Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune de Lecelles
    Présentation de la commune de Lecelles Lecelles - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    d'après un projet de l'architecte lillois Marteau (AD Nord série O 338/45). Il semble que c'est le développement des voies de communication entre le nord et le sud de la commune qui permet de créer un second l'architecte départemental de Valenciennes, Edmond Lemaire (AD Nord série O 338/47). Cet ensemble est complété 1864, transformée en manufacture de lits et sommiers métalliques (fig. 4) (AD Nord série M 417/13219 construite par l'architecte du département, Alexandre Grimault, en 1843 (AD Nord série O 338/43). L'école des en 1864 (AD Nord série O 338/44). Une école protestante mixte est construite à côté du temple en 1891 noyau à l'angle de la rue des Fèves et de la rue Neuve, proche de l'école des garçons. La mairie et l'école de filles sont établies à proximité, dans une ancienne maison patronale de tanneur en 1901 par par la salle des fêtes construite dans les années 1950 à côté de la mairie. Une communauté protestante est attestée depuis le 17e siècle sur la commune, sur la "butte de Maulde", qui faisait partie de
    Référence documentaire :
    DELSALLE, Paul. Une description inédite de Lecelles sous Louis XV. Plein Nord, n° 55, juin-juillet VIENNE, Frédéric. L'Ingénieur du Roy visite la Pévèle, Claude Masse 1724-1727. Pays de Pévèle n° 34 BINON (cabinet). Etude d'Amélioration du Cadre de Vie de Lecelles. Approche du territoire. mars AD Nord : Série C : pièces 6595, 10563, 14335. AD Nord : Série O 338. AD Nord : Série P (cadastre) : P30/192 (1805). AD Nord : Série P (cadastre) : P31/ 598. AD Nord : Série M 417 : pièces 4253, 4260, 13212 à 13229. AD Nord : Série 7 V : pièce 21.
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Lecelles
    Annexe :
    Le repérage du patrimoine bâti de Lecelles. Les maisons Le bâti de la commune s'organise en plusieurs noyaux, le long des deux voies principales de circulation (la route de Roubaix et la route de Tournai) et les rues principales (rue des Fèves, rue de Chorette). Les maisons sont souvent en retrait par sur la route de Roubaix qui s'est lotie depuis le milieu du 18e siècle. Les fermes de taille moyenne et grande sont établies au sud de la commune essentiellement, le long des rues de Merdinchon et Baudoin et à l'est, le long de la route de Roubaix. Les fermes les plus anciennes et les plus importantes de maître, la maison située au 681 rue Lasson mérite d'être signalée. Il s'agit d'une maison à cinq travées et un étage, couverte d'une croupe. Elle possède des appentis, un décor de brique soigné. Elle est bourgeoises ont été construites pendant la première moitié du 20e siècle et de rares exemples datent des années 1950. Signalons deux maisons intéressantes : la maison patronale de la manufacture de lits et
    Texte libre :
    A l'époque celte, la rive gauche de Lecelles était occupée par la tribu des Ménapiens (gaulois belges) sur le village de Gonsiniacas et sur la rive droite étaient installés les Atrebates (gaulois francs). Pendant la conquête romaine, un retranchement romain fut installé à côté de l'actuel lieu-dit Pont des Turcs et une villa dans le village voisin de Maulde. Un monastère fut créé au Pont des Turcs , ayant la tutelle sur le village de Gonsiniacas sauf sur les fermes de Dombrie, Choques, Wabimpré, qui dès le 10e siècle. Jusqu'au 13e siècle, Lecelles dépend de la seigneurie de Saint-Amand, au sein du Tournaisis, châtellenie flamande du comté de Flandre. En 1297, le Tournaisis est annexé par le roi Philippe le Bel (1285-1314), le traité de Pontoise (1312) établit une nouvelle unité administrative, le bailliage du Tournaisis et de Lille-Douai-Orchies, puis est créé en 1383 le bailliage du Tournaisis dépendant du comté du Hainaut. Lors du traité de Madrid (1526), la commune est rattachée au comté de
    Illustration :
    Cadastre de 1885, la ferme Wibault (AD Nord : 31P/598). IVR31_20045905468NUCA Plan de situation de la tannerie, 1908 (AD Nord : Série M 417 : pièces 4253, 4260, 13212 à 13229 Plan de la tannerie (AD Nord : Série M 417 : pièces 4253, 4260, 13212 à 13229 Cadastre du Consulat, 1805, la rue du Grand-Sart (AD Nord : P31/ 192). IVR31_20045905456NUCA Cadastre du Consulat, 1805 (AD Nord : P31/ 192). IVR31_20045905467NUCA La façade sobre sur rue de la maison Art-Déco. IVR31_20045900054X Alignement de fermes rue des Fèves. IVR31_20045900042X Ferme et oratoire, 1487 route de Tournai. IVR31_20045900045X Ferme, 1608 route de Tournai. IVR31_20045900043X Ferme, 1608 route de Tournai, vue générale du logis. IVR31_20045900060X
  • Ferme Wabempré
    Ferme Wabempré Lecelles - Wabempré - 1 rue G.-Legrand - en écart - Cadastre : 1805 C 0012, 0013, 0016, 0017, 0019 1821 C 0116, 0117, 0118, 0126, 0131 1885 C 0365, 0366, 0367, 0372, 0373, 0376, 0407, 0408 2003 OC 0358, 0334, 0335
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Cette ferme double était une dépendance de l'abbaye de Saint-Amand. Les bâtiments actuels ont été construits aux 18e et 19e siècles. Le logis de la première ferme conserve un cartouche sur le pignon portant l'incription AW 1767, P (ou H) WIBAUT. Le style du second logis permet de dater ce dernier de la seconde moitié du 18e siècle. Au début du 19e siècle, la famille de censiers, meuniers et brasseurs Legrand achète cette ferme pour en faire son manoir, cense affermée aux Wibault, et exploite la ferme de Coutan. C'est à cette époque que l'ensemble est transformé, comme en témoignent les cadastres successifs de 1805 un bassin installé dans la première cour. Entre 1821 et 1885, l'aile sud de la seconde cour est d'aménagements de style éclectique (cheminée, balcon, porche, fournil).
    Référence documentaire :
    AD Nord : Série P (cadastre) : P30/192 (1805). AD Nord : Série P (cadastre) : P31/ 598.
    Description :
    du portail a été inserré un cartouche portant les armes de la famille Baudrenghien (d'or à la croix de gueules et cantonné de trois molettes de même (couleur), soutenu par deux griffons et surmonté d'un heaume). Le logis de la première ferme conserve un cartouche sur le pignon portant l'incription AW 1767, P (ou H) WIBAUT. Cet édifice est profond et a de larges ouvertures. Ce type de logis est le seul exemple conservé sur le territoire étudié. Il est en brique et chaînage de pierre, en rez-de-chaussée rue est en rez-de-chaussée, en brique et couverte d'une toiture à deux pans en tuile. Elle abritait fait face au logis. Le fournil a été construit à l'arrière de la grange. Un passage couvert permet
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Cadastre de 1885, la ferme Wibault (AD Nord : 31P/598). IVR31_20045905468NUCA Plan de situation, cadastre de 1885 (AD Nord 31P/598). IVR31_20045905469NUCA Cadastre du Consulat, 1805 (AD Nord : P31/ 192). IVR31_20045905467NUCA Vue générale de la ferme depuis le chemin d'accès de la ferme : la terrasse, le pignon du logis et Vue générale du logis de la première ferme et de l'aménagement datant du XIXe siècle Cartouche au-dessus du portail portant les armes de la famille Baudrenghien. IVR31_20095903388NUCA
1