Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Avenue de la Gare, puis avenue du Général de Gaulle

Dossier IA62001499 inclus dans Station balnéaire réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Appellations de la Gare
Destinations Avenue du Général de Gaulle
Parties constituantes non étudiées casino, jardin public, hôtel de voyageurs, immeuble à logements
Dénominations avenue
Aire d'étude et canton Berck - Berck
Adresse Commune : Berck
Précisions

Le quartier de la gare s'établit autour du Casino dit Kursaal (IA62001500), ouvert en 1886, et détruit en 2009, au sein d'un parc, et la gare (fig.15), initiée puis construite par Alfred Lambert en 1891, créateur du chemin de fer d'intérêt local Berck-Rang-du-Fliers en 1889 et lotisseur puis promoteur du quartier de la gare. En 1893, en bordure du parc public est installé un monument à la mémoire des docteurs Perrochaud et Cazin (fig.5), dont la plaque du socle décore aujourd'hui l'escalier d'honneur de l'hôtel de ville. Au début du XXe siècle sont construits des immeubles de part et d'autre de l'avenue ; une série en alignement et un autre immeuble dans le prolongement du parc, vers la gare. Celui-ci (IA62000445) abrita l'ecole Normale d'instituteurs du Pas-de-Calais en 1915. Le bureau des Postes, Télégraphes et Téléphones, construit près de la gare en 1895 (fig.6), est déplacée vers la rue Gabriel-Péri au début du XXe siècle. La gare est reconstruite en 1909. Aujourd'hui elle abrite le seul casino de la commune. C'est dans les immeubles de cette avenue que s'installent les architectes actifs à Berck : Vallette, Bellêtre, père et fils, dès 1904 (Le Tout Berck, guide Général) et Pichard et Crételle en 1928 (Guide du Baigneur).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : ,

Aujourd'hui, cette avenue a perdue de son homogénéité suite à la destruction de l'ancien Kursaal, laissant ainsi un espace urbain vide au sein du parc. Un projet d'aménagement est en cours. Face au parc, les immeubles à logements forment un ensemble, construit dans un style néo-flamand, rappelant les façades des maisons des places d'Arras. Les élévations sont distribuées par trois ou cinq travées, disposées en alternance - à l'exception du numéro 23 qui ne possède que deux travées. Ces immeubles s'élèvent sur trois niveaux avec comble. Chaque immeuble a une façade-pignon, traitées de manière différente, animant ainsi ce long alignement. Certains éléments décoratifs sont constants tels que le chaînage, le mâchicoulis, les fenêtre en plein cintre jumelées, le rez-de-chaussée surélevé et une entrée située en retrait. Sur le revers des immeubles est lisible la mise en oeuvre des matériaux, une alternance de la brique de couleur différente, rappelant le "rouges-barres" de l'architecture rurale de la métropole lilloise et du boulonnais, utilisé également pour l'élévation de l'église Notre-Dame des-Sables à Berck-plage. Les cages d'escaliers hors-oeuvre sont situées à l'arrière de cet immeuble.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • DILLY, Georges, TROUBLÉ, Michel. Mémoire d’entre Canche et Authie, Berck-Plage. Tome II : Des touristes et des malades.- Saint-Josse-sur-Mer : Amis du Musée du Passé et de la Bibliothèque de Berck-sur-Mer et environs, 1987. 259 p.

  • GONSSEAUME Jean-Max. Annuaire des rues de Berck. Montreuil-sur-Mer : Imprimerie Henry, 2004.

Périodiques
  • Le Tout Berck, guide de voyage, 1904-1905 (BM Berck).

  • Guide du Baigneur, 1928, 1930, 1931, 1932, 1933, 1934, 1936.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Luchier Sophie