Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôpital dit hospice Notre-Dame ou hospice Comtesse, puis hospice et orphelinat, actuellement musée de l'hospice Comtesse
    hôpital dit hospice Notre-Dame ou hospice Comtesse, puis hospice et orphelinat, actuellement musée de l'hospice Comtesse Lille - Vieux Lille - 32 rue de la Monnaie - en ville - Cadastre : 1993 KY 139
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    ensemble de bâtiments autour d'une cour secondaire établie au nord de la cour d'honneur, de l'autre côté de L'hôpital fut fondé en février 1237 par Jeanne de Constantinople, comtesse de Hainaut et de Flandre , à l'intention des malades pauvres, des pèlerins et des voyageurs. Sa sœur Marguerite de Dampierre accrut encore par des donations propres le patrimoine de l'hôpital. L'établissement était administré jusqu'à la Révolution par le chapitre de la collégiale Saint-Pierre et était desservi par des religieuses de l'ordre de Saint-Augustin. Après un incendie survenu le 11 avril 1468, la salle des malades ou grand dortoir fut entièrement rebâtie entre 1468 et 1472. Quant au bâtiment dit de la communauté , on reconstruisit, sous la conduite de l'ingénieur Julien Destrée, le bâtiment dit de la communauté religieuse fermant la cour d'honneur du côté est ainsi que celui dressé parallèlement à la rue de la Monnaie , qui ferme la même cour du côté sud. Le passage d'entrée qui donne accès à la rue de la Monnaie, est
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Plans de distribution générale du sous-sol, du premier étage et de l'étage de comble, 1898. Centre hospitalier régional universitaire, versement aux archives départementales du Nord, Lille ; plan 2742 : plans de distribution générale respectifs du sous-sol, du premier étage et de l'étage de comble, 1898. Projet de construction d'une infirmerie, plan de distribution du rez-de-chaussée de l'infirmerie projetée avec les bâtiments existants représentés en plan-masse, 28 décembre 1900. Projet de construction d'une infirmerie, plan de distribution du rez-de-chaussée de l'infirmerie projetée avec les bâtiments Projet d'agrandissement autour d'une 3e cour qui serait établie sur le flanc est de l'hospice, plan de distribution générale du rez-de-chaussée avec les agrandissements projetés représentés en plan : projet d'agrandissement autour d'une 3e cour qui serait établie sur le flanc est de l'hospice, plan de distribution générale du rez-de-chaussée avec les agrandissements projetés représentés en plan-masse, vers 1900.
    Précisions sur la protection :
    Façades de toitures de l'ensemble des bâtiments de l'hospice autre que ceux des 15e siècle et 17e
    Canton :
    Lille-Nord
    Murs :
    grès pierre de taille calcaire pierre de taille
    Description :
    Les divers corps de logis de l'hôpital sont distribués autour de deux cours de forme irrégulière : la cour principale ou cour d'honneur au sud, la cour secondaire ou cour des classes au nord, le long corps de bâtiment abritant grande salle des malades et chapelle s'interposant entre la première et la seconde cour. Un jardinet s'étend sur l'arrière du bâtiment de la communauté religieuse. La chapelle est bâtie dans le prolongement de la grande salle des malades, mais elle en est séparée par une clôture bâtiment de la communauté religieuse et celui des classes. Chapelle et salle des malades comportent un seul vaisseau. Sont bâtis en pierre de taille calcaire le mur-pignon et les murs-gouttereaux de la grande salle des malades, les murs de la chapelle et ceux du corps de logis dit des vieillards. Sont bâtis en pierre de taille de grès les solins de sol des murs de l'ensemble des bâtiments ainsi que le portail d'entrée principal. Dans le bâtiment de la communauté religieuse, le gros œuvre est en brique avec
    Localisation :
    Lille - Vieux Lille - 32 rue de la Monnaie - en ville - Cadastre : 1993 KY 139
    Titre courant :
    de l'hospice Comtesse
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Cour principale, élévation du bâtiment situé au nord de la cour, qui abrite la grande salle des Cour secondaire, élévation du bâtiment situé au nord de la cour, qui abritait la salle de classe et Cour secondaire, élévation du bâtiment situé au nord de la cour, qui abritait la salle de classe et Cour secondaire, élévation du bâtiment situé au nord de la cour, qui abritait la salle de classe et Cour secondaire, élévation du bâtiment situé au nord de la cour, qui abritait la salle de classe et Plans, coupe et élévation du clocher de l'hospice par l'architecte Duhem, papier coloré, 1844. Plan Plan de distribution général des sous-sols, 1898. Plan aquarellé. IVR31_19945901300X Plan de distribution générale du 1er étage, 1898. Plan aquarellé. IVR31_19945901301X Plan de distribution générale de l'étage de combles, 1898. Plan aquarellé. IVR31_19995902572X Plan de distribution générale du rez-de-chaussée, non daté. Plan aquarellé. IVR31_19995902575X
  • Ferme, actuellement maison
    Ferme, actuellement maison Salesches - 7 Grand Rue - en village - Cadastre : 1804 A 52 1831 A 533 1925 SU 827, 828 2009 OA 770
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Historique :
    La date de 1706 est sculptée sur une pierre située au-dessus de l'entrée du pigeonnier-porche . Toute l'élévation constituée de moellons de grès paraît dater de cette époque : la façade sur rue de l'étable située à l'est, le porche, des éléments de mur du logis et son soubassement. En revanche, une partie de l'élévation et les ouvertures sur rue du logis ont été refaites à la fin du 19e siècle. Sur le cadastre de 1804, cette ferme est pratiquement à cour fermée : seul le pigeonnier-porche et un passage entre les bâtiments, au sud-est, permettaient l'accès à la cour. Sur le cadastre de 1831, plus précis . En 1925, le plan de la ferme est très proche de celui d'aujourd'hui : seule une partie de l'étable située au nord a été conservée (reconnaissable à sa porte cintrée en calcaire marbrier et à l'usage du torchis) et a été prolongée par une petite grange. Une trace du bâtiment d'origine (une partie de
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    Archives départementales du Nord. Série P ; P 30/330/000001. Salesches : Plan de la commune de Salesches. Archives départementales du Nord. Série P ; P 30/330/000001. Salesches : Plan de la commune de Salesches levé en exécution de l'arrêté du gouvernement du 12 Brumaire an II, par le citoyen Robin, géomètre Archives départementales du Nord. Série P ; P 31/776/013911. Salesches : section unique en 5 feuilles, 4ème feuille. Archives départementales du Nord. Série P ; P 31/776. Salesches : section unique en 5 feuilles, 4ème feuille, par le géomètre de 1ère classe R. Lemette, le 5 décembre 1924. Archives départementales du Nord. Série P ; P 31/776/013905. Salesches : Section A dite du nord achevée sur le terrain le 30 septembre 1831. Archives départementales du Nord. Série P ; P 31/776 . Salesches : Section A dite du nord achevée sur le terrain le 30 septembre 1831, levée par M. Lombois
    Description :
    Cette ancienne ferme est composée de plusieurs volumes formant un U : à l'est des étables prolongées par une petite grange sous un même faîtage de tuiles ; mitoyens et implantés perpendiculairement le pigeonnier-porche. La maçonnerie est en grès (éléments de mur du logis, soubassement, encadrement le pigeonnier). La maçonnerie de grès se prolonge dans l'élévation extérieure des étables-fenil sur la rue ; en revanche, toute la maçonnerie sur cour de ces volumes est en brique. La toiture est composée de tôle et, à son extrémité, de matériau synthétique. Le pignon sur cour est découvert. Ces étables ont été fortement remaniées. Au nord-ouest, dans le prolongement des premières étables se situe une remise indépendante dont le volume a été abaissé. Sa maçonnerie est composée de grès et de brique . Au sud, parallèle au logis, a été édifié un vaste hangar réutilisant le pignon (avec des jambes de raidissement) de l'ancienne grange. Un mur de clôture en brique ferme partiellement la propriété.
    Aires d'études :
    Parc Naturel Régional de l'Avesnois
    Illustration :
    Vue générale de l'élévation sur rue depuis le nord-ouest. IVR31_20095902676NUCA Vue de l'élévation sur cour des étables-fenil situées au nord-ouest. IVR31_20095902709NUCA Détail des étables-fenil situées au nord-ouest : deux campagnes de construction sont visibles Extrait de la feuille cadastrale A et B. Plan de situation en 1804. IVR31_20095902592NUCA Extrait de la feuille cadastrale A. Plan de situation en 1831. IVR31_20095902593NUCA Extrait de la feuille cadastrale (section unique). Plan de situation en 1925. IVR31_20095902594NUCA Vue générale de l'élévation sur rue depuis le sud-est. IVR31_20095902671NUCA Vue de l'élévation sur cour du logis et du pigeonnier-porche. IVR31_20095902710NUCA Vue de la ferme depuis la cour. IVR31_20095902679NUCA Vue du pignon du hangar, d'une remise, du revers des étables-fenil et du pignon nord-ouest du logis
1