Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Faubourg dit Le Mont-des-Bruyères
    Faubourg dit Le Mont-des-Bruyères Saint-Amand-les-Eaux - Mont des Bruyères - en écart
    Historique :
    Les hameaux ne figurent pas sur les premiers plans connus de la ville abbatiale de Saint-Amand. Ils
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    , année de l'aménagement du contournement de la ville de Saint-Amand. Un rond-point est aménagé en bordure construites autour de la place. Le développement du hameau est stable, comme en témoigne les plans et
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - Mont des Bruyères - en écart
    Illustration :
    des Bruyères au-dessus de la forêt à droite (en vignette superposée) (Médiathèque Saint-Amand-les-Eaux ?) (Médiathèque de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20125908055NUCA ?) (Médiathèque de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908147NUCA ?) (Médiathèque de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20125908056NUCA ?) (Médiathèque de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20125908057NUCA siècle ?) (Médiathèque de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20125908058NUCA Cadastre du Consulat, 1808, la ville de Saint-Amand et ses quartiers et faubourgs, le quartier Mont Hameau du Mont des Bruyères ; la rue de Saint-Amand, carte postale sans date (début du 20e siècle
  • église paroissiale Saint-Martin
    église paroissiale Saint-Martin Flines-lès-Mortagne - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 2007 C 474
    Historique :
    d'entrée, ainsi que les trois premiers niveaux de son clocher-tour, dont la base des murs est de plus d'un trapue et écrasé, semble avoir été construit a posteriori. En outre, les sources historiques mentionnent '’hui que le buffet. Pendant la Révolution, les stalles de chêne sculpté du monastère détruit de l ’abbaye de Château-l'Abbaye sont transportées dans l’église de Flines et sont ainsi sauvées. Les document consultés aux Archives Départementales du Nord renseignent sur les travaux effectués à l'église dans le toiture, faisant suite aux ouragans de 1809 et du 18 Brumaire an VIII. Les couvertures de l'ensemble des ardoise de Fumay, sapin rouge du nord pour les voliges et chêne pour les corbeaux. L'architecte chaire de vérité. Elle est réalisée en chêne par les bons soins de l'entrepreneur André Lorthioire, de
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    . Huit statues sont posées sur les chapiteaux des colonnes, dont les quatre évangélistes : saint Marc L'église Saint-Martin, au cœur du centre ancien du bourg sur la rue de l'Eglise, se caractérise par , saint Jean, saint Pierre et le Sacré Cœur d'un côté ; et de l’autre saint Luc, saint Mathieu, saint Paul et saint Jean-Baptiste. Huit grands médaillons renferment chacun un sujet biblique.
    Localisation :
    Flines-lès-Mortagne - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 2007 C 474
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Martin
    Vocables :
    Saint-Martin
  • Chapelle Notre-Dame-de-Malaise
    Chapelle Notre-Dame-de-Malaise Bruille-Saint-Amand
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    percement ou percements nouveaux) sont visibles sur les murs méridionaux. Une corniche à modillons simples
    Localisation :
    Bruille-Saint-Amand
  • Village
    Village Lecelles - en village
    Historique :
    puis détruit par les Normands. Une église dédiée à saint Denis fut implantée au lieu-dit Vieille Eglise dès le 10e siècle. Jusqu'au 13e siècle, Lecelles dépend de la seigneurie de Saint-Amand, au sein du belges) sur le village de Gonsiniacas et sur la rive droite étaient installés les Atrebates (gaulois , ayant la tutelle sur le village de Gonsiniacas sauf sur les fermes de Dombrie, Choques, Wabimpré, qui
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    de la route de Roubaix et relié à Saint-Amand-les-Eaux, date de la seconde moitié du 19e siècle. Au même axe, séparés par les champs et cultures. C'est ainsi que nous avons toujours des visions larges actuel (Doc. 5). La rivière de l'Elnon coupait le village en deux. Au nord, les rues de Lasson (Doc. 6 sur la longueur de 5 quarts de lieu... Il n'existe qu'un pont pour les cultivateurs ; le pont de qu'avec chevaux et brouettes. Ce pont a été détruit par les Prussiens". Le pont des Turcs est reconstruit sud, les actuels lieux-dits du Merdinchon, Bourbetin et Rue Baudouin existent sur le cadastre de 1805 et ont été peu modifiés depuis : les fermes présentes en 1805 se sont agrandies pendant la seconde un ensemble de maisons à pans coupés qui rappellent les anciens estaminets. C'est l'établissement . Cet ensemble est complété par la salle des fêtes construite dans les années 1950 à côté de la mairie
  • Ferme de Coutan
    Ferme de Coutan Lecelles - Coutan - 515 rue du Rivage - en écart - Cadastre : 1805 B 16 1821 B 401, 402, 403, 404 1885 B 517, 522, 523, 524, 525 2003 B 0383
    Historique :
    Cette ferme était une dépendance de l'abbaye de Saint-Amand. Les traces architecturales les plus exploitent la ferme de Coutan. Ils reconstruisent les étables, les écuries, installent la brasserie, et construisent un chartil. Les cadastres successifs (1805, 1821 et 1886) permettent de dater cette évolution : le
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    (?) entourant la ferme, rappelant les dispositions avec douves des autres censes de la région. Le plan il ne reste que les murs de soubassement en pierre et grès et une brasserie sur la rive opposée, dont
  • Ferme dite cense de Hongrie
    Ferme dite cense de Hongrie Rosult - Ferme de Hongrie - 698 rue du Capitaine-Deken - en écart - Cadastre : 1830 E139 à 149 1912 877 à 879, 881 à 889 2003 A 543, 544, 546, 2391, 2392
    Historique :
    travaillées) est une des quatre exploitations que possède l'abbaye de Saint-Amand sur le territoire de Rosult La cense d'Hongrie (autrefois Hungrie, Angrie dérivé du latin Agri, désignant les champs ou terres . Les cadastres successifs de 1830 et 1912 confirment cette disposition, seule une construction carrée
    Référence documentaire :
    Archives privées : Plan terrier des propriétés de l'abbaye de Saint-Amand, 1664.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    encadré par les murs-pignons du logis et du bâtiment de justice dont le soubassement en moellons et blocs équarris de grès est un vestige antérieur au 18e siècle. Les parties remontées avec cartouche sont siècle. Une épaisse corniche de brique couronne les murs gouttereaux. Au rez-de-chaussée, une porte côté bois. L'écurie, située perpendiculairement au logis, présente un important coyau côté cour. Les est percé de jours. Les abouts de poutre en mortaise et les clavettes forment des ancres en bois solidarisant murs et poutraison. Les étables, d'une longueur peu commune, en brique, conservent des moellons grange dîmière, dont la lisibilité est rendue difficile par les appentis modernes, est bâtie en brique sur un soubassement de grand appareil en grès et calcaire, dont les blocs sont calés à l'aide de entre l'anse-de-panier et le segment de cercle en appareil de type alterné tournaisien. Les jours
    Illustration :
    Vue générale de trois quarts, les étables-écuries au premier plan. IVR31_20055900487X
  • Presbytère, actuellement maison
    Presbytère, actuellement maison Rosult - Petit-Rosult - 39 rue Richelle - en écart - Cadastre : 1830 B 418 à 420 1912 A 698 à 700 2003 AD 3010
    Historique :
    d'Egmont, abbé de Saint-Amand et évêque d'Utrecht ; une clef de linteau, récupérée lors de la démolition ), porte les armes du commanditaire et la date de 1537, qui pourrait ête la date de fin des travaux construit également un fournil et un "trou à charbon" à gauche de l'accès à la cour ; il fait réparer les remise en employant des tuiles creuses vernissées bleues pour harmoniser les nouvelles couvertures avec celles qui existaient déjà sur les autres bâtiments (A.D. Nord, série O). Les cadastres de 1830 et de fournil et la remise à charbon édifiés sur les plans de Grimault ont été détruits après 1912. Le
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    situé du côté du logis se trouve un puits couvert. Les ouvertures de la grange-écurie ont été remaniées panneresses formant larmier). Toutes les toitures, à l'exception de celle du puits couvert, à croupe, sont à pignon découvert. Les deux corps de logis sont aujourd'hui couverts en ardoise, la grange-étable en tuile
  • Ferme de Choques
    Ferme de Choques Lecelles - Choques - rue de Choques - en écart - Cadastre : 1805 C 0052, 1821 C 0358, 0362 1885 C 0208, 0211 2003 C 0167, 0164, 0163, 0165, 0151
    Historique :
    Cette cense est citée dès 1509 (AD Nord 12 H 259). Les bâtiments visibles aujourd'hui datent de 1751-1771, comme en témoigne une poutre dédicace de la grange : le logis, les écuries et la boulangerie (fournil) sont construits en 1751-1752 et la grange en 1771. Les cadastre du 19e siècle permettent de lire ) ont été construits entre 1805 et 1821. A cette même époque, l'aile abritant les écuries et le logis soldats anglais pendant la Seconde Guerre mondiale. Les douves ont été bouchées à une date inconnue.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    alternant pierre et brique, en partie cimenté. De part et d'autre du pigeonnier sont situées les étables et corps de logy et toutes les ecuries boulangery en 1751 et 1752 la grange en 1771 ami lecteurs priez pour
  • Pont, dit ponceau de la Caterie
    Pont, dit ponceau de la Caterie Rosult - Petit-Rosult - rue du Capitaine-Deken - en écart - Cadastre : non adastré
    Historique :
    direct par le redressement de la rue du Pont-Censier ; les travaux une fois exécutés, le ponceau perd une
    Référence documentaire :
    Archives privées : Plan terrier des propriétés de l'abbaye de Saint-Amand, 1664.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    est enherbé ; le parapet a disparu. Les culées sont protégées par des bajoyers inclinés, légèrement qui, par ses qualités physico-chimiques, était employé pour lier les maçonneries exposées à l'humidité ). Les moellons sont de tailles variées ; ceux qui composent l'arche sont ébauchés en forme de trapèze assez épais à l'intrados et sont régulièrement assisés ; ceux qui les surmontent sont plus petits. Ce
  • Château du Loir
    Château du Loir Sars-et-Rosières - le Petit-Brillon - CD 953 - en écart - Cadastre : 1830 A 10-18 1913 1003-1011 2003 ZA 87-89
    Historique :
    Duthilloeul (1844), C. J. Duthoit, gendre de du Buisson, propriétaire depuis 1810, fait remplacer les croisées et d'écuries. Puis on franchit le 2e fossé par un pont, refait sur les bases d'un pont plus ancien 18e siècle (remanié au cours du 20e siècle). On franchit enfin les douves entourant le château par un l'épaisseur du mur mène à l'étage de soubassement, occupé par deux grandes pièces voûtées en berceau. Les pièces ménagées dans les tourelles sont couvertes de coupoles. Au 1er étage [rez-de-chaussée], la grande salle de belles dimensions ouvre sur quatre petites pièces rondes ménagées dans les tourelles. Un , sans doute primitivement destinée aux défenseurs ; au-dessus se trouve la charpente, dénaturée ; les tourelles sont couvertes de toitures en poivrière ; l'ensemble est couvert en ardoise. Les travaux entrepris l'avait trouvé H. Duthoit, qui l'avait vendu à son gendre M. Portier, qui l'a négligé : le château, les remises, les écuries et le mobilier sont à l'abandon, les plus belles pièces de celui-ci ayant été vendues
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    chasse au faucon). Un décor de brique émaillée, à losanges et croix de Saint-André, ceinture l'édifice
  • Eglise paroissiale Saint-Nicolas
    Eglise paroissiale Saint-Nicolas Rosult - place du Huit-Mai - en village
    Historique :
    les projets de l'architecte Louis Dutouquet en 1854-56 et 1886. Son projet de mobilier de 1856 n'a pas de la maçonnerie de grès. Les vitraux ont été remplacés après la Seconde Guerre mondiale. La fausse
    Référence documentaire :
    PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    , aujourd'hui en ciment, ont été construites sur les bases de l'ancien chevet. Elles précèdent le vaisseau disposée en épis pour les 3 cordons et la corniche de la tour. Le portail de la tour est couvert d'un arc matériau synthétique. Les moellons de grès de la façade nord portent des marques de tâcheron (?). Un
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Nicolas
    Vocables :
    Saint-Nicolas
  • Hôtel de ville
    Hôtel de ville Mortagne-du-Nord - Cadastre : 2008 U1664
    Historique :
    Les premiers documents d'archives conservés relatent des réparations effectuées sur un édifice qui ) et proposé par les architectes parisiens Fernand Baud et Marcel Coquet. La plaque commémorative aux Martin : « il présente toutes les qualités pour le faire : ancien lauréat de l'école Nationale des BA fêtes indépendante, pouvant accueillir 500 personnes, en ciment. » (AD Nord 2O421/197). Les tribunes
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive droite
    Description :
    de l´Escaut. Les cartes postales anciennes montrent un édifice à cinq travées, s´élevant sur deux niveaux, en brique, couvert d´une croupe en ardoise. Les détails étaient soignés : l´élévation antérieure la travée centrale et les angles. Cette mise en oeuvre pourrait dater de la fin du XVIIIe siècle. La l'arrière. L'édifice est en brique et pierre pour le décor, les bandeaux et les clefs, couverte d'une croupe en ardoise. De volume assez ramassé, la construction est rythmée par les formes des ouvertures, en
    Illustration :
    Dessin du projet des médaillons représentant les soeurs Fernig, Carmelino Cagna sculpteur (AD Nord
1