Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hôpital, hospice, puis maternité, pouponnière et crèche, actuellement centre hospitalier
    Hôpital, hospice, puis maternité, pouponnière et crèche, actuellement centre hospitalier Saint-Amand-les-Eaux - centre - rue des Anciens d'Afn - Cadastre : 2013 BV 317, 35
    Historique :
    établissements charitables de Saint-Amand. [sans date] (Archives Privées Hôpital Saint-Amand-les-Eaux) hospitaliers de Saint-Amand depuis le Moyen-Age.1 Au début du XIXe siècle un inventaire des biens aliénés des qui permet l'ouverture en 1840 du nouvel hospice. Les Soeurs de la Congrégation de sainte Thérèse Condé (parcelle 3664), appartient aux Pauvres de Saint-Amand avant de devenir la propriété de la société construction d'un établissement réunissant toutes les fonctions. L'édifice abritant le collège est propriété trouver un édifice pouvant abriter le collège afin de laisser les hospices occuper leur bien, décide les hospices à restaurer les édifices leur appartenant et à envisagera la construction d'un nouvel édifice afin d'y établir les orphelins. L'architecte Deleau propose un projet en 1825 qui n'a pas été retenu. C'est 1887 et les matrices témoignent de l'éparpillement des fonctions et des propriétés avant un démolis. L'architecte Léon Raux réalise les pavillons d'entrée abritant les bureaux et logements deux
    Référence documentaire :
    AD Nord. Série J 1438 Q9. Hospices de Saint-Amand-les-Eaux. AD Nord. Série J 1438 Q1. Hôpital de Saint-Amand-les-Eaux. Archives Hospitalières, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux. Différentes boîtes sans côte.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    par les bâtiments contemporains formant les nouveaux "pavillons" du centre hospitalier, occupant la partie sud de la propriété. Les pavillons de l'ancien hôpital des hommes et des femmes, actuellement résidence Saint-Martin, accessible par l'actuelle rue du 11 Novembre et forme la limite ouest de la parcelle.
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - centre - rue des Anciens d'Afn - Cadastre : 2013 BV 317, 35
    Illustration :
    , centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900129NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900128NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900083NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900085NUCA de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900084NUCA hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900132NUCA (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900133NUCA , centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900114NUCA édifices publics, 1925, Léon Raux architecte (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900115NUCA
  • Abbaye, aujourd'hui musée de la Tour abbatiale
    Abbaye, aujourd'hui musée de la Tour abbatiale Saint-Amand-les-Eaux - Cadastre : 2013 BO 132
    Historique :
    , sous le patronat de saint Etienne. L'élévation des reliques d’Amand a conduit à mettre l'abbaye sous le Les travaux historiques relatent la construction d'une première église au 7e siècle par l’abbé Jean patronage d’Amand. Suite aux ravages (dont l'importance est inconnue) des Normands en 881, l'édifice est Guillaume de Hainaut puis en 1477. Les reconstructions semblent faites à l’identique, ou du moins sur le crypte (placée en arrière du chevet) non touchée par les dommages. Le martyria voûté sur 12 arcs était surmonté d’une chapelle dédiée à Saint-Michel et possédait une salle haute formant tour qui rappelle la crypte de Saint-Pierre-le-Vif, à Sens. La crypte était indépendante de l’église, construite à de l'abbaye entre 1628 et 1673. Les historiens ayant étudié l'abbaye constatent qu'une reconstitution de cette reconstruction de l’abbaye se heurte aux sources. En effet, parmi les plus célèbres . L'iconographie ne permet pas non plus une véritable connaissance de l'édifice au moment de son achèvement ; les
    Référence documentaire :
    Isabelle, dit Atlas Lepoivre, 1585-1622. Planche de Saint-Amand-les-Eaux, 1579. Bibliothèque Royale de Saint-Amand-les-Eaux par Sanderus en 1645. Original conservé à la Bibliothèque Royale de Belgique PLATELLE Henri. Le temporel de l'abbaye de Saint-Amand des origines à 1340.ParisBibliothèque
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Description :
    de la ville de Saint-Amand. Les descriptions de l'abbaye avant sa reconstruction par l'abbé Dubois ne manquent pas - le dessin de Lepoivre (1579), deux vues dans les Albums de Croy (début XVIIe), la vue en perspective de Deventer (1645) - mais ne se concordent pas entre elles comme le soulignent les historiens. Les l'extérieur de l'enceinte et du parvis de l’église et était encore visible sur le plan de 1808 figurant les au centre, les dépendances et ateliers, et l'aile est, transversale, formant l'entrée du quartier abbatial. La troisième cour distribuait les grands communs au nord. Les historiens successifs ont noté des certaines églises (aujourd'hui toutes détruites) de la région : Notre-Dame la Grande de Valenciennes, les
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - Cadastre : 2013 BO 132
    Illustration :
    , extrait d'Histoire des Flandres (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908051NUCA Vue en perspective de l'abbaye, gravure 1769 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Plan de l'abbaye, vers 1796, par PL Legros (Musée municipal de Saint-Amand-les-Eaux Valenciennes), gravure, 1842 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20155908056NUCA Coupe de l’aile est du cloître de l’abbaye, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Coupe de l’aile nord du cloître de l’abbaye, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Elévation nord de l'aile sud de l'abbaye, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Façade aile ouest du cloitre, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Façade sud de l'aile sud du cloître, 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux Plan aile ouest du cloitre, vers 1700 (Musée municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908057NUCA
  • Porterie de l'abbaye, échevinage, puis maison commune et bibliothèque, actuellement annexe de la mairie
    Porterie de l'abbaye, échevinage, puis maison commune et bibliothèque, actuellement annexe de la mairie Saint-Amand-les-Eaux - Grand'Place - Cadastre : 2013 BO 1
    Historique :
    essentielle dans la carrière de Louis Watteau, dont néanmoins les modalités sont inconnues, les archives de vestige de l'abbaye démolie suite à la Révolution française. Les deux éléments se retrouvent isolés , l'enceinte les reliant ayant été détruite. L'échevinage est épargné et aménagé pour servir de "maison commune complète entre 1890 et 1898 et propose de combler le passage entre les deux pavillons et l'aménagement d'un escalier d'honneur. Il réalise les plans des différents niveaux existants et projetés, qui constituent de
    Référence documentaire :
    Gaëtane Maës Les Watteau de Lille. Louis Watteau (1731- 1798). François Watteau (1758 - 1823
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux
    Représentations :
    Dans l'ordre de lecture : un Christ en Croix, une Allégorie de la Justice qui présente les armes de l'abbé et les symboles de la justice, trois scènes représentent des scènes de jugement (La charité amandinoise, Le Christ et la femme adultère, Le jugement de Salomon), Daniel confondant les accusateurs de
    Description :
    économiques de la ville de Saint-Amand-les-Eaux, une représentation symbolique du pouvoir de l'abbé. , démolie lors de la Révolution française. Il abrite les salles où l'abbé exerçait son pouvoir temporel et rectangulaire et reliés par un passage couvert. Les pavillons sont élevés sur deux niveaux ; un étage de soubassement éclairé de simples meurtrières et un entresol percé d'ouvertures rectangulaires. Les deux niveaux l'entresol, un appareil en bossage pour les encadrements de baies, et des bandeaux décorés d'entrelacs séparant les différents niveaux. L'étage noble, évoquant la forme du tambour, est en pierre calcaire de toiture à longs pans relie les différentes toitures. Le passage couvert, au centre de ce niveau de soubassement, rappelle le châtelet ; les colonnes baguées sur gros socle à bossage et entablement évoquent les pavillon surmonté d'un lanternon évoque un beffroi. Un décor exubérant et baroque couvre les façades. Le sont encastrées dans les écoinçons de la voûte de la salle de l'étage où l'on rendait la justice. Les
    Localisation :
    Saint-Amand-les-Eaux - Grand'Place - Cadastre : 2013 BO 1
    Illustration :
    (Musée Saint-amand-les-Eaux). IVR31_20155908056NUCA Pierre de façade datée 1613 sculptée aux armes de l’abbaye (Musée Saint-Amand-les-Eaux) pouvant municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908046NUCA municipal Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908048NUCA Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135908049NUCA Plan de l'abbaye (l'échevinage en A), vers 1796, par PL Legros (Musée municipal de Saint-Amand-les Abbaye de Saint-Amand, l'échevinage au centre, planche de Sanderus (1645) (original conservé à la Vue de l'abbaye de Saint-Amand, l'échevinage à gauche, d'après un tableau de Jean-François Neyts Pierre de façade sculptée aux armes de Nicolas Dubois, 76ème abbé de Saint-Amand, et traversées -Eaux). IVR31_20135908047NUCA
  • Ferme de Coutan
    Ferme de Coutan Lecelles - Coutan - 515 rue du Rivage - en écart - Cadastre : 1805 B 16 1821 B 401, 402, 403, 404 1885 B 517, 522, 523, 524, 525 2003 B 0383
    Historique :
    Cette ferme était une dépendance de l'abbaye de Saint-Amand. Les traces architecturales les plus exploitent la ferme de Coutan. Ils reconstruisent les étables, les écuries, installent la brasserie, et construisent un chartil. Les cadastres successifs (1805, 1821 et 1886) permettent de dater cette évolution : le
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    (?) entourant la ferme, rappelant les dispositions avec douves des autres censes de la région. Le plan il ne reste que les murs de soubassement en pierre et grès et une brasserie sur la rive opposée, dont
  • Village
    Village Rosult - en village
    Référence documentaire :
    Archives privées : Plan terrier des propriétés de l'abbaye de Saint-Amand, 1664.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    l'Abbaye de Saint-Amand" réalisé sous Nicolas Dubois, abbé de Saint-Amand et exécuté en 1664 par Joannes Bayart, échevin de Saint-Amand. Il montre une organisation du territoire déjà très proche de sa Vers 1600, le village est représenté dans les Albums du duc de Croÿ sous la forme d'un paysage les parties "du Villaige et Srie du Rosu appertenant à Messieurs les Abbé Religieux et Convent de de chemins reliant les nombreux hameaux et grandes exploitations agricoles. Il mentionne parmi les précieux témoignages sur l'architecture des exploitations agricoles au 17ème siècle : les divers bâtiments territoire communal dont les chemins sont directement reliés à la route de Lille à Valenciennes. Les
    Illustration :
    Chapelle Saint-Roch, rue des Censes. IVR31_20055900163X
  • Village
    Village Rumegies - en village
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
  • Pont, dit ponceau de la Caterie
    Pont, dit ponceau de la Caterie Rosult - Petit-Rosult - rue du Capitaine-Deken - en écart - Cadastre : non adastré
    Historique :
    direct par le redressement de la rue du Pont-Censier ; les travaux une fois exécutés, le ponceau perd une
    Référence documentaire :
    Archives privées : Plan terrier des propriétés de l'abbaye de Saint-Amand, 1664.
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    est enherbé ; le parapet a disparu. Les culées sont protégées par des bajoyers inclinés, légèrement qui, par ses qualités physico-chimiques, était employé pour lier les maçonneries exposées à l'humidité ). Les moellons sont de tailles variées ; ceux qui composent l'arche sont ébauchés en forme de trapèze assez épais à l'intrados et sont régulièrement assisés ; ceux qui les surmontent sont plus petits. Ce
  • Rue de l'Eglise
    Rue de l'Eglise Rumegies - en village - Cadastre : 1830 feuille D2 1913 6e feuille 2003 dalle H6
    Canton :
    Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
    Description :
    du nord-ouest vers le sud-est. Elle se prolonge au nord par les rues Angèle-Lecat et Paul-Dussart , vers Lille et au sud par la rue Eugène-Millecamps et la rue du Grand Chemin. Les maisons en série de brique de couleur ou céramique. Les maisons du 19e siècle situées au début et à la fin de la rue sont en léger retrait par rapport à la rue, les maisons du début du 20e siècle sont sur la rue
    Illustration :
    Vue générale de l'alignement sud, les maisons élémentaires. IVR31_20045900692X
1