Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Denis

Dossier IA59001996 réalisé en 2003

Fiche

En 1753, une enquête est demandée par le conseiller d'Etat et intendant des Flandres, Monseigneur de Lechelles, afin de résoudre le conflit né de la question de la reconstruction (voulue par le curé) ou non de l'église de Lecelles.

L'enquête fait apparaître que les chemins permettant l'accès à l'église sont souvent inondés et que l'église l'est également lors des grandes inondations de Tournai (Belgique) (1709, 1710, 1744 et 1745) située au bord de l'Escaut, dont les eaux refluent dans la Scarpe puis dans l'Elnon, rivière qui traverse la village de Lecelles et passe près de l'église.

L'on y apprend également que l'église est construite en moellons de pierre bleue et grès, couverte de tuile et mesure 46 pieds (environ 15 m) de long sur 44 pieds de large (14 m) et 10 pieds (environ 3 à 3,5 m) de hauteur. L'observateur fait remarquer la petitesse, le manque d'éclairage et de sécurité de l'édifice.

L'église est reconstruite après enquête (voir dépouillement d'archives) dans un lieu plus central du village, en 1759. Le choeur et le transept sont reconstruits en 1867.

Vocables Saint-Denis
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche
Adresse Commune : Lecelles
Adresse : route de Roubaix
Cadastre : 1805 B 0028 ; 1821 B 0878 ; 1885 B 0000 ; 2003 B 0643

L'ancienne église avait été construite par les religieux de Saint-Amand au lieu-dit du Pont des Turcs. En 1753, des problèmes d'inondation aboutissent à un projet de reconstruction de l'église, plus proche du centre du village, ordonné par le Parlement de Flandre en 1758 et réalisé en 1759 (AD Nord, série C pièces 6595, 10563). Des travaux d'entretien ont été exécutés entre 1827 et 1832 par l'architecte valenciennois Henri Vallez (AD Nord série O 338/ 28, 29). Les boiseries du choeur ont été remplacées en 1845 (AD Nord série O 338/32) par l'architecte valenciennois Henri Dutouquet, très actif dans cette région. Néanmoins, c'est un architecte de Tourcoing, Charles Maillard, qui agrandit l'édifice en remplaçant le chevet à trois pans par une abside semi-circulaire adjointe de chapelles latérales et en ajoutant un transept aux croisillons arrondis en 1867 (AD Nord série O 338/33).

Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1759, daté par source
1867, daté par source
Auteur(s) Auteur : Vallez Henri, architecte, attribution par source
Auteur : Dutouquet Louis, architecte, attribution par source
Auteur : Maillard Charles, architecte, attribution par source

L'église est située à l'angle de la route de Roubaix et la rue Neuve, en retrait, et orientée nord-sud. Le mur de clôture a disparu. De part et d'autre de l'église sont disposés le presbytère et un enclos funéraire. L'élévation reflète les deux campagnes de construction de l'édifice : le grand volume abritant la nef et les bas-côtés, précédé d'une tour-porche imposante, contraste avec celui du transept et choeur. En effet, les murs sobres des bas-côtés élevés en brique sont plus bas que ceux du choeur et du transept, tous deux à contreforts. Le niveau de grès des bas-côtés est conservé sur quelques assises pour le choeur et le transept. Les bas-côtés sont éclairés par des baies simples surbaissées, alors que celles des croisillons arrondis et du choeur sont plus hautes et en plein cintre. La nef et les bas-côtés sont couverts d'une toiture à très longs pans en matériau synthétique, la pente du toit du transept et du choeur est moins importante. La tour-porche a un bandeau et une corniche en pierre blanche et le portail est encadré par un chaînage en pierre bleue avec clé datée 1759. Elle est couverte d'une flèche polygonale à égout retroussé en ardoise. Le volume intérieur a été homogénéisé par le décor réalisé lors de la reconstruction du choeur et du transept. La nef est couverte d'une voûte en berceau plein cintre à doubleaux et les bas-côtés de voûtes d'arêtes, qui ont remplacé des voûtes en demi-berceau en 1867. Des colonnes ioniques à tambours, en pierre calcaire locale appelée pierre bleue, soutiennent les arcs en plein cintre de la nef. Elles sont gravées des lettres F et A, marques de tâcherons rares pour l'époque.

Murs brique
grès
Toit ardoise, matériau synthétique en couverture
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • AD Nord : Série C pièce 10563

    lettre de M. Flescher (? prévôt de Saint-Amand-les-Eaux ?) à Monseigneur :

    ... le curé (Sr Soutrain) de la paroisse dépendant de St Amand se propose de construire une nouvelle église, à cause de l'eau qui entoure l'église existante tous les hivers. il a fait signer une requête par une partie des paroissiens sans qualité et sans l'adjonction de mayeur et gens de loy. ils ont néanmoins à sa sollicitation présenté cette requête à Monseigneur l'évêque de Tournai qui nomma un vicaire général commissaire pour se rendre sur les lieux, une autre partie des paroissiens s'opposent avec raison à ses sentiments... l'église actuellement existante est très bonne et solidement bâtie... ils sont hors d'état d'en construire une nouvelle... le seul moyen de remédier à ses troubles est d'ordonner la réparation des chemins... de faire construire 2 ou 3 petits ponts pour écouler les eaux.

    mémoire concernant le voyage de Le sieur Biache du 28 juin au 4 juillet 1753 : visite de l'église et de la situation des chemins

    Quel est le fond sur lequel l'église est bâtie ?

    Réponse

    L'église de Lecelle ou _____ (cella sancti Amandi) est construite sur un terrain dont le fond est solide et sa position domine un peu au-dessus des terres labourables qui l'environnent de manière que l'eau ne peut y parvenir que dans le cas des grandes inondations de Tournay, ...elles peuvent submerger le parvis de l'église de 2 et 2 pieds et demi de hauteur ainsi que dans l'année 1744 et 1745 de la dernière guerre. Le carreau du bâtiment presbytérial est du même niveau à celui de l'église, l'on prétend que l'an 1709, 1710 la grande inondation de Tournay fut plus considérable,

    Si elle est bonne et solide ou si elle est caduque comme on le prétend ?

    R : l'église de lecelle et sa tour est construite de pierre dure en graisserie et melange de pierre bleu dont les parements sont bruts, sans ordre de construction, les murs en pourtour de l'église sont très bas et ont environ 10 pieds de hauteur du rez-de-chaussée au toit, elle pourrait être très antique ; le ciment en est presque aussy dure que la pierre.... il n'est pas question de sa caducité... la charpente de cette église parait bonne dans le général, mais la couverture en thuille ne vaut rien et a besoin d'un rétablissement en entier, tant pour sa conservation que pour n'être pas mouillé dans l'église, Les croisées et vitrages sont des plus basses et petites, ne procurant point assez de jour aux paroissiens, les croisées ne sont garnies que de barres de fer en travers, un barreau montant pour sureté... le portail sans serrure ni verrous... cette église est au moins de moitié trop petite pour contenir les paroissiens que l'on estime au nombre de 8 à 900 sans compter les enfants,

    Etat des chemins qui y conduisent ?

    R : 3 chemins et un chemin venant de st Amand sont tous couvert d'eau pendant 6 mois et 1 à 1 pied et demi et 2 pieds dans certaines parties, ... inaccessible... curés en parfaite tranquillité... les eaux n'ont pas inondé le carreau du bâtiment de M. le curé mais les tonneaux de la cave sont dans une chambre ... l'eau peut araser ... la terrasse de ce presbytère mais l'écurie et le fournil doivent servir annuellement de retraite aux poissons,

    D'où provient les eaux qui dégradent les chemins ?

    R : l'on observe que le canton aussi bien que celui de St Amand n'a pas toujours été sujet aux inondations, l'établissement des moulins de Tournay, les écluses et moulins d'antoin arretan le libre cour des eaux de la rivière d'escau la fait refluer a Mortagne et au dela a une telle hauteur que l'escau ne peu recevoir dans son lit les eaux de la Scarpe en décembre, janvier et mois suivants la scarpe de nécessoité refluen de Mortagne à St Amand et au dela ne peut recevoir dans son lit les eaux de la rivière de l'Elnon qui doivent rentrer dans la Scarpe à St Amand la riviere d'Elnon refluan enfin vers l'église de Lecelle dont le terrain est bas, se répand de toutes parts dans les parties basses et submerge non seulement les chemins marais et prairies qui environnent l'église de Lecelle, mais, M. De Flescher et d'autres personnes m'ont assuré que les eaux d'Elnon refluent vers le village de Nivelle et de Thun et inondent considérablement les 2 communes de façon que... au mois d'avril de chaque année les eaux se retiennent dans la scarpe au fur et a mesure que l'eau baisse et ce sont de ces situations auxquelles on ne peut remédier que très imparfaitement à cause des confluans et réunions des 3 rivières qui se rencontrent en quelque sorte au même endroit,

    Si en relevant ces chemins et construisant 2 ou 3 ponts..., ces eaux ne peuvent... ?

    R : M. De Flescher diligente à faire relever les chemins de 2,5 pieds les eaux passent d'un pied ou des planche qui n'est que 8 pouces de large M De Flescher propose de faire rehausser la planche de 20 pouces... le pont des turcs et si bombé... impraticable... faire construire 2 murs d'appui d'une brique d'épaisseur de chaque côté... M. De Flescher en conséquence de l'exhaussement de deux chemins a fait construire 3 ponts...lettres zz (sur plan) pour recevoir passage des eaux de l'Elnon qui refluent à la planche des meulles (?) et se rejettent dans 2 canaux en J..., dans le marais et prairies de deux le pres C en partie vers Thun et Nivelle exhaussement des chemins A pour retourner dans Elnon par 2 branches de canaux 88

    Si ces 3 chemins conduisent uniquement à l'église et s'il est vrai qu'ils n'ont aucune autre utilité ?

    R : chemins de la planche des neulles (?) et du pont des turcs : que l'église, les 2 autres du côté de la maison de pierre du fresne et celui allant à St Amand tendent à se rendre également à l'église et peuvent être aussi d'usage aux charois,

    Description des distances des habitations par rapport à la situation de leur église...

    résumé : très loin Quand St Amand a établi à Lecelle une église trop grande... le peuple s'est multiplié au fur et à mesure du défrichement

    reflexion : ... nécessité d'établir une nouvelle église, la paroisse de lecelle est un quarré long, actuellement une petite église sur une ligne au milieu du carré mais sur extrémité du côté de St Amand, à un quart de lieu des premières habitations... établir église au centre du quarré, on prétend que la position ... doit etre proche de la planche des pres du Burcq, proche l'Elnon mais terrain fort élevé et que cette position serait plus près du centre, on me la fait observer de loin... donner liberté de conscience aux paroissiens pour déserter leur paroisse et se rendre dans celle qui se trouvent plus proches ou qu'il soit permis l'établissement d'une nouvelle église... ayant tout lieu de présumer que cette commune augmentera considérablement d'icy quelques siècles,

    la cour... en conséquence ordonne que l'église dont il s'agit sera construite dans le milieu du village entre la maison dite la ruelle et la cense flamesart auquel effet la cour autorise les mayeur, eschevins et communauté d'acquérir le terrain... et de passer le 1/3 des grosses et menues dimes abandonné par les abbé et religieux de st amand conformément au projet... du 24 avril dernier...il sera tenu dans un mois une assemblée de communauté pour convenir tant du plan que du devis... consentir à la levée et perception d'une somme par forme de collecte et adjudication de partie de marais, fait à Douai en Parlement le 21/06/1758.

  • Sommaire objets mobiliers

    Nef :

    - Vitraux du 18e siècle aux motifs décoratifs et un personnage dans le bas-côté nord-est

    - Chemin de croix : 14 grands tableaux, 19e siècle

    - Statues :

    * saint Roch, plâtre

    * Vierge à l'Enfant, plâtre

    - Chaire en chêne, 18e siècle (?) : médaillons (de droite à gauche) : saint Jérôme, saint Denis, saint Grégoire, saint Augustin

    - Confessionnal, 19e siècle

    - Plaques commémoratives mur ouest nef :

    * Pierre François Wibault, fermier de Choques, mort en 1783, sa femme Marie Catherine Pennier,

    * Pierre Antoine Monnier, fermier d'Herbomez, mort en 1784

    Bas-côté O :

    - Grotte

    - Confessionnal en chêne, 19e siècle

    Croisillon O :

    - Confessionnal

    - Tableaux :

    * l'Annonciation, 18e siècle (?), sans signature, environ 1 x 1,80 m

    * la Résurrection, idem

    - Statues : 2 bustes en bois doré :

    * saint Nicolas, saint Eloi, sur socle, environ 0,80 m

    - Vitraux :

    * sainte Catherine, offert par Mlle Catherine du Hayon, 1869

    * saint Amand, don des familles Cordier, 1869

    * saint Louis, offert par M. Eloy-Bosquelle, 1869

    Chapelle ouest :

    - Autel de la Vierge, en pierre

    - Tableau : Adoration des Mages

    - Vitrail : la Vierge, offert par M. Lambert Ravial, 1870

    Choeur :

    - Vitraux :

    * saint Marc, offert par M. Quensier-Watteau, 1869

    * saint Jean, offert par Mme Vve Monnier-Hornez, 1869

    * le Christ, offert par M. Bouchard-Monnier, maire, 1869

    * saint Luc, offert par Vve Desmortier-Lemaire et ses enfants, 1869

    * saint Matthieu, offert par M. Laurent François et mme Vve Delobelle-Laurent, 1869

    Chapelle est :

    - Autel saint Joseph, en pierre

    - Tableau : la Fuite en Egypte

    - Vitrail : saint Joseph, offert par plusieurs paroissiens, 1870, signé E. Stelzl à Nancy, 1870.

    Croisillon est :

    - statues :

    * pape, plâtre, 19e siècle

    * saint Denis, bois (?)

    - Vitraux :

    * sainte Eligie, offert par M. Roseau-Choteau, 1869

    * saint Dyonisos [Dyonisos = Denis], offert par famille Monnier-Duere, 1869

    * saint Roch, offert par plusiers paroissiens, 1869

    - Tableaux :

    * saint Denis décapité

    * Vierge à l'Enfant.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Nord : Série C pièce 6595.

  • AD Nord : Série C pièce 10563.

  • AD Nord : Série P (cadastre) : P30/192 (1805).

  • AD Nord : Série P (cadastre) : P31/ 598.

  • AD Nord : Série O 338 / pièces 28, 29, 32, 33.

Bibliographie
  • PLATEAUX, Alain (dir.). Les églises de la Pévèle française. Histoire et architecture du IXe au XXe siècle. Liège : Pierre Mardaga, 1990.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général ; (c) Parc naturel régional Scarpe-Escaut - Luchier Sophie