Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

orphelinat de filles, dit hôpital Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ou hospice Stappaert

Dossier IA59000778 réalisé en 2000
Genre de filles
Appellations hôpital Notre-Dame-des-Sept-Douleurs dit aussi hospice Stappaert
Parties constituantes non étudiées chapelle
Dénominations orphelinat
Aire d'étude et canton Nord - Pas-de-Calais - Lille-Sud-Est
Adresse Commune : Lille
Adresse : rue de la Vignette (ancienne) , rue de Paris
Cadastre : 1981 HT Le rue de la Vignette a disparu du réseau viaire.

Par un acte passé devant notaire en date du 31 octobre 1656, Jean Stappaert fonda un établissement pour recevoir dix filles orphelines et l'abrita dans une maison sise au coin de la rue du Plat et de la rue de la Vignette. En janvier 1673 le fils du fondateur, nommé également Jean, acquit une seconde parcelle beaucoup plus vaste, donnant sur la même rue de la Vignette, et y fit bâtir de nouveaux locaux dès l'année 1674 ainsi que l'atteste la date inscrite sur la plaque de fondation de l'ancienne chapelle. Le 11 juillet 1730 le Magistrat de la ville de Lille autorisa la réunion à l'hospice Stappaert d'une autre institution pour filles orphelines, la maison de la Présentation-Notre-Dame, qui avait été fondée en 1646 et qui était située rue des Jésuites, actuelle rue de l'Hôpital-militaire. En 1776 on décida de convertir les locaux donnant sur la rue des Malades, actuelle rue de Paris, en maison d'habitation en vue d'un louage, ce qui ferait du coup perdre à l'établissement son accès sur cette rue. Aussi fut-il prévu d'ouvrir une nouvelle entrée sur la rue de la Vignette. D'après les plans de distribution dressés à cette occasion et la requête jointe à ces plans, il y avait alors 36 lits répartis entre trois dortoirs situés au premier étage, avec en plus 5 lits placés dans la salle de l'infirmerie située au rez-de-chaussée et donnant sur une cour distincte de la cour principale, tandis que le nombre de pensionnaires s'élevait à 64.

L'hospice Stappaert fut conservé lors de la refonte des institutions d'assistance lilloises opérée durant la Révolution, refonte au cours de laquelle plusieurs établissements jugés de trop petite taille furent supprimés et réunis à des plus grands. Ainsi Le 7 pluviôse an V (26 janvier 1797), la commission des hospices civils décida qu'une autre institution pour filles orphelines, la maison des orphelines de la Conception ou Bonnes-Filles, qui avait été fondée en 1477, serait à son tour réunie à l'hospice Stappaert. A partir de février 1822, l'architecte des hospices civils L. Duhem reconstruisit en grande partie le corps de logis renfermant chapelle et réfectoire au rez-de-chaussée, deux dortoirs à l'étage. En septembre 1823, on projeta la construction, le long de la rue de la Vignette d'un bâtiment destiné à abriter un service de secours à domicile, ce qui semble bien avoir été exécuté au vu d'un plan-masse établi en avril 1831. En revanche, le projet de reconstruction, en février 1824, par le même Duhem, d'un bâtiment situé le long de la rue de la Vignette, destiné à abriter le passage d'entrée et le logement du portier au rez-de-chaussée, l'infirmerie au 1er étage, paraît ne pas avoir été réalisé.

Pour palier l'insuffisance des locaux, où étaient alors logées 60 pensionnaires, à laquelle s'ajoutait l'insalubrité du quartier populaire où était situé l'immeuble, la commission des hospices arrêta, le 18 novembre 1885, que l'hospice serait transféré dans un établissement plus vaste alors vacant, sis au 78 de la rue de la Barre, qui avait d'ailleurs été occupé jusqu'à la Révolution par un orphelinat. Les bâtiments de cet ancien orphelinat, dit maison de la Noble-Famille, furent donc restaurés entre 1886 et 1888 et le transfèrement définitif des pensionnaires de l'hospice Stappaert eut lieu en 1888. Quant à l'édifice qui avait abrité l'institution primitive, il fut presque entièrement détruit en octobre 1914 lors du pilonnage d'artillerie effectué par l'armée allemande au cours du siège de Lille. La rue de la Vignette elle-même disparut à la suite des travaux d'urbanisme consécutifs à ces destructions.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle , porte la date
Dates 1674, porte la date
Auteur(s) Auteur : Duhem L.,
L. Duhem

Duhem L. était architecte des hospices civils de Lille.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'édifice d'une surface au sol de 1580 m², était formé de quatre corps de bâtiment principaux élevés d'un étage pour trois d'entre eux, et disposés autour d'une cour d'honneur carrée. Les pensionnaires au nombre d'une soixantaine étaient répartis dans trois dortoirs situés au premier étage des bâtiments entourant la cour d'honneur. Au rez-de-chaussée se trouvaient cuisine, réfectoire, lavoir, salle de récréation, enfin ouvroir désigné sous le nom de laboratoire sur un plan de 1776. Le bâtiment de l'infirmerie donnait sur une cour secondaire exiguë située en fond de parcelle. Toujours en fond de parcelle et à droite de cette cour secondaire s'étendait un jardin.

Étages sous-sol, 1 étage carré
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
États conservations détruit
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Nord, tabellion de Lille 3411, pièce 135 : acte de fondation de l'hôpital Notre-Dame-des-Sept-Douleurs par Jehan Stappaert, le 31 octobre 1656.

    Archives départementales du Nord, Lille : tabellion de Lille 3411, pièce 135
  • Archives départementales du Nord, A.H. (archives hospitalières), XIII B 27 : plans de distribution générale respectifs du rez-de-chaussée et du premier étage, dessin aquarellé sur papier, 1776.

    Archives départementales du Nord, Lille : A.H. (archives hospitalières), XIII B 27
  • Archives départementales du Nord, Plan 2762 : projet de transformation du corps de logis renfermant la chapelle avec reconstruction de sa façade sur cour, élévation de ce corps de logis et plan de distribution de son rez-de-chaussée par l'architecte Duhem, dessin aquarellé sur papier, 2 février 1822.

    Archives départementales du Nord, Lille : Plan 2762
  • Archives départementales du Nord, Plan 2762 : projet de construction, le long de la rue de la Vignette, d'un bâtiment destiné à abriter un service de secours à domicile, plan de distribution du rez-de-chaussée de ce bâtiment, dessin aquarellé sur papier, septembre 1823.

    Archives départementales du Nord, Lille : Plan 2762
  • Archives départementales du Nord, Plan 2762 : projet de reconstruction d'un bâtiment donnant sur la rue de la Vignette afin d'y abriter le passage d'entrée et le logement du portier au rez-de-chaussée, l'infirmerie au 1er étage, plan de distribution du rez-de-chaussée et du 1er étage, coupe transversale et élévation antérieure par l'architecte Duhem, 5 février 1824.

    Archives départementales du Nord, Lille : Plan 2762
  • Plan-masse de l'ensemble des bâtiments composant la partie de l'édifice dévolue à la fonction d'assistance, plan sur papier, 12 avril 1831.

    Archives départementales du Nord, Lille : Plan 2762
(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Laget Pierre-Louis