Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Appareil de Chardin

Dossier IM59002844 réalisé en 2014

Fiche

Instrument de démonstration en électrodynamique.

Constructeur : Charles CHARDIN.

Fin XIXème siècle.

Dénominations instrument de démonstration en électrodynamique
Aire d'étude et canton Nord - Pas-de-Calais - Tourcoing-Nord
Adresse Commune : Tourcoing
Adresse : 80 Boulevard Gambetta

Des phénomènes naturels électriques ont été utilisés à des fins médicales dès l'antiquité égyptienne (traitement des migraines, de la goutte, des contractures musculaires...) en utilisant des décharges électriques produites par l'organe électrique des poissons-chats. Après la découverte au XVIIIème siècle par l'italien Galvani que l'électricité passant dans la moelle épinière d'une grenouille provoque des contractions musculaires puis celle du physicien genevois Jean Jallabert montrant que l'électrisation en des points précis est produit le même effet, l'utilisation thérapeutique de l'électricité se répand dans toute l'Europe à partir de la fin du XVIIIe siècle. On l'utilise pour soigner des maladies mentales, des maux de tête, des contractures, des problèmes d'articulation, des maladies de peau... avec plus ou moins de succès. L'intérêt diminue peu à peu pour renaitre dans la seconde moitié du XIXème siècle, après que des recherches médicales ont scientifiquement prouvé les bienfaits apportés par l'électrothérapie dans des traitements de rééducation musculaire ou de certaines pathologies mentales. L'utilisation de ces traitements s'étend rapidement des hôpitaux aux médecins de ville puis aux particuliers.

Le concepteur du coffret conservé au lycée Gambetta est Charles Chardin (1850 - 1931). Ce dernier, qui ne dispose pas de formation médicale mais était vraisemblablement fabricant d'appareils scientifiques, décide de faire de la fabrication de ces appareils son fonds de commerce. Il en préconise l'utilisation pour traiter toutes les maladies : paralysies, épilepsie, lésions musculaires, états grippaux, flatulences, asthme, anémie, obésité, cancers... y compris en lieu et place "du bistouri qui devrait être, en un mot, banni de la médecine". Le traitement doit tout de même durer 6 à 10 heures par nuit, le nombre de nuit dépendant de la gravité de la maladie à traiter ! Il commercialise plusieurs types de coffrets qui suivent les progrès des piles (piles bouteilles puis piles sèches de plus en plus compactes). Entre 1900 et 1931, il prend soin de publier régulièrement des traités exposant sa méthode et les résultats exceptionnels qu'elle permet d'obtenir.

L'appareil est répertorié dans le "Catalogue du matériel scientifique des lycées et collèges de garçons " de 1884, à la page 23 sous l’intitulé "appareil électro-médical", au prix de 30 francs. Il est également présent, bien que d'un autre fabriquant et fonctionnant sur un courant à induction et non sur une pile, dans la collection d'objets de physique du lycée Guez de Balzac d'Angoulème. Ceci laisse à penser qu'il était relativement fréquent dans les laboratoires de physique des lycées.

L'appareil de la collection du lycée Gambetta est le modèle "A 16 à pile bouteille" qui a été commercialisé de 1872 à 1914.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates 1872, daté par source
1914, daté par source

Un petit coffret en acajou contient une pile au bichromate de potassium (flacon cubique en céramique qui porte sur ses 4 faces les instructions d'utilisation) dont on peut extraire une électrode pour mettre la pile au repos, une bobine d'induction, un interrupteur, deux électrodes et trois bornes de sortie du courant (sur lesquelles viennent se brancher les électrodes et dont les différentes combinaisons permettent de choisir l'intensité du courant). La partie basse du coffret permet de ranger le mode d'emploi de l'appareil, les électrodes et un excitateur "olivaire" (en forme d’olive).

L'appareil s'utilise en plaçant une électrode sur la tête du malade, et l'autre sur la zone à traiter.

La bobine porte les lettres Série A - CH. C. Paris

Catégories enseignement
Matériaux acajou
porcelaine
plastique
cuir
Mesures l : 16.7 cm
la : 8.8 cm
h : 13.7 cm

Références documentaires

Bibliographie
  • CHARDIN, Charles. Précis d'électricité médicale, ramenant tous les principes de l’électrothérapie en un seul servant de base à la méthode spéciale dite électro-cinésique vasculaire. Paris : éditions Charles Chardin, 1909.

    Bibliothèque Nationale de France - Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724445f/f7.image
(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - GIRARD Karine
Karine GIRARD , né(e) GIRARD (02 septembre 1967 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.