Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de fabrication de matériaux de construction Verdavaine et fils

Dossier IA59002468 réalisé en 2004

Fiche

Appellations Verdavaine et fils
Parties constituantes non étudiées cour, logement patronal, grange, étable à chevaux
Dénominations usine de fabrication de matériaux de construction
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
Hydrographies Basses-Molières courant des
Adresse Commune : Sars-et-Rosières
Lieu-dit : Cantraine
Adresse : 25 rue de Bouillon
Cadastre : 1830 B 489 ; 1913 231-234 ; 2003 A 778-781

D'après la source orale, la fabrique de carreaux de ciment a fonctionné de 1870 environ à 1977, avec une interruption durant la Seconde Guerre mondiale. Elle date de l'époque ou les carreaux de sol en ciment supplantent les carreaux en terre cuite (tomettes).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle

L'ensemble affecte une forme en U, bordé à l'ouest par le courant des Basses-Molières. La cour, fermée par un mur et, du côté du logis, par un portail mixte en métal (à deux battants à droite, à un battant à gauche, contre le logis patronal) distribue à gauche le logis patronal, au fond les bâtiments de l'usine, à droite l'étable à chevaux accolée à la grange. Le logis patronal, perpendiculaire à la rue, est construit en brique couverte d'un enduit en ciment gravillonné imitant un appareil de pierre régulier ; il est à un étage carré et à 5 travées, couvert d'un toit à longs pans à croupes en tuile mécanique vernissée et orné d'une frise faîtière ajourée. Le mur sur rue affiche dans un cadre en ciment une inscription sur carreaux de céramique (d'une graphie de style Art nouveau) : FABRIQUE de CARREAUX de CIMENT - VERDAVAINE et ses FILS. Au fond de la cour, les bâtiments d'usine se développent en profondeur ; ils sont en rez-de-chaussée, en brique peinte en blanc et couverts de toits en tuiles flamandes ; la partie donnant sur la cour est formée de deux vaisseaux parallèles à la rue, probablement plus récente que le bâtiment donnant sur le courant des Basses-Molières dont il tirait son énergie, formé de quatre vaisseaux perpendiculaires aux précédents et accolés à eux. Des constructions en parpaing de ciment et en tôle leur ont été adjoints. A droite de la cour, une grange, dont un des murs latéraux donne sur la rue, est en brique peinte en blanc, à toit à longs pans à pignons découverts ; une niche dédiée à Notre-Dame de Lourdes est ménagée dans le mur sur rue ; la façade sur cour a été transformée lors de l'aménagement d'une partie de la grange en logement. Accolée à la grange, à l'arrière, se trouve une étable à chevaux en brique peinte en blanc, surmontée d'un fenil, dont la toiture en tuile flamande possède un large coyau sur cour.

Murs brique
enduit
Toit tuile flamande plombifère, tuile flamande, tuile mécanique
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
pignon découvert
croupe
Énergies énergie hydraulique
produite sur place
États conservations désaffecté
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional Scarpe-Escaut - Cailleau Cyril - Luchier Sophie