Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Abattoir

Dossier IA59005016 réalisé en 2012

Voir

Dénominations abattoir
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut - Saint-Amand-les-Eaux
Adresse Commune : Saint-Amand-les-Eaux
Cadastre :
Précisions

Vers 1875, une enquête sur des abattoirs est menée afin de définir la nécessité de construire un abattoir et de connaître les composantes de ce type de construction. Le projet de concession pour un abattoir public est réalisé en 1879. Un emprunt de 100 000 francs pour l'achat du terrain est autorisé par le préfet en novembre 1880.

L'architecte valenciennois Pierre-Joseph Dautel propose un premier plan pour l'abattoir en 1881, qu'il remanie légèrement suite aux remarques de la commission départementale des bâtiments civils. L'adjudication est donnée en mars 1881 et la réception définitive des travaux est réalisée deux ans après, en mars 1883.

L'édifice est détruit à une date inconnue.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Dautel Pierre-Joseph, architecte, attribution par source
Auteur : Bonnet, entrepreneur, attribution par source

L'abattoir était construit près du pont de la Scarpe, au bout de la rue Condé.

Le premier plan proposé par l'architecte comprend une bouverie (logement boeufs) et porcheries, des échaudoirs (endroit où l'on ébouillante/échaude les animaux après abattage), des bruloirs, des latrines, un acqueduc et un logement de concierge.

Le rapport de l'architecte de la commission départementale des bâtiments civils fait quelques observations : il propose le déplacement des échaudoirs et bouveries, exposés aux sud-ouest sur le plan, ce qui peut générer un inconvénient de conservation des viandes, ainsi que le déplacement de la bascule. Il propose de rajouter au devis "l'affleurement" des voûtes des bouveries et préconise une charpente spéciale pour le service de treuils des échaudoirs.

Il semble que la disposition au sud-ouest ait été conservée.

La maison du concierge bordait la rue, abritait le bureau, et constituait l'accès à l'abattoir. A l'arrière de cette maison, trois ensembles situés les uns derrière les autres composaient l'abattoir ; le premier était composé de deux édifices en brique au toit débordant en tuile, implantés côte à côte autour d'une cour, abritant les échaudoirs. Derrière ces premiers bâtiments, deux autres édifices semblables, mais sans cour abritaient les étables à veaux, la bergerie et les porcheries autour des brûleries situées au centre.

Le plan indique en bleu deux édicules situés dans les angles de la parcelle destinés à être construits plus tard et à accueillir échaudoir et écuries à chevaux.

Énergies

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Nord. Série 2O 525 / pièce 147 : Plans de l'abattoir.

  • AD Nord. Série J 1438 / M3 : l'abattoir.

(c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général - Luchier Sophie