Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 121 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Eglise paroissiale du Saint-Curé-d'Ars
    Eglise paroissiale du Saint-Curé-d'Ars Arras - rue de Provence - en ville - Cadastre : 2005 AS 64
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    souscriptions. L'église est réalisée en 1959-1960 sur les plans de l'architecte Jean Gondolo, assisté de Jacques
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Description :
    par le Père Pierre Cholewka, de l'abbaye de Wisques (Pas-de-Calais). La façade dotée d'un large auvent L'église du Saint-Curé-d'Ars est la première église de France totalement conçue en bois lamellé -collé. La charpente couverte d'ardoise descend jusqu'au sol, évoquant la tente de Dieu au milieu des hommes. Les murs gouttereaux et de façade sont formés d'une bande ininterrompue de dalles de verre conçue est ornée d'une grande verrière et d'un mât de 18 mètres de haut portant la croix.
    Localisation :
    Arras - rue de Provence - en ville - Cadastre : 2005 AS 64
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
  • Eglise paroissiale Saint-Paul
    Eglise paroissiale Saint-Paul Arras - rue Paul-Claudel - en ville - Cadastre : 2005 BT 291
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    L'église Saint-Paul est élevée dans une paroisse créée en 1961 dans un quartier d'Arras en cours de peuplement. L'architecte de l'évêché Jacques Durand en conçoit les plans. L'église est élevée en 1966-1968.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Canton :
    Arras-Nord
    Description :
    L'église Saint-Paul a une structure en béton armé et une maçonnerie de briques. Elle est couverte première du diocèse d'Arras construite après le concile de Vatican II en respectant strictement les nouvelles directives concernant l'aménagement liturgique des lieux de culte catholique. La nef de plan polygonal comporte 630 places. Les bancs de l'assemblée sont disposés en rangs concentriques autour du choeur. Le mur de façade est prolongé par un clocher-signal portant la croix.
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Élévation générale est et nord de l'église. IVR31_20156200219NUCA Élévation générale sud de l'église. IVR31_20156200231NUCA Élévation générale est de l'église avec son clocher. IVR31_20156200220NUCA Porche d'entrée de l'église. IVR31_20156200221NUCA Vue générale de trois quart gauche vers le choeur. IVR31_20156200222NUCA Vue générale de trois quart gauche vers l'entrée. IVR31_20156200223NUCA Vue générale de trois quart vers le côté gauche depuis le choeur. IVR31_20155908170NUCA
  • Eglise paroissiale Saint-Sauveur
    Eglise paroissiale Saint-Sauveur Arras - rue Gaston-Debray - en ville - Cadastre : 2005 AL 21
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale églises paroissiales et chapelles du Nord-Pas-de-Calais 1945-2010
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église Saint-Sauveur est élevée sur les fondations de la précédente. C'est un édifice en brique de plan rectangulaire de forme traditionnelle, couvert de tuiles Gilardoni. Un porche-clocher massif devance une nef couverte par un toit à longs pans. A l'intérieur, l'aménagement de la nef correspond à une image plus moderne du lieu de culte. En effet, l'unique vaisseau, bien éclairé, est aménagé avec sobriété et sa voûte est d'une seule portée, sans pilier intermédiaire. Les vitraux sont l'oeuvre de Ripeau
    Aires d'études :
    Pas-de-Calais
    Illustration :
    Vue générale de la nef vers le choeur. IVR31_20156200234NUCA Vue générale de la nef depuis le choeur. IVR31_20156200235NUCA Vue du côté droit de la nef, depuis la tribune. IVR31_20156200248NUCA Vue générale des verrières de la nef du côté gauche. IVR31_20156200240NUCA Vue de la verrière droite de la salle paroissiale située le long de la nef, côté droit Vue de la verrière gauche de la salle paroissiale située le long de la nef, côté droit Verrières de la troisième chapelle, le long de la nef, côté gauche. IVR31_20156200243NUCA Verrières de la deuxième chapelle, le long de la nef, côté gauche. IVR31_20156200244NUCA Verrières de la première chapelle, le long de la nef, côté gauche. IVR31_20156200245NUCA Verrière de la tribune, surplombant la nef côté gauche. IVR31_20156200247NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 2 place de la Vacquerie - en ville - Cadastre : 2008 AB 1290
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    de décor moderne qui permettent d'assigner à l'édifice un style Art déco (cf. A.D. Pas-de-Calais , dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de-Calais, série 2O, sous-série 390 1). L'immeuble précédent l'édifice actuel a été totalement anéanti lors de la Première Guerre mondiale par les bombardements continuels. Il était alors à usage de café (estaminet). Il a fait l'objet d'un projet de reconstruction (projet de remploi) dès 1920 et a été rebâti dans un style classique tout comme l'ensemble des immeubles de la place de la Vacquerie dont la mise en oeuvre devait servir de cadre à l'hôtel de ville ; telle était la préconisation énoncée dans les articles relatifs à la reconstruction
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble occupe les trois-quarts de la largeur de l'îlot. L'ensemble du rez-de-chaussée est dévolu à l'activité commerciale. Les deux étages sont rythmés par sept travées de baies rectangulaires délimitées par des pilastres à faible saillie. La façade est constituée d'un parement de brique sur les trumeaux et de béton peint en blanc pour les pilastres, le bandeau central et la corniche. Des lucarnes à frontons cintrés éclairent l'étage de comble. Cet immeuble, qui trouve son pendant sur l'autre côté de la place, est de style classique. Sa structure et ses parties constituantes (les pilastres, les bas-reliefs de ses consoles et les ferronneries des garde-corps des baies du premier étage) témoignent de ce style. Quelques éléments de style Art déco viennent orner la frise sommitale de la façade : elle du deuxième étage à motifs géométriques et à spirales et sur les frontons des lucarnes ornés de
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Arras - 2 place de la Vacquerie - en ville - Cadastre : 2008 AB 1290
    Annexe :
    pas avec les façades classées ou si elles sont de nature à en gêner les perspectives (AD Pas-de-Calais , Travaux confortatifs. Article 39 : Les façades de la rue du 29 Juillet et de la place Victor-Hugo devront être composées suivant l'ordonnance actuelle de ces places. Les façades de la place du Théâtre elles s’harmonisent avec le Théâtre. Il en est de même pour les façades de la place de la Vacquerie, de la rue de la Braderie et de la rue Jacques-Caron qui devront former un cadre à l’Hôtel de Ville et de prévues à ces emplacements. De même les propriétaires des maisons avoisinant les édifices classés devront présenter leur projet de façade au Conseil Municipal qui pourra les refuser si ces façades ne s’harmonisent , série 2 O, sous-série 390 1, Arras : projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925).
    Illustration :
    Vue des ruines de l'immeuble du 2 place de la Vacquerie. IVR31_20096200312NUCB Vue de détail des baies du second étage-Frise et appuis de baies sculptés de fleurs et de motifs
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 13 place du Théâtre - en ville - Cadastre : 2008 AB 2
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , succéda un commerce de chaussures, puis un salon de beauté (cf. A.D. Pas-de-Calais, série 10R9, sous-série L'immeuble précédent l'édifice actuel a été fortement endommagé au cours de la Première Guerre l'issue des travaux d'alignement des rues arrageoises vers 1925. Le rez-de-chaussée de l'immeuble était constitué d'un café, le café de la Paix, considéré par les Arrageois comme un lieu convivial et un point de rassemblement lors des festivités de la ville. Ce café fut intégré à la reconstruction dans un style classique de l'immeuble à partir de 1926 ; elle est due à l'architecte Emile Rousseau. Les travaux furent effectués par la Société d'Entreprises de Constructions et de Travaux publics d'Arras. Au café de la Paix
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble, à pan arrondi, est positionné sur l'angle de la place du Théâtre et de la rue Ernestale éléments de modénature. Cette peinture semble issue d'une récente restauration de la façade. L'immeuble est constitué de trois travées sur la façade de la place du Théâtre et de deux travées sur la façade rue croisées couvertes en anse de panier. L'ensemble de leurs menuiseries est peint en blanc. L'immeuble est de style classique, s'intégrant dans l'harmonie d'ensemble de la place. Les décors géométriques des ferronneries et la frise composée de grappes de raisins sont de style Art déco et apportent une touche de
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Annexe :
    pas avec les façades classées ou si elles sont de nature à en gêner les perspectives (AD Pas-de-Calais , Travaux confortatifs. Article 39 : Les façades de la rue du 29 Juillet et de la place Victor-Hugo devront être composées suivant l'ordonnance actuelle de ces places. Les façades de la place du Théâtre elles s’harmonisent avec le Théâtre. Il en est de même pour les façades de la place de la Vacquerie, de la rue de la Braderie et de la rue Jacques-Caron qui devront former un cadre à l’Hôtel de Ville et de prévues à ces emplacements. De même les propriétaires des maisons avoisinant les édifices classés devront présenter leur projet de façade au Conseil Municipal qui pourra les refuser si ces façades ne s’harmonisent , série 2 O, sous-série 390 1, Arras : projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925).
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade sur la place du Théâtre et sur la rue Ernestale, 1926 Vue de l'immeuble du 13 place du Théâtre. IVR31_20096200071XB Vue de l'immeuble du 13 place du Théâtre, construction avant l'alignement de la rue Le Café de la Paix, 13 place du Théâtre. IVR31_20096200076XB Frise et cartouches décoratifs constitués de grappes de raisins. IVR31_20096200218NUCA
  • Maisons
    Maisons Arras
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruction de la ville après la Première Guerre mondiale. Les maisons situées en centre-ville, gravement
    Référence documentaire :
    Organismes temporaires de la Première Guerre Mondiale. AD Pas-de-Calais. Série 10R9. Organismes Le Régionalisme. VIGATO, Jean-Claude. Le Régionalisme. Paris : Editions de la Villette, 2008. temporaires de la Première Guerre Mondiale.
    Description :
    La grande majorité des maisons sont mitoyennes, faites de béton et de brique et recouvertes d'ardoise dite ardoise d'Angers. Elles sont édifiées sur un étage avec étage de comble et se composent principalement de deux ou de trois travées. Pour un grand nombre de maisons, l'une de ces travées est en légère saillie et s'achève par un fronton-pignon. Sur les façades de ces maisons, l'Art déco prend la forme d'une profusion de décors floraux et géométriques (motifs circulaires majoritairement) qui ornent des façades à
    Texte libre :
    construites par des architectes agréés dans le département du Pas-de-Calais pour les travaux de reconstruction matériaux et aux formes traditionnelles du nord de la France, définis par la loi sur les dommages de guerre les bandeaux des constructions. La brique employée est une brique rouge-orangée, typique du nord de la à pas-de-moineaux. Sur ces façades à caractère régionaliste, le style Art déco est présent par pas-de-moineaux. L’Art déco s’est frayé un chemin sur les façades de ces maisons par l’intermédiaire ornements Art déco », les deux styles demeurant étroitement associés dans le nord de la France au cours de , 5 sont pourvues de boutiques en rez-de-chaussée ; cette spécificité tend à rappeler la fonction commerciale de la ville qui s’est dotée, dès le 19e siècle, de nombreuses maisons de commerce. Les maisons repérées sont issues de la période de la reconstruction qui succède à la Première Guerre mondiale ; leur construction s’échelonne de 1920 à 1936. Elles ont toutes été marquées, de manière visible ou plus discrètement
  • Immeubles à logement
    Immeubles à logement Arras
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , avec une dominante entre 1925 et 1930. Cette période correspond à la reconstruction de la ville qui s'étendit de 1919 à 1936. La grande majorité des immeubles firent l'objet de réparations dans l'immédiat après-guerre mais l'application des plans d'alignement de la ville vers 1925-1926 entraîna la démolition partielle de la plupart d'entre eux, suivie de leur reconstruction dans leur état actuel.
    Référence documentaire :
    La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre. BUSSIERE, ERIC , MARCILLOUX, Patrice, VARASCHIN, Denis. La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Pas-de-Calais, 2002, p.188-192.
    Description :
    , édifiés sur un parcellaire étroit, issu de l'ancien parcellaire médiéval. Ils sont généralement construits sur deux étages avec le rez-de-chaussée dévolu à l'activité commerciale. Les immeubles ont pignon sur rue ; ceux-ci sont traités de manière originale empruntant leurs formes et leurs décors à la fois au formes et motifs de l'architecture classique. De manière générale, décors floraux et motifs géométriques caractéristiques du style apparaissent en profusion sur des façades de tout style.
    Texte libre :
    dans le département du Pas-de-Calais. L’ensemble des architectes recensés disposait d’un cabinet à œuvré à la construction de nombreux édifices dans le Pas-de-Calais et notamment de villas au Touquet Saint-Aubert qui s’achève par des pas-de-moineaux. Entre les années 1920 et 1930, l’Art déco s’épure et -de-chaussée est dévolu à une activité commerciale. En effet, ville commerçante, Arras dispose d’une architecture répondant à la fois aux fonctions commerciales et de logement. On distingue ainsi dans les parties constituantes de ces immeubles des boutiques, qui concernent 54 de ces immeubles, des cafés et des restaurants les rues commerçantes. Ils sont tous issus de la Première Reconstruction et ont été édifiés dans un style Art déco. Les variantes de ce style sont nombreuses dans cette catégorie d’édifices ; toutefois régionalisme qui marque la période et à l’architecture classique prééminente à Arras. I. Étude et évolution de l’hypercentre arrageois : du début du 20e siècle à la période de l’entre-deux-guerres Les immeubles à logements
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 1 rue Jacques-Le-Caron - en ville - Cadastre : 2008 AB 114
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    chantier fut achevé en 1933 (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de L'immeuble précédant la construction actuelle était à usage d'habitation et de café. Il fut totalement détruit par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale. Des baraquements provisoires occupèrent la parcelle durant la décennie 1920. Soumis à l'alignement de la rue Jacques-Le-Caron, sa reconstruction fut tardive et ne date que de 1931. Son style respecta les préconisations énoncées dans les articles relatifs à la reconstruction d'Arras qui prévoyaient de former un cadre à l'hôtel de ville par l'édification d'immeubles de style classique. Les travaux furent menés par l'entreprise de bâtiment de Louis Peulabeuf, sur les plans de l'architecte arrageois Julien Wirton. Les nombreuses sculptures taillées dans le -Calais, série 2O, sous-série 390 1).
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    Cet immeuble, positionné sur l'angle de la rue Jacque-Le-Caron et de la rue Désiré-Delansorne, est situé à proximité de la place de la Vacquerie. Il trouve son pendant dans l'immeuble situé au 2 place de la Vacquerie construit à l'identique. Il est en béton à minces parements de brique sur les travées latérales ; l'essentiel de la façade est en béton apparent peint en blanc. Il est rythmé par des travées de surmonté d'un étage de comble éclairé de lucarnes à frontons curvilignes. Cet édifice de style classique est orné de nombreux éléments de style Art déco : les cartouches floraux des linteaux des baies du deuxième étage sur lesquels viennent s'étendre des paniers de fruits et de fleurs, les frontons curvilignes des lucarnes, les cornes d'abondance de l'encorbellement des baies du deuxième étage et l'ensemble de leurs garde-corps constitués de spirales et de vagues.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction : plan du rez-de-chaussée, 1931. IVR31_20096200132XA Projet de reconstruction : détail façade et coupe, 1931. IVR31_20096200130XA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 22-28 place du Théâtre - en ville - Cadastre : 2008 AC 37
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    confection durant la première moitié du 20e siècle (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé ; A.D. Pas-de-Calais, série 2O, sous-série 390 1). L'immeuble précédant l'actuelle construction, fut détruit lors de la Première Guerre mondiale ; dénommé Au coin de rue, il était à usage de confection. Des baraquements provisoires firent office d'habitation jusqu'à sa reconstruction en 1925 sur les plans de l'architecte Georges Trassoudaine ; les travaux furent réalisés par l'entrepreneur général de béton armé Albert Deneuville et l'entrepreneur Edouard Delamotte, serrurier d'art et de bâtiment. Les travaux furent achevés en 1931, date du procès-verbal de réception définitive. Désigné sous l'appellation de Maison bleue, cet immeuble de commerce resta dévolu à la
    Référence documentaire :
    Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925. AD Pas-de -Calais, série 2O, sous série 390 1,Arras. Projet sur l'alignement, l'aménagement et l'extension de la ville de 1921 à 1925.
    Description :
    L'immeuble, à pan coupé au rez-de-chaussée et au 1er étage, arrondi aux niveaux supérieurs, est positionné sur l'angle de la place du Théâtre et de la rue Saint-Aubert. Il est construit en béton recouvert d'une peinture blanc cassé. Les éléments de modénature sont peints dans des tons bleu et chair. Il est constitué de six travées de baies rectangulaires. Les baies du premier étage et de l'étage de comble aux menuiseries peintes en blanc sont contemporaines de la construction de l'immeuble ; au deuxième étage, elles ne sont plus d'origine. A première vue, le style sobre et l'ordonnance de cet immeuble permettent de le classer dans le registre classique caractéristique de l'architecture de la place du Théâtre . Toutefois, les éléments de modénature évoquent un Art déco géométrique qui réinterprète de façon moderne ce à motifs circulaires. Le cartouche polygonal du fronton de la lucarne d'angle est orné des motifs disparition d'éléments de décor.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Projet de reconstruction, façade place du Théâtre-angle rue Saint-Aubert, 1925. IVR31_20096200098XA Projet de reconstruction : façade rue des Rapporteurs, 1925. IVR31_20096200099XA Vue de l'angle de l'immeuble du 22-28 place du Théâtre- Magasin Au coin de rue, vers 1904-1906
  • Garage Willerval
    Garage Willerval Arras - 25 rue Pasteur - en ville - Cadastre : 2008 AH 46
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , Arras : Imprimerie du Courrier et du Pas-de-Calais, 31 vol., coll : Annuaire guide 1888). Le garage fut construit en 1929. Il portait le nom de Garage Schlosser qu'il conserva jusque dans les années 1950 (cf. Indicateur de la ville d'Arras et de ses faubourgs, 1924-1925, 1927-1934, 1936
    Référence documentaire :
    -1902, 1904-1914, 1924-1925, 1927-1934, 1936. Arras : Imprimerie du Courrier et du Pas-de-Calais, 31 vol Indicateur de la ville d'Arras et de ses faubourgs : 1889, 1891-1897, 1900-1902, 1904-1914, 1924 -1925, 1927-1934, 1936. Indicateur de la ville d'Arras et de ses faubourgs : 1889, 1891-1897, 1900
    Dénominations :
    garage de réparation automobile
    Description :
    Ce garage est composé de béton peint en blanc ; les pilastres à faible saillie encadrant la travée se caractérise par sa symétrie et par l'aspect géométrique de son fronton à pans coupés ainsi que de l'ensemble des éléments de modénature. Ces éléments sont rythmés par un ensemble de quatre pilastres cannelés encadrant les trois travées de l'édifice. Les cannelures, surmontées de chapiteaux géométriques, sont répétées sur l'encadrement des baies du premier étage. Cet édifice, dont la date de construction (1929) est : le béton s'effrite et elle semble avoir été amputée de certains éléments comme en témoignent les
  • Présentation de la commune d'Arras
    Présentation de la commune d'Arras Arras - - - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , constituent l'un des plus prestigieux ensemble du patrimoine monumental de l'Europe du Nord et ses façades Capitale de l'Atrébatie à l'époque romaine, Arras dit Nemetocenna, est le carrefour d'un réseau conséquent de routes dont la plus importante, la chaussée Brunehaut reliant Arras à Thérouanne, capitale de la Morinie, est encore visible à l'heure actuelle. Capitale de l'Artois et siège d'un évêché à de la tapisserie à partir du 14e siècle. Haut lieu de commerce, elle le reste jusqu'au 19e siècle où marchands, boutiquiers et artisans constituent la part la plus importante de sa population. Aujourd'hui agricole.£L'importance acquise par la ville au cours des siècles d'un point de vue stratégique, religieux et économique a rejailli sur la vie culturelle de la ville et sur son cadre bâti : ville d'érudits et de bourgeois, Arras s'est dotée d'un environnement architectural de grande qualité dominé par l'architecture classique du18e siècle très présente dans le centre-ville, autour de l'abbaye Saint-Vaast où
    Référence documentaire :
    La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre. BUSSIERE, ERIC , MARCILLOUX, Patrice, VARASCHIN, Denis. La grande reconstruction : reconstruire le Pas-de-Calais après la Pas-de-Calais, 2002, p.188-192. 1891 à nos jours). In Histoire et mémoire. Dainville : Archives Départementales du Pas-de-Calais, 2007. -1902, 1904-1914, 1924-1925, 1927-1934, 1936. Arras : Imprimerie du Courrier et du Pas-de-Calais, 31 vol Pas-de-Calais, 1987. : Archives départementale du Pas-de-Calais, 1997. La reconstruction d'Arras au lendemain de la Première Guerre Mondiale. BOURGEOIS, Jean-Christophe . La reconstruction d'Arras au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Villeneuve d'Ascq : Editions Arras et sa banlieue. CORNETTE, André. Arras et sa banlieue. Villeneuve d'Ascq : Université de
    Titre courant :
    Présentation de la commune d'Arras
    Illustration :
    Plan de la ville d'Arras en 1943. IVR31_20096200323NUCA
  • École maternelle Séverine
    École maternelle Séverine Arras - 30 rue Paul-Doumer - en ville - Cadastre : 2008 AC 3
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    détruite en partie au cours de la Première Guerre mondiale. Elle fit l'objet d'une demande de permis de construire dès 1919 mais les indicateurs de la ville n'atteste de son existence qu'à partir de 1926. Elle Caroline Séverine (cf. Indicateur de la ville d'Arras et de ses faubourgs, 1924-1925, 1927-1934, 1936 ; Service d'urbanisme de la mairie d'Arras, base de données extraite du logiciel cadastral CadamapX, 2008).
    Référence documentaire :
    -1902, 1904-1914, 1924-1925, 1927-1934, 1936. Arras : Imprimerie du Courrier et du Pas-de-Calais, 31 vol Indicateur de la ville d'Arras et de ses faubourgs : 1889, 1891-1897, 1900-1902, 1904-1914, 1924 -1925, 1927-1934, 1936. Indicateur de la ville d'Arras et de ses faubourgs : 1889, 1891-1897, 1900
    Description :
    L'édifice forme l'angle de la rue Paul-Doumer et de la rue des Teinturiers. Il est formé d'un corps central disposé sur l'angle et de deux ailes latérales en saillie. Il est construit en béton et en pierre constituant chaînes d'angles et chaînes verticales à bossage. L'entrée de l'école est desservie par un deux colonnes monolithes. La base de l'escalier est marquée par des caractères scripturaux : école maternelle désignant la fonction du bâtiment. Grilles et porte en fer forgé ornent le pourtour de l'édifice style Art déco : grilles en fer forgé à motifs géométriques, forme tubulaire des supports de la tourelle et écriture géométrique. L'agencement des différentes parties de l'édifice témoigne également d'une
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Détail de la tourelle soutenue par deux colonnes monolithes. IVR31_20096200256NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 20 boulevard de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2008 AB 717
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    travaux des Sociétés Coopératives de reconstruction dans le Pas-de-Calais (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier La construction précédant l'actuel immeuble fut endommagée par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Les travaux de reconstruction furent menés vers 1925 par l'entreprise arrageoise de bâtiment de Louis Peulabeuf, sur les plans de l'architecte arrageois Jean Lacoste, agréé pour les de la Reconstruction non classé).
    Description :
    Cet immeuble en pierre, brique et béton, situé sur le boulevard de Strasbourg, affiche le style classique caractéristique de ce secteur : en témoigne l'encadrement à refends des pierres de l'avant-corps situé sur la partie droite de l'immeuble, les chaînages harpés de l'encadrement des baies, les baies aux ferronneries aux motifs de vagues caractéristiques de l'Art déco, qui apportent une légère touche de modernité
    Localisation :
    Arras - 20 boulevard de Strasbourg - en ville - Cadastre : 2008 AB 717
    Illustration :
    Projet de reconstruction : façade et coupe, 1934. IVR31_20096200120XA Projet de reconstruction : façade et coupe, 1934. IVR31_20096200119XA Balcon en fer forgé aux motifs de vagues de style Art déco. IVR31_20096200172NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 12 rue des Balances - en ville - Cadastre : 2008 AB 880
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruit sous la direction de l'architecte arrageois Ludovic Roussel au début des années 1920 (cf. A.D. Pas -de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). L'immeuble précédent l'actuel édifice fut détruit lors de la Première Guerre mondiale. Il fut
    Description :
    Cet immeuble est constitué de matériaux hétérogènes. Le rez-de-chaussée à usage de commerce est en béton imitant la pierre, les menuiseries de la vitrine et de la porte cochère sont en chêne ; elles semblent être contemporaines de la construction de l'immeuble. Le couronnement du magasin et de la porte cochère est surmonté d'un parement de briques dont le bon état signale une récente restauration. Les deux étages carrés se distinguent par un parement de briques différent, plus ancien que le parement qu'il matériaux nobles tels que la pierre et la structure générale de l'immeuble caractérise ce style. Toutefois , certains éléments de modénature sont de style Art déco : c'est notamment le cas des consoles et des agrafes à vagues sont également de style Art déco.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Détail d'un garde-corps constitué de motifs à spirales et de vagues. IVR31_20096200184NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 17 rue des Portes-Cochères - en ville - Cadastre : 2008 952 AB
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    dès 1920 sous la direction de l'architecte arrageois Paul Dupuis (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de L'immeuble, endommagé par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale, a été reconstruit
    Description :
    Cet immeuble est positionné sur l'angle de la rue des Portes-Cochères et de la rue Briquet -Taillandier. Il est composé de pierre et de béton. Il présente des baies à meneaux et à traverses en anse de panier qui caractérisent le style classique. La ferronnerie du balcon, positionné sur l'angle de l'édifice, est constituée de motifs à spirales insérés dans des formes carrées et circulaires qui donnent à l'édifice une nuance Art déco. Elle présente des traces de rouille qui signalent son mauvais état de
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 4 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 39
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruction du département du Pas-de-Calais (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). Cet immeuble, à usage de commerce de chaussures dans les années 1920, a été endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Frappé d'alignement selon des plans approuvés par la sur les plans de l'architecte Léon Prévost, agréé pour les travaux des sociétés coopératives de
    Description :
    Cet immeuble mitoyen est édifié en béton dont les rainures imitent la pierre de taille, ce qui confère à la façade un style classique. Il est constitué de deux travées de baies rectangulaires. L'étage de comble comprend deux lucarnes à frontons triangulaires. L'ensemble des ornements décoratifs de la façade est de style Art déco : les fleurs en aplat des cartouches sur allèges, la corniche de denticules ainsi que les ferronneries aux paniers de fleurs géométriques.
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Détail des ornements de style Art déco. IVR31_20096200222NUCA
  • Maison
    Maison Arras - 15 rue Baudimont - en ville - Cadastre : 2008 BH 103
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    coopératives de reconstruction dans le département du Pas-de-Calais, fut associé au projet de reconstruction . Les travaux s'achevèrent en mai 1931 (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). L'édifice précédent la maison actuelle a été détruit par les bombardements lors de la Première Guerre mondiale. La maison a été reconstruite vers 1923 par l'entreprise de Lantoine, sur les plans de
    Description :
    béton peint dans une teinte jaune pâle sur la moitié basse de la façade. Le pignon à redents , caractéristique de l'architecture flamande, confère à l'édifice son style régionaliste. Le balcon en fer forgé est de style Art déco : les paniers stylisés et les motifs circulaires positionnés le long de celui-ci sont représentatifs de ce style.
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
  • Maison
    Maison Arras - 16 place de la La Vacquerie - en ville - Cadastre : 2008 AB 171
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    , architecte arrageois, agréé pour les travaux des Sociétés Coopératives de reconstruction du Pas-de-Calais ruine (cf. A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). La maison fut très atteinte par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale tout comme l'ensemble des édifices de la place de la Vacquerie. Sa reconstruction est due à Ludovic Roussel . Elle fut édifiée après 1922, date à laquelle la plupart des édifices de la place étaient encore en
    Description :
    Cette maison, dont le rez-de-chaussée est dévolu à l'usage de commerce, est couverte d'un parement de brique. Le béton n'est apparent que pour les éléments de support : soubassement à larges refends , balcons et consoles de la baie du premier étage, encorbellement du balcon de la baie de l'étage de comble , corniche, rives de pignon. Les éléments de modénature sont également constitués de béton. Le rez-de -chaussée est percé de deux grandes baies en plein-cintre. Son architecture mélange les styles : constituée de modénature lui donnent une touche Art déco : panier de fleurs situé en haut du pignon, frise florale, nid de cigogne aux motifs floraux culminant en haut du pignon. Les ferronneries des balcons et
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    maison avec boutique en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Arras - 16 place de la La Vacquerie - en ville - Cadastre : 2008 AB 171
    Illustration :
    Vue des ruines de la maison du 16 place de la Vacquerie. IVR31_20096200313NUCB Pignon empreint de régionalisme flamand et de style Art déco. IVR31_20096200204NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 72 rue Saint-Aubert - en ville - Cadastre : 2008 AC 78
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    reconstruction dans le Pas-de-Calais, et de Victor Girard, entrepreneur. Au regard de l'état actuel de l'immeuble . A.D. Pas-de-Calais, dossier de la Reconstruction non classé). Le bâtiment précédant l'actuel immeuble fut endommagé par les bombardements au cours de la Première est l'oeuvre de l'architecte Ludovic Roussel, agréé pour les travaux des Sociétés Coopératives de , le plan d'architecte accompagnant le projet de reconstruction en 1928 a été strictement respecté (cf
    Description :
    Cet immeuble, construit en béton peint et en marbre sur le rez-de-chaussée, est positionné sur l'angle de la rue Saint-Aubert et de la rue des Agaches. Il est constitué de trois travées de baie : la ensemble de trois baies ; les travées latérales sont à baies uniques. L'immeuble est de style Art déco : le traitement de son angle emprunte ses courbes au style baroque. Les allèges des baies et la partie médiane du fronton cintré sont constitués de décors sculptés mêlant fleurs en aplat, vagues et motifs zigzagants , formes géométriques et rubans. Les ferronneries des garde-corps sont composées de formes géométriques
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Décor sculpté du fronton, mêlé de fleurs en aplat, de rubans et de vagues. IVR31_20096200252NUCA Détail d'une allège sculptée de fleurs en aplat et de formes géométriques. IVR31_20096200253NUCA
  • Immeuble à logements
    Immeuble à logements Arras - 41 rue Désiré-Delansorne - en ville - Cadastre : 2008 AB 1012
    Copyrights :
    (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général
    Historique :
    Desmartin, sur les plans de l'architecte arrageois André Teppe (cf. A.D. Pas-de-Calais, série 10R9, sous L'immeuble de commerce précédant l'actuel l'immeuble fut endommagé par les bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Soumis à l'alignement de la rue Saint-Géry, appelée aujourd'hui Désiré-Delansorne, il ne fut reconstruit que vers 1931 par l'entreprise générale de béton armé de Jean
    Description :
    Cet immeuble mitoyen est en béton à parement de briques et en béton apparent aux corniches, bandeau travée de droite, plus large, avec son oriel aux 2e et 3e étages et son fronton. La frise est constituée de cartouches de briques à dents d'engrenage saillantes. L'immeuble se distingue par un fronton
    Typologies :
    immeuble à logements avec boutique en rez-de-chaussée
1 2 3 4 7 Suivant