Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, usine de préparation d'un produit agro-alimentaire dite cossetterie

Dossier IA59002493 réalisé en 2004

Fiche

Précision dénomination cossetterie
Parties constituantes non étudiées étable, écurie, grange, remise agricole, jardin potager, cour
Dénominations ferme, usine de préparation d'un produit agro-alimentaire
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Marchiennes
Adresse Commune : Bouvignies
Lieu-dit : le Sec-Marais
Adresse : 484 rue du Petit-Sec-Marais
Cadastre : 1859 C ; 2003 C 766

La ferme a été construite avant 1859, date du cadastre sur lequel elle figure : on y voit le logis et le corps d'étable-écurie en vis-à-vis, mais aussi, en retour d'équerre à l'arrière de ce corps, la grange qui a été très fortement remaniée pour être transformée en cossetterie en 1881 par le propriétaire Pierre Delrue (date et nom portés sur un cartouche en calcaire. A l'arrière de la grange se trouvait un bâtiment de plan circulaire, probablement un manège à chevaux, détruit au moment de la transformation en cossetterie, activité qui consiste à débiter la racine de chicorée en petits morceaux (ou cossettes) qui sont ensuite séchés. Cette activité cesse en 1914. Le logis a été remanié dans les années 1950.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1881, porte la date
Auteur(s) Auteur : ,

Les bâtiments s'organisent autour d'une cour, en partie ouverte sur la rue et pavée en grès, à l'exception de l'aire pour le fumier. Ils sont tous construits en brique et couverts de tuile flamande, sauf la remise. Sur la gauche, le logis, à pignon sur rue, est en rez-de-chaussée ; sa façade sur cour, qui conserve un trottoir en carreaux de terre cuite. Sa façade extérieure est enduite de chaux, avec un soubassement passé au "noir" ; il comportait 7 travées à l'origine, 6 actuellement. Lui faisant face, le corps d'étable-écurie possède un coyau largement débordant ; il est bordé d'un trottoir en brique ; l'aération se fait par une rangée de conduites en terre cuite disposées sur la façade arrière ; une niche en plein-cintre et des oculi sont ménagés dans le mur-pignon sur rue. Le bâtiment à usage de cossetterie est disposé en fond de cour ; il s'est substitué à l'ancienne grange dont subsistent les deux anciens passages charretiers partiellement obturés. Le bâtiment est constitué de cinq vaisseaux perpendiculaires à la voirie, possédant chacun leur toit à longs pans ; certains des pignons sont maçonnés en épi. A l'arrière du logis se trouve le jardin potager, à proximité duquel une remise pour le petit matériel est construite en scories noyées dans un mortier de chaux ; ses pignons sont protégés par un bardage en bois et son toit à deux pans est couvert en tuile mécanique.

Murs brique
Toit tuile flamande, tuile flamande mécanique
Étages en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Nord : Série P (cadastre) : 31/ 420 (1859).

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général ; (c) Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Cailleau Cyril - Luchier Sophie