Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Jardin de Jean Poteau

Dossier IA62002967 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations jardin
Aire d'étude et canton Pas-de-Calais - Harnes
Adresse Commune : Rouvroy
Lieu-dit : Résidence de la Motte
Adresse : 63 boulevard des Italiens
Cadastre : 2016 AH 247

La prise des photographies et l’entretien se sont déroulés en moins d’une heure. Monsieur Jean Poteau est né le 21 avril 1947 d’une mère allemande et d’un père français fait prisonnier, tous deux rentrés en France après la guerre, où il est arrivé à l’âge de six mois. Son père était mineur à Rouvroy mais l’a encouragé à suivre une autre voie professionnelle que celle de la mine. Monsieur Poteau a donc suivi une formation pour travailler dans les métiers de la construction. Devenu ouvrier dans le bâtiment, il s’est spécialisé dans le coffrage et boisage et il a travaillé essentiellement sur la métropole lilloise. J. Poteau commence à décorer son jardin il y a 17 ans.

En 1989, derrière sa maison, il aménage un bassin contenant un vivier de poissons. Puis il décide d'en agrémenter les abords à partir de 1997.

Ce jardin aurait fait l’objet d’un article paru dans une publication du bailleur de logements SIA. D’ici peu de temps, il est prévu que l’épouse de monsieur Poteau décédé en 2012 déménage pour un logement plus adapté. Avant son départ, il lui faudra détruire les créations de son mari afin de restituer sa maison dans l’état initial.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1989, daté par tradition orale
1997, daté par tradition orale

Après avoir installé un bassin à poissons, Monsieur Poteau créé autour de celui-ci un monde paisible peuplé d’animaux endémiques (des grenouilles, plusieurs canards…) mais aussi exotiques (un lion, un crocodile) dans une végétation luxuriante, qui est aussi le repaire, le havre de paix indispensable aux pêcheurs. Un moulin à vent en fausses briques rouges avec un toit couvert de tuiles indique la direction du vent grâce à une girouette et évoque l’architecture régionale du Nord de la France ; il sert d’abris aux oiseaux l’hiver. L’ensemble du jardin était toujours bien fleuri et entretenu pour la belle saison, car la végétation fait partie de la mise en scène créée par J. Poteau. Un système de jets d’eau sur une fontaine à vasques, actuellement hors service, qui fonctionnait grâce à une pompe, le lion et une grenouille faisant crépiter de l’eau s’écoulant par leur bouche ; deux jeux pour enfants en forme de cheval, l’un en bois, l’autre en bois et béton, à ressort provenant peut-être d’une suspension de voiture. Une clôture en ciment conserve encore les couleurs initiales, bleu et rouge vifs et près de la maison, une pergola végétale de pieds de vigne délimite une cour décorée de petits animaux en plâtre (chien, chat, cheval) et abrite un espace avec une cheminée-barbecue dont les parois sont couvertes de pavés de ballast provenant d’un cavalier (voie ferrée qui ici acheminait les déchets issus de l’extraction sur le terril). Côté rue, deux lions en ciment peint en blanc sont placés sur les montants du portail réalisé en fer forgé. J. Poteau a tout fait de ses mains : les pots de fleurs, les jardinières, le moulin, les deux personnages dont un pêcheur, les animaux. La plupart des éléments utilisés proviennent de la récupération (planches de bois pour le moulin, vêtements et chaussures pour les personnages, ferrailles pour les armatures, boutons de couture pour les yeux des figures), mais la peinture est achetée. Les figurines (chiens, animaux, héron, crocodile, canards, grenouilles et lions) ont été moulées à partir de moules qu’il fabriquait lui-même, le ciment armé est ensuite peint.

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Van Bost Nathalie