Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

hôpital dit hospice Notre-Dame ou hospice Comtesse, puis hospice et orphelinat, actuellement musée de l'hospice Comtesse

Dossier IA59000358 réalisé en 1998

Fiche

Vocables Notre-Dame
Appellations hospice Comtesse
Destinations hospice, orphelinat, musée
Parties constituantes non étudiées chapelle
Dénominations hôpital
Aire d'étude et canton Nord - Pas-de-Calais - Lille-Nord
Hydrographies Basse-Deûle
Adresse Commune : Lille
Lieu-dit : Vieux Lille
Adresse : 32 rue de la Monnaie
Cadastre : 1993 KY 139

L'hôpital fut fondé en février 1237 par Jeanne de Constantinople, comtesse de Hainaut et de Flandre, à l'intention des malades pauvres, des pèlerins et des voyageurs. Sa sœur Marguerite de Dampierre accrut encore par des donations propres le patrimoine de l'hôpital. L'établissement était administré jusqu'à la Révolution par le chapitre de la collégiale Saint-Pierre et était desservi par des religieuses de l'ordre de Saint-Augustin. Après un incendie survenu le 11 avril 1468, la salle des malades ou grand dortoir fut entièrement rebâtie entre 1468 et 1472. Quant au bâtiment dit de la communauté religieuse, il fut reconstruit entre 1477 et 1482.

Après un nouvel incendie qui se déclara le 17 mars 1649, on reconstruisit, sous la conduite de l'ingénieur Julien Destrée, le bâtiment dit de la communauté religieuse fermant la cour d'honneur du côté est ainsi que celui dressé parallèlement à la rue de la Monnaie, qui ferme la même cour du côté sud. Le passage d'entrée qui donne accès à la rue de la Monnaie, est couvert d'une voûte dont la clef porte la date de 1649. Lors de cette reconstruction, on conserva vraisemblablement les murs du rez-de-chaussée du bâtiment fermant la cour d'honneur du côté est qui présente de fait toujours son aspect médiéval au rez-de-chaussée. On édifia ou réédifia aussi, le long de la rue de la Monnaie, une série de maisons pourvues d'échoppes, ce afin de les mettre en louage et accroître ainsi les revenus de l'établissement. Puis, entre 1652 et 1657, on agrandit la chapelle dans le prolongement de l'extrémité orientale de la salle des malades ; cette chapelle fut séparée de la salle des malades par une clôture qui s'apparente à un jubé et comporte deux parois, ce qui permettait d'établir entre elles un passage discret faisant communiquer directement la cour d'honneur avec la cour secondaire.

On éleva en 1724 le corps de logis dit des vieillards fermant la cour principale à l'ouest, date inscrite dans un cartouche ornant la façade sur cour de ce corps de logis. Enfin, dans le courant du 18e siècle, on éleva un ensemble de bâtiments autour d'une cour secondaire établie au nord de la cour d'honneur, de l'autre côté de la grande salle des malades. Au 19e siècle ces bâtiments abritaient en particulier au rez-de-chaussée la salle de classe pour les enfants orphelins ou bleuets, à l'étage leurs dortoirs.

A la fin de l'année 1900, on projeta la construction d'un nouveau bâtiment pour y installer l'infirmerie, l'ancienne étant probablement insuffisante et surtout insuffisamment séparée des dortoirs des pensionnaires. Ce bâtiment serait établi sur le terrain appartenant à l'hospice qui s'étendait derrière le chevet de la chapelle. Cette infirmerie serait constituée de trois salles indépendantes disposées en T, pouvant accueillir en tout trente deux lits. Dans le cadre de ce projet, la construction d'autres bâtiments destinés à agrandir l'hospice était prévue sur le reste des terrains adjacents. Le projet semble n'avoir reçu nul début de réalisation. Vers ces mêmes années 1900, un second projet d'agrandissement sur les terrains adjacents à l'hospice fut élaboré, sans recevoir lui non plus d'exécution.

Un bail de 99 ans fut signé en 1944 entre la ville et l'administration des hospices en prévision de l'aménagement d'un musée dans les bâtiments de l'hôpital. Ce musée s'étend principalement dans les anciens locaux occupés par la communauté des religieuses. Quant à la grande salle de malades, elle sert à la tenue de manifestations ou à abriter des expositions.

Période(s) Principale : 2e moitié 15e siècle , daté par travaux historiques
Principale : milieu 17e siècle , porte la date, daté par source
Principale : 1er quart 18e siècle , porte la date
Principale
Auteur(s) Auteur : Destrée Julien,
Julien Destrée

Julien Destrée est qualifié d'ingénieur dans les documents d'archive relatifs aux travaux de l'hospice Comtesse en 1649. Il est par ailleurs l'auteur de la vieille bourse de Lille.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur, attribution par source

Les divers corps de logis de l'hôpital sont distribués autour de deux cours de forme irrégulière : la cour principale ou cour d'honneur au sud, la cour secondaire ou cour des classes au nord, le long corps de bâtiment abritant grande salle des malades et chapelle s'interposant entre la première et la seconde cour. Un jardinet s'étend sur l'arrière du bâtiment de la communauté religieuse. La chapelle est bâtie dans le prolongement de la grande salle des malades, mais elle en est séparée par une clôture aveugle sur lequel est ménagé un étroit passage qui permet une communication entre le premier étage du bâtiment de la communauté religieuse et celui des classes. Chapelle et salle des malades comportent un seul vaisseau.

Sont bâtis en pierre de taille calcaire le mur-pignon et les murs-gouttereaux de la grande salle des malades, les murs de la chapelle et ceux du corps de logis dit des vieillards. Sont bâtis en pierre de taille de grès les solins de sol des murs de l'ensemble des bâtiments ainsi que le portail d'entrée principal. Dans le bâtiment de la communauté religieuse, le gros œuvre est en brique avec chambranle des baies en grès au rez-de-chaussée, en calcaire au premier étage. Une voûte d'ogives à liernes et tiercerons couvre le passage d'entrée : les voutains sont en maçonnerie de brique, les nervures en calcaire. La grande salle des malades est couverte d'une fausse voûte en berceau brisé lambrissée.

Le maître-autel de la chapelle est fait de marbre et de pierre peinte faux-marbre. Deux niches en marbre flanquent ce maître-autel ; elles abritent chacune un groupe sculpté représentant : à droite "Sainte Anne et la Vierge", à gauche "Saint Joseph et l'enfant Jésus". Le lambris de couvrement de la chapelle porte un décor peint, représentant les armoiries de divers donateurs, lequel fut exécuté en 1853 par un certain Brébar, ancien orphelin ayant été élevé dans l'établissement. Les parois de l'appartement de la supérieure sont recouvertes par un lambris de hauteur en chêne. Des carreaux de faïence à motif bleu sur fond blanc (18e siècle ?) tapissent les parois de la cuisine et de la cage d'escalier du bâtiment de la communauté religieuse. La rampe de cet escalier est en fer forgé. Le manteau de la cheminée monumentale du réfectoire des religieuses est en bois sculpté hormis les piédroits qui sont en pierre, tandis que la hotte est ornée d'un édicule également en bois sculpté avec en son centre une toile peinte.

Murs grès pierre de taille
calcaire pierre de taille
brique pierre avec brique en remplissage
Toit ardoise
Étages sous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît, 1 vaisseau
Couvrements fausse voûte en berceau brisé
voûte nervurée appareillée comme la voûte à arêtes triples, en brique
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans pignon découvert

Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu
Techniques menuiserie
peinture
céramique
sculpture
Statut de la propriété propriété d'un établissement public communal
Éléments remarquables dortoir, réfectoire
Protections 1923/04/14 classé MH, 1923/04/14
1991/02/26 classé MH, 1991/02/26
Précisions sur la protection

Façades de toitures de l'ensemble des bâtiments de l'hospice autre que ceux des 15e siècle et 17e siècles entourant la cour d'honneur.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Centre hospitalier régional universitaire, versement aux archives départementales du Nord, Lille ; plan 2742 : plans de distribution générale respectifs du sous-sol, du premier étage et de l'étage de comble, 1898.

    Centre hospitalier régional universitaire, versement aux archives départementales du Nord, Lille : Plan 2742
  • Projet de construction d'une infirmerie, plan de distribution du rez-de-chaussée de l'infirmerie projetée avec les bâtiments existants représentés en plan-masse, 28 décembre 1900.

    Centre hospitalier régional universitaire, direction des services techniques, Lille
  • Centre hospitalier régional universitaire, direction des services techniques, Lille : projet d'agrandissement autour d'une 3e cour qui serait établie sur le flanc est de l'hospice, plan de distribution générale du rez-de-chaussée avec les agrandissements projetés représentés en plan-masse, vers 1900.

    Centre hospitalier régional universitaire, direction des services techniques, Lille
Bibliographie
  • BEAUCAMP, Fernand. La Flandre et l'Artois. Recueil de documents sur l'architecture civile, époque médiévale, XVIe et XVIIe siècles, avec une introduction et des notes... Paris : librairie d'art F. Contet, 1923.

  • PARENT, Paul. L'architecture civile à Lille au 17e siècle. Lille : éditions Raoust, 1925.

    Pages 78-80
  • BEAUCAMP, Fernand, BOUCHERY, Omer. Au pays des maisons-Dieu. Lille : Émile Raoust, 1928. 44 p.

  • JESSU, Philippe. L'hospice Comtesse : de l'hôpital au musée. Lille : hospice Comtesse, 1973. 8 p.

  • CORDONNIER, Aude. Musée de l'hospice Comtesse. Miroir de Lille et des Pays-Bas. Paris : Casterman, 1994. 175 p.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Durande Agnès - Laget Pierre-Louis