Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Pierre

Dossier IA59001995 réalisé en 2003

Fiche

Vocables Saint-Pierre
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
Adresse Commune : Maulde
Cadastre : 2002 AB 0322

L'archéologue Pierre Leman situe l'église primitive hors de la terre abbatiale de Saint-Amand, dans le village de Don (disparu lors de l'aménagement de l'Escaut) appartenant à la seigneurie des princes de Ligne, proche de l'Escaut, comme le montre le plan terrier de 1665 (AD Nord, 12H109). L'évêque de Tournai donne l'autorisation de construire une autre église en 1506, édifié sur la hauteur, sur le territoire de la seigneurie de Saint-Amand, en bordure de la route de Maulde à Tournai. Ces deux édifices sont représentés sur les Albums de Croÿ. En 1665 est demandé le transfert du siège de la communauté sur la colline, l'église est reconstruite au même endroit en 1751. Celle-ci est restaurée en 1817 (AD Nord série O 397/32) par l'architecte Deleau, en 1899 par l'architecte valenciennois Louis Dutouquet (AD Nord, série O 397/34) et en 1904 par l'architecte valenciennois Henri Armbruster (AD Nord série O 397/41). Après la Première Guerre mondiale, l'église paroissiale est reconstruite au même endroit que la précédente d'après le projet de 1923 (AD Nord série O 397/94) des architectes Louis Camus et Alfred Marsang, de Denain, successeurs de l'architecte Goris. L'architecte G.G. Trannoy, leur associé, dessine le projet des vitraux en 1926, qui sont réalisés par Vilmant et Laurent, décorateur-verrier installé à Lambersart (59).

Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1751, daté par source
1923, daté par source
Auteur(s) Auteur : Deleau, architecte, attribution par source
Auteur : Dutouquet Louis, architecte, attribution par source
Auteur : Armbruster Henri, architecte, attribution par source
Auteur : Camus Louis, architecte, attribution par source
Auteur : Marsang Alfred, architecte), et Trannoy G.G., attribution par source
Auteur : Vilmant, maître verrier), et Laurent, attribution par source

L'église a une nef à 3 vaisseaux et 5 travées, précédée d'une tour-porche, des bas-côtés à 6 travées, un faux-transept et une abside à trois pans. L'ensemble est élevé en calcaire marbrier dite pierre bleue avec un toit à deux pans couvert de matériaux synthétiques et flèche octogonale en ardoise. L'extérieur est de style néo-roman, en particulier la tour-porche avec le portail à colonnes, la rosace polylobée et le clocher à baies géminées. L'intérieur rappelle l'église précédente construite au 18e siècle : des colonnes doriques en pierre de Soignies (Belgique) soutiennent les arcades en plein cintre couvertes de voûtes en berceau plein cintre, les bas-côtés sont couverts de voûtes sur pendentif.

Murs calcaire marbrier
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
voûte en pendentifs
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
Statut de la propriété propriété d'une association diocésaine (?)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Nord : Série O 397 pièces 32, 34, 38, 41, 94.

Bibliographie
  • PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe siècle. Liège : Pierre Mardaga, 1990.

Périodiques
  • LEMAN Pierre. Le village disparu de Don. L'archéologie en Hainaut-Cambrésis Avesnois. Valenciennes : Musée des Beaux-Arts, 1981, pp. 46-47.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional Scarpe-Escaut - Luchier Sophie