Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

hôpital marin dit hôpital Pasteur ou Oeuvre des Petits allongés, puis Fondation franco-américaine, actuellement école professionnelle d'infirmières dite institut de formation en soins infirmiers

Dossier IA62001357 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations hôpital Pasteur , Oeuvre des petits allongés , Fondation franco-américaine
Destinations école professionnelle
Dénominations hôpital marin
Aire d'étude et canton Berck - Berck
Adresse Commune : Berck
Lieu-dit : quartier de Lhomel Berck-Plage
Adresse : 4 rue de l'Ancien-Calvaire
Cadastre : 1969 BR 13

La création en 1920 de cette institution sanitaire, connue plus tard sous le nom de fondation Franco-Américaine, résultait d'une initiative du docteur Jacques Calvé associé à son épouse Régina Dravo, née aux États-Unis : au départ l'institution fut baptisée "Oeuvre des Petits allongés". Après avoir acheté en 1917 l'hôpital marin dit sanatorium des Abeilles, Jacques Calvé et son épouse se portèrent acquéreur en 1920 d'un hôtel de voyageurs dit hôtel de Russie qui, durant la Première Guerre mondiale, avait abrité l'hôpital militaire temporaire numéro 101, géré et desservi par la Croix rouge. Ils édifièrent bientôt sur son emplacement un hôpital marin, désigné sous l'appellation d’hôpital Pasteur, qui fut inauguré en 1925. Le coût de sa construction et de son aménagement s'était monté à 3 500 000 francs. Dès l'origine, l'hôpital fut desservi par des religieuses de la congrégation du Coeur de Marie dont la maison mère a son siège à Baugé. Selon le Comité national de défense contre la tuberculose, cet établissement se trouvait doté d'une capacité d'accueil de 340 lits en 1934. Il recevait alors enfants de sexe féminin, adolescentes et jeunes filles entre 3 et 25 ans, enfants de sexe masculin et adolescents entre 3 et 15 ans.

L'armée allemande ordonna au mois d'août 1941 l'évacuation de l'établissement qui demeura vacant durant tout le restant de la période de l'Occupation. Gravement endommagé pendant ces années d'abandon, il ne put rouvrir ses portes tout de suite après le départ des troupes allemandes ; aussi, la fondation Franco-Américaine loua-t-elle la Villa Normande en attendant la remise en état des locaux de l'hôpital Pasteur. L'édifice fut l'objet dans les années 1960 ou 1970 d'une lourde transformation sur sa façade antérieure, par adjonction, contre sa partie centrale, d'une construction en béton armé qui est venue fortement surépaissir le corps de logis là où il formait un renfoncement, ce qui rend actuellement la façade presque méconnaissable par rapport à son aspect d'origine. A l'instar de tous les établissements dépendants de la fondation Franco-Américaine, l'hôpital Pasteur fut rattaché en 1996 à l'association regroupant tous les hôpitaux berckois de statut privé, ce qui allait donner naissance à la fondation Hopale. Cette dernière ne tarda pas à vendre l'édifice afin qu'y fût installée une école professionnelle d'infirmières fondée par un syndicat inter-hospitalier regroupant l'hôpital d'Hesdin, celui de Montreuil et la fondation Hopale elle-même : cette école ouvrit ses portes en 1998 et elle est actuellement désignée sous la dénomination d'institut de formation en soins infirmiers (I.F.S.I.).

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 3e quart 20e siècle , (?)
Dates 1925, daté par travaux historiques

Cet édifice était séparé de la rue de l'Ancien-Calvaire sur laquelle donne l'entrée principale, par une cour peu profonde et il possédait, sur sa partie arrière, une seconde cour plus étendue. Sa structure porteuse est vraisemblablement en béton armé ; la brique dont la maçonnerie est apparente, constituerait en pareil cas un simple matériau de remplissage, sinon de parement. Le corps de logis principal présentait à l'origine, sur sa façade antérieure, un corps central de cinq travées encadré par deux gros pavillons en forte saillie, placés à chacune de ses extrémités. Une construction en béton armé, destinée à recevoir des locaux administratifs, a été ultérieurement plaquée contre la partie centrale du corps de logis à la place du renfoncement ménagé à cet endroit, et pareille adjonction a considérablement surépaissi cette partie centrale au point que celle-ci forme désormais un avant-corps disposé en nette saillie par rapport aux pavillons latéraux. Des galeries de cure en béton armée régnaient au-devant des premier et second étages de la façade postérieure donnant sur la seconde cour : elles reposaient partie sur supports faits de poteaux, partie en encorbellement sur des consoles.

Murs brique
béton béton armé
Toit ardoise
Étages sous-sol, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans brisés croupe brisée
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
États conservations remanié

Références documentaires

Périodiques
  • GIRET Joseph. « Historique des hôpitaux de Berck. La Fondation franco-américaine ». In : Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 1984, septembre, p. 21-31.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Laget Pierre-Louis