Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Jardin de Henri Lhotellery

Dossier IA59005081 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations jardin
Aire d'étude et canton Nord - Saint-Amand-les-Eaux
Adresse Commune : Nord-Pas-de-Calais
Adresse : 37 rue Paul Lafargue

Henri Lhotellery est né le 14 janvier 1931 à Wallers dans la ferme de ses grands-parents située juste à côté de sa maison actuelle. Il est titulaire d’un brevet d’enseignement industriel, diplôme qu’il a passé en trois ans à l’école Dampierre de Valenciennes et qui le forme au métier de tourneur, fraiseur et soudeur. Pendant 40 ans, il a exercé la profession de marchand-réparateur de machines agricoles, son rêve depuis l’enfance. Pendant 10 ans il a également donné des cours dans une école agricole.

H. Lhotellery s’est très tôt passionné pour les maquettes à l’échelle. Il a réalisé une miniature du fardier de Cugnot, ingénieur qui a mis au point le premier véhicule automobile (ingénieur qui a mis au point le premier véhicule automobile). Cet appareil d’artillerie mû par une machine à vapeur à deux cylindres, dont un exemplaire est conservé aux Musée des Arts et Métiers à Paris, a été mis au point en 1771 aux frais du roi pour convoyer des pièces d’artillerie lourde qui étaient jusqu’alors amenées sur le champ de bataille par des conducteurs avec chevaux. H. Lhotellery a réalisé son fardier en modèle réduit à partir de photographies. Cette maquette est aujourd’hui conservée par un neveu.

Des années plus tard, pour réaliser la locomobile qui se trouve dans le jardin et pour laquelle H. L a construit un abri, il fait l’acquisition d’un plan. L’idée de fabriquer cet engin lui vient de son enfance et en particulier du souvenir qu’il a d’une locomobile achetée par son grand-père qui s’était lancé dans une coopérative de machines agricoles, et que conduisait son père (né en 1905) quand il avait 15 ans. Ce dernier lui en a tellement parlé qu'il a eu l'envie à l’âge de 55-60 ans, de se lancer le défi de la réaliser et de décorer son espace privé (jardin) dans les années 1980-1990.

Toutes

les réalisations présentes dans le jardin sont réalisées à partie de

ferrailles, ustensiles et tout autre objet récupérés. Par exemple un vieux barbecue

a servi à la fabrication d’une petite maison décorative.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle , daté par tradition orale
Auteur(s) Auteur : Lhotellery Henri
Henri Lhotellery

Habitant-paysagiste


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

H. Lhotellery a fabriqué toutes les pièces nécessaires (pistons, roues, cylindres…) au fonctionnement de sa locomotive, et n’a acheté chez des collectionneurs que les pièces difficiles, voire impossibles, à réaliser soi-même.

Devant la maison, se trouvent plusieurs objets. Un moulin à vent et un hélicoptère miniatures dont les hélices fonctionnent ; un canon, une fusée inspirée de la bande dessinée de Tintin « Objectif lune ». Le soubassement d’un pignon de la maison est couvert d’une peinture représentant trois cervidés au bord d’un plan d’eau…

L’aménagement décoratif continue sur le portail d’entrée donnant sur la cour et le jardin : deux chevaux ou deux ânes de profil ont été forgés et soudés à la place du barreaudage habituel. H.L a également réalisé la poignée de porte en forme de chien en train de courir.

Sur le mur mitoyen, à droite de l’entrée H.L a réalisé un tableau montrant cette fois un couple de cerfs au bord d’un étang avec, en trompe l’œil, une balustrade en perspective. Sur ce mur se trouve également un tableau avec deux figures animales issues de dessins animés pour enfants (Pluto et Bambi). Pour donner du relief à ces modèles peints sur les murs, H.L utilise de grandes pièces de carton d’emballage sur lesquelles il dessine son motif (locomotive, biches) qu’il découpe pour faire un pochoir. « Je le fixe au mur avec des planchettes de bois et, avec du ciment gravier, je remplis le trou et je laisse poser deux jours. Puis je démoule et je façonne car le ciment est encore un peu mou, je fais les arrondis, les angles, je peaufine et enfin je peins. Je l’ai fait pour avoir comme un horizon sans savoir au départ ce que j’allais faire… »

A côté, pour ces moments de détente H.L a fabriqué deux mini stands de tir : l’un est un simple porte-cible mais l’autre est animé grâce à des chaines de photocopieurs : « quand on tire les petites figures animales tombent et, comme elles tournent, elles se relèvent automatiquement au passage suivant ». Cet objet fonctionne grâce à l’électricité. A côté dans le même esprit H.L a transformé le siège d’un ancien tracteur pour habiller un détecteur ou une ampoule.

Plus loin, une pâle d’hélice de l’avion « Avro Lancaster » est exposé sur un socle métallique. Cet avion, parti de Witchford en Angleterre et se rendant à Chemnitz près de Dresde s’est écrasé en face de sa maison natale en février 1945. H. Lhotellery en a dessiné une réplique sur le mur et des pièces d’origine de l’appareil récupérées sont également présentées en mémoire de l’accident, ainsi qu’une plaque de métal portant le nom des soldats tués.

Sur le mur perpendiculaire, celui de l’atelier, H. L a peint un paysage représentant un étang de pêche proche de chez lui (la Mare à Goriaux à Raismes ?) et le site minier de Wallers-Arenberg dont l’un des trois chevalements, celui du puits 3 est particulièrement reconnaissable à sa silhouette en forme de portique à poutrelles et ses deux paires de molettes. A côté, H.L a représenté une locomotive en relief en utilisant la même méthode que pour les cervidés en relief.

Dans le jardin proprement dit se trouve une éolienne haute de plusieurs mètres. L’idée de cette pompe à vent lui est venue lors d’un voyage aux îles Baléares où ce mécanisme était utilisé pour pomper l’eau. Une petite manivelle reliant deux câbles permet encore d’incliner la queue pour mettre la machine face au vent ou la fermer. On trouve également une berline qui a servi dans le film Germinal de C. Berry avec les symboles du mineur, la hache et le pic forgés par H.L.

Sur le faîte du toit du petit garage à locomobile, H.L a fabriqué une girouette dont l’un des motifs travaillé dans le métal représente son père en train de labourer s’inspirant d’une photographie.

Toutes les réalisations présentes dans le jardin sont fabriquées à partie de ferrailles et de toutes sortes d’ustensiles récupérés, transformés ou reconvertis pour un autre usage. Par exemple un vieux barbecue a servi à la fabrication d’une petite maison décorative que l’on trouve sur la retranscription de l’arbre à mai situé derrière le banc en métal situé au fond du jardin…

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Van Bost Nathalie