Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
L'Inventaire du Patrimoine des Hauts-de-France

 

Bienvenue sur le site de diffusion des dossiers documentaires de l’Inventaire général du Patrimoine culturel des Hauts-de-France.  

L'Inventaire général du patrimoine culturel a pour missions de recenser, étudier et faire connaître le patrimoine architectural et mobilier de notre région.

Les opérations d’inventaire du patrimoine sont conduites depuis 1979 par une équipe de professionnels, selon une approche topographique ou thématique. Les recherches, menées sur le terrain et en archives, sont restituées sous forme de dossiers illustrés.

L'intégralité des dossiers rédigés sera progressivement publiée sur ce site. L'évolution des méthodes de conduite de l'inventaire depuis 1979 explique une certaine hétérogénéité dans leur organisation et leur contenu.

 Pour nous concacter, merci d'utiliser l'adresse mail suivante : documentation-inventaire@hautsdefrance.fr

A la une

Notre dernière publication : Guide technique du patrimoine bâti - la Plaine de la Sambre

 

Depuis plusieurs années, la Région accompagne le Parc Naturel Régional de l'Avesnois dans la connaissance de son urbanisme et de son patrimoine architectural.

Ce travail de recherche, qui croise la méthodologie de l'Inventaire du Patrimoine et le regard de paysagistes et d'urbanistes du Conseil d'Architecture Urbanisme et Environnement (CAUE) du Nord, se traduit par la publication d'un guide technique du patrimoine bâti ainsi que d'une exposition itinérante visible dans le hall du siège de Région du 6 au 19 mars 2017.

Ce document rend compte des différents niveaux d'analyse successifs, depuis la manière dont les villages s'insèrent dans le paysage alentour jusqu'à l'étude des matériaux et des formes bâties en passant par l'organisation spatiale des villages.

Il fournit également aux élus gestionnaires du territoire et aux habitants des clefs de lecture de leur environnement et des conseils en matière d'architecture et de développement urbain.

 La plaine de la Sambre est la dernière entité du PNR de l'Avesnois à bénéficier de cette étude diagnostic (cliquez sur le lien pour télécharger le guide au format PDF).

 

Et toujours disponible : D'Etonnants Jardins en Nord-Pas de Calais

D’Etonnants Jardins en Nord-Pas de Calais propose la découverte de 19 jardins singuliers, poétiques et éphémères.

Dans la continuité des études conduites sur le bassin minier, le service a en effet mené l’inventaire des créations d’«habitants-paysagistes», patrimoine marginal et méconnu.

Abondamment illustré, l’ouvrage est enrichi des contributions de plusieurs spécialistes de l’histoire, de la conservation et de la valorisation des jardins décorés en France.

Collection Images du patrimoine, Dir. Nathalie Van Bost, Editions Lieux Dits,    144 p., 21 €

 

 




Lumière sur

Maisons, immeubles, chalets et villas

La difficulté de cette étude thématique sur le patrimoine balnéaire fut de circonscrire les limites séparant la « station balnéaire » et la « ville » de Berck en vue du repérage systématique et exhaustif. Nous avons pris en compte les limites embryonnaires ainsi que les développements des différents quartiers de la station, avec la voie de chemin de fer comme limite orientale de la station.

Ainsi, le repérage a pris en compte 640 édifices ; 217 dans le quartier Lhomel et 413 pour les autres quartiers. Tous les édifices repérés du quartier de Lhomel ont fait l´objet d´un dossier individuel architectural Mérimée, soit 144 dossiers, parmi lesquels figurent 70 "chalets", une typologie spécifique à la station de Berck.

Les dossiers individuels étudiés et versés dans la base de données Mérimée en 1996 sont intégrés dans ce dossier de synthèse « collectif maisons ». Des notices supplémentaires ont été rédigées sur des édifices bien documentés.

Le propos de cette synthèse et de proposer des typologies des différents habitats existants encore aujourd´hui en lien avec l´histoire de la station balnéaire.

Le repérage a permis de mettre en évidence un type architectural propre à la ville de Berck. Présentant une morphologie identique, à quelques détails près, les chalets sont attestés dès la naissance de la ville. En bois pour les premières générations - 3e quart du 19e siècle -, ils adoptent la brique dès la fin du 19e siècle. L´habitat de Berck se construit à l´origine dans le provisoire. L´ingénieur et architecte E. Lavezzari formalise en 1862 un mode de construction précaire en bois traditionnel qu´il nomme « le bâtiment en bois à double enveloppe ». Sa première tentative d´application a lieu pour la société humaine des naufragés du littoral de Berck. L´enjeu est de tirer profit du sable et du vent afin de pérenniser, sur la plage, un bâtiment destiné à l´accueil des noyés et blessés. L´ingéniosité de Lavezzari va consister dans l´usage d´éléments dont il s´agit normalement de s´affranchir : le sable et le vent. Le sable est suffisamment dense pour supporter l´édifice et pour accroître la rigidité du papier-carton qu´il pose en revêtement extérieur sous quatre couches de goudron, il se sert du vent pour imprégner ce dernier de grains de sables. Lavezzari réussit ainsi, par le détournement des matériaux, une construction légère et improbable, sans fondations (des piquets enfoncés sur 1m 20 de profondeur assurent la stabilité de l´ensemble) qui va devenir la norme des édifices ultérieurs. La preuve de la solidité de la cabane étant attestée après une année, commande lui est faite du premier hôpital provisoire de la ville, le premier hôpital Maritime. Les premiers chalets en bois, conçus selon les mêmes principes de fondation, se développent à l´embouchure de l´entonnoir et sur le front de mer puis essaiment dans la ville.

En savoir plus…