Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecole et collège Saint-Bertin

Dossier IA62002535 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Appellations dit école et collège Saint-Bertin
Dénominations école, collège
Aire d'étude et canton Saint-Omer - Saint-Omer-Nord
Adresse Commune : Saint-Omer
Adresse : Saint-Bertin

Fondé en 1561 par le prélat Gérard d'Harméricourt, le collège de Saint-Bertin passa sous la direction des jésuites en 1572. La municipalité reprit la charge de l'enseignement après 1761, transfert qui se fit au détriment de la gratuité des études. Le site fut occupé par le couvent des récollets (religieux d'observance franciscaine) jusqu'à la Révolution. Il accueillit ensuite le Petit Séminaire, entre 1812 et 1830, pour se transformer en pensionnat plus généraliste qui nécessita une extension des bâtiments ; laquelle dut passer par l'acquisition des maisons attenantes, opération aboutie en 1845. A partir de 1850 la totalité de l'enseignement était dispensé à Saint-Bertin, classes supérieures comprises (lycée). La politique d'acquisition immobilière continua et permit au Supérieur Constant Poulet d'engager de grands travaux de construction, confiés à un architecte de la Compagnie du Chemin de Fer du Nord, M. Lejeune. Le bâtiment donnant sur la rue Saint-Bertin (et les escaliers monumentaux qui s'y trouvent) date de cette époque ; il a été élevé entre 1856 et 1858. La chapelle fut construite peu de temps après entre 1863 et 1868 ; les sculptures sont dues à M. Buisine de Lille, et les vitraux à la maison Antoine Lusson de Paris (1863-1865). En 1919 l'établissement reçut le maréchal Pétain, le vainqueur de Verdun, ancien élève du collège. Après guerre il est nécessaire de construire un nouveau bâtiment : l'aile Lehembre (du nom du Supérieur d'alors). Le projet formulé en 1922-1923 par l'architecte parisien Lucien Vaugeois est mis en oeuvre en 1930 par son confrère de Saint-Omer Gustave Vandenbergue. En 1946, le collège acquit le château attenant au levant, qui avait été construit en 1832 par Louis-Alexandre Fiolet. Il accueillit la section Classique et abrite aujourd'hui l'école primaire.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Lejeune, architecte, attribution par source
Auteur : Vaugeois Lucien, architecte, attribution par source
Auteur : Vandenbergue Gustave, architecte, attribution par source
Auteur : Fiolet Louis-Alexandre, architecte, attribution par source
Personnalité : Pétain Philippe, personnage célèbre, attribution par source

L'ensemble est constitué essentiellement de brique rouge foncé, matériau local tempéré par l'utilisation de pierre calcaire (la pierre blanche, pierre friable), sans doute extraite à Esquerdes ou Longuenesse. Les façades s'animent de pilastres, arcatures lombardes et galeries, et n'est pas sans rappeler le style néo-gothique anglo-saxon de l'époque. Le pavillon central, de 3 étages d'élévation, est couronné de mâchicoulis. Il accueille un escalier monumental en bois. La chapelle comporte un seul vaisseau ; elle s'ouvre au sud par une grande rose surmontant une galerie ajourée. Le choeur accueille une large tribune annulaire surmontant la sacristie. Perpendiculaire au bâtiment face à la rue, l'aile Lehembre s'est intégrée à l'existant, mais montre une plus grande sobriété architecturale. A l'orient le château est d'un style très différent : d'un seul étage, il est construit en pierre de taille et est couronné d'un toit à pavillon dans lequel s'ouvrent 2 niveaux de mansardes. Le rez-de-chaussée surélevé repose sur un niveau de sous-sol partiellement enterré.

Murs brique
calcaire
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan régulier en U
Étages sous-sol, 3 étages carrés, 2 étages de comble, rez-de-chaussée surélevé, 1 vaisseau
Couvrements fausse voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit à longs pans brisés
toit en pavillon
Escaliers escalier intérieur : escalier en équerre
Techniques sculpture
maçonnerie
vitrail
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Commune de Saint-Omer ; (c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Decrock Bruno