Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Sanatorium mutualiste de Sailly-lez-Lannoy

Dossier IA59002005 réalisé en 2003

Fiche

Dénominations sanatorium
Aire d'étude et canton Nord - Pas-de-Calais - Lille-Est
Adresse Commune : Sailly-lez-Lannoy
Lieu-dit : chemin d'Hem
Adresse : rue des 3-Frères-Lefebvre
Cadastre : 2001 A 1069, 1070, 1072

Ce fut à l'Union des sociétés de secours mutuels de Roubaix et de ses cantons que revint l'initiative de la fondation de ce sanatorium qui était destiné aux adhérents de ces différentes sociétés de secours mutuels. L'Union des sociétés de secours mutuels acheta un terrain de 8729 m2 situé à la fois à distance du village et à l'écart de la route de desserte. Les plans de l'édifice qui furent établis par l'architecte Léon Vandekerchove le 1er mars 1928, reçurent l'approbation du ministre du Travail et de l'Hygiène le 21 juin 1929, puis celle du préfet du Nord le 6 septembre 1929. Le projet prévoyait l'installation de quatorze chambres à 3 lits, soit 42 lits, et de deux chambres d'isolement. Pour l'admission des malades tuberculeux, la préférence serait accordée aux adhérents des sociétés de secours mutuels de Roubaix, sociétés alors au nombre de cinquante deux, ainsi qu'aux membres de leur famille. Les travaux de construction furent exécutés par l'entreprise Léon Degallaix, concessionnaire des bétons armés Hennebique, entre le 1er juin 1930, date de la pose de la première pierre, et le 15 décembre 1931, date de la réception définitive des ouvrages. Leur financement fut assuré par le produit d'une souscription à laquelle s'ajoutèrent une subvention de 272 000 francs, accordée le 9 octobre 1929 par le Conseil général du département du Nord, et une allocation de 870 000 francs attribuée sur les fonds propres du ministère du Travail et de l'Hygiène dont le titulaire était alors le roubaisien Louis Loucheur. Par un arrêté du 21 juin 1929 émanant du ministre du Travail et de l'Hygiène, l'établissement avait été assimilé à un sanatorium public, ce qui avait permit l'octroi de subventions de l'État. Les dépenses de construction et d'aménagement se montèrent à 2 149 058 francs en mars 1932. L'inauguration officielle eut lieu le 8 novembre 1931, en présence du ministre de la Santé publique Camille Blaisot (ce ministère qui se substituait à celui du Travail et de l'Hygiène, venait d'être créé en avril 1930).

Le service des malades fut assuré au départ par les sœurs de Saint-Paul-de-Chartres, et ces sœurs continuèrent à pourvoir à cette tâche jusqu'en 1986, peu avant la fermeture définitive de l'établissement laquelle devint effective en novembre 1990. Ce fut alors que l'édifice fut racheté par une société belge dans l'intention d'y établir une maison de retraite et ladite société commença très vite à effectuer quelques travaux d'aménagements dans les locaux. La société se trouva cependant contrainte de renoncer à mener à terme son projet d'aménagement du fait qu'elle n'avait pas obtenu l'agrément des autorités compétentes, ce qui la poussa à abandonner définitivement les lieux. Après plusieurs années d'abandon, l'ensemble des bâtiments fut vendu en 2003 à une personne privée qui scinda le corps de logis principal du sanatorium en plusieurs entités distinctes pour en faire autant d'unités d'habitation.

Dates 1929, daté par source
Auteur(s) Auteur : Vandekerchove Léon, architecte, attribution par source

Le sanatorium comprenait un bâtiment principal destiné à abriter les chambres de malades et les services généraux et une habitation indépendante, sise près du portail d'entrée, qui servait vraisemblablement de logement au médecin-directeur. Le bâtiment d'hospitalisation était formé de trois parties en parfaite continuité les unes avec les autres : un corps central et deux corps latéraux disposés selon un angle obtus par rapport au corps central, la concavité de l'ensemble étant tournée vers le sud selon les normes alors en vigueur dans les sanatoriums. La configuration angulaire des corps latéraux par rapport au corps central visait à protéger du vent la galerie de cure d'air aménagée sur la face sud. Ces bâtiments étaient élevés d'un seul étage et simples en profondeur avec, à chacun des niveaux, toutes les salles distribuées du côté de leur face sud, un couloir de distribution régnant le long de leur face nord. Au rez-de-chaussée étaient situés les services généraux, les salles à manger et les salles de réunions, tandis que les chambres de malades étaient distribuées à l'étage. La galerie de cure d'air pour les phtisiques était disposée à l'avant du rez-de-chaussée du corps central du bâtiment d'hospitalisation, une des dispositions les plus courantes dans ce type d'établissement.

Murs brique béton armé
Toit tuile flamande mécanique
Plans plan symétrique
Étages 1 étage carré, sous-sol
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
États conservations remanié, désaffecté

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Nord, Lille, série X, projet de construction du sanatorium, 1928-1929 : 21 X 37402/3

    Archives départementales du Nord, Lille : 21 X 37402/3
Périodiques
  • "Le sanatorium mutualiste de Sailly-lez-Lannoy". In : Le Grand Hebdomadaire illustré, 8 novembre 1931, pages 732-733.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Laget Pierre-Louis