Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune de Bouvignies
    Présentation de la commune de Bouvignies Bouvignies - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    de l'abbaye de Marchiennes. La date du passage sous l'autorité du seigneur de Landas n'est pas au lieu-dit la Fellerie et dans le bois de Bouvignies, témoignent d'une présence gallo-romaine sur la commune. En 782, l'influence des abbayes de Saint-Amand et Marchiennes est délimitée, Bouvignies dépend connue, la première charte datant de 1201. En 1232, la comtesse Marguerite, châtelaine d'Orchies, accorde le droit de pacage sur le marais de Flines à Orchies, Bouvignies, Coutiches, Auchy, Flines, Râches . Le traité de Pontoise (1312) définit Douai et Orchies comme des Etats de Lille, revenant ainsi sous l'autorité de la France. En 1338, au baron Jean de Bouvignies Mortagne succède Jean de Landas, puis Marguerite de Mortagne Landas, sa soeur, puis Marie de Mortagne et sa fille Isabeau d'Auberchicourt, qui "vieux chastel" situé dans les marais, près du Pont Arnoul Madoux, sur le courant de Coutiches. Une cense est construite au lieu-dit Fermelle (aujourd'hui Frenelles), reconstruite et adjointe d'une maison de
    Référence documentaire :
    MONNIER, Bernard. Circuit des chapelles de Bouvignies. Bouvignies : Association Bouvignies hier et AD Nord : Série Cartes et Plans : Plan Douai 94. AD Nord : Série C pièce 3300. AD Nord : Série O104.
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Bouvignies
    Annexe :
    axes de circulation nord-sud : la rue de la Lombarderie, au nord, traverse le centre du village par la de la Lombarderie) n'ont pas subi de transformations depuis leur construction. La première (fig. 14 Repérage du patrimoine bâti de Bouvignies Le bâti ancien s'organise essentiellement le long des rue de la Place, par la rue du Marais. Les maisons L'habitat est composé de maisons élémentaires , construites pendant le 19e siècle et jusqu'à la Première Guerre mondiale. Elles sont en rez-de-chaussée , parfois adjointes de combles habitables, implantées parallèlement à la rue. Les élévations sont en brique , brique cérame ou de couleur. Les couvertures sont à longs pans, parfois brisés, en tuile. Quelques maisons en alignement sont situées dans le centre du village, rue de la Chapelle (fig. 1) et au début de la rue de la Lombarderie (fig. 2). Celle située 349, rue des Pronelles, construite pendant le premier quart du 20e siècle, possède un oratoire. La disposition de plusieurs maisons modestes rappelle
    Illustration :
    Maisons en alignement rue de la Chapelle. IVR31_20045900078X Maisons élémentaire, rue de la Lombarderie. IVR31_20045900079X Ensemble de maisons d'ouvriers agricoles, rue de la Lombarderie. IVR31_20095902009VA Maison d'ouvrier agricole, rue de la Lombarderie. IVR31_20045900084X Maison d'ouvrier agricole, rue de la Lombarderie. IVR31_20045900086X Ferme-brasserie Fontenier-Willoquier, rue de la Lombarderie, vue générale. IVR31_20095901352VA Maison, 46, rue de l'Eglise. IVR31_20045900068X Ferme, 51-59, rue de l'Eglise. IVR31_20045900069X Maison, rue de la Lombarderie. IVR31_20045900082X Maison, rue de la Lombarderie. IVR31_20045900081X
  • Presbytère
    Presbytère Bouvignies - en village - Cadastre : 1859 B 604 2003 B 0430
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    bâtiments situés de part et d'autre du portail d'entrée ne figurent pas sur ce plan. . Sur le cadastre de 1858 (parcelles B 60 (?), 605 (?) et 612), sa disposition ressemble à celle d'une ferme à cour fermée avec le logis situé dans le fond, à côté de l'église entourée du cimetière. La construction d'un nouveau presbytère est envisagé en 1829 et une parcelle de terrain (B 604 sur le cadastre de 1858) donnant sur le flanc nord du cimetière est achetée. L'architecte Vinoir propose un premier projet en 1829, qui n'est pas agréé par la commission des bâtiments civils. Celle-ci souhaite "un seul avant -corps et non quatre" et propose des modifications : "... il eut été convenable de donner à ce bâtiment une régularité qui manque au projet présenté à l'examen de la commission : les croisées sont entre d'un mauvais goût et l'on ne conçoit pas comment M. Vinois (sic) y fait communiquer par l'intérieur pas placer l'entrée du four dans la cuisine, on pourrait, ainsi que dans le premier projet, la mettre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les deux presbytères sont situés à côté de l'église. Il ne reste que le logis du premier très de l'église, précédé de deux bâtiments situés de part et d'autre du portail d'entrée : le bâtiment à brique est rythmée par huit travées, formant trois corps de bâtiment séparés par des pilastres. L'édifice pièces situées de part et d'autre et à un escalier tournant à retours avec jour. L'étage, qui comprend quatre pièces, est distribué par un couloir situé du côté de la cour.
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et de l'étage, Vinoir architecte, 1829. IVR31_20035901329V
  • Village
    Village Bouvignies - en village
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , près du Pont Arnoul Madoux, sur le courant de Coutiches. Les Nédonchel fortifient le château par le creusement de fossés en 1585 puis mènent des campagnes d'agrandissements en 1743 et 1785. Il figure sur le plan des terres et de la seigneurie établi pour le marquis de Nédonchel en 1781.
    Référence documentaire :
    DUVOSQUEL, Jean-Marie (dir.). Albums de Croÿ, Tome XIII Lille-Douai-Orchies II. Bruxelles  : Crédit Communal de Belgique, 1986.
    Description :
    successifs a permis de constater que la structure du village n'a pas évolué, seule la largeur des rues et parcelles de la place sont vendues et la rue de l'Eglise est créée (AD Nord, série O / 42). Aujourd'hui Bouvignies est située dans la basse vallée de la Scarpe. Le village est délimité au sud par le bois de Bouvignies, voisin de la commune de Flines-lès-Râches, à l'ouest par le courant de Coutiches (pont peuvent inonder le sud de la commune. La comparaison du plan du 18e siècle avec les plans cadastraux , qui figure sur le plan de 1781, était un espace clos, qui servait au jeu de paume. En 1858 des , le village s'organise autour du noyau situé autour de l'église. Seuls quelques vestiges subsistent de l'ancien château : le colombier, devenu musée de la colombophilie, la porte de Douai et le logis de la ferme dépendant du château. Celle-ci abrite des services de la mairie. Un terrain de sport a été aménagé à l'emplacement de l'ancien château. La drève qui partait de la porte ouest du château porte
    Illustration :
    Plan de la propriété de l'abbaye de Marchiennes : Beuvry, Grand Bois de l'Abbaye, Sec Marais Plan de la terre et seigneurie de Bouvignies appartenant au marquis de Nédonchel, Derosier Plan de la terre et seigneurie de Bouvignies appartenant au marquis de Nédonchel, détail du château
  • Ferme, usine de préparation d'un produit agro-alimentaire dite cossetterie
    Ferme, usine de préparation d'un produit agro-alimentaire dite cossetterie Bouvignies - le Sec-Marais - 484 rue du Petit-Sec-Marais - en écart - Cadastre : 1859 C 2003 C 766
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    et le corps d'étable-écurie en vis-à-vis, mais aussi, en retour d'équerre à l'arrière de ce corps, la Pierre Delrue (date et nom portés sur un cartouche en calcaire. A l'arrière de la grange se trouvait un bâtiment de plan circulaire, probablement un manège à chevaux, détruit au moment de la transformation en cossetterie, activité qui consiste à débiter la racine de chicorée en petits morceaux (ou cossettes) qui sont
    Référence documentaire :
    AD Nord : Série P (cadastre) : 31/ 420 (1859).
    Dénominations :
    usine de préparation d'un produit agro-alimentaire
    Description :
    l'exception de l'aire pour le fumier. Ils sont tous construits en brique et couverts de tuile flamande, sauf la remise. Sur la gauche, le logis, à pignon sur rue, est en rez-de-chaussée ; sa façade sur cour , qui conserve un trottoir en carreaux de terre cuite. Sa façade extérieure est enduite de chaux, avec brique ; l'aération se fait par une rangée de conduites en terre cuite disposées sur la façade arrière  ; une niche en plein-cintre et des oculi sont ménagés dans le mur-pignon sur rue. Le bâtiment à usage de cossetterie est disposé en fond de cour ; il s'est substitué à l'ancienne grange dont subsistent les deux anciens passages charretiers partiellement obturés. Le bâtiment est constitué de cinq vaisseaux matériel est construite en scories noyées dans un mortier de chaux ; ses pignons sont protégés par un
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Ferme, usine de préparation d'un produit agro-alimentaire dite cossetterie
    Illustration :
    Vue générale de la ferme-usine. IVR31_20095902005XA
  • Série de deux maisons
    Série de deux maisons Bouvignies - 127, 141 rue de la Chapelle - en village - Cadastre : 1859 B 699 2003 B 399, 398
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    maison au n° 127 était un estaminet-débit de tabac et possédait une lucarne. Le soubassement était
    Observation :
    Cette maison est d'un type traditionnel du 19e siècle (en brique, en rez-de-chaussée, à cinq de la maison contiguë, au n° 141, et d'une autre maison proche, située au n° 225 de la même rue.
    Référence documentaire :
    AD Nord : Série P (cadastre) : P31/ 420 (1859) section B, troisième feuille.
    Description :
    Ces maisons représentent le type d'habitat simple et traditionnel de campagne du 19e siècle dans la région : en brique, en rez-de-chaussée. Ce type de maison est destiné à une famille d'ouvrier agricole toiture est à pignon découvert. Le soubassement, enduit, et les encadrements de baie sont peints en rouge autre maison proche, située au n° 225 de la même rue. Seuls changent quelques motifs dus à une réfection de façade vers la fin du 19e siècle (baies couvertes en arc segmentaire, cordon à hauteur d'appui de
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Bouvignies - 127, 141 rue de la Chapelle - en village - Cadastre : 1859 B 699 2003 B 399, 398
    Titre courant :
    Série de deux maisons
  • Place
    Place Bouvignies - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : non adastré
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    (AD Nord, série O 104/42) des parcelles que la commune de Bouvignies se propose de vendre, non daté ) traversée et coupée en deux triangles par la rue de l'Eglise. L'espace libre du triangle nord est transformé Les archives permettent de comprendre la disposition actuelle de la place. En 1830, M. Hottin , instituteur, demande à acquérir un terrain de 10 ares, au coin de la place publique. Dans une lettre, le maire expose cette demande au sous-préfet et dit "estimer que cette aliénation nuirait ... à la régularité de construction projetée détruirait tout à fait l'uniformité de la place qui présente un alignement régulier sur les quatre faces" (AD Nord, série O 104/36). La délibération du conseil municipal du 15/04/1830 rappelle que "le terrain dont on demande la concession fait partie de la place publique qui a toujours servi aux amusements de la jeunesse et sur laquelle place est établi le jeu de balle". Aucun autre , mais proche de l'état du cadastre de 1858, montre clairement l'ancienne place rectangulaire (1830
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La place est de forme triangulaire et est bordée de deux maisons sur le côté nord-ouest . L'élévation postérieure de l'ancienne école, transformée en mairie, donne sur le côté sud-ouest. Un bâtiment préfabriqué abritant la bibliothèque est situé le long de la rue de l'Eglise, sur le côté est. Trois maisons simples, en alignement, dévient de la rue côté est, rappelant le tracé primitif de l'aile droite de l'ancienne place. Ces maisons sont transformées, la deuxième conserve une mise en oeuvre de craie.
    Localisation :
    Bouvignies - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : non adastré
    Illustration :
    Plan de la place, 1830 (AD Nord). IVR31_20035901410X Plan des parcelles de la place à vendre, vers 1860 (AD Nord). IVR31_20035901408X Maisons élémentaires en alignement, côté est de la place. IVR31_20045900070X
  • Église paroissiale Saint-Maurice
    Église paroissiale Saint-Maurice Bouvignies - en village - Cadastre : 1859 B 202, 603 2003 B 0432
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    La date de construction de l'église primitive est inconnue. Suite à un incendie en 1477, le choeur et une partie de la nef sont restaurés. Le clocher est construit en 1521, comme en témoignent la date sur la clé du portail et l'image des Albums de Croÿ (1603). La flèche du clocher fait l'objet de de la tour-porche est remplacée en 1972 par un toit en pavillon.
    Référence documentaire :
    AD Nord : Série C pièces 3309, 3310. AD Nord : Série O 104 pièces 26, 27. PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ollehain, seigneurs du village au 16e siècle. L'édifice est de plan rectangulaire à trois vaisseaux , adjoint d'une abside à trois pans. L'ensemble est en brique et en grès, utilisé pour le rez-de-chaussée et toiture à deux pans, terminée par une croupe sur le choeur, est couverte de matériau synthétique. Le toit en pavillon de la tour est en ardoise. Les trois vaisseaux sont couverts de coupoles en pendentifs , le choeur d'un voûte en cul-de-four. Des colonnes doriques soutiennent les arcs en plein cintre des cinq travées de la nef. Le choeur est éclairé par quatre vitraux, dédiés à la mémoire des seigneurs du village, les Nédonchel. L'église conserve le tombeau de Georges de Nédonchel (1601) (Classé MH au titre objet 11/05/1933) (notice PM59000174) et une copie de la Descente de Croix de Van Dyck, attribué à
    Couvrements :
    cul-de-four
    Illustration :
    Vue générale depuis la rue de l'Eglise. IVR31_20095902063VA Vue générale de trois quarts, depuis la rue de la Place. IVR31_20045900073X Vue générale de trois quarts, le cimetière au premier plan. IVR31_20045900146V
  • Calvaire, oratoires Sainte-Thérèse-de-Lisieux et Notre-Dame-de-Lourdes
    Calvaire, oratoires Sainte-Thérèse-de-Lisieux et Notre-Dame-de-Lourdes Bouvignies - route de Flines rue du Fief rue du Petit-Hem - en village - Cadastre : 2003 C 0967
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Un calvaire figure sur le plan des terres et de la seigneurie établi pour le marquis de Nédonchel en 1781 (AD Nord, Plan Douai 94). Celui visible aujourd'hui a été réalisé entre 1928 et 1930. Les robiniers ont été plantés en 1920 par Jules Durieux. Les chapelles disposées de part et d'autre de la croix portent une plaque commémorative mentionnant leur commanditaire, Jean-Baptiste Dubuissez, et la date de 1928. Les statues originelles de la Vierge Marie et saint Jean de la Croix ont été remplacées par une statue en plâtre de sainte Thérèse de Lisieux, offerte par Cécile Wartelle-Carpentier, et une statue de Notre-Dame de Lourdes offerte par Cécile Hadoux-Delrue. La croix du calvaire a été réalisée par le
    Référence documentaire :
    MONNIER, Bernard. Circuit des chapelles de Bouvignies. Bouvignies : Association Bouvignies hier et AD Nord : Série Cartes et Plans : Plan Douai 94.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'ensemble est situé sur une butte artificielle d'environ 20 m de diamètre et 4 m de haut, ceinte par un muret, plantée de robiniers faux-acacias, accessible par un escalier en pavés. Le calvaire est situé au sommet, les deux chapelles sont disposées de part et d'autre, de manière symétrique, légèrement en contre bas. La croix est en fonte (?), dressée sur un soubassement cimenté. Les chapelles sont de plan triangulaire (1,50 m de façade et de côté, 2,90 m de haut), sur un soubassement en ciment, élevées plaque de fondation en carreaux de faïence jaune, disparue sur la chapelle de gauche (sainte Thérèse de
    Localisation :
    Bouvignies - route de Flines rue du Fief rue du Petit-Hem - en village - Cadastre : 2003 C
    Titre courant :
    Calvaire, oratoires Sainte-Thérèse-de-Lisieux et Notre-Dame-de-Lourdes
    Vocables :
    Sainte-Thérèse-de-Lisieux Notre-Dame-de-Lourdes
  • Jardin de Jean-Philippe Carlier
    Jardin de Jean-Philippe Carlier Bouvignies - Le Calvaire - 1220 rue du Fief - en écart - Cadastre : 2011 A02 893
    Copyrights :
    (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général
    Historique :
    Jean-Philippe Carlier est né à Raismes dans le Nord. Cela fait plus de seize ans qu'il vit ici avec au rebut. Son jardin a fait l'objet de plusieurs articles parus dans la Voix du Nord en 2010 et 2014 venus de l'étranger, sont passés pour visiter son jardin. Et le succès continue puisque l’originalité du sa femme et sa fille. Il a commencé ce travail pendant une période de longue maladie pour s'occuper le corps et l’esprit. Il a travaillé au MIN (marché d'intérêt national) de Lomme comme aide vendeur . Durant son enfance, il a été écarté de sa famille et placé dans un centre d’accueil. Tout a commencé en 2010 quand monsieur Carlier, assisté de son épouse, décide de décorer leur jardin dès les beaux jours venus, aux alentours de mai, avec des objets de récupération et quelques œuvres qu'il réalise lui-même à partir de branches et morceaux de bois ou encore planches de bois peintes. Il renouvelle donc la garage. Le reste du temps hivernal est occupé à la recherche de nouveaux objets. Le but recherché est de
    Description :
    La maison et le grand jardin de Jean-Philippe Carlier se situent le long d’une petite route départementale à l'écart du village. L'entrée du jardin est signalée par un panneau indiquant "le petit monde de d'objets récupérés qui sont installés, disposés et associés entre eux au gré des envies de monsieur Carlier structure en troncs et branches d'arbres récupérés à proximité recouverte d'une toile de tente (ou plus exactement d'une casquette de caravane). A l'intérieur est disposé un plateau avec un service à thé oriental invitant à un moment de détente. Plus loin, un emplacement était réservé à d'anciens outils tels une derniers provenant de Haute Savoie. On y trouvait également des meubles, dans un espace qui semblait reconstituer un salon des années 70 - 80 où aucun objet de la société de consommation ne manquait. Se cotoyaient une assiette avec un dessin de l'église de Orchies et un banc de musculation (qui provient de Valenciennes). Plus loin, un petit espace salle de séjour où trônait une vieille télévision à tubes cathodiques
    Titre courant :
    Jardin de Jean-Philippe Carlier
    Aires d'études :
    Nord
    Illustration :
    Vue partielle de l'installation, située près de l'entrée et consacrée au thème de l'école Vue partielle : le repos de la peluche. IVR31_20125900138NUC4A Vue partielle : atelier de mécanique. IVR31_20125900143NUC4A Vue partielle : thème des travaux de voirie et de la route. IVR31_20125900144NUC4A VUe partielle sur le thème de la pêche. IVR31_20125900152NUC4A Vue partielle sur le thème des animaux de la forêt. IVR31_20125900181NUC4A Portrait de Jean-Philippe Carlier dans son jardin en 2015. IVR31_20165900328NUC4A Portrait de Jean-Philippe Carlier. IVR31_20165900349NUC4A
1