Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
L'Inventaire du Patrimoine des Hauts-de-France

 

Bienvenue sur le site de diffusion des dossiers documentaires de l’Inventaire général du Patrimoine culturel des Hauts-de-France.  

L'Inventaire général du patrimoine culturel a pour missions de recenser, étudier et faire connaître le patrimoine architectural et mobilier de notre région.

Les opérations d’inventaire du patrimoine sont conduites depuis 1979 par une équipe de professionnels, selon une approche topographique ou thématique. Les recherches, menées sur le terrain et en archives, sont restituées sous forme de dossiers illustrés.

L'intégralité des dossiers rédigés sera progressivement publiée sur ce site. L'évolution des méthodes de conduite de l'inventaire depuis 1979 explique une certaine hétérogénéité dans leur organisation et leur contenu.

 Pour nous concacter, merci d'utiliser l'adresse mail suivante : documentation-inventaire@hautsdefrance.fr

A la une

Notre dernière publication : Guide technique du patrimoine bâti - la Plaine de la Sambre

 

Depuis plusieurs années, la Région accompagne le Parc Naturel Régional de l'Avesnois dans la connaissance de son urbanisme et de son patrimoine architectural.

Ce travail de recherche, qui croise la méthodologie de l'Inventaire du Patrimoine et le regard de paysagistes et d'urbanistes du Conseil d'Architecture Urbanisme et Environnement (CAUE) du Nord, se traduit par la publication d'un guide technique du patrimoine bâti ainsi que d'une exposition itinérante visible dans le hall du siège de Région du 6 au 19 mars 2017.

Ce document rend compte des différents niveaux d'analyse successifs, depuis la manière dont les villages s'insèrent dans le paysage alentour jusqu'à l'étude des matériaux et des formes bâties en passant par l'organisation spatiale des villages.

Il fournit également aux élus gestionnaires du territoire et aux habitants des clefs de lecture de leur environnement et des conseils en matière d'architecture et de développement urbain.

 La plaine de la Sambre est la dernière entité du PNR de l'Avesnois à bénéficier de cette étude diagnostic (cliquez sur le lien pour télécharger le guide au format PDF).

 

Et toujours disponible : D'Etonnants Jardins en Nord-Pas de Calais

D’Etonnants Jardins en Nord-Pas de Calais propose la découverte de 19 jardins singuliers, poétiques et éphémères.

Dans la continuité des études conduites sur le bassin minier, le service a en effet mené l’inventaire des créations d’«habitants-paysagistes», patrimoine marginal et méconnu.

Abondamment illustré, l’ouvrage est enrichi des contributions de plusieurs spécialistes de l’histoire, de la conservation et de la valorisation des jardins décorés en France.

Collection Images du patrimoine, Dir. Nathalie Van Bost, Editions Lieux Dits,    144 p., 21 €

 

 




Lumière sur

Piscine et bains publics, dite école de natation, actuellement antenne de l'Institut du Monde Arabe

En 1904 la ville de Tourcoing se dote d'une école de natation, un établissement mixte combinant, comme c'est fréquemment le cas à l'époque, une piscine et des bains publics. Sa conception et son architecture expriment en effet la rencontre entre deux tendances de la toute fin du XIXe siècle : la naissance de la natation sportive et le développement d’une politique municipale d’accès à l’hygiène corporelle.

L’école de natation de Tourcoing est une des toutes premières piscines, c'est-à-dire un bassin public couvert et chauffé, du Nord ; elle succède à celles d'Armentières (1890), de Douai (1895) et de Dunkerque (1896). Si les nageurs s’entraînent d’abord dans les canaux, l’évolution vers un sport de compétition nécessite en effet la création de bassins couverts permettant de s’entraîner toute l’année et de mesurer les performances. Pour mémoire, les premiers championnats de natation français sont organisés en 1899.

En accueillant des bains publics, l’établissement répond également à l’objectif hygiéniste et sanitaire qui s’impose progressivement à la fin du XIXe siècle. Il s'agit de permettre à un public désormais élargi aux classes laborieuses citadines l'accès - moyennant une somme volontairement modique - à une cabine de bain ou de douche. Tourcoing fait partie des premières municipalités de la région à s'équiper, avec Armentières Douai et Dunkerque (dont les piscines sont également des bains publics), et Lille (bains Boulevard de la Liberté en 1892). Par comparaison, si dès 1851 l’Etat aide financièrement les municipalités dans la construction de bains publics municipaux, les premiers bains - douches parisiens bon marché ouvrent seulement en 1899.

En savoir plus…