Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Machine pneumatique à deux corps de pompe, avec sa platine

Dossier IM59002853 réalisé en 2014

Fiche

Instrument de préparation.

Constructeur : A. ROLE.

Fin XIXème siècle.

Dénominations instrument de préparation
Aire d'étude et canton Nord - Pas-de-Calais
Adresse Commune : Tourcoing
Adresse : 80 Boulevard Gambetta

L'ancêtre de cette machine, aujourd'hui communément appelée pompe à vide, est celle inventée par Otto de GUERICKE en 1650, sous le nom d'Antlia Pneumatica, et avec laquelle il mena ses recherches sur la propagation du son dans l'air. Elle a ensuite sans cesse été perfectionnée par d'autres scientifiques (dont Boyle au XVIIème siècle ou Fortin à la fin du XVIIIème), pour atteindre sa forme actuelle au milieu du XIXème siècle.

Elle est mentionnée page 14 du "Catalogue du matériel scientifique des lycées et collèges de garçons" édité par le Ministère de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts de 1884 au prix de 450 à 500 francs. Le modèle souhaité n'est pas précisé. Le catalogue indique aussi qu'une machine pneumatique de Bianchi et une machine pneumatique à mercure peuvent être achetée. Il ne semble pas que le lycée ait fait l'acquisition de ces deux objets.

Elle est signée A. Role, fabricant d'appareils scientifiques à Paris. Une facture de ce fabricant datée de 1888 et adressée à la ville de Roubaix permet de dire que cet objet a fait partie des premières acquisitions du lycée pour son laboratoire de physique et qu’elle coûtait 450 francs.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Role A.
A. Role

Fabricant d'instruments pour les Sciences - physique, chimie à Paris, 26 rue des boulangers.

L'intitulé de la facture précise "spécialité de balances et poids de précision"

Activité pendant le dernier quart du XIXème siècle.

Facture conservée dans la série Série M4D, carton 7, pochette 2 des Archives communales de Tourcoing


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La machine se compose de plusieurs parties : deux tubes en verre de mêmes dimensions contenant chacun un épais disque en caoutchouc sur lequel est fixée une tige à crémaillère (les corps de pompe), une roue dentée s'emboitant dans les crémaillères et mise en mouvement par une manivelle double, la platine en verre rodé (c'est à dire rendu adhérent par abrasion) de forme circulaire équipée d'un pas de vis en son centre, des canaux reliant les pompes à la platine, et enfin, entre ces deux éléments, un baromètre à siphon à deux branches égales (dit baromètre tronqué) situé verticalement dans une éprouvette ainsi qu'un robinet. Les parties métalliques de la machine sont en laiton.

Les pistons des corps de pompe sont mis en mouvement par l'intermédiaire des deux tiges à crémaillères et de la roue dentée que la double manivelle fait tourner alternativement dans un sens et dans l'autre. Les deux canaux qui partent des corps de pompe se réunissent en un seul qui s'ouvre au centre de la platine sur lequel on pose le récipient dans lequel on souhaite faire le vide. Lorsque l'un des pistons monte, l'autre descend et, à chacun de ces mouvements, l'air du récipient passe dans un corps de pompe pendant que l'air présent dans l'autre est expulsé. Ce dispositif permet de réaliser le vide rapidement et d'équilibrer entre elles les pressions exercées par l'atmosphère sur les deux pistons, ce qui facilite la manœuvre de la double manivelle.

Pour obtenir un vide plus complet la machine est pourvue d'un robinet à double épuisement ou robinet de Babinet. Il permet, en fin d'opération lorsque la machine perd en efficacité, qu'un seul cylindre communique avec le récipient pour continuer à extraire l'air tandis que le second communique avec le premier pour récupérer cet air et empêcher, par le jeu des soupapes, qu'une partie de celui-ci ne retourne dans le récipient. C'est également lui qui permet à l'air de rentrer dans le récipient à la fin de l'expérience et de rétablir l'égalité de pression entre l'intérieur et l'extérieur du récipient qui seule permet de le séparer de la platine. Sur le modèle du lycée, ce robinet est manquant (seul son emplacement reste visible).

Le baromètre permet de connaitre le degré d'avancement du vide en indiquant les pressions faibles par les différences de niveau entre les deux branches.

Le récipient que l'on dispose sur la platine que l'on visse au centre de celle-ci peut être une cloche à vide, des hémisphères de Magdebourg, un ballon à clochette, un baroscope, un tube de Newton... tous éléments présents dans les collections du cabinet de physique du lycée Gambetta.

Catégories enseignement
Matériaux laiton
fonte de fer
glace claire
bois
caoutchouc
Mesures h : 50.0 cm
l : 66.0 cm
la : 43.0 cm
h : 10.0 cm
d : 21.0 cm

Références documentaires

Bibliographie
  • Ganot, Adolphe. Traité élémentaire de physique expérimentale et appliquée et de météorologie ; suivi d'un recueil de 103 problèmes avec solutions et illustré de 103 belles gravures. A l'usage des établissements d'instruction, des aspirants aux grades des facultés. 13ème édition augmentée. Paris, 1868

    Bibliothèque Nationale de France - Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k20
(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - GIRARD Karine
Karine GIRARD , né(e) GIRARD (02 septembre 1967 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.