Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Edifice Fortifié (Réduit) dit Château, puis Petit Château
    Edifice Fortifié (Réduit) dit Château, puis Petit Château Dunkerque - quai du Leughenaer - en ville - Cadastre : 1888 B5 1162 1980 AR 141
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    De 1548 à 1557, on construisit sur l'ordre de Charles Quint un réduit appelé château puis petit incluait la tour Leughenaer, dont le premier niveau faisait partie intégrante de l'enceinte bourguignonne de 1406. Démantelé progressivement, cédé par le roi à la ville en 1754, il fut l'objet de travaux de 1755 à 1761 : construction de locaux pour les pilotes du port, d'une plate-forme donnant vue sur la mer Louis Evraert dans le but de recevoir une horloge et des cloches. En 1793, furent démolis le petit tour seule et isolée. De 1798 à 1800, le télégraphe Chappe surmonta la tour. Entre 1814 et 1823, un 5e 1843 et fut remplacé en 1845 par un feu fixe. De 1840 à 1842, on mit en place une nouvelle horloge et
    Référence documentaire :
    p.385 et suivantes. LEMAIRE, Louis. Le château d'Yolande de Flandre, comtesse de Bar à Dunkerque p.41-43 MILLON, Maurice. Les Fortifications de Dunkerque à travers les âges. Coudekerque-Branche
    Représentations :
    sujet : lion de flandre, support : clef de voûte de la voûte d'ogives
    Description :
    Petit château : briques de Nieuport, pierre de chaux de Saint-Omer, grès ; sous-sol comprenant des souterrains, 2 étages carrés. Tour du Leughenaer dans son état actuel : rez-de-chaussée totalement en briques du rez-de-chaussée par une voûte d'ogives à 6 branches, toit polygonal couvert d'ardoises, surmonté d'une optique de verre et zinc.
    Destinations :
    maison de pilotage
    Illustration :
    Vue intérieure : rez-de-chaussée, croisée d'ogives. IVR31_19885901060ZA Vue intérieure : 4e étage, départ de la rampe d'escalier. IVR31_19885901059ZA
  • Château du Loir
    Château du Loir Sars-et-Rosières - le Petit-Brillon - CD 953 - en écart - Cadastre : 1830 A 10-18 1913 1003-1011 2003 ZA 87-89
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Le fief de la Rosière est cité au 13e siècle. Le château actuel est bâti pour Louis Gossuin . du Buisson, ancien échevin de Douai. Le cadastre de 1830 montre le château et ses dépendances (notamment un grand bâtiment en équerre dans la basse-cour) et un système complexe de douves. Selon Duthilloeul (1844), C. J. Duthoit, gendre de du Buisson, propriétaire depuis 1810, fait remplacer les croisées ogivales par des fenêtres ordinaires de grand format. En 1885, le comte Henri Duthoit achète le domaine et (1889), l'accès se fait par une avenue d'une centaine de m. aboutissant à une sorte de tour carrée baignée par un fossé d'environ 4 m. de large. La porte franchie, on accède à la basse-cour, où se trouvaient encore récemment communs, logement, etc. ; un bâtiment neuf, à l'aspect de grange, sert de remises , qui donne accès à la cour en franchissant un fossé d'environ 4 m. de large ; on y trouve un logis du pont levis. Le logis n'est pas décoré. Dans le vestibule, à gauche, un petit escalier pris dans
    Référence documentaire :
    DUTHILLOEUL. Brillon et Le Loire. Bulletin de la Commission historique du département du Nord, Tome Bulletin de la Commission historique du département du Nord. Tome 30. p. 353-354. Lille BRASSART. Fiefs et fieffés de la Motte d'Orchies. Bulletin de la Commission historique du département du Nord, Tome 19, p. 18-25. Lille : imprimerie L. Danel, 1890. De La GRANGE, A, D'HERBOMEZ A. Le Château de Le Loire. Notes archéologiques. Tournai : H. et L DUTHOIT, Henri. Monographie du Château de Le Loire. Paris : Imprimerie J. Dumoulin, 1903. AD Nord : Série P (cadastre) : 31/ 630 (1913).
    Description :
    Une allée plantée de tilleuls donne accès au site. L'entrée se fait par un porche-colombier au passage en arc surbaissé à claveaux de brique et de ciment moulé. Une courtine en brique bordant l'ancien , à porte charretière en plein cintre, a un décor de frise d'arceaux sur ciment, que l'on retrouve en d'autres endroits et qui date des travaux de rénovation de Duthoit. Le pont qui franchit le 2e fossé est en lors des travaux de Duthoit). Le pont levis a été remplacé par une passerelle fixe en bois ; un escalier, sur la droite, donne accès aux douves, asséchées. Le château est de plan massé, composé d'un corps rectangulaire, à avant-corps rectangulaire, et cantonné de 4 tours circulaires. Construit en brique, il est formé de 4 niveaux, avec soubassement et 1er niveau de l'avant-corps en grès ; la porte , dont l'arc porte la date 1401 ou 1404, est couverte d'un linteau sculpté (armories, leurres de la chasse au faucon). Un décor de brique émaillée, à losanges et croix de Saint-André, ceinture l'édifice
    Étages :
    étage de soubassement
    Illustration :
    Plan de situation, extrait du cadastre de 1913, 5e feuille (AD Nord : Série P31/ 630 Plan de situation, extrait du cadastre de 1830, section A (AC Sars-et-Rosières Château de Le Loire, gravure, Prignet A., 1845. IVR31_20075900010XE Vue générale des élévations nord et ouest. IVR31_20055907298NUCA
1