Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cité Mon Idée puis cité du Maréchal Leclerc

Dossier IA62001492 réalisé en 2007

Fiche

Appellations Cité Mon Idée puis cité du Maréchal Leclerc
Dénominations cité ouvrière
Aire d'étude et canton Pas-de-Calais - Lens-Nord-Est
Adresse Commune : Annay
Adresse : rue de Royat , rue de Mauriac , rue de Figeac , rue de Riom , rue de Aurillac , rue de Mont Dore , rue de Clermont-Ferrand , rue de la Bourboulle , rue du Havre , rue de Harnes , rue de Thiers , rue de Champeix
Cadastre : 2009 AM 88 à 99, 112 à 176 ; 354, 356, 487, 502, 539, 540, 700 à 706, 709 à 717, 722, 726 à 730

C´est en juillet 1955 que les Houillères du Bassin du Nord - Pas-de-Calais (groupe d´Hénin-Liétard) projettent la construction de 450 maisons Camus près du carrefour de "Mon idée" à Annay-sous-Lens, sur la route nationale n-°25. Dès septembre 1955 un avant-projet doit être présenté à M. Tugendresch, architecte du service central des constructions des Houillères. Le procédé Camus, du nom de son inventeur, l'ingénieur Roger Camus, est retenu pour répondre à l´urgence de reloger le personnel du fond suite à la Nationalisation, et pour faire valoir un marché de 4000 logements Camus, passé avec la société Camus - Génie civil. La direction des Houillères demande à l´ingénieur en chef des services généraux du jour d´étudier le plan d´urbanisme et d´implantation des maisons dans la bande située entre la RN 25, le chemin d´Harnes à Annay et la voie ferrée. Les maisons seront construites sur un terrain acheté à M. Bultez, d´une part, appartenant au groupe d´Hénin-Liétard, d´autre part. La construction, prévue pour la fin de l´année 1955, ne débute qu´en 1956. Un contrat est passé avec les établissements Leroy pour les fournitures relatives à la construction d´un château d'eau de 300 m2 par les services des Houillères. La cadence de construction est de 4 logements par jour ; la livraison est prévue un mois après le début des travaux. Des plantations sont aussi projetées dans la cité (1957). Dès le départ les Houillères s´engage à céder un terrain à la commune pour la construction d´écoles. Le projet est dessiné par l´architecte Guillemot du cabinet Plasson en 1957 pour 3 classes maternelle, de 3 à 5 classes de garçons et 3 à 5 classes de filles. En attendant les Houillères prennent en charge les travaux liés à l´installation de 4 classes provisoires (baraquements) à la cité et le prêt de logement dans des Camus pour les deux directeurs. En 1958 l´école maternelle et deux logements pour directeurs sont en cours d´édification. Finalement le programme de construction de 1956 ne prévoit plus que l'édification de 440 maisons ouvrières de type A3 dont 48 groupes de 6 et 38 de 4 logements (puis 454 logements répartis en 51 groupes de 6 logements et 37 de 4) suite à des problèmes d´acquisitions de terrains. Le chantier est commencé en mars 1956. En octobre 1956, la cité compte 300 habitants ; à terme elle en comptera 2000. Les critères d´occupation des maisons Camus permettaient l'accès aux familles avec 2 enfants de moins de 6 ans ou 2 enfants de plus de 6 ans du même sexe. La cité est rebaptisée "cité du maréchal Leclerc" au lieu de "cité Mon Idée" en mai 1959. L´installation d´une salle de gymnastique est prévue dès 1959. L´école primaire mixte est inaugurée en septembre 1963. La durée de vie de ce lotissement était estimée à 25 ans. Depuis 2004, une campagne de destruction et une restructuration du quartier ont été entamées. A cette date on compte encore 215 logement dont 182 camus hauts. Un nouveau parc de logements est en cours de construction. Actuellement il n'en subsiste que quelques groupes situés aux abords de la route d'Harnes. En 2012, seul un groupe de 4 logements est préservé.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1956, daté par source

La cité est composée de 454 logements de type Camus à étages de type A3 dits Camus Hauts répartis en 51 groupes de 6 et 37 groupes de 4 logements préfabriqués constitués de panneaux en béton. Chaque barre de logements se présente comme une lame de faible largeur, avec des parois lisses et des toits plats. Elles comprennent 4 ou 6 logements juxtaposés donnant sur les deux façades principales et organisés sur sur trois niveaux. Un petit porche marque l'entrée de chaque logement. Au rez-de-chaussée se trouvaient l'entrée avec le départ de l'escalier et la salle de bains qui permettait au mineur de se décrasser avant de monter dans le logement proprement dit. L'espace restant servait de débarras. A l'étage se trouvait un water-closed situé en face de l'arrivée d'escalier, puis la cuisine sur donnant sur l'arrière et le séjour à l'avant de l'immeuble. Au dernier étage prenaient place deux chambres.

Murs béton
ciment
Toit ciment en couverture
Étages rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvertures toit à un pan
Typologies Cité moderne.
États conservations détruit après inventaire
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Visite aux chantiers du Havre par les Houillères du Bassin du Nord Pas de Calais

    Centre historique minier de Lewarde, C4 54

    Document daté du 25 janvier 1952, signé A. Jarrige, évoque une visite aux chantiers du Havre par les Houillères intéressées par le procédé Camus :

    "La formule Camus correspond à l´exécution en atelier, d´éléments de construction du plus grand module possible, et dans un état d´achèvement le plus avancé possible. L´idée d´employer de grands panneaux préfabriqués avait déjà été mise en application sur une échelle plus réduite (panneaux de 1 m de largeur et de hauteur d´étage) ou avec des matériaux nouveaux (Angleterre).

    Roger Camus ne fait appel qu´à des matériaux traditionnels et du matériel courant de travaux publics, écartant ainsi tous les aléas pouvant provenir d´une expérience insuffisante de l´emploi de ceux-ci. Il a poussé à la limite maximum la taille des éléments qu´il utilise. Camus fabrique en béton armé (partie principale de l´élément) et en béton de pouzzolane (couche intérieure des murs, et inférieure des plafonds), de grands panneaux de murs, cloisons, planchers, plafonds, de la dimension d´une paroi de pièce, comprenant tous les équipements incorporés (huisseries, gaines, canalisations) et dont les surfaces intérieures et extérieures sont finies (revêtements céramiques, plâtres, dalami).

    Ces panneaux, pesant au maximum 5 tonnes et dont une des dimensions doit être inférieure à 4 m pour permettre le passage sous les ouvrages d´art, sont transportés de l´usine au chantier, sur des remorques analogues à celles qui servent aux décors de théâtre.

    Sur le chantier, ils sont soulevés et mis en place par une grue puissante, et maintenue provisoirement par chaines et tendeurs.

    Les fers laissés en attente aux extrémités des panneaux sont reliés entre eux et avec des ligatures longitudinales ; l´assemblage des faces adjacentes est assuré par la coulée de joints de béton formant poutres et poteaux, à l´intérieur du coffrage constitué par les bords, réalisant ainsi une ossature soudée aux panneaux.

    Tentée avec des moyens matériels relativement réduits, l´expérience faite au Havre (50 logements construits en 9 mois) a demandé pour aboutir, une persévérance et une application aux détails peu communes.

    Le procédé offre l´avantage de procurer : Une économie de matériaux, aucune perte de plâtre, ciment, sable, gravier, carrelages, peu de consommation de coffrages ; une économie de spécialiste, une économie de temps".

  • Description du procédé et des logements "Camus"

    Extrait de "les Camus de la cité Château-Mallet" à Beuvrages par François Fairon, collection privée, septembre 2007.

    "Le procédé "Camus" : les Houillères confient à M. Camus, ingénieur, le projet d'édifier 4 000 logements dans un rayon de 45 kilomètres autour de Douai, où se trouve l'usine de fabrication. Le procédé, expérimenté au Havre, consiste à fabriquer des panneaux aux dimensions des pièces, avec l'emplacement des éléments à incorporer : canalisations, châssis de porte ou de fenêtre. Une pièce nécessite six panneaux, soit une trentaine pour une maison. Une dalle de béton couronne l'ensemble. Cette conception s'inspire des nouveaux principes d'urbanisme et d'architecture, où l'organisation spatiale du logement, la luminosité et l'aération priment. L'urgence de la situation conduit à ne pas trop accorder d'attention à l'aspect extérieur. La durée de vie des "Camus" est initialement estimée à une vingtaine d'années. Acheminés sur le chantier, les panneaux, tel un immense jeu de construction, sont assemblés à l'aide de grues, en général au nombre de 6. Les opérations d'aménagement intérieur sont réduites au maximum. D'autres, comme le plâtrage, sont supprimées. Les maisons disposent d'une surface de 55m2. Le rez-de-chaussée, réservé aux dépendances, comprend une salle d'eau et un atelier-cellier, transformable en garage, donnant sur le jardin. La lumière entre par une petite fenêtre rectangulaire en verre martelé, dite "bloc Névada". Un escalier en béton conduit au premier, où se regroupent la salle de séjour, avec coin repos, pouvant éventuellement être transformé n chambre, la cuisine et les W-C. Une escalier en bois mène aux deux chambres et cabinet de toilette. Un clapier et une volière, sur la façade arrière du rez-de-chaussée, complètent le logement, qui se prolonge par un jardin potager aux dimensions conséquentes".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Centre historique minier de Lewarde. HL699. Dossier sur le projet d'établissement de la cité Mon Idée à Annay, 1955-1959.

  • Centre historique minier de Lewarde, C4 54. Compte-rendu d'une visite des HBNPC aux chantiers du Havre le 25 janvier 1952.

  • Centre historique minier de Lewarde, 335 D3. Siminor Douai. Direction générale Douai, 1950-1956 (types de maisons).

Bibliographie
  • Annay, Camus haut de 6 logements, n°18, dossier de recensement, août 2008-avril 2009, pour la CRPS des 17 et 18 juin 2009, Lefebvre Anne, Liardet Olivier, Van Bost Nathalie. Ministère de la Culture et de la Communication, Drac Nord-Pas-de-Calais. Conseil Régional Hauts-de-France, Direction de l'Information et de l'Accueil, Centre de documentation du patrimoine, Lille

(c) Région Hauts-de-France - Inventaire général - Van Bost Nathalie