Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Station balnéaire

Dossier IA62001502 réalisé en 2006

" Vous voilà, dans un pays de sable, le chemin de fer vous a amené dans un vrai désert, en apparence. C´est (.) l´Egypte du côté de la Mer Rouge. "

C´est en ces termes qu´Aristide Danvin décrit dans son " Vade Mecum du baigneur de la plage de Berck " l´impression de l´étranger débarquant pour la première fois à Berck dans les années 1880. Cet ouvrage, paru en 1885, constitue le premier guide non-officiel de Berck-Plage. Fils du Docteur Danvin, figure locale marquante à l´origine de la station, Aristide Danvin est, à partir de 1845, villégiateur avec sa famille à Berck. Son ouvrage semble être un des témoignages les plus anciens sur la création. Il en actualisa l´expansion et la vie de la station.

Désert, aridité, grands espaces. A plusieurs reprises, il insiste sur le caractère naturel et sauvage du lieu. Berck-Plage, qui ne porte alors ce nom qu´officieusement, est encore à cette période et quoiqu´en plein essor, un village " far-west " de sable et de vent ponctué par des " baraques " ou encore "chalets " pour la plupart en bois. La rue de l´Impératrice, ancien chemin de démarrage, relie la station au village de pêcheurs de Berck-ville.

" ..De l´Entonnoir partent, à droite et à gauche, des rues parallèles, coupées par d´autres voies perpendiculaires à la mer, formant avec les premières une sorte de damier. Toutes ces rues sont bordées de chalets, le plus grand nombre isolés, n´offrant pas de caractère architectural, mais aménagés convenablement par leur destination, qui est de recevoir des enfants malades, dont un certain nombre y séjournent toute l´année".

Parties constituantes non étudiées lotissement, quartier
Dénominations station balnéaire
Aire d'étude et canton Berck - Berck
Adresse Commune : Berck

L´éleveur Bailly souhaite rendre fertile les garennes afin de nourrir ses bêtes et lance pour cela la plantation d´oyats pour fixer les dunes et assainir les marécages en 1805. Les terres gagnées sur la mer sont protégées par l´érection d´une digue située à l´emplacement de l´actuelle rue Rothschild à Berck-Plage. A sa mort en 1843, ses travaux d´aménagement ont contribué à lancer le développement du site. A partir de 1860 l´amoncellement du sable cesse peu à peu, formant un cordon de dunes, nivelées en 1863, année de la vente par les Domaines des lais appartenant à l´Etat à différents propriétaires qui sont à l´origine de la création des lotissements de la station. Vers 1850, lors d´une visite d´enfants malades placés par l´Assistance Publique chez des particuliers par le médecin-inspecteur du canton de Montreuil, le docteur Perrochaud, celui-ci découvre les bienfaits du traitement par la mer. Dès 1861, l´Assistance Publique décide de l´ouverture du premier hôpital de Berck-Plage dit " hôpital provisoire" composé de 100 lits, agrandi en 1869 pour accueillir 500 enfants, devenant l´hôpital Maritime (IA62001245), et inauguré la même année par l´impératrice Eugénie, en présence du prince impérial, du baron Haussmann et de la famille Rothschild. En 1872, le baron de Rothschild inaugure un nouvel établissement destiné aux enfants issus de familles juives nécessiteuses : l´hôpital Nathaniel de Rothschild. Dès 1880, l´Hôpital Maritime n´est plus en mesure de faire face à l´afflux des patients. L´Assistance Publique fait alors appel à des particuliers pour développer les possibilités d´accueil et le nombre de lits. D´autres hôpitaux, maisons de santé et sanatoria sont construits et agrandis tout au long de la première moitié du XXe siècle : instituts hélio-marin (IA62001355), Victor-Ménard (IA62001356), hôpital Pasteur (IA62001357), hôpital Bouville (IA62001358), Villa Normande (IA62001359), Villa de la Santé (IA62001360) et institut Notre-Dame-des-Sables (IA62001360), tandis que la station balnéaire prend son plein essor. En effet, l´originalité du site de Berck-Plage réside dans la naissance de l´opportunité d´une expérience médicale, c´est « l´hôpital qui fonde la ville », comme le rappellent les historiens Crépin et Lys-Cousin et non le tourisme balnéaire issu d´un projet immobilier purement spéculatif. Suite à la vente des lais de mer à des propriétaires privés qui lotissent leurs terrains, trois quartiers - lotissements voient le jour : le quartier Central - Rotschild (IA62001498), le quartier Lhomel (IA62001804), puis plus tard, le quartier Belle-Vue Terminus (IA62001394). La construction des chalets et maisons se développe pour loger les malades qui viennent se faire soigner mais également pour acueillir la famille. L'esplanade (IA62001498) ainsi que quelques autres îlots détruits en grande partie par l'édification du mur de l'Atlantique et par une bombe de la seconde guerre mondiale, est reconstruite dans les années 1950 (IA62001507). Peu de nouveaux programmes architecturaux ont été mis en oeuvre depuis la seconde guerre mondiale et la station ne s'est pas développée ni étendue, à l'exception des campings situés au nord. Vers 2005, à l´emplacement de l'hôpital Cazin-Perrochaud détruit et adossé à la chapelle Saint-Elisabeth (vestige de l´hôpital Cazin-Perrochaud) est construit un groupe d'immeubles de style néo-balnéaire.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : ,

" Vous voilà, dans un pays de sable, le chemin de fer vous a amené dans un vrai désert, en apparence. C´est (.) l´Egypte du côté de la Mer Rouge. " C´est en ces termes qu´Aristide Danvin décrit dans son " Vade Mecum du baigneur de la plage de Berck " l´impression de l´étranger débarquant pour la première fois à Berck dans les années 1880. Cet ouvrage, paru en 1885, constitue le premier guide non-officiel de Berck-Plage. Fils du Docteur Danvin, figure locale marquante à l´origine de la station, Aristide Danvin est, à partir de 1845, villégiateur avec sa famille à Berck. Son ouvrage semble être un des témoignages les plus anciens sur la création. Il en actualisa l´expansion et la vie de la station. Désert, aridité, grands espaces. A plusieurs reprises, il insiste sur le caractère naturel et sauvage du lieu. Berck-Plage, qui ne porte alors ce nom qu´officieusement, est encore à cette période et quoiqu´en plein essor, un village " far-west " de sable et de vent ponctué par des " baraques " ou encore "chalets " pour la plupart en bois. La rue de l´Impératrice, ancien chemin de démarrage, relie la station au village de pêcheurs de Berck-ville. " ..De l´Entonnoir partent, à droite et à gauche, des rues parallèles, coupées par d´autres voies perpendiculaires à la mer, formant avec les premières une sorte de damier. Toutes ces rues sont bordées de chalets, le plus grand nombre isolés, n´offrant pas de caractère architectural, mais aménagés convenablement par leur destination, qui est de recevoir des enfants malades, dont un certain nombre y séjournent toute l´année". Cette description reste d'actualité aujourd'hui.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Affiches publicitaires (AD Pas-de-Calais, 17 Fi/B97).

  • Plan de terrains délaissés par la mer, vers 1863 (AD Pas-de-Calais, Série Q : 2 Q 66 (?)).

  • Plage de Berck ; plan de lotissement des terrains à vendre, 1866 (AD Pas-de-Calais, 2Q72)

  • Plan d'un lotissement (Dubois ?), 1866 (?), (Collection particulière).

  • Plan d'assemblage du cadastre de 1912 (AD Pas-de-Calais, série P 108/4).

  • Plan topographique de la commune de Berck, dressé vers 1928, constituant un avant-projet d'aménagement visant à améliorer la voirie par rectification du tracé de certaines rues et routes existantes et par l'ouverture de nouvelles voie (AD Pas-de-Calais, série 2O 755/pièce n°2).

  • Plan de la ville de Berck dressé en 1945 (AD Pas-de-Calais).

Documents figurés
  • Berck d'Autrefois par Jan Lavezzari. Mairie de Berck : imprimerie à Montrouge, 1978. (AC Berck).

Bibliographie
  • VAILLANT Victor-Jules (1824-1904). Le boulonnais au XIXe siècle [texte imprimé]/vu par Victor-Jules Vaillant ; textes d'André Verley. [Wimille] : Punch Editions, 2002.

  • VAILLANT Victor-Jules (1824-1904). Albums, dessin n° 21 (Bibiothèque Municipale Boulogne-sur-Mer, 578 fol. 21 h).

  • DILLY, Georges, TROUBLÉ, Michel. Mémoire d’entre Canche et Authie, Berck-Plage. Tome II : Des touristes et des malades.- Saint-Josse-sur-Mer : Amis du Musée du Passé et de la Bibliothèque de Berck-sur-Mer et environs, 1987. 259 p.

  • CREPIN Guy, CREPIN Michel, LYS-COUSIN Catherine. Un hôpital crée une ville, Berck. CRADC, 1999.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Luchier Sophie - Faure Julie