Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement concerté, immeubles

Dossier IA62001507 inclus dans Front de mer dit Esplanade, digue réalisé en 2010

Fiche

Appellations îlot 3
Dénominations lotissement concerté, immeuble à logements
Aire d'étude et canton Berck - Berck
Adresse Commune : Berck

L'esplanade Parmentier et les villas bordant la plage sont partiellement détruites lors de bombardements en 1942, 1943 et 1944 ; Berck est classée commune sinistrée. Des études successives mènent à la réalisation d'un plan directeur de reconstruction de la ville (AD Pas-de-Calais, série W : 2406 W 26) établi par l'urbaniste Paul Dufournet. Ce plan est examiné par le comité technique des projets de reconstruction et aménagement en décembre 1945 est appouvé par arrêté interministériel le 3 février 1948. Sur ce plan, les destuctions figurent en rouge et le périmètre de reconstruction en bleu (fig. 1). Sa réalisation est confiée à l'architecte Clément Tabuté. On impose aux sinistrés les impératifs de l'urbanisme qui président à la réalisation en cours. Il est évoqué "l'importance de l'identité architecturale du front de mer". La volonté est d'établir des programmes de construction "qui répondent aux besoins d'une "plage familiale" par excellence, en opposition à la tendance du morcellement par appartement de type garçonnière, considéré comme plus rentable, mais qui comporte le risque d'entassement". Les immeubles qui composent l'îlot 3 (AD Pas-de-Calais 55 W 1) sont réalisés par les architectes Max Evrard, Jacques Moreau et André Arend en 1951. Ils répondent au manque de lots "pour recevoir de nombreuses familles encore déplacées ou dans l'attente d'un séjour curatif", et au programme qui impose une "discipline architecturale". Il a pour condition l'acceptation, par tous les sinistrés intéressés, du préfinancement. Les immeubles forment une "unité" architecturale, sur quatre niveaux (R+3) avec 45 logements qui comportent de 2 à 4 pièces et la galerie du rez-de-chaussée forme un lien indispensable pour la composition du front de mer.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1951, daté par source
Auteur(s) Auteur : Dufournet Paul, architecte urbaniste, attribution par source
Auteur : Evrard Max, architecte, attribution par source
Auteur : Moreau Jacques, architecte, attribution par source
Auteur : Arend André, architecte, attribution par source

L'îlot forme un rectangle de 100m sur 30 m, divisé en 14 parcelles. Le grand côté donne sur la mer et les retours sur les deux petits côtés ; la cour intérieure est bordée de garages. L'exposition de l'immeuble est plein ouest, "vers le vaste paysage marin aux qualités thérapeutiques reconnues". Le descriptif du cahier des charges permet de comprendre sa réalisation. L'îlot est composé de 14 travées formant 13 immeubles ; 8 travées au sud, sur 3 étages ; 6 autres travées au nord, sur 2 étages. La parcelle 15 accueille un chalet isolé, vestige des constructions anciennes (?), la parcelle 16 est non aedificandi, et rattachée à la parcelle 1. La façade sur rue des immeubles est en ossature apparente et composé d'un coffrage raboté en béton, l'extérieur est en panneau de brique Gilson, couvert d'un ravalement uni. Le carrelage est en grés cérame vitrifié et du carreau de faënce blanc. Le sol du séjour est en parquet de pin des Flandres et la pièce est chauffée par une cheminée au manteau habillé de briquettes. Les 3 étages ne sont pas placés en retrait du rez-de-chaussée comme initialement prévu. Les 45 logements comportent un "living, 1,2 ou 3 chambres, une cuisine, une salle d'eau, un wc", Le sol du séjour est en parquet de pin des Flandres et la pièce est chauffée par une cheminée au manteau habillé de briquettes. Les appartements de cet immeuble peuvent constituer un habitat saisonnier ou permanent. L'ensemble forme aujourd'hui un front de mer homogène, scandé par des alternances de hauteur, de retraits et de couleurs des immeubles.

Murs béton
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Statut de la propriété propriété publique
(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Luchier Sophie