) et un de type chef porion ME 71 recensé à la cité Cornuault à Evin -Malmaison. Construits en parpaings de béton enduits de ciment peint et formant de faux colombages, ils ont un étage et sont recouverts de toits à longs pans, adjoints de terrasse pour le type ME 71. On retrouve certains types de logements à Hénin-Beaumont (cités des Trente, Jules Vernes, de la Perche , Declercq) et Oignies (cités De Clercq). Complément d'adresse : R.N. 43, 69, 71, 73, 75, 77, 79, 81, 83, 85
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Noyelles-Godault - rue de Beaumont rue de Quiéry - en ville - Cadastre : 1980 ZC 1, 99, 100
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de Godault
    Appellations :
    cité de Godault
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Détail des logements de type coron pour employés, ici à la cité de Godault à Noyelles-Godault Logement pour chef porion de type ME71, vue générale. IVR31_20026202001NUCA Maison de porions à 2 logements, de type ME77, vue générale. IVR31_20026202002NUCA Maison d'employés à étage, de 2 logements, vue générale (cité de Beaumont à Noylles-Godault
  • Cité ouvrière dite cité du Sapin-Vert
    Cité ouvrière dite cité du Sapin-Vert Leforest - 1 à 20 rue de La Mure 53, 55, 57, 59 rue Marceau - en ville - Cadastre : 1980 AK 309, 654 à 663, 666 à 676
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    l'Escarpelle rattachée en 1946 au Groupe de Douai des Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais. Elle est installée à proximité de la fosse 6 du groupe de Douai et de la cité du Pas-de-la-Ville, suivant un modèle La cité du Sapin-Vert, composée de maisons en série et de maisons jumelles, est implantée au début du 20e siècle, d'après un plan établi en 1903, pour loger les mineurs de la Compagnie des Mines de déjà développé par la compagnie à Courcelles-lès-Lens aux cités de l'Abreuvoir, de la Fosse 7 ainsi
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P cités du Planty, du Bois, Folemprise, Sapin Vert et Pas de la Ville à Leforest. Plan de situation, plans Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine . Soginorpa : H.B.N.P.C., commune de Leforest, Cité du Sapin Vert, Cité Folemprise, Vieux Corons, repérage des types de maisons, 24 maisons en rez-de-chaussée à mansardes (Sapin Vert), 78 maisons à étage et 10 Centre Historique Minier de Lewarde. 32W82. Groupe de Douai, généralités 1950-1957, inventaires des logements et plan du groupe d'exploitation de Douai, situation du logement au 01/01/1955. Centre Historique Minier de Lewarde : 32W83. Groupe de Douai dont programmes de construction des
    Description :
    L'accès à la cité se fait par les rues Marceau et Lazare-Carnot qui desservent la rue de La-Mure le long de laquelle s'élèvent 24 maisons ouvrières avec mansardes de type Escarpelle 1903. La cité avoisine la cité de Folemprise au nord et à l'est. Les logements de la cité sont disposés de part et d'autre de la rue de La Mure et se font face. Elles comportent toutes 4 pièces dont 2 chambres à l'étage mansardé, pour une surface habitable de 70 m2 environ, les commodités se trouvent à l'extérieur. Un jardinet à l'avant et un jardin à l'arrière clôturent la maison. Les murs, agrémentés de jeux de briques bicolores, sont couverts de toiture à longs pans brisés. Ces logements ont été restaurés.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Leforest - 1 à 20 rue de La Mure 53, 55, 57, 59 rue Marceau - en ville - Cadastre : 1980 AK 309
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maison ouvrière avec mansardes de type Escarpelle 1903, par groupe de 2, 14, 16 rue Lamure
  • Cité ouvrière dite cité de la fosse 7
    Cité ouvrière dite cité de la fosse 7 Courcelles-lès-Lens - 1 à 18 rue de Fismes 1 à 13, 15 rue de Châtillon 69, 71, 73, 75, 77, 79 rue des Fusillés - en ville - Cadastre : 1980 AE 137, 149, 150, 293, 295, 297, 299, 301, 303, 307, 309, 311, 313, 315, 317, 319, 321, 323, 325, 327, 329, 331, 333, 335, 337, 339, 341, 343, 347, 349, 351, 353, 355, 357, 359, 361, 415
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    de l'Escarpelle rattachée en 1946 au groupe de Douai des Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais La cité, composée de maisons en série et de maisons jumelles, est située à proximité de la fosse 7bis de Courcelles. D'après la documentation de la Soginorpa, elle aurait été édifiée après 1920 , d'après un plan établi avec des modèles de 1903 et 1923, pour loger les mineurs de la Compagnie des Mines . Sur 19 maisons ouvrières, 12 sont de type Escarpelle 1903 et 7 de type 1923 pour un total de 38
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°16. Conseil Régional Hauts-de-France Courcelles-les-Lens, repérage des types de maisons, plans des cités des Employés, Nouvelle cité nationale, cité de la Fosse 7, Vieux Corons, cité de l'Abreuvoir, cités du Village, avec mention des types de logements, plan n-°113, sans date, mise à jour en février 1974. A. P. Soginorpa H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons : fiche descriptive de groupe de 2 logements, à étage , de type Escarpelle 1923, 4 pièces principales, avec élévation de la façade sur rue et d'un pignon , plans du rez-de-chaussée et de l'étage, sans date. A.P. Soginorpa H. B. N. P. C. DIMO Service Constructions. Plans de cités, plans de différents types de maisons , 1900-1957. Centre de documentation, Centre historique minier de Lewarde, 66W63. Courcelles-Les-Lens, une ville...un avenir, plaquette de présentation de la ville avec couverture
    Description :
    mansardées pour une superficie de 70 m2 environ. Le modèle 1903 présente une toiture à longs pans brisés , celui de 1923 un toit à longs pans. Un jardinet à l'avant et un jardin à l'arrière clôturent la maison . Les maçonneries sont agrémentées de jeux de briques bicolores.
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Courcelles-lès-Lens - 1 à 18 rue de Fismes 1 à 13, 15 rue de Châtillon 69, 71, 73, 75, 77, 79
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de la fosse 7
    Appellations :
    dite cité de la fosse 7
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maisons ouvrières, par 2, de type Escarpelle, 1923. Vue générale rue de Fismes, au premier plan le Maison ouvrière jumelée de type Escarpelle 1903, située 1, 3 rue de Fismes à Courcelles-lès-Lens
  • Cité ouvrière dite cité de la Gare
    Cité ouvrière dite cité de la Gare Carvin - 349, 351, 353, 361, 365, 373, 383, 391, 399, 415, 415a, 435, 441, 447, 453, 459, 465, 469, 479, 483, 493, 497 rue de la Gare - en ville - Cadastre : 1980 AL 4, 5, 8 à 16, 20, 24, 25, 276, 616, 617, 619, 620, 634, 635, 742 à 745, 750 à 753
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    De source orale, les logements de la rue de la Gare étaient destinés aux employés de la fosse 3 de Carvin qui a fonctionné de 1867 à 1907 ; ils ont été construits pour le compte de la Compagnie des Mines de Carvin.
    Référence documentaire :
    p. 242 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du LESAIN, Aude, La gare : patrimoine ferroviaire et minier de Carvin, mémoire de DESS EADAA, juin 1989. Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de
    Dénominations :
    logement de contremaître
    Description :
    Située face à l'ancienne gare de Carvin, la cité est constituée d'un groupe de maisons situé à l'origine à proximité immédiate de la fosse 3. Elle est formée d'un alignement de deux barres horizontales de 9 et 10 maisons identiques à étage situées front à rue et d'un ensemble de logements à étage de couvertes de toits à longs pans en tuiles flamandes mécaniques, les autres logements groupés par deux sont couverts de toits à longs pans brisés. Les façades sont soignées : fers d'ancrage, murs de refends, arcs de brique, bandeaux de briques au niveau des planchers et de la corniche, fronton triangulaire médian pour les logements en barre à l'aspect proche de celui d'une caserne.
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    , 479, 483, 493, 497 rue de la Gare - en ville - Cadastre : 1980 AL 4, 5, 8 à 16, 20, 24, 25, 276, 616
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de la Gare
    Appellations :
    cité de la Gare
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale rue de la gare avec bâtiments de la gare à gauche. IVR31_20066209018NUCA Vue générale des différents types de logements. IVR31_20066209019NUCA Vue générale des logements de la rue de la gare. IVR31_20066209017NUCA Détail du 55 rue de la gare. IVR31_20066209016NUCA
  • Cité ouvrière dite cité du Calvaire
    Cité ouvrière dite cité du Calvaire Leforest - 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16 à 36, 38, 40, 42, 44, 46, 48 rue d' Abbeville 1 à 12, 14, 16 rue d' Amiens 1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17, 19, 21, 23, 25, 27, 29, 31, 33, 35 rue de Doullens 1, 3 rue de Cayeux - en ville - Cadastre : 1990 AC 277 à 294, 302 à 309, 311 à 355, 405 à 415
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    par les Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais (Groupe de Douai) date de 1952. On retrouve ces La cité du Calvaire, composée de maisons en série et de maisons jumelles, est implantée à côté de la fosse 10 de la Compagnie des mines de L'Escarpelle mise en service en 1924 et détruite en 1991 , dont il ne subsiste que les anciens bureaux sis au bout de la rue d'Amiens. Une partie de la cité date du début du 20e siècle ; elle a été complétée par une série de maisons dont le modèle mis en œuvre types de maisons ouvrières à la cité du Planty et à la cité Folemprise à Leforest pour les jumelles de 1913 ; les groupes de logements de type 731-733 sont identiques à ceux de la cité du Planty.
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional et leur date de construction. Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons. Conseil Régional du Nord-Pas-de -Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., catalogue des cités du Planty, du Bois, Folemprise, Sapin Vert et Pas de la Ville à Leforest. Plan de situation, plans cités du Planty, du Bois, Folemprise, du Sapin Vert et du Pas de la Ville, 1958. Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine
    Description :
    De forme triangulaire, la cité est composée de trois rues qui se rejoignent, où sont édifiées 2 catégories de logements de type pavillonnaire et d'époque différente. Elle forme un ensemble qui compte 22 maisons jumelles type 1913 implantées rue de Doullens et rue d'Abbeville, 8 maisons jumelles pour employés rue de Cayeux, de type 1927, 4 maisons type 730 et 731 et 2 groupes de six logements, type 731-733 de habitable d'environ 70 m2. Elles sont couvertes de toits à longs à demi-croupe et sont entourées d'un jardin . Les maisons d'employés ont 3 chambres à l'étage, une cuisine et une salle de séjour pour un peu plus de 100 m2 de superficie, à quoi s'ajoute une buanderie. Les constructions de 1952, de moins de 50 m2 , sont couvertes de toits à longs pans et disposent d'un jardinet à l'avant et un jardin à l'arrière . Toutes les maisons sont en briques rouges ou roses ; elles ont été restaurées (reconstruction de l'entrée
    Localisation :
    , 16 rue d' Amiens 1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17, 19, 21, 23, 25, 27, 29, 31, 33, 35 rue de Doullens 1, 3 rue de Cayeux - en ville - Cadastre : 1990 AC 277 à 294, 302 à 309, 311 à 355, 405 à 415
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale de la rue d'Amiens, avec les numéros 5 et 7 au premier plan : maisons d'employés de Maisons ouvrières à étage, groupées par deux, de type Escarpelle 1913, 14, 16 rue d'Abbeville Maisons ouvrières à étage de type Escarpelle 1913, 33, 35 rue d'Abbeville. IVR31_20056200135X Groupe de 6 maisons à étage, à 3 pièces principales de type vis à vis 731 et 733, 34, 36, 38, 40 Groupe de maisons à étage, de type 731 et 733, détail du numéro 37 rue d'Abbeville
  • Cité ouvrière dite cité du Planty
    Cité ouvrière dite cité du Planty Leforest - 1, 3 place de Salers rue de Glénat rue de Dienne rue de Saint-Cernin rue de Barriac 16, 22 rue Florent-Evrard rue d' Aurillac 5, 7 rue de Saint-Flour rue de Murat rue de Mauriac rue de Pléaux - en ville - Cadastre : 1990 AD 326 à 333, 335 à 340, 341, 342, 352, 353, 415 à 418, 503 à 519, 441, 442, 445, 446, 455 à 460, 477 à 480, 635, 638 AE 7 à 91, 111 à 114, 138 à 155, 158 à 185, 188 à 217, 219 à 246, 250 à 252, 255 à 260, 324, 325, 338, 342, 343
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    du Nord Pas de Calais jusqu'en 1958 environ. La cité formait un ensemble de 340 logements par séries La cité du Planty, composée de maisons jumelles et de maisons en série, est située à la limite de la commune de Leforest et de Raimbeaucourt (59). Elle est assez éloignée de la fosse 10. Elle a été bâtie dans le premier quart du 20e siècle par la Compagnie des Mines de l'Escarpelle, comme en témoignent les logements les plus anciens de type Escarpelle 1913. On retrouve ce modèle à la Nouvelle cité du Village à Courcelles-lès-Lens ainsi qu'aux cités du Calvaire et de Folemprise à Leforest même. Les de 2, 4, 6 ou 8, composée à l'origine de 13 lots de 4 (1), 6 (11) ou 8 (1) maisons de type Camus A3 , de 26 lots de 2 logements de type 232 (5) et 233 (21), de 2 chalets individuels de type Sibylle ou Aquitaine, de 14 lots de 2 maisons semi-provisoires (SP), de 3 lots de 2 et 1 lot de 4 maisons de type 730 -732, de 3 lots de 4 de type 731-733 et enfin de 19 lots de 2 maisons de type baraque B27 qui ont été
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P cités du Planty, du Bois, Folemprise, du Sapin Vert et du Pas de la Ville, 1958. Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine
    Murs :
    essentage de planches
    Description :
    La cité est desservie, depuis le village, par l'ancien chemin vicinal de Leforest à Raimbeaucourt coupées par un axe de symétrie où sont rangés les logements jumeaux de type 1913. De cet axe, on accède aux logements construits dans les années 1950 (730-732 ; 731-733 et SP) d'un côté, et de l'autre aux possèdent trois chambres et ont une superficie d'environ 70 m2. Elles sont couvertes de toit à longs pans à -sol avec garage, cave et annexes, d'un rez-de-chaussée avec vestibule, salle commune et 3 chambres , d'un étage de 3 chambres et commodités, pour une superficie d'un peu plus de 200 m2. Les constructions de 1952, de moins de 50 m2, sont couvertes de toit à longs pans. Les logements dit semi-provisoires (SP), en rez-de-chaussée, abritent deux petits logements de chacun 3 pièces et commodités pour environ 30 m2. Les plain-pieds de type 232 et 233, avec cave et alcôves, sont des logements d'environ 67 m2 ). Tous les logements disposent de jardin ou jardinet. Toutes les maisons sont en briques rouges ou roses
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Leforest - 1, 3 place de Salers rue de Glénat rue de Dienne rue de Saint-Cernin rue de Barriac 16, 22 rue Florent-Evrard rue d' Aurillac 5, 7 rue de Saint-Flour rue de Murat rue de Mauriac rue de Pléaux - en ville - Cadastre : 1990 AD 326 à 333, 335 à 340, 341, 342, 352, 353, 415 à
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Groupe de 2 logements à étage, de type 730-732, 24, 26 rue Florent Evrard. (cité du Planty à Groupe de 2 logements à étage, type Escarpelle 1913, 30, 32 rue Mauriac. IVR31_20036200059X Groupe de 2 logements dits Sp semi-provisoires en rez-de-chaussée, 72, 74 rue Florent Evrard Groupe de 4 logements à étage, de type 731-733, 5, 7, 9, 11 rue Mauriac (cité du Planty à Leforest Groupe de 2 logements pour pensionnés, de type 233, 1, 3 place de Salers (Leforest Groupe de 2 logements pour pensionnés, de type 232, 7, 5 rue Saint Flour (Leforest
  • Cité ouvrière dite cité du Bois
    Cité ouvrière dite cité du Bois Leforest - rue de Mont-de-Marsan rue de Bayonne rue de Dax rue de Pau rue de Biarritz rue de Gavarnie - en ville - Cadastre : 1990 AC 1 à 224
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La cité du Bois est implantée par la Compagnie des Mines de l'Escarpelle, à côté de la fosse 10 mise en service en 1924 et détruite en 1991. Ce type de lotissement, composé de maisons en série et de maisons jumelles, se retrouve à la Nouvelle cité Nationale à Courcelles-lès-Lens et date de 1925.
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, DAIRE, Centre de documentation du patrimoine, Lille. A. P Centre Historique Minier de Lewarde : 696/1 et 2  : E. Vuillemin : le bassin houiller du Pas de cités du Planty, du Bois, Folemprise, du Sapin Vert et du Pas de la Ville, 1958. Calais, 1880. Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons : fiche descriptive avec dessin de maison ouvrière de 2 logements, à étage, de type cité du Bois de l'Escarpelle, décembre 1925, comprenant une salle commune, une chambre au rez-de-chaussé et 2 chambres à l'étage, dessin de l'élévation de la façade sur rue et d'un
    Description :
    maisons jumelles en brique à étage de type Escarpelle 1925, maison ouvrière à étage (MO 1925) abritant et un jardin à l'arrière. Les façades et pignons sont agrémentés de jeux de brique.
    Localisation :
    Leforest - rue de Mont-de-Marsan rue de Bayonne rue de Dax rue de Pau rue de Biarritz rue de Gavarnie - en ville - Cadastre : 1990 AC 1 à 224
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maisons ouvrières de type Escarpelle 1925, vue de la rue de Dax. Au premier plan, les 14, 16 Maisons ouvrières à étage, groupées par 2, de type Escarpelle 1925, 5, 7, 9 rue de Gavarnie
  • Cité ouvrière dite cité de l'Entrée du Bois
    Cité ouvrière dite cité de l'Entrée du Bois Carvin - 101 à 104 chemin rural des Coutures - en ville - Cadastre : 2005 ZD1 128 à 131
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La cité ou plutôt le groupement de l'Entrée du Bois a été construit en 1921 d'après les dates figurant sur les deux maisons. Ce type de logements se trouve à la cité des Plantigeons à Carvin et à la cité de Quintiche à Oignies, en maison isolée. Actuellement, un des deux groupes, racheté par un
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la Tranquillité, cité du Marais, cité du Tiers, Entrée du Bois, sans date. A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons : fiche descriptive avec photographie
    Description :
    Le groupement de l'Entrée du Bois est accessible par la départementale 954 via un unique chemin . Situé à proximité du groupement du Pont-de-Grès, de l'ancienne fosse 4, des cités 1900 (aujourd'hui disparues), de la Tranquillité, et pourtant à l'écart, il forme un lot constitué de deux maisons jumelles de type 1920 allongé. L'une des deux maisons porte l'inscription Grpt de l'Orée du Bois. Construites en brique, couvertes de toits à longs pans et appentis en tuile flamande mécanique, les maisons ont un étage et sont parallèles à la voie. Elles se composent de 2 salles au rez-de-chaussée et 2 chambres à façade avant est percée de 7 baies, l'arrière est aveugle.
    Jardins :
    carré de jardin
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de l'Entrée du Bois
    Appellations :
    cité de l'Entrée du Bois
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale d'un groupe de 2 logements de type 1920 allongé. IVR31_20056200362X
  • Cité ouvrière dite cité du Marais
    Cité ouvrière dite cité du Marais Carvin - 11, 13, 15, 17 à 21, 23, 25, 27, 29, 31 rue des Fauvettes 1 à 7 rue des Bouvreuils 1 à 5, 7, 9, 11, 13, 15 rue des Rossignols 32, 34 rue du Mont-de-Palette 101 à 112 rue des Mésanges 115 à 128 rue des Rouges-Gorges 123, 129 à 135, 138 rue des Martinets - en ville - Cadastre : 1974 AX 114 à 119, 159, 160, 177, 181, 182, 186, 187, 202, 205, 300, 302, 325 à 331, 356, 373, 483 à 485, 489, 490, 502, 504, 506 à 512, 513, 516 à 519 à 525, 528
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Comme la cité du Tiers, la cité du Marais est bâtie à proximité de la fosse 4 d'Oignies , anciennement n°4 d'Ostricourt (59), baptisée aussi Maurice-Tilloy et dont les équipements de jour ont été détruits en 1976. Une partie de la cité (rue des Mésanges, des Martinets et des Rouges-Gorges) a été : les murs en parpaings de schiste ont été enduits par du crépi, comme à la cité des Saucelles à Montigny-en-Gohelle et dans toutes les cités carvinoises de ce type. Certaines ont été aménagées pour accueillir trois et quatre foyers au lieu de deux. On y trouve également deux autres types de logement, dont l'un en rez-de-chaussée serait un reliquat du Camp du Marais qui apparaît sur le plan de la Soginorpa composés de baraquements construits rapidement pour palier le manque de logements. Ce camp est visible sur la carte établie par le ministère de l'urbanisme et de la reconstruction en 1951. Un second groupe s'apparente aux logements de type 750, 752, 753 construits à la cité du Planty et du Calvaire et qui datent de
    Référence documentaire :
    p. 240 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la Tranquillité, cité du Marais, cité du
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    compose de 44 maisons disposées en quinconce le long de ces voies sans issue. Seule la rue des Martinets , où sont construites cinq maisons, est circulaire. Les logements de 1923, 1924 sont construites en parpaings de schiste de couleur rose, les autres en brique. Elles ont une superficie d'environ 65m2 avec 3 chambres à l'étage et 3 pièces principales au rez-de-chaussée. Chaque façade porte la date de 1923 et des l'inscription Cité du Marais de Carvin. Toutes ont un étage et sont couvertes de toit à longs pans en tuiles , remplacées par des tuiles en béton lors de la récente réhabilitation qui cache également le gros-œuvre
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    à 5, 7, 9, 11, 13, 15 rue des Rossignols 32, 34 rue du Mont-de-Palette 101 à 112 rue des
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maison jumelles de type 1923 des mines d'Ostricourt. IVR31_20056200341X Vue générale d'un groupe de 2 logement de type 1923 en brique. IVR31_20056200340X
  • Cité ouvrière dite cité de l'Abreuvoir
    Cité ouvrière dite cité de l'Abreuvoir Courcelles-lès-Lens - 1, 3, 5, 7 rue Edouard-Vaillant cité de l'Abreuvoir 4, 6, 7, 8, 11 à 14 - en ville - Cadastre : 1980 AE 29 à 33, 39 à 43, 235, 239
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Située à proximité de la fosse 7bis de Courcelles, la cité de l'Abreuvoir, composée de maisons en série et de maisons jumelles, a été édifiée à partir de 1903 pour loger les mineurs de la Compagnie des Mines de l'Escarpelle. D'après les archives de la Soginorpa, les 6 maisons ouvrières sont de type
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine Courcelles-les-Lens, repérage des types de maisons, plans des cités des Employés, Nouvelle cité nationale, cité de la Fosse 7, Vieux Corons, cité de l'Abreuvoir, cités du Village, avec mention des types de logements, plan n-°113, sans date, mise à jour en février 1974. A. P. Soginorpa H. B. N. P. C. DIMO Service Constructions. Plans de cités, plans de différents types de maisons , 1900-1957. Centre de documentation, Centre historique minier de Lewarde, 66W63. Courcelles-Les-Lens, une ville...un avenir, plaquette de présentation de la ville avec couverture photographique aérienne NAI, septembre 1994. Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de
    Description :
    Les maisons sont desservies par une impasse partant de la rue Edouard-Vaillant et possèdent toutes un jardinet à l'avant et un jardin à l'arrière. Elles se composent de 4 pièces dont 2 chambres à l'étage pour une superficie de 70 m2 environ. Les maçonneries sont agrémentées de jeux de briques
    Étages :
    en rez-de-chaussée étage de comble
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Courcelles-lès-Lens - 1, 3, 5, 7 rue Edouard-Vaillant cité de l'Abreuvoir 4, 6, 7, 8, 11 à 14
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de l'Abreuvoir
    Appellations :
    cité de l'Abreuvoir
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maison ouvrière jumelée de type Escarpelle 1903, située 1, 3 rue de Fismes à Courcelles-lès-Lens
  • Cité ouvrière dite cité de la Tranquillité
    Cité ouvrière dite cité de la Tranquillité Carvin - 173 chemin du Terril 78, 86, 96, 110, 120, 134, 144, 174 rue Pablo-Picasso 97, 135, 145, 161 rue Edouard-Manet 26, 28, 30 rue Eugène-Delacroix - en ville - Cadastre : 1987 AV1 119 à 128 , 130 à 133, 136 à 139, 173, 174, 177, 343
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La cité a été bâtie près de l'ancienne fosse 4 d'Oignies, anciennement n°4 d'Ostricourt (59 ), baptisée aussi Maurice-Tilloy et dont les équipements de jour ont été détruits en 1976. Avec la cité de 1900, entièrement détruite, et les cités de l'Orée du Bois, du Marais et du Tiers, la cité de la temps pour répondre à la demande en logement après 1918. Une première tranche de logements est construite au tout début du 20e siècle d'après des modèles de maisons de la compagnie des Mines d'Ostricourt (59) de 1902 et 1906. La seconde tranche date des années 1920. Tous les logements sont datés de 1906 ou 1921, en façade. La grande majorité de l'ensemble a été rasée il y a environ dix ans. Il ne subsiste actuellement qu'une maison pour quatre familles de 1903, un lot de six corons mansardés de 1906 , deux lots de quatre et deux lots de deux logements adossés datés de 1921. Ces types de logements se retrouvent à Libercourt (cités de la Haute-Voie, de la Gare, du Bois d'Epinoy) et à Oignies (cité du Moulin).
    Référence documentaire :
    p. 240 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la Tranquillité, cité du Marais, cité du
    Description :
    ouvertures sont surmontées de linteaux en béton, ce qui n'est pas le cas de l'unique maison de 1902 qui La cité est accessible de la route nationale 954. Elle est desservie par des axes qui se coupent perpendiculairement. A l'origine, la cité de la Tranquillité s'est implantée dans le prolongement de la cité 1900  ; elles étaient reliées entre elles par un axe principal. Au bout de cette perspective se trouvait une chapelle bordée d'un square et de deux écoles installées dans le prolongement de corons. L'espace est agrémenté de quelques arbres et pelouses. Les maisons de 1921 sont en brique, ont un étage couvert de toit à logements adossés qui comportent chacun quatre pièces pour une superficie de 68 m2. Chaque façade porte la date de construction et des fers d'ancrage représentant les initiales des Mines d'Ostricourt. Les semble avoir été rehaussée d'un étage en brique rouge. Les corons de 1906 ont un étage de comble surmonté de toits à longs pans brisés ; ils sont constitués de quatre pièces pour une superficie de 60 m2
    Étages :
    étage de comble
    Jardins :
    carré de jardin
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de la Tranquillité
    Appellations :
    cité de la Tranquillité
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue des logements de type 1902. IVR31_20056200364X Vue générale des logements de type 1906. IVR31_20056200342X Vue générale de logements de type 1920. IVR31_20056200343X Vue génarale de logements de type 1920. IVR31_20056200363X
  • Cité ouvrière dite ancienne cité du Village
    Cité ouvrière dite ancienne cité du Village Courcelles-lès-Lens - 1 à 12 rue de Montreuil 27, 29, 31, 33, 35, 37 rue Louis-Blanc - en ville - Cadastre : 1980 AN 657, 658, 668, 670, 389 à 393, 395 à 398, 380 à 384
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La cité est située à proximité de la fosse 7bis de Courcelles et la fosse 8 d'Auby (59). D'après les archives de la Soginorpa, elle aurait été édifiée après 1903, suivant un modèle établi à cette date, pour loger les mineurs de la compagnie des mines de l'Escarpelle. Composée de maisons en série et de maisons jumelles, elle comprend 9 logements doubles pour ouvriers de type Escarpelle 1903 avec
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine Courcelles-les-Lens, repérage des types de maisons, plans des cités des Employés, Nouvelle cité nationale, cité de la Fosse 7, Vieux Corons, cité de l'Abreuvoir, cités du Village, avec mention des types de logements, plan n-°113, sans date, mise à jour en février 1974. A. P. Soginorpa Courcelles-Les-Lens, une ville...un avenir, plaquette de présentation de la ville avec couverture photographique aérienne NAI, septembre 1994. Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine, Lille Courcelles-Les-Lens, des promesses aux réalités, fin mandat 1983 - 1989 , plaquette de présentation
    Description :
    à l'arrière. Les maçonneries sont agrémentées de jeux de briques bicolores.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Courcelles-lès-Lens - 1 à 12 rue de Montreuil 27, 29, 31, 33, 35, 37 rue Louis-Blanc - en ville
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Maison ouvrière jumelée de type Escarpelle 1903, située 1, 3 rue de Fismes à Courcelles-lès-Lens
  • Cité ouvrière dite cité du Pont-de-Grès
    Cité ouvrière dite cité du Pont-de-Grès Carvin - 2bis, 4, 8, 10, 21 rue du Pont-de-Grès - en ville - Cadastre : 2005 AV1 15, 17, 372, 439, 440, 442, 448 à 451
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Le chemin du Pont-de-Grès se trouve en face de l'ancienne fosse 4 d'Oignies, anciennement n°4 d'Ostricourt (59) et donc à proximité des cités 1900 et de la Tranquillité. Les installations ont été détruites et la majorité des maisons des mines ont laissé place à un lotissement de maisons récent. Le groupement du Pont-de-Grès était constitué à l'origine, d'après le plan non daté des H.B.N.P.C., d'un groupe de 6 maisons dont trois maisons doubles pour employés de type 1909 aujourd'hui disparues. Il subsiste une maison d'ingénieur au numéro 21, un logement double de type 1913 agrandi qui lui face et un remanié. On retrouve le modèle de maisons d'employés de 1913 à Libercourt à la cité des Ateliers, à Oignies à la cité de l'avenue des Sports et à la cité du Vert-Chemin et de la Gare à Libercourt. Les deux autres types sont uniques sur le territoire de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin.
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la Tranquillité, cité du Marais, cité du Tiers, Entrée du Bois, sans date. A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons : fiche descriptive avec photographie
    Description :
    Les murs sont en brique, à élévation à travées, couverts de toits à longs pans en tuiles flamandes mécaniques. Les façades portent des fers d'ancrage, marque de la Compagnie des Mines d'Ostricourt. Les maisons sont disposées parallèlement à la rue sur laquelle donne l'entrée. Seuls les pignons de la maison d'ingénieur sont percés d'ouvertures. Cette maison dispose d'un rez-de-chaussée surélevé, d'un étage et d'un étage de comble. Celui-ci est éclairé par une lucarne de toit et des fenêtres percées dans le pignon . Les façades des n°4 et 21 sont décorées de jeux de briques, au niveau des bandeaux et autour des
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Carvin - 2bis, 4, 8, 10, 21 rue du Pont-de-Grès - en ville - Cadastre : 2005 AV1 15, 17, 372
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité du Pont-de-Grès
    Appellations :
    cité du Pont-de-Grès
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale rue du Pont de Grès. IVR31_20046207013NUCA Logement jumelé de type 19313 modifié, façade antérieure. IVR31_20046207012NUCA Logement individuel, de type chef porion, vue générale, n°21. IVR31_20046207009NUCA
  • Cité ouvrière dite cité du Tiers
    Cité ouvrière dite cité du Tiers Carvin - 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16, 18, 20, 22, 24, 26 rue des Hirondelles 1bis, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 17, 19, 21, 23 rue des Oiseaux 28, 30, 32, 34, 36, 38 rue Cyprien-Quinet - en ville - Cadastre : 1974 AX 3 à 7, 10, 11, 14, 15, 18, 19, 22, 23, 26, 27, 30, 31, 379, 381, 383, 385, 387, 389, 391, 393, 395, 397, 399, 401, 403
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    date de l'étude, les logements n'ont pas été restaurés. A la fin de l'étude, les murs de schiste rose La cité du Tiers est bâtie par la compagnie des Mines d'Ostricourt, à proximité de la fosse 4 d'Oignies, anciennement n°4 d'Ostricourt (59), baptisée aussi Maurice-Tilloy dont les équipements de jour ont été enduits de crépis et les toitures recouvertes de tuiles en béton. Ces types de logements se retrouvent à Oignies (cités de la Chapelle, des Beaux-Sarts, du Quintiche), à Carvin (cité des Eglissières ), à Libercourt (cités de la Haute-Voie, de la Gare, des Garguetelles, du Bois de Libercourt, du Bois
    Référence documentaire :
    p. 240 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., groupe d'Oignies (V), commune de Carvin, repérage des types de maisons et repérage des garages : cités de pont de Grès, cité de la Tranquillité, cité du Marais, cité du
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    autres le long de deux voies perpendiculaires sans issue. Au total, elle se compose de 15 maisons de type MO 1923, en parpaings de schiste de couleur rose, à un étage, couvertes de toit à longs pans en au rez-de-chaussée. Chaque façade porte la date de 1923 et des fers d'ancrage représentant les initiales des Mines d'Ostricourt. Une maison porte une plaque avec l'inscription Cité de Tiers, à l'entrée
    Jardins :
    carré de jardin
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale d'un groupe de 2 logements situé rue 32, 34 rue Cyprien Quinet, avant rénovation
  • Cité ouvrière Sainte-Barbe
    Cité ouvrière Sainte-Barbe Carvin - Hameau Sainte-Barbe - hameau de Sainte-Barbe 1 à 24 - en ville - Cadastre : 1974 ZA 168 à 192
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    De source orale, la cité dite cité du hameau Saint-Barbe aurait été construite au début du 20e siècle, peut-être antérieurement. En effet elle a été installée à proximité de la fosse 1 qui est le premier puits exploité dès 1859 par la compagnie des Mines de Carvin, exploitation qui sera abandonnée pendant la Première Guerre mondiale. D'après un plan établi par les H.B.N.P.C. daté de 1955, cinq maisons et de la toiture recouverte de tuile en béton en remplacement de la tôle ondulée d'après une fiche descriptive de la Soginorpa. Ces types de logements se retrouvent à Hénin-Beaumont (cités de la Perche , Declercq) et à Noyelles-Godault (cité de Godault).
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et p. 240 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du A. P. Soginorpa : H.B.N.P.C., catalogue des types de maisons : fiche descriptive avec photographie d'un groupe logements d'ouvriers à étage, de type coron, Hameau Sainte-Barbe, n° de 15 à 25, entrée sur
    Description :
    Accessible par la route départementale 163, de Violaines à la station de Carvin, le hameau Sante -Barbe, constitué d'une rue en impasse, est excentré. Il se compose de deux barreaux de type coron de simple épaisseur à double orientation, groupés par 14 et 10 logements de type coron séparés par un espace logements, construits en briques, sont constitués de deux travées et sont couverts de toits à longs pans en souligner la séparation entre les logements, marquer les niveaux des planchers sous forme de bandeau ou d'arc surbaissé pour les ouvertures. L'un des pignons fermant la rangée la plus proche de la route porte
    Jardins :
    carré de jardin
    Localisation :
    Carvin - Hameau Sainte-Barbe - hameau de Sainte-Barbe 1 à 24 - en ville - Cadastre : 1974 ZA 168
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Cité ouvrière dite cité de Buqueux
    Cité ouvrière dite cité de Buqueux Carvin - 778, 786, 798, 818, 850, 858, 872, 884, 894, 906, 918, 930, 948, 954, 970, 980 contour du Buqueux 55, 73, 85, 105, 117, 137, 100, 120 rue Henri-Barbusse 6, 19, 26, 36, 39, 49, 56, 69, 71, 72 impasse Henri-Barbusse 27, 36, 47, 56, 65, 71 impasse Elsa-Triolet - en ville - Cadastre : 1980 AT 138 à 142, 144 à 147, 157 à 171, 135, 580, 631, 707 à 719, 721, 722, 793
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    retraités à Libercourt, aux cités du Bas-de- Libercourt et du Bois d'Epinoy, aux cités du Pas-de-la-Ville La cité de Buqueux est bâtie dans le prolongement de l'axe desservant la cité de la Tranquillité et donc la fosse n°4 d'Oignies, anciennement n°4 d'Ostricourt (59). Les maisons portent les dates de 1920 à 1922 et sont construites d'après les modèles type 1910 ou 1920 de maisons ouvrières de la et des garages ont été installés sur les parcelles. La cité de Buqueux est complétée après 1953 par un parc de 12 logements de Camus bas doubles de type C2C4. On retrouve ce modèle de logements de , Empire et Têtes à Oignies. Le premier type de maisons ouvrières (M.O 1910 ou 1920) est présent à Carvin ) et à Libercourt aux cités du Bois d'Epinoy, de la Haute-Voie, de la Gare.
    Référence documentaire :
    p. 240 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à nos Bassin Minier du Pas -de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°14, 1/10000, 1951 Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du Groupe d'Oignies, commune de Carvin, repérage des types de maisons et implantation des garages : cité de Buqueux, sans date. Groupe d'Oignies, commune de Carvin, repérage des types de maisons et
    Description :
    La cité originelle, qui n'est formée que de 9 maisons jumelles, est indissociable de la cité des Plantigeons (ancienne et nouvelle) qui la prolonge à l'ouest et qui présente en partie les mêmes types de logements. La cité de Buqueux est accessible par la départementale 954 et le contour de Buqueux, bordé d'arbres, qui dessert également la cité des Plantigeons. Les maisons sont datées, en brique et couvertes de toit à longs pans en tuiles flamandes mécaniques ; en retrait par rapport à la rue et entourées de en deux logements qui comportent chacun quatre pièces pour une superficie de 68 m2 et une dépendance à l'arrière de la maison. Les façades sont ornées de fers d'ancrage représentant les initiales des pignon couvert aveugle. Pour d'autres, le pignon est percé de baies au rez-de-chaussée et à l'étage. La cité de 9 Camus est implantée entre ces dernières maisons et la cité des Plantigeons. Elle est accessible à la fois par la rue et l'impasse Barbusse (RD 954) et la rue et l'impasse Triolet, autour de
    Jardins :
    carré de jardin
    Titre courant :
    Cité ouvrière dite cité de Buqueux
    Appellations :
    cité de Buqueux
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale d'un groupe de 2 logements de type 1922, 92, 94 rue de Buqueux. IVR31_20056200352X Vue d'un groupe de 2 logements de type 1910. IVR31_20056200351X Vue d'un groupe de 2 logements de type 1920. IVR31_20056200353X Vue d'un Camus de type C2C4, ici à la cité des Plantigeons à Carvin. IVR31_20056200338X Vue générale postérieure de logements de type Camus depuis la rue Barbusse. IVR31_20056209002NUCA
1 2 3 4 Suivant