Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 35 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • asile d'aliénés, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, baptisé actuellement établissement public de santé mentale des Flandres
    asile d'aliénés, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, baptisé actuellement établissement public de santé mentale des Flandres Bailleul - 790 route de Locre - Cadastre : 2014 AE 26, 27
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    mondiale. Cet accroissement considérable de l'effectif des patientes hébergées ne résultait pas cependant L'implantation d'un asile d'aliénés à Bailleul faisait suite à la décision de transférer hors de la ville de Lille la maison pour insensés située rue de Tournai qui hébergeait les femmes aliénées du appartenant au tiers ordre de Saint-François et appelés Bons-Fils ou Bons-Fieux, lesquels avaient été à l'origine de la création, au siècle précédent, d'établissements comparables d'abord à d'Armentières, ensuite à Saint-Venant. La maison des Bons-Fils de la rue de Tournai poursuivit son activité d'accueil tant des hommes et des femmes : les femmes demeureraient sur place, rue de Tournai, tandis que les hommes , la commission de surveillance des asiles d'aliénés porta son choix sur la ville de Bailleul qui offrait l'avantage d'être bien desservie par une ligne de chemin de fer. Il est fort probable aussi que la commission ait aussi élu la ville de Bailleul en raison de la faible implantation locale d'industries, les
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Projet de construction de l’asile d’aliénés : plans généraux de l'établissement et plans de détail -1866). Archives départementales du Nord, projet de construction de l’asile d’aliénés, 4 N 527 à 530 : plans généraux de l'établissement et plans de détail des différents bâtiments constitutifs par les Notice sur l’asile des aliénés de Bailleul, (1866). DOREDONVILLE, L. Notice sur l’asile des aliénés de Bailleul. Hazebrouck : imprimerie de Guermonprez, 1866. 28 p. Travaux d'agrandissement de l’asile d’aliénés : plans généraux de l'établissement et plans de Mourcou (1867-1894). Archives départementales du Nord, travaux d'agrandissement de l’asile d’aliénés, 4 N 531 à 533 : plans généraux de l'établissement et plans de détail des différents bâtiments ajoutés au pages 348-350 et plan N°2 Rapport général à M. le ministre de l’Intérieur sur le service des -Ludger, DU MESNIL, Octave. Rapport général à M. le ministre de l’Intérieur sur le service des aliénés en
    Description :
    Compte tenu de l'ambition du projet initial, les travaux de construction de l'asile furent d'emblée programmés en prévoyant leur réalisation en trois phases successives. Après l'achèvement de la troisième et dernière phase de construction, complétée déjà par des agrandissements avant son terme, au milieu des années 1870, l'établissement comprenait, alignés selon l'axe longitudinal, tous les bâtiments de service avec d'abord, sur l'avant le bâtiment de l'administration, ensuite celui abritant les services généraux et les bains placé au centre et relié par des galeries couvertes et vitrées aux alignements de bâtiments des flancs et sur l'avant à celui de l'administration, la chapelle à l'arrière de ce dernier et enfin, dans le fond, le bâtiment de la buanderie. Par ailleurs, étaient répartis sur les deux flancs , tous les bâtiments d'hospitalisation au nombre alors de huit avec, sur l'avant deux bâtiments dit pavillons d'angles, puis légèrement à l'arrière de ceux-ci le grand bâtiment des aliénées semi-tranquilles à
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Bailleul - 790 route de Locre - Cadastre : 2014 AE 26, 27
    Titre courant :
    actuellement établissement public de santé mentale des Flandres
    Appellations :
    établissement public de santé mentale des Flandres
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Couvrements :
    fausse voûte de type complexe
    Illustration :
    Projet de construction, plan de distribution générale du rez-de-chaussée par les architectes Projet de construction, plan de distribution générale du premier étage par les architectes Marteau Projet de construction, élévation antérieure générale avec, au centre, le bâtiment de Projet de construction, bâtiment de l'administration, dessin de l'élévation antérieure par les Projet de construction, bâtiment de l'administration, coupe transversale passant par le pavillon Projet de construction, bâtiment de l'administration, plan de distribution du rez-de-chaussée par Projet de construction, bâtiment de l'administration, plan de distribution du premier étage par les Projet de construction, bâtiment de l'administration, plan de distribution du second étage ou étage Projet de construction, bâtiment des services généraux, deux coupes transversales par les Projet de construction, bâtiment des services généraux, plan de distribution des sous-sols par les
  • asile d'aliénés dit des Bons-Fils, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, baptisé actuellement établissement public de santé mentale Lille-métropole
    asile d'aliénés dit des Bons-Fils, puis hôpital psychiatrique, puis centre hospitalier spécialisé, baptisé actuellement établissement public de santé mentale Lille-métropole Armentières - 104 rue du Général-Leclerc - Cadastre : 1983 BY 16
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    situés à l'une des extrémités de l'alignement du côté gauche ou sud, n'avaient toujours pas été édifiés 1615 d'un couvent du Tiers Ordre de Saint-François dit des Bons-Fils. Toutefois ces religieux se partir de 1696. En dépit de la sécularisation de l'établissement au début de la Révolution, les frères continuèrent à en assurer la gestion et même la direction de fait. Lors du départ définitif des religieux en 1813, leur établissement demeura maison de force destinée aux hommes insensés du département du Nord , les femmes étant internées à Lille. Devant l'insuffisance des locaux en dépit de diverses extensions sur des terrains circonvoisins, on décida, au début des années 1870, la translation de l'asile l'asile fût transféré juste à côté de celui de Bailleul afin de réaliser des économies dans le fonctionnement des deux établissements, vraisemblablement par mutualisation de l'emploi des services généraux furent avancées, dont sans doute l'attachement de la municipalité d'Armentières à conserver un
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Projet de reconstruction de l’asile d’aliénés sur un site à l'extérieur de la ville : plans généraux de l'établissement et plans de détail des bâtiments constitutifs par l’architecte Jean-Baptiste Cordonnier, (1874-1878). Archives départementales du Nord, Lille. Série N, édifices départementaux, projet de reconstruction de l’asile d’aliénés sur un site à l'extérieur de la ville : 4 N 522 (1874-1878), plans généraux de l'établissement et plans de détail des bâtiments constitutifs par l’architecte Jean-Baptiste Projet de reconstruction de l’asile d’aliénés sur un site à l'extérieur de la ville, (1877 ). Archives départementales du Nord, Lille. Série RM X, projet de reconstruction de l’asile d’aliénés sur un site à l'extérieur de la ville : RM X 2000 (1877). pages 350-352 Rapport général à M. le ministre de l’Intérieur sur le service des aliénés en 1874 MESNIL, Octave. Rapport général à M. le ministre de l’Intérieur sur le service des aliénés en 1874 par
    Description :
    d'hospitalisation élevés d'un ou deux étages, selon le type de patients logés, et un bâtiment divisé en cellules pour les agités ainsi que tous les bâtiments de service que l'on trouvait habituellement dans un asile - bâtiment de l'administration, buanderie, cuisines, bains, chapelle et deux maisons pour loger répartis, parallèlement au grand axe de l'établissement, de part et d'autre d'un large intervalle libre axial au mitan duquel se dressaient successivement, d'avant en arrière, le bâtiment de l'administration , la chapelle, le bâtiment des cuisines, celui de l'infirmerie, celui des bains, enfin celui abritant particularité d'égrener les divers bâtiments des services généraux le long de l'intervalle libre axial, et ce contrairement aux autres établissements hospitaliers où ces bâtiments étaient disposés aux deux extrémités de cet intervalle afin de ménager, en leur centre, une vaste cour d'honneur ; cette variante du système français par Maximien Parchappe, second inspecteur général des asiles d'aliénés auprès du ministère de
    Titre courant :
    , baptisé actuellement établissement public de santé mentale Lille-métropole
    Appellations :
    établissement public de santé mentale Lille-métropole
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Avant-projet de construction de l'asile d'aliénés, plan de situation avec les bâtiments représentés Projet de construction de l'asile d'aliénés, plan de distribution générale du rez-de-chaussée, avec Projet de construction de l'asile d'aliénés, plan de distribution générale du rez-de-chaussée, avec Projet de construction de l'asile d'aliénés, pavillon destiné à abriter le pensionnat (malades payants), plan de distribution du rez-de-chaussée et des 1er et 2e étages, élévations antérieure et Projet de construction de l'asile d'aliénés, pavillon destiné à abriter les tranquilles et semi -agités, plan de distribution du rez-de-chaussée et d'un des deux étages, élévations antérieure et Projet de construction de l'asile d'aliénés, loge du concierge et grille d'entrée, plan de Projet de construction de l'asile d'aliénés, habitation du médecin-directeur, plan de distribution du sous-sol, du rez-de-chaussée et du 1er étage, élévation antérieure, et coupe transversale par
  • Machine à calculer Thalès
    Machine à calculer Thalès Tourcoing - 80 boulevard Gambetta - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    fabriqué plusieurs séries de machines, qui toutes fonctionnent sur le principe de la roue à dents variables inventée par le suédois Wilgott Hodner en 1878. Elles portent des noms allant de A à D, en fonction du nombre de chiffres disponibles pour le calcul et des opérations effectuées, additions, soustractions , multiplications, divisions avec ou sans décimales. D'après un catalogue du fabricant datant de 1950 environ : "La de leurs combinaisons, rapidement et exactement. Il suffit d'un essai sommaire pour reconnaitre qu'il s'agit d'un auxiliaire indispensable qui permet d'économiser beaucoup de temps et d'efforts. Grâce à ses importants perfectionnements obtenus au cours de quarante années de travail couronnés de succès dans le domaine de la construction des machines à calculer, la machine Thalès possède une réputation mondiale confirmée par un grand nombre de diplômes et d'approbations". Ces différentes machines ont été fabriquées et
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées de la région Nord Pas de Calais
    Référence documentaire :
    de la Thalès CER/E. Strasbourg : [1950]
    Dénominations :
    instrument de calcul mécanique
    Description :
    La machine est un modèle CER datant de 1950 environ. Le fabricant précise qu'elle est destinée aux opérations très compliquées. Par rapport aux autres modèles de la gamme C, qui ont tous les mêmes capacités de calcul, le modèle ER possède une partie qui permet de conserver les résultats des opérations précédentes et peut se manipuler avec une seule main. La machine se compose de deux parties. Un premier bloc machine les chiffres auxquels il faut faire subir les opérations mathématiques, ainsi que de conserver le ". Une fois les nombres et les opérateurs posés, l'activation de la manivelle d'opération, sur la droite de la machine, met les roues internes en mouvement ce qui permet d'obtenir le résultat. Des écrous à ailette, situés aux extrémités du chariot, permettent de remettre la machine à zéro.
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Machine à calculer CER de la marque Thalès IVR31_20165901168NUC4A Machine à calculer CER de la marque Thalès IVR31_20165900119NUC4A Machine à calculer CER de la marque Thalès : description IVR31_20165900121NUC4A Machine à calculer CER de la marque Thalès : mode d'emploi IVR31_20165900120NUC4A
  • Mine de houille : fosse 14 dite Boudenoot
    Mine de houille : fosse 14 dite Boudenoot Carvin - rue de l' Industrie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    En 1857, la Société de recherche de houille dénommée la Basséenne engage des travaux de creusement au nord des concessions de Lens et de Courrières. Cette société prend le nom de Société houillère de Carvin suite à la découverte de houille sur ce territoire. En 1914 -1918 l'ensemble est détruit. La compagnie des Mines de Carvin est rattachée à celle d'Ostricourt pour ensuite former celle d'Oignies après 1945. Le bâtiment des douches est le seul vestige encore visible de la fosse 4 des mines de Carvin et
    Référence documentaire :
    p. 236-238 Mines et cités minières du Nord et du Pas-de-Calais. Photographies aériennes de 1920 à Ville de Carvin (Pas-de-Calais), Z.P.P.A.U.P. Zone de Protection du Patrimoine Architectural et nos jours. Presses universitaires de Lille, 1990 . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du . Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du
    Description :
    façades longitudinales. Deux tours à base circulaire, en brique, coiffées d'un toit conique recouvert de tuile bois, flanquent le bâtiment recouvert de matériau synthétique.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Carvin - rue de l' Industrie - en ville
    Titre courant :
    Mine de houille : fosse 14 dite Boudenoot
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale du bâtiments des bains-douches, seuls subsistant de la fosse. IVR31_20056200310X
  • Minoterie Benoit, puis Louis Capelle, puis Capelle, puis Capelle-Dubois
    Minoterie Benoit, puis Louis Capelle, puis Capelle, puis Capelle-Dubois Leforest - 117 rue Lazare-Carnot - en ville - Cadastre : 1966 AH 509, 510
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    De source orale, un magasin à grains est créé par un dénommé Benoit à la fin du 19e siècle. En 1907 former une S.A. au nom de Capelle-Dubois. Les équipements techniques du moulin sont modernisés en 1979 et emploie une vingtaine de personnes. Elle produit de la farine pour des boulangeries situées à Lille, Roubaix, Tourcoing, Calais, dans la Somme et dans l'Aisne. Le logement patronal abritait une
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15, 1/10000, 1951. Conseil Régional Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine
    Description :
    . L'atelier de fabrication à trois étages et élévation à travées est en brique ; il est couvert d'un toit à cour face à l'usine, est constitué d'un sous-sol, de deux étages et d'un comble et recouvert d'un toit
    Annexe :
    Chronique d'Alexandre Libert, extrait du journal de Leforest (?) sur la minoterie de Leforest  : 1894 : le 8 juin, M.Benoit négociant en grains, son, tourteaux édifie sur un terrain loué à la Cie de Chemin de Fer du Nord, un premier magasin, puis un second en 1898. 1907 : le 20 juin, M. Jean BaptisteBenoit Renault, fils du précédent, demande l'autorisation à la Cie du Chemin de Fer du Nord d'installer un moulin à proximité de ses magasins ; bail du 27 août 1907. 1928 : le 15 septembre, M. Benoit vend son moulin à M. Louis Capelle originaire de Wavrin. M. Louis Capelle démolit les premiers magasins Benoit et dès 1932 il porte la capacité du moulin à 200 quintaux par jour.L'approvisionnelment en blé de la minoterie s'effectuait alors de gré à gré entre le meunier et les agriculteurs. 1936 : le Front . Capelle doit s'équiper d'un quai de déchargement dessservi par une courte voie ferrée se raccrochant à la voie des Mines de l'Escarpelle. Les wagons de blé en sacs arrivant en gare de Leforest, sont mis en
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Atelier de fabrication, élévation sur cour. IVR31_20026200022X
  • Fonderie de fer, de métaux non ferreux et d'aluminium dite Société anonyme des aiguillages de Dourges, puis Etablissement Flinois
    Fonderie de fer, de métaux non ferreux et d'aluminium dite Société anonyme des aiguillages de Dourges, puis Etablissement Flinois Dourges - 23 rue La Fontaine - en ville - Cadastre : 1980 AL 398
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    La fonderie des aiguillages de Dourges a été créée dans les années 1920, de source orale. En 1927 la société anonyme d'aiguillages et supports de voies d'Anzin et Dourges déclare la construction d'un hangar. Elle fabrique à l'origine les voies ferrées de 600 mm, utilisées au fond de la mine pour le . Elle travaille essentiellement l'acier, l'aluminium, l'inox et emploie une vingtaine de personnes.
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Bassin Minier du Pas-de-Calais, groupement Hénin-Liétard-Carvin, n-°15. Conseil Régional Hauts-de-France foncière, 1924 à 1928. Archives départementales du Pas de Calais, 3 P 1771. Carte éditée par le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, groupement d'urbanisme du , Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine, Lille Déclarations de constructions nouvelles effectuées par la société anonyme d'aiguillages et supports de voies d'Anzin et Dourges pour faire-valoir la loi du 8 août 1890 concernant la contribution
    Précision dénomination :
    fonderie de métaux non ferreux fonderie de fer
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    grands hangars en brique couverts de tuile et tôle ondulée, dont l'un est presque entièrement détruit un petit bâtiment en béton à usage de bureaux. L'atelier de fabrication, à deux vaisseaux, est en
    Titre courant :
    Fonderie de fer, de métaux non ferreux et d'aluminium dite Société anonyme des aiguillages de
    Appellations :
    Société anonyme d'aiguillages et supports de voies d'Anzin et Dourges, puis Etablissement Flinois
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Harmonium
    Harmonium Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Plaque de cuivre fixée à l'avant avec une inscription concernant le propriétaire : Aux soeurs : Manufacture d'harmoniums Médaille d'or Les petits fils de M. Kasriel 6, rue Tolain, 6 Paris. Inscription technique, concernant les jeux sur les tirants en porcelaine (de gauche à droite), au-dessus du clavier : O
    Historique :
    Cet harmonium, réalisé dans la première moitié du 20e siècle par la maison les petits-fils de Maurice Kasriel à Paris, pourrait être la propriété de la congrégation des Filles de la Charité qui
    Description :
    tirants de registres situés au-dessus du clavier portent les noms des jeux sur des boutons en porcelaine
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Catégories :
    facture d'instruments de musique
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Machine à coudre Singer
    Machine à coudre Singer Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    numéro de série Inscription concernant le fabricant : Singer, The Singer Manfg co Trad mark ; numero de série : Y
    Matériaux :
    fonte de fer
    Description :
    De facture simple et entièrement fabriquée en fonte, la machine de marque Singer est fixée sur une l'inscription The Singer Manfg co Trad mark. La courroie à section circulaire de cuir est conservée. Une plaque
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    maison de retraite au premier étage
    Catégories :
    industrie de l'habillement
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale de la machine. IVR31_20055908205NUCA Détail de l'inscription. IVR31_20055908206NUCA Détail du système d'ouverture et de la machine. IVR31_20065900316ZA
  • Dais de procession (?)
    Dais de procession (?) Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La propriété de cet objet, sans doute offert par une paroisienne, a été refusée au nom du diocèse
    Dénominations :
    dais de procession
    Description :
    Ce dais de procession (?) en soie et cannetille est composé de deux pièces de même longueur , festonnées, montées sur un seul tissu et très usé dans la partie centrale. Il est décoré de motifs peints de roses de couleur jaune et rose, de gouttes de rosée et de l'inscription IHS au centre.
    Localisation :
    Valenciennes - Hôpital général, puis hospice et hôpital militaire, actuellement maison de retraite dite du Hainaut 48 place de l' Hôpital général - en ville
    Titre courant :
    Dais de procession (?)
    Aires d'études :
    Nord - Pas-de-Calais
  • Instrument scientifique : machine à brumiser dite Lucas-Championnière (aseptiseur par vapeur, brumisateur)
    Instrument scientifique : machine à brumiser dite Lucas-Championnière (aseptiseur par vapeur, brumisateur) Helfaut - près du Bois de l'Hermitage - route de Blendecques - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général (c) Commune de Saint-Omer
    Historique :
    Objet provenant de l'hôpital général de Saint-Omer.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Description :
    Utilisation de plastique. Poignée en bois peint. Branchement électrique par une prise.
    Localisation :
    Helfaut - près du Bois de l'Hermitage - route de Blendecques - en ville
    Origine :
    lieu de provenance France, Nord-Pas-de-Calais, 62, Saint-Omer, hôpital général
    Catégories :
    industrie de mécanique de précision
    Illustration :
    Vue de détail, du dessus IVR31_20106203281NUCA
  • Ensemble : chasuble, étole, manipule, voile de calice, bourse de corporal (ornement violet, No 1)
    Ensemble : chasuble, étole, manipule, voile de calice, bourse de corporal (ornement violet, No 1) Saint-Omer - Presbytère, dit maison paroissiale
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Représentations :
    fleur ; I.H.S. ; Chasuble : entrelacs avec fleurs roses devant et au dos ; au dos, IHS au centre de
    Description :
    Ensemble complet de satin moiré violet, revers violet. Brodé de fins liserés qui s'entrecroisent.
    Titre courant :
    Ensemble : chasuble, étole, manipule, voile de calice, bourse de corporal (ornement violet, No 1)
    Origine :
    -Dame Nord-Pas-de-Calais lieu de provenance 62,Saint-Omer,collégiale puis cathédrale,actuellement église paroissiale Notre
  • Bannière de procession de l'Association catholique générale féminine (Vierge à l'Enfant et Christ)
    Bannière de procession de l'Association catholique générale féminine (Vierge à l'Enfant et Christ) Saint-Omer - Presbytère, dit maison paroissiale
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Avers : inscription COMITE / DE / SAINT-OMER, et sur le blason il est écrit DE PAR LE ROY DU CIEL
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    .£Revers : huit fleurons autour d'une inscription. Partie supérieure : Christ assis encadré de deux anges
    Titre courant :
    Bannière de procession de l'Association catholique générale féminine (Vierge à l'Enfant et Christ)
    Origine :
    -Dame Nord-Pas-de-Calais lieu de provenance 62,Saint-Omer,collégiale puis cathédrale,actuellement église paroissiale Notre
    Illustration :
    Vue de détail : dos, Christ et anges IVR31_20106204345NUCA Vue de détail : devant, Vierge à l'Enfant IVR31_20106204344NUCA
  • Bannière de procession de la ligue des Françaises de St-Omer (sainte Jeanne d'Arc)
    Bannière de procession de la ligue des Françaises de St-Omer (sainte Jeanne d'Arc) Saint-Omer - Presbytère, dit maison paroissiale
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Omer (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Devant : JHESUS MARIA.£Revers : A / JEANNE D'ARC / LA LIGUE / DES FRANCAISES / DE / St. OMER .£Armoiries de la ville de Saint-Omer : croix patriarcale d'argent sur fond de gueules.
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle objets mobiliers de la ville de Saint-Omer
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    fleur de lys fleur ; fleur de lys ; I.H.S. ; sainte Jeanne d'Arc ; armoiries ; Avers : Bande bleue de contour avec fleurs argent et or. Au centre sur fond blanc avec fleurs de lys dorées Jeanne d'Arc tenant une bannière. Au dessus IHS dans médaillon et rayons. Au dessous, blason bleu.£Revers : Bande bleue de contour avec fleurs et fleurs de lys argent et or. Au centre inscription et armoiries de la ville de Saint-Omer
    Description :
    Bannière de procession blanche et bleue avec galons or.
    Titre courant :
    Bannière de procession de la ligue des Françaises de St-Omer (sainte Jeanne d'Arc)
    Origine :
    -Dame Nord-Pas-de-Calais lieu de provenance 62,Saint-Omer,collégiale puis cathédrale,actuellement église paroissiale Notre
    Illustration :
    Vue de détail : revers, inscription IVR31_20106204352NUCA Vue de détail : revers, blason IVR31_20106204351NUCA
  • Hôpitaux marins de Berck
    Hôpitaux marins de Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine hospitalier du Nord-Pas-de-Calais
    Référence documentaire :
    Le Tout-Berck. Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les . Guide général de la plage de Berck-s-Mer (Pas-de-Calais), contenant tous les renseignements utiles aux Du traitement et de la prophylaxie de la scrofule par les bains de mer. BERGERON, Jules. « Du traitement et de la prophylaxie de la scrofule par les bains de mer ». In : Annales d’hygiène publique et de CAZIN, Henry. De l'influence des bains de mer sur la scrofule des enfants. Paris : Asselin et baigneurs, touristes, propriétaires et commerçants. Berck-sur-Mer : imprimerie du « Journal de Berck », 1904 ). L’armement antituberculeux français. Paris : Masson et Cie, 1934. 245 p. 3e édition. Comité national de Un hôpital crée une ville. L’hôpital maritime de Berck-sur-Mer, de sa création jusqu’en 1920 . CRÉPIN, Guy, CRÉPIN, Michèle, LYS-COUSIN, Catherine. Un hôpital crée une ville. L’hôpital maritime de Berck-sur-Mer, de sa création jusqu’en 1920. Berck-sur-Mer : [s.n.] (Pierre Trollé imprimerie), 1999
    Description :
    Le corpus étudié comprend des édifices qualifiés par le Comité national de défense contre la tuberculose, de sanatoriums maritimes ou de cliniques, selon qu'ils appartenaient à la catégorie des établissements non payants ou à celle des établissements payants. A l'apogée de la station sanitaire de Berck -Plage, soit à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les édifices comptabilisés en 1934 de manière exhaustive par ce Comité national de défense contre la tuberculose, étaient au nombre de 22 dont 14 détruit, un second est de construction postérieure à 1934, le troisième semble avoir été purement oublié dans le fatras des maisons de santé non prises en compte. Sur les 21 édifices étudiés, 12 ont
    Auteur :
    [commanditaire] Rothschild James-Nathan de
    Titre courant :
    Hôpitaux marins de Berck
    Annexe :
    Maisons de santé et maisons ou pensions de famille Le succès de la cure marine chez les enfants susmentionnées, mais n'appartenant pas à la classe des indigents. En outre, pouvaient y être reçus d'autres enfants valétudinaires ou simplement jugés de santé délicate que les parents souhaitaient envoyer en séjour à Berck-Plage pour les faire bénéficier des bienfaits de la cure marine. Ces établissements était susceptible d'accompagner l'enfant pendant son séjour en bord de mer, ce qui développa l'émergence d'une clientèle plus exigeante à la recherche d'hôtels ou de pensions pouvant offrir des conditions de l'appellation de « maisons de santé », « maisons de famille » ou de « pensions », en marge du monde strictement hospitalier, contribuant largement à affirmer et amplifier l’identité sanitaire de la ville. En 1908, la brochure intitulée "Tout Berck. Guide général de la plage de Berck-sur-Mer", fournit une liste de dix maisons de famille et de treize maisons de santé ; toutefois, quelques uns des établissements inclus dans
    Texte libre :
    demande amena l’administration de l’Assistance publique de Paris à passer en 1879 une convention avec un parisiens, à transférer à l’hôpital maritime de plus en plus d'enfants n’appartenant pas à l'une des , l'apparition d'antibiotiques antituberculeux et l'amorce du déclin des établissements de soins Ce ne fut pas d’établir à leur place des défenses côtières. Au surplus, les troupes d'occupation ne se privèrent pas de de Koch, suivie par celle de l’isoniazide en 1952, ne tarda pas à bouleverser les conditions de La naissance de Berck-Plage comme station sanitaire avec la création du premier hôpital maritime en 1861 Paul Perrochaud, médecin inspecteur des enfants assistés de l'arrondissement de Montreuil, eut l'idée de confier, en 1857, un petit groupe d'enfants affectés de scrofule - terme qui recouvre une atteinte ganglionnaire de la tuberculose accompagnée souvent de lésions cutanées (même racine grecque que veuve Duhamel, qui habitait le village de Groffliers. Ayant observé une amélioration chez certains
    Illustration :
    lors de l'ouverture de l'établissement en 1861, vue d'ensemble. Gravure, 1885. IVR31_20056200161X Hôpital marin dit hôpital Napoléon, puis grand hôpital maritime - Vue cavalière générale de Hôpital marin dit hôpital Nathaniel-de-Rothschild - Elévation antérieure donnant sur la mer, vue 1884 et plan de distribution générale du rez-de-chaussée. Gravure, 1884. IVR31_20056200157X Sanatorium de l'Oise et des départements - Elévation est donnant sur la rue, état avant tout agrandissement de l'édifice primitif, vue générale. Carte postale, début du 20e siècle. IVR31_20066200427NUC en charpente autour de 1920. Carte postale, années 1920. IVR31_20066200123NUC Institut orthopédique Saint-François-de-Sales, puis institut Calot - Elévation antérieure, vue Villa de la Santé - Elévation antérieure donnant sur la rue de Lhomel avant adjonction d'un nouveau corps de logis destiné à abriter l'hôtel Régina, vue générale. Carte postale, début du 20e siècle
  • Lotissement concerté ; quartier dit Quartier Terminus - Belle-Vue
    Lotissement concerté ; quartier dit Quartier Terminus - Belle-Vue Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    de la société à responsabilité limitée Terminus-Berck rédige le cahier des charges (AD Pas-de-Calais , située dans le lotissement - quartier Rothschild) (dépouillement des matrices cadastrales AD Pas-de XIXe siècle au nord de la station, au-delà de la zone accueillant des hôpitaux. Les travaux historiques mentionnent que la cérémonie d´inauguration du casino de Terminus (fig. 1) a lieu en 1887, ce qui signe la naissance de Terminus. Soulignons la coïncidence avec la construction la même année par le même -Calais, 3P 108/118). Alfred Lambert, ingénieur et entrepreneur domicilié à Paris, est, vers 1890, le promoteur du prolongement de la ligne de chemin de fer Berck-Plage à Berck Terminus et la construction de la gare de Belle-Vue, qui était destinée à faciliter l´accès au nouveau quartier. En vue du lotissement du quartier a lieu en 1899 une première vente de 6 lots de terrains de la Société des Dunes, dont Itasse, qui, en 1901, reprend le projet d´Alfred Lambert de prolonger la ligne de chemin de fer
    Texte libre :
    lotissement... leur hauteur de faîtage n'excède pas de plus de 3,50 m le niveau des trottoirs des voies". , architecte, demeurant à Reims, 105 boulevard de la république, agissant en qualité de gérant de la société à responsabilité limitée connue sous le nom de "Terminus Berck".. . Déclare que ladite Société possédant divers immeubles à Berck-plage lieu dit Terminus, propores à la construction de maisons d'habitation et dont certaines sont par leur contenance susceptibles de lotissement, la Société a fait diviser par lots les dits appelée à former en (sic ?) centre de villégiature (il est en principe sauf les exceptions qui pourraient entière liberté) interdit d'édifier d'autres constructions que des villas, maisons de campagne ou , sanatorium, hospice, dispensaire, clinique, maison de santé ou établissement de nuit pourront être établis ... Article 16 - construction des habitations : chaque acquéreur devra dans un délai maximum de 5 ans du jour de son acquisition faire édifier sur le terrain acquis, une villa, maison de campagne ... ... Il ne
    Illustration :
    -expert, Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (AD Pas-de-Calais). IVR31_20056200137V plage, par Paul Dufournet urbaniste, 1/9/1946 (AD Pas-de-Calais, 2406 W 26). IVR31_20116200098NUCA ) dressé en 1945 par Sarrazin, géomètre-expert, Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (AD Pas-de Plan de Bellevue, sans date, (AP Gonseaumme). IVR31_20066200542X Plan topographique de la commune de Berck, dressé vers 1928, constituant un avant-projet d'aménagement visant à améliorer la voirie par rectification du tracé de certaines rues et routes existantes et par l'ouverture de nouvelles voies. IVR31_20056200138V Plan de le ville de Berck dressé en 1945 (et reprenant le projet de 1928) par Sarrazin, géomètre Extrait du plan de le ville de Berck, (partie supérieure, quartier Genty, Terminus et Bellevue -Calais). IVR31_20056200015X
  • Lotissement concerté, quartier dit Quartier Lhomel
    Lotissement concerté, quartier dit Quartier Lhomel Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    1864 adressée au préfet du Pas-de-Calais par le directeur de l´Enregistrement et des Domaines fait état et instables des garennes n´est pas chose aisée. Le terrain acquis par de Lhomel est en outre Emile de Lhomel, maire de Montreuil, se porte acquéreur des terrains compris entre la rue de l chemins. Le plan joint à l´adjudication, dévoile un site de la plage fort peu bâti. On dénombre à peine une douzaine de maisons au sud de l´entonnoir en front de mer. Le quartier de Lhomel est donc dans un premier temps constitué de ces lots spécialement à bâtir à l´exception du n°3. L´embryon initial du quartier peut ainsi être délimité au sud par les terrains de l´hôpital Maritime, propriété de l´Assistance , anciennement rue Dorothéa et à l´est par la rue de l´Hôpital aujourd´hui rue du Docteur-Victor-Ménard. Une grande partie du quartier de Lhomel va se développer sur les garennes au-delà de la rue de l´Hôpital dès d´une pétition d´Emile de Lhomel requérant "l´abandon (par les Domaines) des espaces de terrains qui
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La vente des lais de mer en 1863 influe en grande partie sur la forme du quartier. Conçu à cette occasion selon un plan orthogonal, il est en outre défini par la topographie de cette partie de la ville . Cerné par la rue de l´impératrice au nord et la baie de l´Authie au sud, le quartier connaîtra une extension modeste au cours des décennies. La ville s´étendra au sud, au-delà de la rue de L´impératrice, le long de la plage. La physionomie du quartier est marquée, d´une part par la présence d´édifices majeurs tels que les édifices hospitaliers (la Villa Normande, la Villa de la Santé transformée en 1912 en hôtel Régina ou encore l´hôtel de Russie qui deviendra le siège de la Fondation franco-américaine) et par la présence des maisons des médecins. Ces derniers rivalisent d´originalité en termes de styles architecturaux, de volume et de décors afin de distinguer leur habitation. Leurs maisons prennent place sur de larges parcelles accueillant jardins arborés et parfois court de tennis. Cette implantation des médecins
    Annexe :
    Voirie du quartier de Lhomel La rue la plus ancienne du quartier est la rue de l´Hôpital , propriété dès l´origine de l´Assistance Publique. Elle constituait l´accès principal à l´hôpital Maritime. L ´empierrement et l´alignement des rues est entreprise au début du XXe siècle. La famille de Lhomel, afin d espaces nécessaires à l´établissement des rues et paie leur construction. En 1904, Emile et Georges de Lhomel, le père et le fils, font cession d´un terrain de 4500 m², long de 225 mètres et large de 15 mètres afin d´empierrer l´avenue du Casino (fig.3), artère majeure du quartier qui relie l´avenue de l ´aménagement. Un an auparavant la rue de Lhomel (fig.2), située entre la rue de l´Hôpital et la rue Dorothéa alignées (fig.4). Il s´agit des rues Alice, de l´Est, de Paris, du Phare, du Rond-Point et de la Garenne . Là encore, Georges de Lhomel s´engage à céder gratuitement les terrains concernés. Ces rues sont ainsi inscrites définitivement dans la voirie de Berck, ce qui étend officiellement la limite ouest du
    Illustration :
    Sarrazin, géomètre-expert, Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (AD Pas-de-Calais Les chalets isolés de la rue de Lhomel, Jan Lavezzari peintre. IVR31_20146200012NUCA Plan (1902) attestant du don de la rue de Lhomel à la commune par la famille de Lhomel Plan de 1904 accompagnant l´acte de cession de la rue Armand et de l´avenue du Casino Extrait du plan de le ville de Berck, (partie inférieure, quartier de Lhomel) dressé en 1945 par
  • Hôtels de voyageurs
    Hôtels de voyageurs Berck
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    nom de "Grand hôtel" de la Plage, de Berck etc. Comme pour les maisons, la progression est 1925 (Guide du Baigneur). Le projet de Grand Hôtel de l'architecte Joachim Richard (archives de l'IFA 081 IFA 365) proposé en 1919 n'est pas réalisé. Aucun projet d'hôtel n'a été envisagé dans le plan de reconstruction après la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, les hôtels sont situés avenue du Général-de-Gaulle ou en périphérie, à l'extérieur du centre ville.
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Description :
    Renaissance. Le style architectural ne permet pas de préciser l'affectation des édifices de cette liste ; en A l'origine de la station balnéaire, les hôtels sont construits sur l'Esplanade (la digue) et l'Entonnoir (ancienne embouchure de l'Arche) puis gagnent le quartier de la gare (construite vers 1891), la rue Rothschild et le quartier résidentiel de Lhomel où les hôtels les plus grands et connus s'appellent "Le Cottage" (IA62001767) ou "Le Régina" (IA62000433). Avec son projet de Grand hôtel, Joachim Richard avait prévu de construire un édifice prestigieux, avec un passage couvert pour voitures, des galeries de part et d´autre d´un hall donnant accès à une bibliothèque, un salon et un restaurant situés tous trois en enfilade. Il est parfois difficile d'identifier les hôtels de voyageurs : le Guide du Baigneur de 1928 mentionne dans une même liste les maisons de santé (établissements de soins) et les effet, les maisons de santé et les pensions sont parfois établis dans de simples maisons ou chalets
    Titre courant :
    Hôtels de voyageurs
    Illustration :
    Façade antérieure de l'hôtel de Russie (disparu), carte postale ancienne, collection particulière Hôtel La terrasse à l'angle de la rue de la Gare, carte postale ancienne, vers 1910 (?), Collection Projet de Grand Hôtel (non réalisé), plan du rez-de-chaussée, Joachim Richard, 12 novembre 1919 Projet de Grand Hôtel (non réalisé), façade donnant sur le boulevard de la mer, Joachim Richard, 12 La rotonde de l'hôtel La Terrasse, face à l'ancienne gare, en 2010. IVR31_20106201709NUCA Hôtel Médicis, 27, avenue de la Gare, mentionné dans le Guide du Baigneur de 1928, carte postale Salle à manger de la pension La Renaissance, date inconnue, carte postale ancienne, Collection L'hôtel-restaurant de l'Entonnoir, 31 rue Tattegrain. IVR31_20136200109NUCA
  • Maison
    Maison Arras - 6 place Saint-Etienne - en ville - Cadastre : 2008 AC 294
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Cette maison fut construite vers 1766 comme l'indique le permis de construire conservé au sein du Service d'urbanisme de la mairie d'Arras. Endommagée par les bombardements lors de la Première Guerre décalage entre la partie haute de la façade et l'arête de la toiture à deux pans semble indiquer un remaniement de la façade à l'époque de sa reconstruction (cf. Service d'urbanisme de la mairie d'Arras, base de données extraite du logiciel cadastral CadamapX, 2008).
    Description :
    s'harmonise pas avec le profil à deux pans de la toiture, semble avoir été remaniée. Une inscription Cette maison est située sur un angle de la place Saint-Etienne. Elle est en béton peint en blanc sur les encadrements des baies et le bandeau séparant le rez-de-chaussée du premier étage. Le reste de la façade est recouvert d'un crépi. Elle est percée de baies positionnées sur les parties latérales de la façade. Son accès s'effectue par une large porte cochère. La partie haute de la façade, qui ne (Lourdelle-Devillers) , en relief, située en haut de la façade au-dessus d'une chaussure en fonte, signale la présence d'un commerce de chaussures. Des paniers de fleurs ornent la partie centrale de la façade ainsi
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
  • Hôpital, hospice, puis maternité, pouponnière et crèche, actuellement centre hospitalier
    Hôpital, hospice, puis maternité, pouponnière et crèche, actuellement centre hospitalier Saint-Amand-les-Eaux - centre - rue des Anciens d'Afn - Cadastre : 2013 BV 317, 35
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    hospitaliers de Saint-Amand depuis le Moyen-Age.1 Au début du XIXe siècle un inventaire des biens aliénés des que l'éclatement des établissements de bienfaisance et des hospices civils mène au projet de des hospices et peut répondre à ce projet. Sa mise à disposition de la ville, qui a des difficultés à trouver un édifice pouvant abriter le collège afin de laisser les hospices occuper leur bien, décide les d'y établir les orphelins. L'architecte Deleau propose un projet en 1825 qui n'a pas été retenu. C'est le leg de la fortune de Renique de Latour à la ville pour l'établissement d'un hospice d'orphelines qui permet l'ouverture en 1840 du nouvel hospice. Les Soeurs de la Congrégation de sainte Thérèse s'installent dans ce nouvel établissement. Une première (re)construction des bâtiments de la communauté des évoque l'intervention de l'architecte Louis Dutouquet pour cette première construction. Le cadastre de 1887 et les matrices témoignent de l'éparpillement des fonctions et des propriétés avant un
    Référence documentaire :
    AD Nord. Série J 1438 Q9. Hospices de Saint-Amand-les-Eaux. AD Nord. Série J 1438 Q1. Hôpital de Saint-Amand-les-Eaux. AD Nord. Série 2O 525 / 204. Hospice de vieillards, 1872. Archives Hospitalières, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux. Différentes boîtes sans côte.
    Description :
    L'entrée actuelle de l'hôpital est située rue des Anciens d'Afn (au sud de la parcelle) et se fait partie sud de la propriété. Les pavillons de l'ancien hôpital des hommes et des femmes, actuellement occupé par l'hôpital psychiatrique, forment la limite nord de l'ensemble hospitalier, et restent accessibles par la rue Louise de Bettignies. Non loin de ces bâtiments, légèrement au sud, le logis des résidence Saint-Martin, accessible par l'actuelle rue du 11 Novembre et forme la limite ouest de la parcelle.
    Illustration :
    Plan d'une propriété de l'hospice des orphelins dit Renique, 1883 (AH, centre hospitalier de Saint Plan de l'hospice agrandi, sans date (à la fin du 19e ou au début du 20e siècle) ni signature (AH , centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900129NUCA Façade de l'hospice agrandi, sans date (fin 19e - début 20e siècle) ni signature (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900128NUCA Projet de maternité, plan du rez-de-chaussée, Gustave Dupont architecte, 1903 (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900083NUCA Projet de maternité, élévation latérale et coupe, Gustave Dupont architecte, 1903 (AH, centre hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux). IVR31_20135900085NUCA Projet de maternité, élévation antérieure, Gustave Dupont architecte, 1903 (AH, centre hospitalier
  • Maison, actuellement hôtel dit Hôtel Au Bon Abri
    Maison, actuellement hôtel dit Hôtel Au Bon Abri Berck - quartier de Lhomel - 4, 6 rue Arthur-Becquart - en ville - Cadastre : 2006 BR2 70
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Edifice complexe, plusieurs fois remanié et composé de corps de bâtiment juxtaposés autrefois indépendants. Un des corps de bâtiment appartient vraisemblablement à la typologie des chalets berckois. On peut supposer que le regroupement des différents corps de bâtiment a eu lieu lors de leur
    Description :
    Unité d'habitation composée de trois bâtiments de styles différents élevés sur 1 étage carré et un étage de comble et comportant respectivement 1, 2 et 3 travées.
    Étages :
    étage de comble étage de soubassement
    Localisation :
    Berck - quartier de Lhomel - 4, 6 rue Arthur-Becquart - en ville - Cadastre : 2006 BR2 70